VOYAGES EN EQUILIBRE...

Archipel des Açores, île de Sao Miguel

Voyage au pays de l’anticyclone

 

P1300457.JPG

 

Açores. Après avoir adoré Madère, la perle de l’Atlantique, c’est tout naturellement que nous avons décidé de poursuivre par une autre île Portugaise, São Miguel, l’exploration de cette partie de l’Atlantique Nord. São Miguel, située à 1450 kilomètres de Lisbonne, est l’île principale de l’archipel des Açores qui en compte huit autres : Santa Maria, Faïal, Terceira, Graciosa, São Jorge, Pico, Flores et Corvo. Une île où se trouve la ville de Ponta Delgada, capitale des Açores. Certains  visitent plusieurs îles lors de leur séjour. Des liaisons aériennes sont assurées, au départ de Ponta Delgada, entre les principales îles, ainsi que des liaisons maritimes. Mais il faut savoir que les vols inter-îles alourdissent considérablement le budget. Il faut aussi, savoir prendre son temps… Et puis il y a tant de choses à voir et à faire que le trip pourrait vite se transformer en marathon. C’est en tenant compte de ces considérations que nous avons décidé de  consacrer les douze jours du voyage à São Miguel et de passer, au retour, une journée à Lisbonne.

C’est ce trip que nous vous présentons ci-dessous.  120159550_o.jpg

data=1rYy7c5q6itFHutWva39dVRA_Rmmr6PewQ8Uj8B7_cjLA9Eby3M-hZ0McG4dblxkZlL_5HZT6cJXYzx05s1eSxoFFKUCwtwu3XR8JpyUtatR_DN44C1JcPYrNVJKCV0_6mG6M5q28HJrvNjW.png

 

Les vols : Nice-Ponta Delgada A-R avec transit obligatoire à Lisbonne. Vols assurés par la TAP et réservés sur le site de la compagnie www.flytap.com six mois plus tôt. 386 A-R pour deux. Mais au départ de Nice les prix grimpent vite (1290 pour deux à un mois du départ), il vaut donc mieux s'y prendre à l’avance.

Hôtels : 2 nuits réservées à Ponta Delgada pour cause d’arrivée tardive et de départ très matinal. Hôtel Alcides, 70 euros/nuit, réservé sur www.booking.com Un super hôtel, très bien placé, avec un très bon restaurant. Les 10 autres nuits ont été réservées sur le site Airbnb. www.airbnb.fr .Une maison de village, ancienne école communale transformée en B&B, à Ribeirhina à deux minutes de voiture de Ribeira Grande, seconde ville de l’île par son importance. Un B&B, Like Home Azores, tenu par Cãtia, une hôte d’exception.  Une adresse parfaite, tant par son emplacement  au centre de l’île, que par la qualité du logement, que nous conseillons fortement.

P1280616.JPG P1280704.JPG
P1280672.JPG P1280698.JPG
P1280670.JPG

 

Voiture de location : réservée sur le site Rentalcar, www.rentalcars.com 175 euros pour 10 jours. Loueur Micauto. Nous avions d’abord réservé une C1 Citroën mais nous serons surclassés avec une KIA RIO. Aucun problème à signaler de ce côté-là. Signalons que la circulation est très fluide et que l’état des routes est très bon.

Climat : Nous y étions en juin, le temps variait entre soleil et ciel voilé. Température entre 15 et 24 degrés. Pratiquement pas de pluie pendant tout le séjour. Mais aux Açores, le temps peu changer très rapidement…

 

20190605_103416.jpg 20190605_103701.jpg
20190605_110043.jpg 20190605_124258.jpg
P1280677.JPG P1280707.JPG

 

Sécurité : aucune délinquance sur l’île.

P1280693.JPG P1280731.JPG


P1280656.JPG

 

Nourriture : Très bonne et à tous les prix. La viande à une saveur et un goût que nous avions oublié… Produits de la mer, fruits et légumes, tout est excellent, frais et à consommer sans modération. Le vin, avec modération lui, est aussi très bon et abordable. La moyenne pour un repas à deux avec entrée, plat, dessert, café et vin tourne autour de 30 euros. Et surtout, il faut goûter le fameux Cozido, spécialité locale, qui cuit pendant de longues heures dans les vapeurs brûlantes des phénomènes géothermiques de l’île.

Randonnées : comme à Madère, vous n’aurez que l’embarras du choix. Le mieux est d’aller faire un tour sur le site Visit Azores où elles sont toutes détaillées et mises à jour en fonction des intempéries.

 

20190605_151246.jpg 20190605_153049.jpg 

P1280746.JPG P1280778.JPG
P1280737.JPG P1280808.JPG

 

Le programme :

Mardi 04 Juin : départ à 18h00 de Nice pour Ponta Delgada via Lisbonne avec la TAP. Décollage à l’heure, bon vol, bon service, jolies hôtesses… parfait. Arrivés à l’heure à Lisbonne Portella, nous déambulons dans l’aéroport pour faire passer les deux heures et demie de transit avant de repartir vers São Miguel. Sauf que le vol qui doit nous transporter aux Açores arrive de Francfort d’où il a décollé avec une heure de retard. Ce qui se traduira par une heure de retard pour nous aussi. On décide faire passer le temps en allant déguster un délicieux hamburger chez Cockpit puis on traîne à nouveau en attendant l’annonce de notre porte d’embarquement. Nous finirons par décoller à 0h47 avec une arrivée à Ponta Delgada à 1h47 locale. Il y a deux heures et demie de vol, et non il n’y a pas d’erreur de calcul car il y a 1 heure de décalage, en moins, avec Lisbonne et deux heures avec Nice. C’est donc fatigués que nous atterrissons à Ponta Delgada où nous attend Lawrence, un ami taxi de la propriétaire du B&B que nous avons réservé. Merci à flight Aware, dont je suis un adepte, qui m’a permis d’anticiper pour réserver un transport (il suffit de regarder les statistiques du mois pour votre vol pour savoir si des retards sont fréquents) car je savais que le Lisbonne-Ponta Delgada est souvent retardé. Sinon, il y a quelques taxis qui attendent devant l’aérogare, mais il faut patienter un peu… Nuit à l’hôtel Alcides, réservé sur Booking.com. Rien à dire, superbe, bien placé, propre et excellent petit déjeuner, on a adoré.


20190606_114952.jpg

20190606_104227.jpg 20190606_111142.jpg 20190606_104635.jpg
P1280838.JPG P1280842.JPG

 

Mercredi 05 juin : Départ à pied pour le centre de Ponta Delgada sous un ciel bleu et un soleil magnifique. Peu de monde, la ville est très belle, on se régale. Visite de la cathédrale, du marché fermier, shopping… bref un programme vacances. Nous nous arrêterons quelques instants avenue Infante d’Henrique où se déroule un tournoi de foot à trois, pour observer la dextérité des joueurs. Midi, nous allons déjeuner dans un petit restaurant où nous mangerons notre première viande des Açores. Et là, c’est le choc ! Un délice ! Tendre, du goût, autant de choses que nous avons oubliées chez nous… 36 euros à deux, plat, carafe de vin et café, un excellent rapport qualité-prix. 14h00, nous nous rendons chez Micauto où nous devons récupérer notre voiture de location. Départ pour Ribeirinha où se trouve le B&B que nous avons réservé pour 10 nuits. Une maison de village entièrement privative. Très bon contact avec l’hôte, vraiment bien. En route, nous ferons une halte à Ribeira Grande, pour une visite de cette jolie ville. Installés au Likehome Azores, nous ferons deux petites courses, pour en alimenter le frigo, dans la plus ancienne épicerie des Açores, voisine de notre logement. Des prix très loin de ceux pratiqués sur la Côte d’Azur… Soirée au B&B.

 

P1280851.JPG P1280865.JPG
P1280925.JPG P1280961.JPG
P1280966.JPG

 

Jeudi 06 juin : Brume et pluie fine ont, ce matin, remplacé le soleil de la veille. Peu importe, nous partons à 10 heures pour la ville de Nordeste, un trajet que nous comptons faire par la route côtière pour profiter des miradors et autres points de vue sur l’océan. Nous commençons par une première halte à la pointe de Cinträo, un impressionnant endroit à flanc de falaise, utilisé autrefois pour sortir les bateaux de pêche de l’océan, et dont un énorme treuil rouillé est l’unique témoin. Les lieux sont surplombés par un phare, le tout à 5 mn de voiture de Ribeirinha. Nous poursuivons ensuite notre route : Porto Formosa, Sao Bras, Maia, avec à chaque fois une petite halte photos. Midi, la faim commence à se faire sentir et nous décidons de filer direct jusqu’à Nordeste par la voie rapide. Une jolie ville où nous irons nous balader et visiter l’église avant d’aller déjeuner au restaurant L’Esplanade (38 euros pour deux, entrée-plat-désert-vin et café) situé à l’entrée de la ville juste après le pont. Nous repartirons ensuite pour Furnas via Povoaçao en suivant la route côtière et ses miradors qui offrent une vue fantastique sur l’océan. Certains sont très bien aménagés et c’est un plaisir d’y faire une halte sous le soleil, enfin revenu. Furnas, son odeur de soufre et ses fumeroles… l’endroit est très agréable, d’autant plus qu’il y a peu de monde et que le site est à nous… Un peu plus de monde dans la ville, que nous traversons ensuite pour rejoindre le lac de Furnas. L’endroit est superbe, mais il est déjà 18 heures et la fatigue commence à se faire sentir. Nous reprenons la route pour Ribeirinha où nous arriverons vers 19 heures. Nuit et dîner au BNB après avoir fait les courses, pour moins de 5 euros, dans la même petite épicerie que la veille. Une belle journée qui nous a permis de nous rendre compte de l’importance de l’agriculture sur l’île. Nous avons été surpris par le nombre de vaches dans les pâturages…

 

P1280906.JPG P1280920.JPG
P1280899.JPG P1280923.JPG
P1280971.JPG

 

 Vendredi 07 juin : départ pour Furnas à 15 km de Ribeirinha pour notre première randonnée, une mise en jambes, autour du lac de Furnas, soit 9,5 km de plaisir… Mais d’abord, nous nous arrêtons en centre-ville, restaurant chez Tony, pour réserver une table afin de déguster le fameux cozido de Furnas, sorte de pot au feu, cuit sur les lieux même des fumerolles brûlantes qui jaillissent au bord du lac. Chaque restaurant vient enterrer ses marmites et la géothermie fait le reste… Nous rejoignons ensuite les abords du lac et nous nous garons sur le parking public, point de départ de la randonnée. Une superbe rando sous le ciel bleu et le soleil. Il y a très peu de monde et on profite pleinement de la nature, luxuriante, qui borde les berges. Après deux heures de marche (pauses photos incluses), nous arrivons à la Caldeira da Furnas, là où l’eau bouillante surgit des entrailles de la terre au milieu de vapeurs de souffre. Un beau spectacle que nous prenons le temps d’apprécier. Retour ensuite au parking où nous récupérons la voiture pour aller déjeuner chez Tony. Un cozido délicieux et très copieux, bières, déserts tout aussi délicieux et cafés, le tout pour 36 euros. 15 heures, nous nous rendons au parc Terra Nostra, qui appartient à l’hôtel du même nom et se trouve au centre de Furnas. Un parc extraordinaire ! Certainement le plus beau jardin que nous ayons visité depuis que nous voyageons. Magnifique, les mots me manquent pour le décrire. Profusion de végétaux rares, de fougères arborescentes, un véritable écrin de verdure. Un parc où se trouve également un immense bassin d’eau chaude, à laquelle le fer, dont elle est chargée, donne une couleur rouille. Nous y passerons la dernière heure à détendre nos muscles. Un parc génial à 8 euros l’entrée / pax, que nous conseillons fortement. La ville de Furnas, quant à elle, nous a véritablement emballée, une ville sympa comme on les apprécie. Retour à Ribeirinha et nuit au B&B.

 

P1280982.JPG P1290019.JPG
P1290048.JPG P1290053.JPG
P1280990.JPG

P1290024.JPG P1290025.JPG

 

Samedi 08 juin : Le ciel est couvert ce matin sur la montagne du Lago de Fogo que nous avions décidé d’aller explorer aujourd’hui. Nous préférons orienter notre balade sur le bord de mer en direction de Mosteiros, petit village de pêcheurs, réputé pour sa beauté. Nous faisons une halte à la plage de Santa Barbara à la sortie de Ribeira Grande, plage de surfeurs par excellence. Immense plage de sable noir au pied de la falaise ou les amateurs de parapente s’en donnent à cœur joie en profitant du vent ascendant pour décoller directement depuis la plage et sans élan. Un bel endroit qui doit être très actif en saison… Nous reprenons la route, sous le soleil qui vient de faire son apparition, jusqu’au moment où nous apercevons le panneau directionnel Sete Cidades, ni une ni deux, nous bifurquons en direction du fameux site, l’un des plus visité de São Miguel. La route monte et le vent qui souffle fort fait baisser la température, pas idéal pour une randonnée pédestre autour du cratère mais pas gênant pour nous rendre jusqu’à Sete Cidades en voiture. Avec, bien entendu, des arrêts obligés à chaque mirador et autres points de vue sur le cratère et les deux lacs, le bleu et le vert. C’est magnifique, on se régale et Coco peut prendre tout un tas de photos qui serviront pour notre blog de voyages. 13h30, la faim se fait ressentir et nous décidons de poursuivre la route jusqu’à Mosteiros pour aller déjeuner. Une belle route avec de beaux points de vue sur la vallée et l’océan. Nous choisissons de déjeuner au restaurant Gazcidla dont la spécialité est le poulpe. Une tuerie que nous ferons passer avec un petit vin blanc, le tout pour 43 euros pour deux avec cafés et desserts. Nous irons ensuite visiter le village, ses plages, ses piscines naturelles, son port de pêche et son église, avant de reprendre la route pour Ribeirinha. Une route de nouveau ponctuée d’arrêts « points de vue ». Retour et soirée au B&B.

 

P1290057.JPG P1290064.JPG
P1290070.JPG P1290098.JPG
P1290076.JPG

 

 Dimanche 09 juin : Départ pour Caldeiras de Ribeira Grande, un quart d’heure de route depuis Ribeirinha. Un petit hameau au milieu des champs où eau chaude volcanique et fumerolles sont présentes. Joli, sans plus, mais il y a un restaurant, un seul, sur la place où la spécialité est le cozido qui cuit en marmite sur un terrain volcanique, comme à Furnas, mais à côté du restaurant. Caldeira est aussi le point de départ de la randonnée, Salto del Cabrito qui conduit à une cascade. Quelques photos et nous reprenons la route pour Lombadas notre destination. Une route secondaire, pavée, qui grimpe dans la montagne avec des points de vue magnifiques sur la côte de Ribeira Grande. Nous quittons la route qui rejoint Furnas pour bifurquer en direction de Lombadas, un cul de sac d’où part un sentier donné pour être l’un des plus beaux de l’île. La route devient un chemin, lui-même pavé, qui descend à travers une ravine jusqu’à une ruine, une ancienne maison emportée par une coulée de boue. Peu de monde sur place, seulement trois voitures sur le parking dont nous ne verrons pas les occupants. L’endroit est superbe mais il n’y a aucune signalisation concernant le fameux sentier. Je repère ce qui me semble être un début de sentier qui descend dans le lit de la rivière à sec où j’aperçois des traces de pas. Ni une ni deux, j'entraîne Coco derrière moi pour remonter le cours de la rivière en direction des montagnes. Un chemin chaotique de roche en roche dans des paysages grandioses de cataclysme. Une heure et demie de remontée du cours d’eau, où il y a très peu d’eau jusqu’à ce que les falaises qui longent le lit se resserrent de plus en plus jusqu’à ne plus former qu’un canyon étroit… « Et s’il y a un orage ou un lâcher d’eau ? » me demande Coco. Oups ! C’est maintenant qu’on y pense… Allez, demi-tour, cet endroit est certes grandiose mais risqué. Nous comprendrons pourquoi en arrivant au parking : nous sommes partis du mauvais côté ! Le bon sentier est en face… 13 heures, nous avons faim et décidons de rejoindre Santana où se trouve le « restaurant agricole », resto le plus réputé de l’île. C’est plein et nous devons attendre quelques minutes pour avoir une place. Viande délicieuse, un peu plus cher qu’ailleurs, 54 euros avec dessert, vin et café, mais un vrai repas de fête en ce dimanche de Pentecôte. Nous rejoindrons ensuite la plage Santa Barbara pour finir la journée. Beau soleil, belle plage, surfeurs et peu de monde, tout est réuni pour un bon moment balnéaire. Nous quitterons la plage vers 20 heures pour retourner au B&B, crevés, rouges de la morsure du soleil, mais heureux. Soirée au B&B.

P1290124.JPG P1290131.JPG
P1290195.JPG P1290198.JPG
P1290222.JPG P1290224.JPG
P1290202.JPG

 

Lundi 10 Juin : Départ pour Vila Franca sous ciel nuageux. Située à 25 minutes de Ribeira Grande, la petite ville est l’ancienne capitale de l’île. Elle fût détruite en 1552 par un tremblement de terre qui causa la mort de plus de 4000 personnes. Important port de pêche, elle est appréciée des touristes pour ses plages et son ambiance balnéaire mais aussi pour l’église Notre Dame de la Paix, et son architecture particulière. Une église construite sur les hauteurs qui sert également de belvédère en offrant une vue magnifique sur toute la côte. Après un peu de shoping, nous commencerons par la visite de l’église. Magnifique ! Rien d’autre à ajouter. Nous rejoignons ensuite la ville où il y a peu de monde et choisissons d’aller déjeuner au restaurant O Jaime, réputé pour ses plats de poissons. Un immense restaurant où seules deux tables sont occupées. Nous y déjeunerons pour un peu plus cher que jusqu’à présent (53 euros pour deux, avec vin, dessert et cafés). Puis nous partons explorer la vieille ville, ses plages et son port. Très beau, mais notre cœur garde toujours une préférence pour Furnas… 16h30, nous décidons de nous rendre à Ponta da Ferraria où se trouvent des termes d’eau chaude et surtout, des piscines naturelles où l’eau de l’océan est chauffée jusqu’à 30 degrés par les sources chaudes qui s’y jettent. Une belle balade d’une trentaine de minutes en passant par Ponta Delgada. Mais, à l’arrivée, une légère déception. Les lieux sont pris d’assaut par les touristes, des voitures stationnent n’importe où, et surtout la piscine naturelle chauffée, que nous pouvons apercevoir depuis le belvédère, est bondée… Une trop grosse fréquentation qui nous ôte le plaisir d’aller faire trempette (et nous ne sommes même pas en saison). Signalons que, suite à un éboulement, la route d’accès est barrée et que la descente du mirador jusqu’aux termes doit se faire à pied. Nous irons quand même voir le très joli phare maritime à quelques centaines de mètres de là. Nous décidons ensuite de nous rendre à Sete Cidades, tout proche, pour aller manger une glace au bord du lac Azul, gourmandise quand tu nous tiens… Nous ferons, au retour, une halte au belvédère, Vista Del Rey, où se trouve un hôtel abandonné. Un belvédère et une vue sensationnelle sur les lacs et Sete Cidades. Retour ensuite sur Ribeirinha, non sans faire une pause « cocktails » au Tuka Tula, plage de Santa Barbara pour admirer le coucher de soleil… Soirée au B&B.

 

P1290289.JPG

P1290288.JPG P1290305.JPG P1290302.JPG

P1290298.JPG P1290306.JPG
P1290322.JPG

 

 Mardi 11 juin : Nous profitons du beau temps pour aller découvrir le Lago do Fogo. Nous pensons nous arrêter à l’aller aux Caldeiras Velha mais à 9h30, le parking est déjà complet et nous préférons remettre la visite au retour. La route qui monte au Lago do Fogo est superbe et la vue sur la côte, sous le ciel bleu, est impressionnante. Nous nous garons au parking du premier mirador donnant sur le lac et là, c’est le choc ! Une pure merveille de la nature, un cratère immense, aux flancs recouverts de végétation et un lac aux eaux vertes et bleues qui scintillent sous le soleil. Nous avions prévu de nous rendre à Pico pour faire une randonnée sur le Lago Do Fogo, mais depuis le mirador, nous apercevons des randonneurs qui descendent vers le lac par un petit sentier. Pas d’hésitation ! On se change à la voiture et, sac sur le dos, on se lance dans la randonnée en direction du lac. Le sentier, fait de marches hautes, descend rapidement jusqu’au bord du lac et de là vous pouvez randonner tout autour dans un paysage enchanteur au milieu des goélands qui nichent dans les hautes herbes (attention quand même, certains n’hésitent pas à attaquer). Une super rando, donc, mais attention, quand même, si vous avez des problèmes de santé, articulaires ou autres, car descendre est une chose, mais remonter en est une autre… 12h45, nous décidons de descendre sur Lagoa pour aller déjeuner. Non sans faire quelques stops obligés en passant à hauteur des belvédères dont celui de Barroso et sa vue fantastique sur la côte. Lagoa, une jolie petite ville où nous irons déjeuner dans un super restaurant de poissons Borda d’Agua, 43 euros pour deux avec entrée, plat (et quel plat !) dessert, café et vin. Petit tour en ville et nous allons visiter la fabrique de céramique Vieira avant de reprendre la route pour le Lago Do Fogo et les Caldeiras Velha. Des caldeiras que nous n’irons pas visiter tant il y a de monde et de voitures garées dans tous les sens… Nous remettons ça pour un prochain matin et une arrivée à l’ouverture. Nous regagnons Ribeira Grande où nous irons visiter la fabrique de liqueur. Ce sera ensuite une balade en bord de mer, un peu de shopping et un retour au B&B pour une soirée de repos bien méritée…

 

P1290440.JPG P1290489.JPG P1290539.JPG
P1290593.JPG

P1290601.JPG P1290654.JPG P1290693.JPG
P1290695.JPG

 

 Mercredi 12 juin : Départ à 9h30 pour Caldeira Velha. Alors que l’heure d’ouverture est 9h00, les parkings sont déjà pleins à notre arrivée. Tant pis, nous décidons d’y aller quand même et faisons comme les autres en nous garant sur la route… L’entrée du site est à 8 euros, baignade comprise. Sinon vous pouvez prendre un ticket à 3 euros pour une visite des lieux, mais n’espérez pas vous baignez en douce… Dans un cas comme dans l’autre le temps est limité à deux heures. Pas mal de monde, mais nous arriverons quand même à nous retrouver seuls dans un bassin d’eau chaude. Le site est bien agencé, les bassins d’eau chaude se trouvent au milieu d’une forêt de fougères arboricoles. Très bien pour débuter une journée. Nous reprenons ensuite la route pour Furnas et ferons au passage une halte à la fabrique de thé Gorreana ; entrée gratuite, une belle usine au milieu des plantations de thé. Dégustation en libre-service, boutique, mais aussi randonnée possible au milieu des cultures de thé sur des sentiers balisés. Un endroit à visiter absolument. 12h00, nous reprenons la route pour Furnas et allons déjeuner au restaurant, dont j’ai oublié le nom, qui se trouve en face du jardin du moulin à eau dans la rue remontant vers l’église. Un resto sympa où nous mangerons un cozido que nous trouverons supérieur à celui que nous avions mangé chez le spécialiste du genre «Toni ». 27 euros pour deux, pour un plat que nous n’arriverons pas à terminer, bières et cafés compris. Nous rejoignons ensuite le lac de Furnas où nous irons nous garer sur le parking des Caldeiras, 2 euros/ pax. De là nous entamons la randonnée jusqu’au Pico do Ferro qui surplombe le lac. Une randonné courte (4 km A/R) mais magnifique au milieu d’une forêt de fougères dans un festival de nuances de vert, nous avons adoré. Mais, il y a toujours un mais, l’ascension est assez difficile avec un dénivelé de 570 m depuis le départ du lac, avec beaucoup de marches, mais la récompense est au sommet avec une vue extraordinaire depuis le miradouro do Pico do Ferro où arrive la randonnée. La descente est plus facile et le temps total, pauses photos comprises, est d’environ deux heures. Nous conseillons. 17 h00, nous retournons à Furnas où nous finirons la journée au parc Terra Nostra (on adore) par une heure de baignade dans les eaux chaudes du grand bassin. Retour à Ribeirinha, soirée au B&B.

 

P1290668.JPG P1290723.JPG
P1290758.JPG P1290760.JPG
P1290781.JPG P1290787.JPG P1290872.JPG
P1290874.JPG P1290883.JPG P1290937.JPG

 

Jeudi 13 juin : Nous partons pour Sete Cidades en empruntant des petites routes qui vont nous faire découvrir l’intérieur de l’île et passer par le pic de Carvao. Nous en profitons pour continuer le plein de photos en nous arrêtant à tous les belvédères qui se présentent. Nous allons voir le Lagoa Empedadas. Un lac magnifique entouré d’un écrin de verdure. Parking sur place. Nous ferons le tour du lac à pied, une petite rando d’une heure, très apaisante.  Départ ensuite pour le Lagoa do Canario d’où débute la randonnée des lacs de Sete Cidades. Un très beau lac également. Déjà 13 heures ! Que le temps passe vite aux Açores ! Nous décidons d’aller déjeuner à Sete Cidades. Pas vraiment une bonne idée. Trois restaurants se tirent la bourre en ville : un est complet, le second ne nous donne pas envie et le troisième, le Green Love sur les bords du lac, sera une déception. En effet, ce ne fut pas vraiment l’amour entre le Green Love et nous, plutôt le désamour. La seule déception de notre séjour aux Açores en ce qui concerne les restaurants. Une cuisine limite immangeable mais surtout une arnaque, la viande proposée comme de haute qualité et de l’île n’étant qu’une viande de supermarché décongelée que l’on vous fait payer au prix fort, dont on augmente la cuisson à la limite du raisonnable et qu’on arrose d’une sauce dégueulasse pour faire illusion. Bref, le Green Love : un restaurant à éviter. Nous ferons ensuite une randonnée de deux heures autour du lac vert avant de reprendre la route pour Ribeira Grande et la plage de Santa Barbara où nous allons passer la soirée au Tuka Ulla.

 

P1290944.JPG P1290789.JPG

20190607_140957.jpg20190608_140307.jpg20190611_141222.jpg20190615_130434.jpg

20190612_170949.jpg

 

Vendredi 14 juin : pour cette avant dernière journée, nous décidons de partir explorer, à nouveau, la région du Nordeste. Nous faisons un stop à Ribeira Dos Caldeiros, un très bel endroit, le long d’une rivière de montagne fréquentée par les amateurs de canyoning. Une vallée magique où se trouvent une très belle cascade et un moulin à eau, le tout au milieu d’un parc. Entrée gratuite, petite restauration sur place. Nous y passerons 2 heures avant de reprendre la route pour Achadinha où nous irons déjeuner au restaurant Os Melos, qui propose un très bon buffet local pour 8 euros. Imbattable et très bon, on recommande. Départ ensuite pour le Pico da Vara, là même où l’avion qui transportait Marcel Cerdan s’était écrasé en 1949. Une petite route permet d’accéder au sommet en faisant une boucle au départ d’Achadinha. Nous avons eu droit au brouillard au sommet, mais par temps clair vous pouvez apercevoir l’ensemble de l’île. On poursuit ensuite par une visite au Pico Don Bartholomeu. Une petite route, au départ d’Achadinha, qui se transforme en chemin de terre jusqu’au Pico. Suivre la direction Parque Florestale puis Pico Don Bartholomeu. Un vrai régal que cette petite route qui se termine en cul de sac au sommet du Pico où se trouvent des antennes de communications. Vue imprenable sur la moitié de l’île, sauf par temps de brouillard… En redescendant nous bifurquerons pour prendre le chemin de seconde catégorie, la Rota da Tronqueira qui rejoint Povoaçao. Une piste en terre qui traverse la sierra la plus sauvage de l’île, au milieu de paysages somptueux. Ne pas hésiter à l’emprunter, on y circule très bien. Une piste de plusieurs kilomètres qui nous conduira jusqu’à Povoaçao. Nous rejoindrons ensuite Furnas où nous ferons un stop boissons avant de poursuivre sur le belvédère Salto do Cavalo d’où le panorama sur la vallée et le lac de Furnas est majestueux. 18h00, nous retournons sur Santana où avons choisi de retourner, pour dîner, au restaurant d’Association Agricole. Comme la première fois nous serons enchantés par la qualité de la viande proposée. 21h00, un petit stop en bord de mer pour admirer le coucher de soleil qui enflamme l’océan et retour au B&B pour un repos bien mérité…

 

P1300003.JPG P1300045.JPG
P1300053.JPGP1300082.JPG
P1300137.JPGP1300138.JPG

 

Samedi 15 juin : Nous quittons le B&B de Cãtia pour retourner  à Ponta Delgada où nous devons rendre notre voiture de location à 11 heures. Dernière journée sur l’île et nuit à l’hôtel Alcides. Signalons que la plupart des magasins de Ponta Delgada sont fermés le samedi à partir de 13 heures, bon à savoir. Nous déjeunerons au restaurant de l’hôtel Alcides, très fréquenté car très bon et nous retournerons dîner dans le même petit restaurant que le jour de notre arrivée.

 

P1300171.JPG

P1300316.JPGP1300330.JPG
P1300425.JPG


Dimanche 16 juin : Vol à 7h00 pour Lisbonne où nous passerons la journée avant de repartir à 21 h 00 pour Nice.

 

P1300442.JPGP1300402.JPGP1300388.JPG
P1300412.JPGP1300500.JPG
P1300635.JPG

 

Mon avis : Une très belle destination aux paysages variés. Une surprise, aussi, avec toutes ces vaches et ces pâturages qui font penser aux Alpes. Nous avons apprécié qu'il y ait de grandes plages de sables qui permettent de faire un break et de profiter d'un séjour balnéaire. Les randonnées sont magnifiques et pour peu que vous vous perdiez, elle deviennent géniales... Dix jours à Sao Miguel n'ont pas été de trop pour profiter de l'île à un rythme tranquille, sinon, c'est la course... Un bon point pour la nourriture que nous avons trouvée excellente en particulier la viande et les poissons. Une belle destination évasion, donc, à portée de tout budget si l'on s'y prend un peu à l'avance pour réserver vols et logements car il faut savoir que les prix grimpent vite, en particulier en saison juillet-août.

 

 

P1300691.JPGP1300855.JPG
P1300887.JPGP1300895.JPG

 

São Miguel vue par Corinne :

Si vous me demandez si j'ai préféré l'île de Sao Miguel à Madère, je dirais que ce n'est pas du tout la même ambiance, le même éclairage, et que c'est pour cela que j'aime voyager, parce que j'aime la différence !

Madère peut passer pour une île tropicale comme la Réunion,  avec sa luminosité, ses montagnes et son climat.

Sao Miguel m'a davantage fait penser à l'Ecosse, avec ses paysages vallonnés de pâturages, la lande,  le climat instable et ses petits ports de pêche comme Lagoa ...

Les deux îles sont très fleuries et très propres, on y mange très bien et elles possèdent des réseaux routiers modernes peu fréquentés, ce qui est vraiment agréable : aucun stress au volant.

J'ai adoré nos vacances sur l'ïle de Madère, mais cette ïle des Açores a des atouts fantastiques:

-Une très jolie capitale et une population accueillante et joyeuse.

-Le pouvoir d'achat intéressant pour y passer des vacances

-La belle plage de Santa Barbara qui m'a rendue nostalgique de Boucan Cannot avant... 

-Des ananas délicieux aussi bons que le Victoria de la Réunion, des desserts à profusion, du civet de poulpe, des liqueurs de marcuja, de lait, de thé, du poisson extra frais.... J'avoue avoir un peu abusé de toutes ces bonnes choses, mais les vacances, c'est aussi cette liberté là, celle de se faire plaisir !

-Des plantations de Thé superbes qui surplombent l'océan atlantique où les femmes ne sont pas exploitées comme au Sri Lanka

-Des vaches...énormément de vaches qui se la coulent douce allongées dans les prés...Sans état d'âme pour la couche d'ozone !

-Et bien sûr, une viande extraordinaire : mention spéciale au restaurant de la coopérative agricole !

-Sao Miguel est beaucoup moins touristique que Madère, mais cela ne va pas durer car ils ont beaucoup à proposer !

-Nous n'avons pas été tentés par les excursions en mer pour voir les baleines, dauphins, requins... C'est à peu près la seule activité que nous n'avons pas approché.

-Par contre, les randonnées nous ont enchantées, surtout celle où nous nous sommes retrouvés dans le défilé du monde perdu... Lombados c'était grandiose ! Seuls au monde comme au 1er jour !

-Furnas est certainement la ville la plus chaleureuse, source d'eau chaude oblige ! Et son jardin Terra Nostra est un chef d'oeuvre !

-Sur l'île le vert est sans conteste la couleur dominante, toutes les nuances de vert, envoûtant ! Même les platanes ici sont heureux, sans moignons, des arbres quoi !

-Une belle jeunesse, active, et compétente... peut-être que l'île m'a semblé plus dynamique que Madère.

-L'hôtel Alcides est une très belle adresse dans la capitale, et notre appartement au coeur du village de Ribeirhina était parfait, il ne manquait rien ! Idéalement placé pour rayonner sur l'île.

Voilà ! n'hésitez pas si vous avez envie d'une destination sans complication, pour vous reposer et changer d'air, c'est vraiment chouette!

 

 

P1300802.JPGP1300800.JPGP1300857.JPGP1300860.JPG
P1300790.JPGP1300962.JPG

P1310165.JPGP1310167.JPG

Merci de votre visite sur notre blog de voyage.

                                                                               Eric & Corinne

20190608_133233.jpgCi-dessous un bonus photos de ce superbe trip. Comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez les agrandir en cliquant dessus.

P1300939.JPG
P1310484.JPG

P1310800.JPG

P1310712.JPG

P1310551.JPG

P1310065.JPG
P1310291.JPG

P1310259.JPG

P1310842.JPG

P1310851.JPG

P1310903.JPG

P1310876.JPGP1310881.JPGP1310862.JPG
P1300958.JPG

P1310740.JPG

P1310154.JPG

P1310922.JPG

P1310807.JPG

P1310853.JPG

P1310809.JPG

P1310837.JPG

 



26/06/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres