VOYAGES EN EQUILIBRE...

Méditation d'Août 2017

 L'Octuple chemin ou Voie du milieu

 chemin.jpg

 

 

"Une fois posé le constat de la souffrance, après avoir procédé à l'analyse de la nature de la souffrance et de ses causes, le Bouddha expliqua en quoi consiste le chemin qui permet d'atteindre le Nirvana (état de paix absolue qui résulte de la cessation des passions et de leurs causes).

Le Noble Octuple sentier ou Voie du milieu désigne les 8 étapes interdépendantes qui mènent à la cessation de la souffrance:

 

1- La parole juste. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, la parole juste ?

C'est éviter de dire des mensonges, éviter de calomnier, éviter de parler de façon haineuse ou injurieuse, éviter les paroles frivoles et le bavardage futile.

Bhikkhus, éviter ces 4 façons négatives de parler est appelé la parole juste.

 

 

2-L'action juste. Qu'appelle-t-on , ô bhikkhus, l'action juste ?

C'est éviter de tuer, éviter de voler, éviter l'inconduite sexuelle ou le mauvais usage des sens.

Ô moines, éviter ces 3 maux physiques est appelé action juste.

 

3-Les moyens d'existence justes. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, les moyens d'existence justes ?

Selon cet enseignement, le noble disciple évite de subvenir à ses besoins de façon incorrecte et obtient ses moyens de subsistance de façon juste.

Voilà ce qu'on appelle les moyens d'existence juste.

 

4-L'effort juste. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, l'effort juste ?

Selon cet enseignement, ô bhikkhus, le moine entraîne son esprit pour éviter les choses mauvaises, négatives, qui ne se sont pas encore produites, pour surmonter les choses mauvaises, négatives, déjà survenues, pour faire advenir les choses positives non encore apparues, pour maintenir les choses positives déjà apparues, afin de ne pas les laisser disparaître, mais de les faire croître, de les amener à maturité et à la pleine perfection de leur développement. Et il s'y efforce, rassemble son énergie, contraint son esprit et persévère.

C'est ce qu'on appelle l'effort juste.

 

5-L'attention juste. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, l'attention juste (méditation) ?

Selon cet enseignement, un moine demeure dans la contemplation du corps (les composants physiques et la respiration), dans le corps, avec ardeur, compréhension claire et attention, abandonnant la convoitise et l'affliction dans le monde (de la manifestation du corps); il demeure dans la contemplation de la sensation dans les sensations; il demeure dans la contemplation de la conscience dans la conscience; il demeure dans la contemplation de l'objet mental dans les objets mentaux, avec ardeur, compréhension claire et attention, abandonnant la convoitise et l'affliction dans le monde (de la manifestation du corps).

Voilà ce qu'on appelle l'attention juste.

 

6-La concentration juste. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, la concentration juste ?

Selon cet enseignement, le moine, étant détaché de tous les objets des sens, étant détaché des autres choses négatives, accède à la première étape de l'absorption méditative qui est accompagnée par la pensée appliquée (raisonnement d'investigation dans lequel l'attention se pose sur un objet d'investigation et l'observe en tant que tel.) et la pensée soutenue ( attention du méditant fixée en un seul point sur l'objet d'investigation, qu'il s'agisse de phénomènes qui surgissent dans son corps ou dans son esprit.), qui est remplie par le ravissement et le bonheur, nés du détachement des pensées négatives. Abandonnant la pensée appliquée et soutenue, acquérant la tranquillité intérieure et l'unification de l'esprit (pure équanimité, qui désigne plusieurs niveaux de recueillement dans lesquels cessent graduellement les sensations, les perceptions des apparences et les concepts; l'esprit repose alors sans être perturbé par les phénomènes extérieurs et intérieurs.), il accède à la seconde absorption (méditative), née de la concentration , qui ne comporte que ravissement (ou joie) et bonheur.

Puis, le ravissement ayant disparu, il demeure dans l'équanimité, la concentration et la conscience lucide, éprouvant lui-même ce sentiment dont les Êtres nobles disent: Heureux est l'homme à l'esprit équanime et attentif. Il entre de la sorte dans la troisième absorption . Grâce à la disparition des joies et des peines passées, il accède ainsi à l'état qui transcende le plaisir et la douleur, la quatrième absorption, qui est purifiée par l'équanimité et la concentration.

Telle est la concentration juste.

 

7-La compréhension juste. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, la compréhension juste ?

Comprendre la souffrance, comprendre l'origine de la souffrance, comprendre l'extinction de la souffrance, comprendre le chemin conduisant à l'extinction de la souffrance.

Voilà ce qu'on appelle la compréhension juste.

 

8-La pensée juste. Qu'appelle-t-on, ô bhikkhus, la pensée juste ?

Libre de désirs sensuels, libre de malveillance, libre de cruauté.

Telle est la pensée juste."

 

bouddha.jpg

 

"Bouddha le diamant et le feu"  Textes choisis et présentés par Carisse Busquet. Voix spirituelles- Sagesses- Editions Points-

 

 

 

 

 



22/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres