VOYAGES EN EQUILIBRE...

Les grands noms du Yoga: Swami Veetamohananda

 2012_veetamohananda.gif

 

Swami Veetamohananda

 

Je vous ai rencontré plusieurs fois à Saint-Vallier de Thiey, juste au dessus de Grasse, alors que vous étiez invité par la Fédération Française de Hatha-Yoga. 

A chaque fois vous m'aviez impressionné par votre présence, juste le fait d'être là.

Parfaitement immobile, vous dégagiez une aura extrêmement positive et contagieuse, qui illuminait nos matinées et apportait la paix dans nos coeurs.

Je garde de vous le souvenir d'un homme au regard pétillant d'intelligence et de sagesse, à la voix chargée de spiritualité surtout lorsque vous prononciez le mot "pur"avec l'accent de la sincérité. Je garde un très beau souvenir des méditations guidées dans lesquelles vous nous faisiez cadeau d'un soleil de couleur rouge corail... C'était un peu magique, comme tout ce qui touche au Yoga. 

Vous resterez une de mes plus belles rencontre en Yoga.

                                                                                                        Corinne

 

swami_veetamohananda_2019-1.jpg

Ce texte de Swami Veetamohananda me parait dans l'air du temps... 

 

Swami-Veetamohananda_2-768x1024-1-225x300.jpg

Disciple initié de Swami Yatiswarananda, Swami Veetamohananda a rejoint l’Ordre Ramakrishna au Centre de Chennai (Madras) en 1961, à l’âge de 20 ans. Il a reçu sannyasa (ses vœux monastiques) en 1971, auprès de Swami Vireswarananda. Après avoir travaillé comme Swami assistant dans les Centres de l’Ordre à Kalady (Kerala) et à Mysore (Karnataka), il a été responsable, à partir de 1986, du Centre de Ponnampet (Karnataka). Puis il a été affecté au Centre de Gretz en France en 1990.

 

Suite à la disparition de Swami Ritajananda, en février 1994, Swami Veetamohananda est devenu président du Centre Védantique Ramakrishna en France. Pendant vingt-cinq ans, il a inlassablement travaillé, en France et dans de nombreux pays voisins, à la diffusion des messages et des valeurs universelles du Vedanta telles qu’en témoignent les vies de Sri Ramakrishna, de la Sainte Mère Sri Sarada Devi et de Swami Vivekananda. Il a inspiré de nombreux chercheurs spirituels par sa présence bienveillante, ses conseils spirituels, ses pujas, ses chants, ses méditations guidées etc. Il a également organisé des séminaires, des cours, l’Université de l’Homme, l’Institut de Recherche et de Pratique du Yoga, la Journée Portes Ouvertes, la Journée Internationale du Yoga, etc...

 Swami Veetamohananda est décédé le 7 novembre 2019.

 

image (2).jpg

"La pratique est le cœur du yoga. Le yogi est, en premier lieu, un pratiquant, un philosophe, un théologien et aussi un psychologue, au sens général. Son approche stricte peut être comparée à celle du scientifique dans son laboratoire. Il analyse pour atteindre la Réalité. Il ne peut se satisfaire de théories, de spéculations ou de faits de seconde main. Il considère que le critère souverain de réalisation de la Réalité transcendante ne peut être que son expérience personnelle directe. L'expérience directe est une possibilité ouverte à tous. Tout ce qui est demandé, c'est une dévotion rigoureuse à l'application pratique du yoga.

 

Celui qui essaie de pénétrer profondément dans le yoga, étudie nécessairement les bases intérieures et extérieures sur lesquelles il évolue. Les recherches récentes dans son histoire, sa parité avec les sciences, anthropologie, psychologie, etc., montrent que le yoga est intelligible et qu'il nous unit avec certitude à la Réalité. "

 

Swami Veetamohananda

 

17017051_694904870712393_3847153565091508410_o.jpg

Le yoga intégral  -  Swami Veetamohananda

 

La vie est une interaction continue entre l’individu et le cosmos, entre la nature intérieure et la nature extérieure. Cette interaction prend des formes variées parmi lesquelles la plus importante est la satisfaction des besoins de l’homme. Bien qu’ils soient illimités, ils peuvent, cependant,être ramenés à trois points fondamentaux : exister, connaître et se faire plaisir. Le monde des objets qui sont autour de nous présente aussi trois propriétés :
Il existe (asti),
Il empiète sur notre conscience (bhati),
Il procure la joie (priyam).

Cette correspondance frappante entre la vie intérieure et le monde extérieur montre une réalité commune caractérisée par l’existence, la conscience et la félicité.

« Cette Réalité ultime absolue » dit Swami Vivekananda « est le but de toute l’humanité, le but et la finalité de toute religion, ce n’est rien d’autre qu’une union avec Dieu ou, ce qui revient au même, avec la divinité qui est la nature véritable de tous les hommes ».

Le but et les méthodes pour l’atteindre forment ce que l’on appelle le Yoga. Le mot « yoga » est dérivé de la racine sanscrite yuj qui signifie «joindre, unir », s’unir à notre réalité, Dieu. La vie de l’homme est difficile. L’agitation de l’esprit produite par le bruit et la précipitation, les responsabilités, les prises de décisions, les excitations émotionnelles - tout cela consomme une grande quantité d’énergie psychique. Il en résulte qu’une personne peut se sentir épuisée, même sans avoir accompli aucun travail physique. Normalement, l’inconscient, qui est le réservoir de l’énergie mentale, régénère cette énergie perdue. Mais parfois, il ne le fait pas. Le refoulement peut l’en empêcher en supprimant quelques-uns des instincts fondamentaux de l’homme. L’incapacité à trouver un idéal ou une motivation appropriés dans la vie, d’ouvrir de nouveaux canaux pour exprimer ses aspirations, ses talents et sa créativité montrent l’inaptitude du mental à se renouveler.
L’inquiétude, la dépression, la fatigue nerveuse et les maladies psychosomatiques sont des signes qui montrent que le renouveau de soi dans le mental ne se fait pas correctement. Nous devons comprendre la nature de la vie et de la conscience. Malgré notre intérêt récent pour les phénomènes extra-sensoriels, les états modifiés de conscience, les biorythmes, les effets kirlian, le bioplasma et les ondes du cerveau, nous avons très peu de connaissances sur le système de l’énergie psychique. Cette énergie psychique n’est pas liée au physique car la fatigue peut apparaître même si nous nous nourrissons correctement.

 

images (7).jpg
Il y a deux théories concernant la nature et l’origine de la vie. Les uns, comme les scientifiques modernes, affirment que la vie est dérivée de la matière.
D’autres disent que la vie est un principe primaire, existant par lui-même, répandu partout dans l’univers tout entier et que la matière et le mental en sont les deux manifestations différentes. C’est le point de vue adopté par les védantins. Ils appellent ce principe cosmique de vie prana.  À l’origine, ce mot signifiait respiration, c’est plus tard qu’il a été utilisé pour signifier le principe de vie dans l’homme. Comme l’univers dans sa totalité était reconnu comme un seul organisme, prana en est venu à signifier la force de vie cosmique et vayu (l’air atmosphérique) était souvent utilisé comme son symbole.

L’ Upanishad Chandogya parle de deux absorbants - l’un dans l’homme et l’autre dans l’univers. Chez l’homme, tous les organes sont absorbés(pendant le sommeil) dans le prana. Dans l’univers, tous les êtres sont absorbés (pendant la dissolution cosmique) dans vayu. Le principe de vie,l’individuel et le cosmique, a toujours été considéré comme unique, car le microcosme et le macrocosme étaient supposés construits sur le même plan et prana représentait ce principe unitaire. Mais prana n’a jamais été envisagé comme la Réalité ultime. Les Upanishads disent que prana est dérivé de la pure conscience que l’on appelle Brahman et Atman. Par le prana psychique, le soi individuel contrôle le corps et le mental. De la même manière, par le prana cosmique, Dieu contrôle et dirige l’univers tout entier. Tout comme Brahman est la somme totale de toutes les parcelles de conscience individuelle, prana est la somme totale de toutes les forces de l’univers.
Swami Vivekananda dit : « ... et de toutes parts, tous les mouvements sont les différentes manifestations de ce prana. Ce prana est électricité, il est magnétisme, il se répand dans le cerveau sous forme de pensée. Tout est prana ; il fait se mouvoir le soleil, la lune et les étoiles. Dans prana,nous avons un principe holistique de vie qui unit le corps et le mental, la matière et la vie, sous une direction commune homéostatique. Oui, prana est le système super-homéostatique de l’univers qui gouverne l’existence individuelle aussi bien que l’existence cosmique ».
Chez l’individu, une partie de prana reste à la base de la colonne vertébrale sous une forme dormante appelée Kundalini. La partie restante circule le long de deux canaux principaux, les nadis, appelés ida et pingala. À partir de ces canaux, prana s’infiltre, en quelque sorte, dans l’organisme tout entier, allant librement dans tout le corps et tout le mental, donnant l’énergie et la vie à chaque cellule, à chaque pensée. Les yogis indiens ont découvert que, si l’on maîtrise ida et pingala, le flot de prana dans le corps et dans le mental peut être maîtrisé. Ida et pingala sont les régulateurs homéostatiques de toute la personnalité. Prana est connu chez les chinois sous le nom de Chi et chez les Japonais sous celui de Ki.
Les maîtres de l’ancienne Chine ont dessiné la carte des méridiens, des lignes, le long desquels Chi se déplace dans le corps. D’ après eux, les maladies sont dues au déséquilibre dans le courant de Chi. Ils ont découvert qu’en implantant des aiguilles à certains points de contrôle sur les méridiens, ce courant pouvait être régularisé et les maladies soignées. C’est la base de la pratique de l’acupuncture.
Dans l’Inde ancienne, les médecins ne considéraient pas le corps et le mental comme des entités séparées. Leur science est appelée Ayurveda. Elle définit la maladie comme un ensemble de souffrances de toutes sortes, physiques et mentales. La cause fondamentale de toute maladie estune perturbation du système de l’énergie psychophysique, composé de trois humeurs : vata, (l’air), pitta, (la bile) et kapha, (le flegme). Les autorités médicales mettaient l’accent sur le rôle du mental dans les causes du déséquilibre humoral. Elles avaient une vue holistique de l’homme. Leur conception de la santé a pour nom satmya, ce qui signifie littéralement « être en harmonie avec l’Âme universelle ». La maladies’appelle vikara, c’est-à-dire déviation de l’état naturel ou asatmya, « ne plus être en harmonie avec l’Âme universelle ».

C’est là le point fondamental du Yoga. Sa finalité est l’établissement de swarajya, la suprématie de l’Âme universelle. Pour l’obtenir, le corps et le mental doivent devenir des instruments parfaits de l’Atman. Si le corps et le mental ne sont pas en harmonie, la vie devient difficile et malheureuse.

 

images (14).jpg
Cette compréhension a mené au développement d’un système de yoga appelé Hatha yoga. Ce système considère la maladie comme une perturbation dans l’équilibre homéostatique de prana, provoquée par un fonctionnement irrégulier des canaux ida et pingala. Il essaie de rétablir cet équilibre par des postures, le contrôle de la respiration, etc. Il est bon de se souvenir que dans tous les yogas, l’harmonie des fonctions du corps et du mental, appelée aussi intégration de la personnalité tout entière, est considérée comme une première étape.
Dans la Bhagavad Gita, le yoga est défini comme un équilibre qui peut être atteint par la purification du mental, la dévotion à Dieu, l’auto-analyse ou le contrôle des canaux ida et de pingala, cela en fonction du type de yoga que l’on suit. Nous arrivons maintenant au prana cosmique. Comme chez l’individu, il existe dans le cosmos une harmonie naturelle, un équilibre. Les fleuves transportent leur eau jusqu'à l’océan et la pluie la ramène sur la terre. De même, il y a des mouvements périodiques de la terre et des planètes, des courants marins et atmosphérique, des biorythmes et un équilibre de vie dans les plantes, les animaux, les mondes, etc.  L’ Upanishad Katha dit que cet ordre cosmique, cet équilibre, est le travail de prana sous le contrôle de l’Esprit Suprême.
C’est la régulation cosmique de Virat tout entier (l’univers manifesté) que Sri Krishna appelle le yoga divin.

Le mot « yoga » a plusieurs sens. Il peut signifier :
1. Grand appareil (ou armure)
2. Moyens
3. Méditation.
4. Se rassembler (union).


De tous ces sens, c’est celui d’union qui est utilisé le plus largement dans les Écritures Védantiques . Nous avons dit que Krishna l’utilisait chez l’individu et dans le cosmos. Mais il est communément employé pour signifier l’union de l’individu avec le cosmos.
Ainsi, nous savons que l’équilibre chez les êtres vivants est un état de renouveau personnel constant. L’air, l’eau, la nourriture et bien d’autres choses sont nécessaires au renouveau du corps. Ils sont fournis par le vaste processus du renouveau de l’Âme universelle qui a lieu dans l’univers physique. Et pour les utiliser correctement, le corps doit être en harmonie avec le monde extérieur. De même, les idées et l’énergie psychique nécessaires au renouveau du mental sont présentes dans l’univers mental. Mais le premier doit être en harmonie avec le second. De mauvaises habitudes de vie, la haine, la jalousie, la peur, le doute et de mauvaises façons de penser bloquent les canaux de contact entre l’individu et le cosmos aux niveaux physique et mental. Cela est l’unique cause de toutes les maladies mentales et toutes les souffrances.
De la même façon, au travers d’Atman, l’esprit individuel est une partie de Brahman, l’Esprit Infini. C’est l’égoïsme et l’ignorance qui créent la séparation entre les deux. Il en résulte que l’homme est incapable de réaliser la béatitude suprême et de s’accomplir complètement. Le yoga est un essai de suppression des obstacles aux trois plans - physique, mental et spirituel. C’est une discipline intégrale dont la finalité est le développement de l’homme dans son entier. L’homme ne peut pas se développer isolément et le rôle du yoga est de l’intégrer au cosmos dans les trois plans. En fait, la vie de l’homme est vraiment un yoga. Elle est une partie de l’éternel yoga cosmique du Divin qui existe par lui-même.Mais, à cause de l’ignorance, nous continuons à fausser ce yoga naturel en transformant la vie en recherche du plaisir (bhoga).  Bhoga est une injure et un détournement de la nature, c’est vivre en dysharmonie avec une vie plus élevée, en faisant preuve d’une indulgence et d’un égoïsme excessifs. C’est la cause principale de toutes les souffrances de l’homme. Ce que nous appelons yoga n’est qu’un essai conscient pour retrouver l’harmonie naturelle, pour restaurer l’équilibre énergétique en ouvrant le corps, le mental et l’âme aux rythmes du yoga cosmique du Divin.
Cette ouverture peut se faire par le sacrifice de soi, (comme dans le karma yoga), par la maîtrise de soi, (comme dans le Raja yoga), et par l’analyse de soi (comme dans le Jnana yoga).
Notre rôle dans le yoga est uniquement de le pratiquer consciemment. La conscience du soi est tout ce que nous avons à maintenir. Le yoga n’est du yoga que dans la mesure où il est pratiqué consciemment, avec toute notre volonté. Tout ce que nous faisons inconsciemment, que ce soit le travail ou même le japa, n’est pas du yoga. Par exemple, manger, c’est satisfaire un besoin naturel. Mais, si nous mangeons avec la pleine conscience que la nourriture est une forme de prana et sera reconvertie en prana dans notre corps, cette action devient du yoga. Ainsi, chaque activité peut être transformée en yoga en l’accomplissant consciemment et en étant conscient de la relation entre l’individu et le cosmos. C’est cela qui encourage et rend l’homme capable de maîtriser ses désirs et de créer en lui-même la possibilité de réaliser le Divin, même en vivant le plaisir de la vie matérielle.
Donc, en intensifiant notre conscience, nous pouvons intensifier la pratique du yoga. Comment faire ? Il y a deux moyens. L’un est de posséder une aspiration intense ou un désir ardent de se réaliser personnellement. L’autre consiste à étendre la conscience à chaque partie de notre vie.C’est-à-dire, à prendre de plus en plus conscience que nous mangeons, que nous parlons, que nous travaillons, que nous accomplissons tout autre activité normale de la vie de tous les jours.
C’est vrai, il est difficile pour un débutant d’accomplir toutes ces activités, ou même ses pratiques spirituelles, consciemment, avec une pleine conscience du soi. Il peut, au mieux, maintenir, au moins par intermittence, cette sorte de vigilance. Car il est, la plupart du temps, emporté par le courant inconscient de ses pensées. Pratiquer avec une pleine conscience de soi ne devient possible que lorsque l’intellect s’éveille et que la lumière de l’Atman commence à illuminer le mental. Alors le yoga devient pleinement conscient, pleinement dirigé par l’Âme universelle. Sri Krishna l’appelle le buddhi yoga - une nature différente, c’est-à-dire qui est différente du yoga naturel ou de la vie ordinaire. Cela signifie que le yoga est guidé et contrôle par la buddhi, l’intellect, le centre spirituel véritable dans l’homme. Sri Krishna voulait dire que c’est l’étape la plus élevée de chaque yoga. N’importe quel yoga, karma, raja, bhakti ou jnana, accompli avec un intellect éveillé devient du buddhi yoga.

 

images (9).jpg
Maintenant il est devenu clair que le yoga peut être de deux sortes : inférieur et supérieur.
Le yoga inférieur est celui qui est pratiqué avec un intellect non éveillé. C’est un essai pour délivrer la conscience des bas instincts et des automatismes mentaux. Le premier pas est la purification du corps et du mental. Un corps soumis à toutes sortes d’habitudes irrégulières estimpur et déséquilibré. De même est un mental habité de pensées impures.
L’un et l’autre doivent être purifiés par des habitudes d’austérité, par la chasteté, le travail désintéressé et l’observation de vertus comme la sincérité et la non-violence. L’étape suivante consistera à harmoniser l’action d’ida et de pingala sous des formes simples de concentration comme la prière, l’adoration, la répétition d’un nom divin, la respiration contrôlée, etc.
Chaque yoga possède son étape inférieure. Le raja yoga a ses yamas (ses vertus), son niyama (sa conduite), ses asanas (ses postures), son pranayama (son rythme de respiration), son pratyahara (le détachement) et dharana (la concentration). Dans la bhakti yoga, elle consiste à servir les fidèles de Dieu, à prier, adorer, etc. Dans le jnana yoga, c’est le travail désintéressé, l’étude des écritures, la discrimination, etc.
De la même manière, chaque yoga possède son étape supérieure lorsqu’ il devient buddhi yoga.
Au stade du yoga inférieur, l’aspirant est presque entièrement dans le royaume de prana. Il est comme quelqu’ un qui est tombé dans une rivière et qui lutte pour se sauver de la noyade. Lorsque le yoga est pratiqué avec une aspiration intense, il conduit à l’éveil de l’intellect, l’aube d’une conscience supérieure. Comme une personne qui se tient debout sur les berges d’une rivière, l’aspirant est maintenant capable d’assister à l’ écoulement de la rivière de prana dans un silence profond. Au stade inférieur, il n’était conscient que de la vie universelle, du prana cosmique,du cycle d’évolution de la vie végétale et animale.
Mais maintenant, au stade supérieur, son intellect s’ouvre à la conscience universelle et il entre sur la voie d’une nouvelle évolution, l’évolution spirituelle. Le renouveau personnel, atteint au travers du yoga supérieur, est le renouveau de prana : le renouveau de l’âme atteint par le yoga supérieur est le renouveau de la conscience. Dans la vie spirituelle, les deux types de renouveau sont importants. Si l’un d’eux est déficient, le progrès spirituel sera ralenti.
La voie du yoga est pleine de hauts et de bas. Dans la vie de tout aspirant spirituel, il existe des périodes de stagnation lorsque la ferveur de sa dévotion diminue. Il s’aperçoit que tout progrès est bloqué. Il trouve peu de joie dans la prière ou la méditation. Il est assailli par le doute. Il se sent désespéré et déraciné. La raison de cette stagnation spirituelle peut être décrite de plusieurs façons.
Pour le yoga, la cause principale, c’est que le centre spirituel est devenu inactif. Et comme il a été dit plus haut, c’est lui qui règle le processus du renouveau en nous.
D’après le Védanta, la personnalité est constituée de cinq enveloppes ou koshas. Chaque enveloppe possède son propre centre de contrôle, connu sous le nom de bindu. Dans la vie du monde, seules, les trois premières enveloppes fonctionnent complètement.
Le centre de contrôle du corps physique se situe dans le cerveau. Celui de prana, l’enveloppe vitale, se tient à la base de la colonne vertébrale. Celui de vijnayamaya kosa, l’enveloppe de l’intellect, est dans le buddhi et généralement senti dans la région du cœur. C’est lui, le centre spirituel. La véritable vie spirituelle ne commence que lorsque ce centre devient actif.
Les centres de contrôle inférieurs sont sous l’autorité des centres de contrôle supérieurs. Lorsque le centre spirituel devient actif, il commence à exercer un contrôle sur les centres inférieurs. Si ce contrôle de surveillance est perdu ou bien si le centre spirituel lui-même devient inactif, le renouveau de l’âme devient défectueux.
C’est la principale cause de stagnation dans la vie spirituelle. Une des principales tâches de la vie spirituelle est de garder ce centre spirituel toujours ouvert et actif. Et pour cela, une aspiration intense est nécessaire.


Une autre cause de stagnation spirituelle est le déséquilibre provoqué dans le corps et dans le mental, par de mauvaises façons de vivre et dépenser. Par l’introspection, il est généralement possible de détecter les facteurs dérangeants. Mais, souvent, quelques fortes émotions ou quelques forts désirs sont refoulés et agissent dans les sombres profondeurs de l’inconscient, là où le mental conscient est incapable de traiter avec eux.
La troisième cause de stagnation spirituelle est celle-ci : comme le feu s’éteint lorsque l’on jette du bois humide sur lui, ainsi également,l’aspiration spirituelle meurt lorsque le mental est envahi par des pensées et des idées négatives. L’homme moderne est sans cesse sollicité par toutes sortes d’idées sans intérêt, d’informations émanant de gens, des journaux, de la télévision, de la radio et des livres. Un mental stimulé à outrance par l’excitation et les distractions perd sa vigueur et sa créativité. Il devient lourd et immobile. Le centre spirituel est alors incapable de l’activer.
Une quatrième cause est un sens constant de culpabilité qui assombrit l’âme et obstrue le centre spirituel. Se condamner comme si l’on était un pécheur sans valeur, inhibe l’aspiration spirituelle. C’est réellement une forme d’échappatoire, une tentative pour éviter la responsabilité de maintenir constant le renouveau personnel du corps, du mental et de l’esprit.
Enfin, il y a une cinquième cause. Quelques aspirants spirituels trop zélés essaient d’intensifier leur prière et leur méditation au-delà de leurs capacités. Ils négligent la nourriture, le sommeil, l’exercice et les autres besoins fondamentaux du corps. Il en résulte un épuisement des énergies mentales et l’aspirant se retrouve sans aucune initiative spirituelle. 

Toutes ces causes de stagnation spirituelle ne sont que les symptômes d’une rupture dans le processus du renouveau de soi. Cela peut être corrigé par une pratique assidue du yoga inférieur dont nous avons parlé plus haut. La compagnie de saints hommes et l’aide d’un instructeur expérimenté sont d’un grand secours pour traverser de telles périodes difficiles.

Tout dans l’univers est changeant. Tout, excepté l’Atman, l’Âme universelle véritable. Notre « moi », ego ou être inférieur, n’est qu’une réflexion de l’Âme universelle dans le mental. Et comme le mental lui-même est changeant et se développe, l’ego n’est pas une entité permanente. Les ego de l’enfance, de l’adolescence, de l’âge adulte et de la vieillesse sont différents. À mesure que nous grandissons, notre ego évolue. Notre passé est jonché des ego que nous avons autrefois appréciés et chéris, pour lesquels nous avons lutté et souffert. La religion nous enseigne comment dissocier l’ego impur et immature et construire un nouveau et rayonnant ego divin, un ego mature, l’Âme universelle.
Pour le Védanta, la suppression des fautes se fait par une simple union de la conscience individuelle à la conscience universelle. Il y a plusieurs façons de l’accomplir. L’une est par le culte samdhya. À l’heure sacrée du crépuscule, le fidèle s’assied seul, face au soleil, symbole de Virat, la vie universelle. Il offre son âme impure, par un rituel simple, au courant de la conscience universelle qui le purifie et l’illumine. Buvant quelques gorgées d’eau, il murmure : « Puisse le soleil (le virat), mon pouvoir de volonté (Manyu) et les Divinités qui président, me protéger de commettre volontairement des erreurs. Puisse la nuit effacer toute faute que j’aurais commise, la nuit précédente par la pensée, la parole, les mains, les pieds, l’estomac et tout le reste. Je m’offre, avec les impressions que mes actions ont laissé en moi, comme un sacrifice dans la lumière de la conscience universelle représentée par le soleil, source d’immortalité ».
Ce rituel peut sembler être pure imagination ou autosuggestion. Mais lorsqu’ il est pratiqué avec une foi profonde par un aspirant sincère, il purifie petit à petit son âme. Même un homme qui vit complètement dans le monde s’apercevra que cela le rend capable de considérer les problèmes de la journée avec un mental frais et une confiance augmentée.
La divinisation du soi par le service aux personnes nécessiteuses et souffrantes devient du karma yoga. Les canaux reliant le soi individuel au cosmos sont obstrués par l’envie, la haine et autres sentiments négatifs chez la plupart des gens. Le karma yoga ouvre un passage dans ces canaux et restaure le contact avec le cosmos. Un pratiquant véritable du karma yoga sent la vie cosmique circuler librement en lui et au travers de lui. Il fait l’expérience émouvante du renouveau de soi continu.
Chaque yoga est un moyen de réaliser le renouveau de soi. Le yogi considère sa propre énergie vitale comme un feu sacrificiel et lui offre toutes ses actions comme sacrifice. Dans la forme tantrique de culte connue sous le nom de puja, le fidèle consume son être inférieur dans le feu de la kundalini par un processus appelé bhuta-shuddhi et il crée une nouvelle âme divine. Le culte mental (manasa puja) s’il est fait avec foi et concentration est aussi efficace qu’un culte externe pour purifier et élever le soi.

Cependant, la meilleure forme d’élévation du soi est la méditation. Si elle est pratiquée correctement, elle barattera l’inconscient tout entier et ouvrira son contenu dans le conscient. Et, en temps voulu, elle brisera et ouvrira la porte de la conscience et plus tard, unira la conscience individuelle à la conscience universelle supérieure. Ainsi elle provoque une élévation complète de la personnalité tout entière.

Lorsque nous nous installons pour méditer, nous devons penser que l’esprit individuel plonge dans le courant lumineux de Sat - Chit - Ananda, Existence - Conscience - Béatitude. Si cette conscience est maintenue tout au long de la journée, nous expérimenterons la joie et la découverte de l’élévation constante de notre âme vers le cœur de la conscience.

Chaque jour, le soleil se lève sur un monde nouveau, car le monde s’élève par lui-même constamment. Mais, seul, l’homme continue à vagabonder dans les chambres obscures de son passé, s’accrochant aux ombres de son soi précédent.

Cela l’empêche de participer au processus incessant d’élévation qui se continue dans la vie universelle. Sans une constante élévation, notre vie devient stagnante, monotone, sans signification.

Par le feu de la prière et de l’adoration, le feu du sacrifice et du service, celui du yoga et de la méditation, permettons à une âme nouvelle de se lever chaque jour, de s’ouvrir aux rythmes de la conscience cosmique.

 

Swami VEETAMOHANANDA 

 

teaserbox_6778978.jpg

 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter un entretien dans lequel Swami déclare:

  "... La dimension spirituelle donne la dignité à la posture de Yoga..."

  https://www.youtube.com/watch?v=8yKgFi0k57A

 

A bientôt ! 

                  Corinne

 

 


15/04/2020
1 Poster un commentaire

Séville, la belle andalouse...

 P1110719.JPG

 

Voici le carnet de voyage de notre trip à Séville. Un séjour magnifique, légèrement perturbé par une météo moins clémente que prévue, mais qui nous aura quand-même enchantés. Période : fin avril.

 

20220419_152705.jpg

 

Jour 1 : Départ à 6h30 de l’aéroport de Nice pour Séville via Madrid. Vols Ibéria, assurés par Air Nostrum et Ibéria Express. Achetés en ligne sur le site Ibéria, 539 euros pour deux. Bon à savoir : des compagnies low-cost, notamment Easyjet, Volotéa et Vueling,  assurent, en saison des liaisons entre les principaux aéroports français et Séville à des prix plus compétitifs si on s’y prend à l’avance.

20220419_062645.jpg

20220419_070011.jpg

Arrivée à Séville à 13h30 où, après un petit cafouillage au moment de la livraison des bagages de soutes, nous prenons un taxi pour La casa Del Maestro, l’hôtel où nous avons réservé une chambre pour les cinq prochaines nuits. Le forfait taxi aéroport-centre ville, dans les deux sens, est fixe : 30 euros. Idem pour Madrid.

 

 

Hôtel Casa del Maestro

20220421_154329.jpg 20220421_154335.jpg
 20220420_090333.jpg 20220420_090426.jpg
La casa del Maestro, ci-dessus, ancienne maison d’un grand guitariste, transformée en hôtel, très bien située dans le quartier Alfalfa. Chambres à partir de 110 euros en petit déjeuner. Réservée sur le site Booking.com

 

 

Palacio de las Duenas

P1110008.JPG P1110079.JPG

P1110082.JPG
20220419_150423.jpg
Sitôt nos bagages déposés que nous partons pour une visite du Palacio de las Duenas, ci-dessus, pas très loin du quartier du Métropol Parasol. Un Palacio de toute beauté, intime, avec un jardin magnifique qui restera notre préféré à Séville. 12 euros/pax.

P1100981.JPG

Visite ensuite du Métropol Parasol, étonnante sculpture en bois, donnée pour être l’une des plus grandes du monde. Beaucoup de monde, c’est photogénique, peu commun, et entouré de bars, restaurants et bodegas où nous goûterons nos premiers tapas…

20220419_162807.jpg

20220419_173702.jpg

  P1110228.JPG 20220419_165520.jpg

P1110233.JPG

 

Visite ensuite de la vieille-ville et ses zones piétonnes où nous ferons une pause déjeuner, à 16 heures…, face à la cathédrale pour déguster notre première paëlla.

P1110281.JPG

P1110248.JPG

P1110244.JPG

P1110258.JPG

 

Avec un réveil à 4 heures du matin, la fatigue commence à se faire sentir, mais pas question de rentrer se reposer car nous avons réservé pour 20 heures une balade d’une heure sur le fleuve Guadalquivir. 18 euros/pax, réservé en ligne sur le site de la société, avec départ et arrivée face à la Torre de Oro. On ne va pas se mentir, nous n’avons pas été follement emballés par cette mini-croisière et nous pensons qu’elle n’est pas absolument indispensable.

P1110313.JPG

P1110322.JPG

P1110330.JPG

P1110347.JPG

 20220419_202420.jpg 20220419_202737.jpg

Nous rentrons ensuite à La Casa del Maestro où nous arriverons à 22 heures passées, longue journée…

P1110352.JPG

P1110359.JPG

 20220419_212423.jpg 20220419_211829.jpg

Jour 2 : Nous partons après le petit déjeuner pour la cathédrale et la Giralda, dont nous avons réservé la visite pour 10 heures 30. Billets achetés en ligne, 11/ pax. Les files horaires sont respectées et surveillées, inutile donc d’arriver plus tôt car vous ne pourrez entrer qu’à l’heure indiquée sur votre billet. Une très belle visite, la cathédrale est grandiose et la vue depuis le sommet de la Giralda tout simplement magnifique.

P1110389.JPG

20220420_112026.jpg

P1110406.JPG

P1110545.JPG

P1110448.JPG

 

Nous ferons ensuite une pause déjeuner au restaurant Los Coloniales. 30 euros pour deux avec boissons et copieux plat du jour.

20220420_132539.jpg

On poursuit par une visite des arènes de Séville, 10 euros/pax. (Gratuit le mercredi après-midi à partir de 15h30).

20220420_143725.jpg

20220420_143718.jpg

P1110580.JPG

P1110573.JPGP1110576.JPG

18 heures : nous rejoignons le théâtre du flamenco où nous allons assister à un spectacle de dans flamenco. Billets achetés sur place, 25 euros/pax. Beau spectacle dans une belle salle, nous avons apprécié.

20220421_143602.jpg

P1110589.JPG

P1110604.JPG

P1110585.JPG

P1110238.JPG

Nous finirons la soirée dans une bodega du quartier Alfalfa où nous nous régalerons de tapas et sangria pour moins de 20 euros à deux…

 P1110756.JPG

20220420_203941.jpg

        20220420_203000.jpg 20220420_203141.jpg

Jour 3 : 10h00. Nous patientons dans la file d’attente du Real Alcazar. Billets achetés en ligne sur le site du Real Alcazar, 14.50/pax. Bon, on va être honnêtes, nous avons été déçus. De tous les palaces, et autres maisons de maître, visités à Séville, c’est celui qui nous aura le moins emballés, le moins fait rêver. Immense, c’est certain, mais nous l’avons trouvé trop touristique et dénué du charme intimiste des petites maisons. Bien-sûr, il faut le visiter lors d’un séjour à Séville, mais il ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. C’est notre avis et seulement le nôtre.

20220421_094050.jpgP1110646.JPG
P1110658.JPG
20220421_110328.jpg
20220421_111154.jpg 20220421_110256.jpg

20220421_110041.jpg

 

12 heures, Coco, fatiguée rentre se reposer un moment à La Casa del Maestro pendant que je poursuis la visite de la vieille-ville. Une balade qui se traduira par les visites de l’église San Leandro, quartier Alfalfa. Puis de l’église San Salvador sur la place du même nom à proximité de la cathédrale, entrée 5 euros, mais est compris dans le billet d’entrée cathédrale-Giralda.

20220421_115337.jpg 20220421_115439.jpg

20220419_175949.jpg
20220421_121312.jpg
20220421_121413.jpg

Balade jusqu’à la Piazza Nueva, belle et moderne, et déjeuner dans une bodega du quartier pour 14 euros, boisson comprise…

20220421_124412.jpg20220421_141613.jpg

20220421_135013.jpg
20220421_143155.jpg

16 heures, Coco a récupéré et nous partons pour le barrio Santa Cruz. Superbe quartier, proche de l’Alcazar, très touristique, où il fait bon déambuler. Dégustation de quelques tapas arrosés d’un verre de vin à la bodega Las Teresas. 14 euros pour deux, un régal et une ambiance de circonstance.

P1110673.JPG

Nous poursuivrons ensuite vers ce qui restera notre coup de cœur à Séville : la place d’Espagne et l’immense par qui l’entoure. Une place exceptionnelle par son architecture et sa fréquentation. C’est magnifique, on profite à fond de l’endroit.

P1110737.JPG

P1110739.JPG

20220421_180005.jpg

20220421_174859.jpg

 

Retour par le quartier de Santa Cruz où nous nous arrêterons dans une bodega spécialisée dans les churros et le chocolat chaud. Bon, étonnant, pas cher, une expérience à faire.

20220421_191957.jpg

On poursuit ensuite par la visite de deux églises du quartier, un stop dans une bodega à tapas du quartier Alfalfa et nous rentrons à La Casa del Maestro pour prendre un repos bien mérité. Encore une journée bien remplie.

20220421_182611.jpg

20220422_104314.jpg

P1110754.JPG

 Jour 4 : La pluie s’est invitée aux réjouissances, la fraîcheur aussi. Comme nous n’avions pas prévu une telle météo à Séville, nous sommes donc obligés de faire un stop au Décathlon local pour acheter de quoi affronter les intempéries. 10 heures, nous partons pour le quartier Triana où se trouve le musée des beaux arts. Entrée gratuite. Magnifique musée que l’on recommande. Nous y passerons près de trois heures.

P1110798.JPG

P1110796.JPG

P1110854.JPG

P1110851.JPG

 

Marche ensuite vers le Ponte Isabelle, avec visite de la place de Armas, au passage. Pas un hasard le Ponte Isabelle, car Coco a décidé de déjeuner au marché Triana qui se trouve sur l’autre rive du fleuve Guadalquivir juste après le pont. Super ambiance et bon repas de poisson pour 34 euros à deux, boissons comprises.

P1110860.JPG

20220422_145813.jpg

20220422_150307.jpg

 

16 heures, il pleut de plus en plus fort et nous sommes trempés. Nous retournons donc à La Casa del Maestro pour nous changer avant de repartir pour le Museo Baile Flamenco, quartier Alfalfa, où nous avons réservé des places pour un spectacle de danses flamenco. Réservation en ligne sur le site du musée, 58 euros pour deux, visite du musée comprise. Encore un superbe spectacle qui nous emballera et que nous conseillons fortement.

20220422_183141.jpg

20220422_183426.jpg

P1110866.JPG

P1110881.JPG

Nous finirons la soirée dans une bodega du quartier, 38 euros pour deux, tapas et sangrias. Ambiance comme on les aime, à deux pas de la place Alfalfa.

20220422_203441.jpg

 

Jour 5 : 10 heures, départ pour la Casa del Pilatos. 10 euros/pax. Un superbe palace, un de nos deux préférés à Séville.

20220423_114042.jpg 20220423_112529.jpg

P1110987.JPG

 

 

11 heures 45, les rues de la ville sont en ébullition, envahies par des milliers de supporters de l’équipe de football de Valence qui affronte ce soir le Bétis Séville en finale de la Coppa del Rey. Pétards, chants, fumigènes, explosions, alcool… Ambiance.

20220423_144405.jpg

 20220423_144336.jpg

 

Nous reprenons le chemin du barrio Santa Cruz où nous allons visiter la Casa Fabiola, une autre maison de maître. 3 euros/pax, cash only. Un havre de paix au milieu des explosions qui retentissent dans le quartier…

20220423_132736.jpg

20220423_134426.jpg

 

Déjeuner dans le quartier, rythmé par les chants des supporters Catalans. 38 euros pour deux, boissons et explosions comprises…

La pluie a fait de nouveau son apparition, mais cette fois nous sommes équipés. Nous partons pour la rue Cuna, pas très loin du Métropol Parasol où nous allons visiter une dernière maison, Le Palacio della Condesa de Lebija. 10 euros/pax.

P1120116.JPG

P1120124.JPG

Une jolie maison, pas notre préférée qui a le mérite d’être voisine avec le Centro Cultural de Flamenco où nous avons réservé des places pour le spectacle de 18 heures. Billets achetés sur place, la veille, 22 euros/pax. Un très beau spectacle, différent des précédents que nous recommandons fortement.

20220419_174927.jpg

20220423_191458.jpg

P1120134.JPG

 

Dîner dans le quartier de l’Alfalfa, étrangement calme et désert, pour cause de match… 36 euros pour deux avec boissons.

20220423_194305.jpg 20220423_194314.jpg

Jour 6 : matinée tranquille à la Casa del Maestro car notre vol pour Nice via Madrid est prévu à 13h00. C’est donc en taxi que nous rejoignons l’aéroport en fin de matinée. L’escale à Madrid étant de plus de huit heures, et l'ultime vol à 22 heures, nous en profiterons pour aller déjeuner en ville et visiter la capitale espagnole que nous ne connaissons pas. Une sortie de l’aéroport que nous conseillons fortement, tant il est facile de quitter et de revenir à l’aéroport en taxi, bus ou métro.

P1120174.JPG

P1120172.JPG
P1120228.JPG

Notre avis :

 

Séville, notre première expérience en Andalousie !

Depuis l'enfance, j'ai une fascination pour les gitanes, et je me souviens de ce livre de la bibliothèque verte que j'avais lu en CM1 "L'éventail de Séville", au coeur de l'Espagne sous un soleil éclatant, j'en rêvais encore !

Nous avons eu de belles journées, et puis la pluie s'est invitée... ce n'était pas la chaleur d'été, mais bien qu'il y ait du monde, ce n'était pas la cohue non plus !

Les vols ont été agréables dans des petits avions comme j'aime, nous sommes restés sereins en ne voyant pas arriver nos bagages à l'aéroport de Séville, il faut dire que nous n'étions pas les seuls, il semblerait que ce soit coutumier, le retard, la désorganisation ... personne ne s'est énervé, et puis ils sont apparus d'on ne sait où comme par magie !

La Casa del Maestro est un endroit charmant, parfaitement situé, d'où l'on peut à pied rayonner dans tous les quartiers touristiques de Séville. Le personnel est aux petits soins, et le déjeuner servi dans une jolie bibliothèque est savoureux, on s'est régalé ! C'est un véritable hôtel de charme.

Nous avons aimé nous balader dans les vieilles rues de Séville qui regorgent de boutiques, de bodegas, de jolies places ombragées, d'églises... C'est très vivant ! Les anciens palaces, qui ouvrent leurs portes aux visiteurs sont des havres de paix, très bien entretenus, aux jardins luxuriants qui donnent une idée de la richesse des nobles aux siècles passés.

Le palacio de las Duenas, La Casa de Pilatos, La Casa Fabiola offrent des visites des plus agréables.

Les bars à tapas ! Nous ne sommes pas allés au restaurant, nous avons préféré cette ambiance, où le jeu consiste au bar à capter l'attention d'un serveur pour réussir à passer commande !

Eric dira qu'ils ont réussi à faire de leur jambon une oeuvre d'Art !

Du bon vin, de la sangria, du Serrano et quelques toast parfumés à l'huile d'olive ont fait notre bonheur durant ce séjour Ibérique !

La bonne nouvelle: pas d'attrape touristes, même dans les quartiers super touristiques ! On avait déjà apprécié cette honnêteté aux Canaries, et ça fait toujours plaisir lorsque le service, la nourriture, l'ambiance sont au rendez-vous quel que soit le montant de votre commande ! 

J'ai trouvé des similitudes avec Naples. 

Mes quartiers préférés: L'Alfalfa et le barrio Santa Cruz.

La Cathédrale de Séville ! Je ne m'attendais pas à un édifice aussi majestueux ! On est dans la démesure, c'est presque trop, toutes ces dorures, cette hauteur, cette richesse, cette grandeur ... On ne peut s'empêcher de faire un retour en arrière et de songer aux pauvres gens venus de leur campagne lointaine, qui découvraient la puissance divine symbolisée par ces murs ouvragés, érigés vers le ciel ! Quel choc violent ce devait être, ce pouvoir écrasant de l'Eglise sur les simples gens.

La Giralda, se gravit facilement, ici pas d'escaliers étroits aux marches innombrables comme ceux des Campaniles de Toscane ! Tout en haut une vue panoramique sur la ville ! 

Les arènes de Séville , évidemment à la gloire des toreros, sont superbes !

Nous n'avons pas eu à nous poser de problèmes de conscience: le Féria débutait le jour de notre départ.

La place d'Espagne pourrait être le point d'orgue de notre visite à Séville !

Elle s'offre au regard, délicate et majestueuse à la fois, son architecture harmonieuse ne pouvait qu'inspirer les cinéastes ! La dolce vita Andalouse, avec les petites barques qui passent sous les ponts, le spectacle de rue des musiciens de Flamenco et les calèches tirées par de beaux chevaux ... Superbe.

J'ai gardé le Flamenco pour la fin. Il y a de très nombreuses scènes à Séville sur lesquelles se produisent les artistes de Flamenco. Nous avons eu la chance d'assister à trois spectacles de qualité. On a adoré l'ambiance, les danseuses et les danseurs dont les visages se transforment comme s'ils entraient en transe au son de la musique, les chanteurs qui racontent et accompagnent au rythme de leurs voix teintées d'orientalisme en frappant dans leurs mains et puis le guitariste, inspiré,

intimement lié aux pas frénétiques de son danseur, en parfaite symbiose, si bien qu'on ne sait plus lequel des deux accompagne l'autre ...

C'est envoutant, du grand Art !

Enfin, pour clore ce chapitre Espagnol: l'après-midi à Madrid !

Une belle avenue dont l'architecture nous a fait penser à New-York, un immense parc verdoyant, on a juste envie de revenir pour découvrir cette ville qui nous a plu  au premier coup d'oeil !

Viva Espana ! Olé ! On reviendra !

 

 

Vous pouvez consulter les montages photos de ce trip  en cliquant :  ICI

 

                            Éric et Corinne

   20220424_153213.jpg 20220424_153022.jpg

Ci-dessous un petit bonus photos: 

20220419_150408.jpg

20220419_145620.jpg

20220419_154954.jpg

20220419_151858.jpg

20220419_210723.jpg

20220421_143129.jpg

20220420_110618.jpg

20220421_175429.jpg

20220421_180840.jpg

20220421_181315.jpg

20220422_201750.jpg

20220423_105829.jpg

20220423_110256.jpg

20220423_111014.jpg

20220423_113524.jpg

20220423_190940.jpg

P1100986.JPG

P1110028.JPG

P1110038.JPG

P1110092.JPG

P1110113.JPG

P1110131.JPG

P1110178.JPG

P1110189.JPG

P1110207.JPG

P1110277.JPG

P1110547.JPG

P1110928.JPG

P1110929.JPG

P1110990.JPG

P1120033.JPG

P1120144.JPG

 


03/05/2022
2 Poster un commentaire

Mini Stage de Printemps sur la Plage

Yoga Equinoxe de Printemps

Plage de Mandelieu la Napoule

 

IMG_20220327_090004.jpg

 

 

- Intériorisation face à la mer : l'Unité.

Chant du OM

- Pranayama : Respiration Océanique 

                         Ujjayi "Le souffle victorieux"

-Pratique posturale:

Le Yoga Tibétain du mouvement (échauffements)

Postures d'ancrage et Verticalité

Les 5 Tibétains

 

-Méditation assise: Constance /Persévérance et

Patience de printemps.

 

- Relaxation : Fluidité, Visualisation et Ressenti

Paysage Océanique/Paysage Aérien

 

 

IMG_20220327_090108.jpg

 

 

 

IMG_20220327_090039.jpg

 

IMG-20220327-WA0004.jpg

       

     IMG-20220327-WA0009.jpg


IMG-20220327-WA0012.jpg   IMG-20220327-WA0013[13662].jpg

 

    IMG-20220327-WA0016.jpg


 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG-20220327-WA0020.jpg

IMG-20220327-WA0023.jpg

 

IMG-20220327-WA0011.jpg

 

IMG-20220327-WA0014.jpg

 

IMG_20220327_114615.jpg

 

IMG_20220327_114625.jpg

 

IMG_20220327_090126.jpg

 

OM Shanti

                  Shanti OM

La Paix.

 

 

 

Le Centre Omnisport de Valbonne

 avec Corinne lors de la matinée Yoga ,

dimanche 27 mars 2022.

 

Merci à tous les participants 

A bientôt !

Corinne

 

 

 

 

 


15/04/2022
0 Poster un commentaire

Road trip en Ecosse

 Trente-deux jours de road trip sur les routes d’Ecosse en novembre -décembre.

 

20171204_132215.JPG

 

L’Ecosse… C’est Corinne qui a choisi cette destination  chère aux fans d’Outlander. Quant à moi, je dois bien l’avouer, j’étais assez sceptique sur le côté dépaysement de ce voyage, d’autant plus que la période choisie, novembre-décembre, devait, d’après les commentaires lus sur les différents forums de voyage, nous faire vivre, au mieux un mois de pluie, au pire un enfer glacé… Trente-deux jours et 5200 km plus tard, je ne vois plus l’Ecosse du même œil, et avant que vous commenciez la lecture de ce carnet de route, je voudrais soumettre au test « vrai/faux », d’après notre expérience,  les affirmations courantes que l’on peut lire, ici et là, sur ce pays.

 

20171201_083914.jpg 20171130_111911.JPG

20171112_120135.jpg

 

En Ecosse :

 

-           Il pleut tous les jours : faux, 2 jours de pluie sur 32, une dizaine de jours d’un temps mitigé qui alterne bruine, neige et soleil, et du ciel bleu pour les autres jours et nous étions en novembre/ décembre...

-          Il y a des mecs bourrés partout et pas seulement dans les pubs : faux, nous n’en avons vu aucun, pubs compris, mais surtout ça ne rigole pas avec l’ivresse dans le pays.

-          Il n’y a que des rousses : encore faux, il y a beaucoup de brunes, mais surtout des blondes.

-          La vie est chère, y passer un mois est hors de prix : vrai et faux, il suffit de bien préparer son voyage et de bien  le gérer pour ne pas exploser le budget.

-          Il y fait très froid : pas plus qu’à Paris en hiver.

-          Les fantômes, c’est du pipeau : peut-être, mais une fois sur place, on voit les choses différemment...

   20171112_172026.jpg 20171126_205541.jpg 20171126_171243.jpg

 

 20171116_152935.jpg 20171116_153820.jpg 20171112_151947.jpg

 

-          Les écossais sont froids et renfermés : faux, ils sont sympas.

-          La conduite à gauche c’est galère : faux, ce n’est pas tant la conduite à gauche qui nous a gênés que la sophistication de la voiture de location. De plus les écossais sont très cools et tolérants sur la route.

-          On y mange mal : mieux en tout cas que dans certains pays, nous n’en avons pas souffert, et puis leur saumon est l’un des meilleurs du monde.

 

20171112_135539.jpg 20171112_135548.jpg 20171121_193750.jpg

 

 20171116_085253.jpg 20171113_214321.jpg 20171121_193754.jpg

 

-          Il n’y a pas de dépaysement, c’est comme chez nous : faux, c’est différent et la route 500 est l’une des dix plus belles du monde, ça ressemble plus à l’Amérique du nord qu’à l’Europe.

-          Dix jours suffisent pour tout voir dans ce petit pays : faux, 32 n’ont pas suffi…

 

20171127_144001.jpg 20171127_150422.jpg

20171124_112123.jpg 20171117_130552.jpg

 

 Préparation du trip :

 

Vols : réservés sur le site Air-France KLM.

Voiture de location : réservée en ligne sur le site Rentalcar, loueur Thrifty.

Hébergements : hôtels et B&B, réservés sur les sites Booking.com et Expédia.fr

Change : au 01/01/18, 1 livre = 1.12 euro. 1 euro = 0.88 £

 

20171112_102235.jpg  20171113_104015.jpg

20171112_103304.jpg  20171112_120129_001.jpg

Jour 1 : Nice Edimbourg via Amsterdam avec KLM. Départ de Nice à 12h20 arrivée à Edimbourg à 16h20 locale (1h00 de moins que la France). Récupération rapide des bagages, l’aéroport d’Edimbourg est de taille humaine et très bien organisé. Peu de monde, nous sortons de l’aérogare pour rejoindre l’emplacement des taxis situé au rez-de-chaussée du parking en face du terminal. Nous sommes seuls, d’autres passagers attendent le passage du bus Air Link. Nous avons choisi le taxi, malgré son prix, 25 £ pour rejoindre le centre-ville, car nous avions hâte d’arriver mais surtout pas envie de trimballer nos sacs dans des bus, pour une fois que nous voyageons en Europe. Il fait frais, 6°, et la nuit tombe, il fera nuit à 17h00. Le taxi nous dépose à la guesthouse que nous avons réservé sur le site Expédia, 143 £ pour 4 nuits, en petit déjeuner. Le Braveheart, 26 Gilmore street. Assez rustique, mais très bien placé à une  quinzaine de minutes à pied du centre historique et bien desservi par les bus. 18h00, chambre récupérée, nous sortons pour notre première soirée écossaise. Premier arrêt au pub  « Bennett », l’un des pubs les plus réputé d’Edimbourg, qui se trouve à une centaine de mètres du Braveheart. Le pub est plein car l’équipe d’Ecosse de rugby joue ce soir à Murray Field contre les iles Samoa, et la rencontre est retransmise à la télé. Nous prendrons quand même le temps de boire notre première bière du voyage dans ce magnifique endroit, ambiance chaleureuse. Petit tour dans le quartier, il commence à faire froid et nous décidons d’aller dîner, il est 19h00 et tous les restos sont déjà pleins. Nous choisirons un restaurant bar charcuterie, pas très loin du Bennett. Repas de tapas pour 35£ à deux avec nos deux premiers whisky écossais. Retour à la guesthouse et repos bien mérité.

 

   P1130938.jpg  P1130944.jpg  P1130950.jpg

P1140036.jpg  P1130955.jpg  P1140251.jpg

P1140169.jpg   P1140190.jpg

Jour 2 : Levés à 8 heures et départ, à pied, après le petit déjeuner, pour le château d’Edimbourg. Il fait beau, pas un nuage ne viendra gâcher notre journée, mais nous nous sommes bien couverts car le vent est froid. Visite du château, entrée 17£, une belle visite de deux heures avec en prime, à notre arrivée, un défilé militaire pour les commémorations de la première guerre mondiale, kilts et cornemuses, nous sommes bien en Écosse. Un peu de shopping sur Royal mile suivra la fin de la visite avant une pause déjeuner au World’s End, 4High Street, www.worldsend-edinburgh.co.uk , un beau pub où nous gouterons à nos premiers Haggis et Fish and chips. 33£ pour deux, Corinne en profitera pour m’acheter le tee-shirt du pub. Visite ensuite de la cathédrale Saint Gilles sur Royal Mile, très bel édifice, qui me fera penser au roman «Les piliers de la terre ». 15h00, tour de la ville en bus panoramique de la société City Hop, bus rouges à impériale, billets réservés en ligne sur le site Viator, 12£/pax, valables 24 heures à partir de la première utilisation. Belle balade qui permet d’avoir un aperçu de la ville sans se fatiguer, plusieurs arrêts possibles pour visiter les différents monuments. Retour sur Royal Mile vers 17h00 et visite du Musée de l’illusion, entrée 15£. Drôle et intéressant, nous conseillons ce musée qui se trouve à une centaine de mètres de l’esplanade du château. Retour ensuite vers le secteur de Gilmore avec en route une pause whisky dans un pub où des irlandais venus soutenir leur équipe nationale de foot qui joue un match capital contre la Suisse, mettent l’ambiance. Nous finirons la soirée au TUK TUK, un restaurant indien situé à l’angle de Gilmore street et de Levens street. 20£. Nous nous apercevons que les Ecossais dînent tôt, souvent dès 17 heures 30 et qu’il est ensuite difficile de trouver une place dans un pub ou un restaurant. Retour au Braveheart pour une nuit de repos bien méritée.

 

P1140120.jpg  P1140125.jpg  P1140201.jpg

P1140400.jpg  P1140403.jpg

P1140418.jpg  P1140414.jpg  P1140183.jpg

 

Jour 3 : Départ après le petit déjeuner pour la Vieille ville où nous prendrons un bus City Hop pour Holyroodhouse, résidence d’été de la reine d’Angleterre lorsqu’elle vient en Ecosse. Entrée : 12,5 £. Un bel endroit qui se visite comme un château. 13 heures, nous reprenons un bus City Hop pour rejoindre le musée National Galery, entrée gratuite, un régal. Magnifiques tableaux dont ceux de Monnet, Gauguin et bien d’autres. 15 heures, nous rejoignons, à pied, le Musée National d’Ecosse. Entrée gratuite, un magnifique musée qui ravira parents et enfants. N’ayant pas eu le temps de déjeuner, nous prendrons une collation au premier étage du musée. Un petit snack qui sert de très bonnes pâtisseries et de merveilleux chocolats chauds. 11 £ pur deux. Nous retournerons ensuite sur Royal Mile où Corinne a réservé un tour « City of dead » dont le départ a lieu le long de la cathédrale St Gilles à 19h00. Nous ferons passer le temps en faisant les pubs dont le Brodie celui-là même ou Stevenson a écrit … Départ du tour à l’heure en compagnie d’une quinzaine de personnes et d’un guide déjanté. Balade qui nous conduira dans les sous-sols d’Edimbourg pour finir dans la crypte d’un cimetière. Pas mal, mais exclusivement en anglais, 14£ / pax, réservé sur Viator. Nous irons ensuite dîner au restaurant du Brodie, 35£ pour deux. Retour à la guesthouse pour une nuit de repos bien méritée…

P1140237.jpg P1140238.jpg P1140239.jpg P1140233.jpg

P1140272.jpg  P1140071.jpg 

Jour 4 : on traine un peu après le petit déjeuner, le contrecoup du froid et des efforts de la veille, puis départ pour Océan Terminal où se trouve le Britania, dernier yacht de la reine d’Angleterre, maintenant transformé en musée flottant. Transport en bus, N°11, depuis Gilmore place. 1,60 £ / pax, prévoir l’appoint car le chauffeur ne rend pas la monnaie. Vingt minutes de trajet et nous voilà arrivés. Un endroit assez triste pour un bateau de cette classe, mais impressionnant pat la taille des navires à quai dans le port. Une visite intéressante, entrée 15,50 £, possibilité de restauration sur place ou au centre commercial Océan Terminal. Deux heures de visite en tout puis nous retournons, en bus, sur Gilmore place pour permettre à Corinne de prendre deux heures de repos car la soirée va être longue. Mais avant, arrêt déjeuner au Bennett, où nous mangerons de délicieux hamburgers / bière, 29£ pour deux. 18 heures départ en bus pour la nouvelle ville où nous descendons à Prince street avec au programme shopping et pub en attendant 22h00, l’heure à laquelle nous avons réservés nos places pour le spectacle, Spirit of Ecosse, réservées sur Viator pour 30 £ / personne. Nous avions réservé pour 22 heures, mais étant en ville, nous sommes passés à 18h30 repérer les lieux et là on nous propose d’assister au spectacle de 20h00, on accepte, et on fera bien car on s’apercevra en sortant qu’il n’y a pas de spectacle à 22h00, léger, léger Viator…

 

20171115_143748.jpg  20171115_144145.jpg

P1140556.jpg                     P1140554.jpg  

 

P1140669.jpg

 Jour 5 : On quitte le Braveheart à 10h00, pour rejoindre, en taxi -7.5 £ - Haymarket Terrace où se trouve l’agence de location Thrifty où nous devons récupérer notre voiture de location. Nous avions réservé un Ford Fiesta et on se retrouve avec une VW Golf TDI 2.0 flambante neuve avec 65 KM au compteur. Nous craignions la conduite à gauche et le volant à droite, mais tout ira bien, je prendrai rapidement en mains cette superbe voiture et à part quelques soucis de synchronisation des vitesses, aucun problème ne viendra perturber notre premier jour de road trip. Nous prenons la route pour Rosslin où se trouve la Rosslin Chapelle, un bel édifice plein de mystère à une quinzaine de kilomètres d’Edimbourg. Entrée 9£. Petite restauration possible sur place. Départ ensuite pour Forth Bridge et son fameux pont rouge que les Ecossais nomment leur Golden Gate…, faut dire qu’il a la même couleur. Deux autres ponts dont un superbe ouvrage à haubans, enjambent également le bras de mer  à cet endroit. Pause photos, balade, nous reprenons ensuite la route pour Stirling, célèbre pour les faits de guerre qui s’y sont déroulés, en empruntant la route touristique ouest  qui passe par Cullos où nous ferons une petite pause. La nuit tombe déjà, il est 16 heures, et il est temps de se mettre en route pour Stirling et le « Broomhall Castle » où nous allons passer nos trois prochaines nuits. Réservé sur Booking.com, 267 euros en petit déjeuner. Nous arrivons à 18 heures, soirée bar et dîner au restaurant du château et chambre fantôme…

 

  P1140589.jpg  P1140568.jpg  P1140588.jpg


   P1150023.jpg  P1140999.jpg

Jour 6 : Petit déjeuner typiquement écossais et nous prenons la route pour le mémorial de Wallace, le héros du film Braveheart joué par Mel Gibson, il fait beau, le ciel est d’un bleu limpide et aucun nuage ne vient gâcher notre plaisir. Nous délaissons la navette gratuite pour monter au sommet de la colline où se trouve la tour érigée à la mémoire du héros highlander. Entrée 9 £ mais 5 aujourd’hui, nous n’avons pas vraiment compris pourquoi. Petite balade à pieds sur un sentier qui grimpe à travers la forêt jusqu’au monument. Magnifique, est le seul mot qui me vient à l’esprit en voyant la tour qui pointe vers le ciel. Il faut absolument monter tout en haut de l’édifice où une vue à couper le souffle s’offre à vous. Pensez à bien vous couvrir, le vent est violent et froid au sommet. Départ ensuite pour le château de Stirling, porte d’entrée des Highlands. Parking au pied du château, 4 £ la journée, et entrée du château 15 £. Un très beau château que j’ai préféré à celui d’Edimbourg, très bien entretenu. Il  y a peu de monde, on se régale. Nous passerons près de deux heures et demie à arpenter le monument. Le ciel est toujours aussi bleu, mais le vent s’est renforcé, il est … glacial. Nous quittons le château pour aller déjeuner dans la vielle ville de Stirling au Darnley Coffee house, 18 Bow street, où nous nous déjeunerons pour moins de 20 £ à deux, de sandwichs, gâteau et chocolat chaud. Pour la petite histoire  cette maison fut la résidence de lord Damley, époux de Marie Stuart. 16 heures, nous regagnons la voiture en passant par le cimetière, où sous le soleil couchant nous avons bien cru apercevoir des fantômes… Nous rentrons ensuite au Broomhall Castle pour récupérer un peu de la fatigue du froid et profiter de notre chambre. Dîner sur place.

P1140579.jpg  P1140686.jpg

P1140732.jpg  P1140751.jpg  P1140813.jpg

P1140818.jpg  P1140819.jpg

 

Jour 7 : Route pour Linlithgow où se trouve le palais du même nom. Un château bien conservé qui appartenait aux Stuart et où séjourna la reine Marie Stuart. Situé à environ 36 kilomètres de Stirling au bord d’un loch. Entrée 15 £, parking gratuit. Une belle visite qui vous donnera un aperçu de la vie à l’époque de Marie Stuart. Nous nous sommes régalés et avons doublé la visite avec l’église paroissiale qui se trouve face au château et qui est donnée pour être une des plus exceptionnelles d’Ecosse. Nous ferons également une balade à pieds dans le parc du château au bord du loch ce qui nous permettra d’apprécier les couleurs de l’automne. Nous décidons de rejoindre ensuite le Blackness Castel, un beau château au bord de mer face au Forth Bridge et ses deux successeurs. Les lieux ont servi de décor à certain épisodes de la série Outlander, notamment en servant de quartier général à Black Jack Randall, mais aussi où ont été tournées les scènes déchirantes de l’incarcération de Jamie Frazer. Malheureusement pour nous, le château est fermé tous les jeudis et vendredis. Nous devons donc nous contenter de le voir de l’extérieur. Malgré le ciel bleu et le soleil, le vent froid est mordant et nous décidons d’aller visiter un autre château, celui de Doune, à une quinzaine de kilomètres de Stirling. Un château qui a également servi de décor à la série Outlander, et pas des moindres puisqu’il incarne le château fictif de Leoch, là où vivent Colum Mc Kenzie et  son clan. Mais aussi lors d’une scène où Claire et Franck visitent le château en ruines au XX siècle. Bref, un château pour les amateurs de la série. Entrée 6£, parking gratuit sur place. Nous finirons la journée par une visite de la vieille ville de Stirling où nous dînerons, assez tôt car affamés, au N°2 Baker Street, un pub chaleureux au possible. 18 £ livres pour deux menus burgers maisons et bières. Retour au Broomhall Castle pour la nuit.

   20171118_112604.jpg  20171118_120437.jpg  20171118_120638.jpg

P1150167.jpg  P1150111.jpg  P1150028.jpg

P1170045.JPG 

Jour 8 : Nous quittons Broomhall Castel après une dernière nuit, la prochaine nous la passerons à Perth, début de notre trip dans le nord. Mais avant de rejoindre l’ancienne capitale de l’Ecosse nous nous dirigeons sur le Loch Lomond, pour faire une randonnée dans le parc national des Trossachs. La chance est avec nous et le ciel bleu nous accompagne toujours. 35 km entre Stirling et le Loch Lomond où nous remontons la rive orientale jusqu’à la petite ville de Balmaha, point de départ de la randonnée du jour, l’ascension de Conic Hill, qui du haut de ses 362 mètres offre une superbe vue sur le loch et la région environnante. Un peu de monde en ce samedi, les écossais sont en balade. Deux heures vingt plus tard, nous voilà revenus mais  pas suffisamment épuisés pour nous arrêter, nous enchainerons par la seconde balade proposée, Millennium Forest, une agréable marche de moins d’une heure, d’abord en forêt puis au  bord du loch ensuite. Les couleurs automnales dont se sont parés les arbres font penser à celles de l’été indien. Il est temps de rejoindre Perth, à 70 Km de là, où nous avons réservé une chambre pour trois nuits au Skye lodge Perth, une sorte de motel situé parmi les installations de l’aérodrome local… 45£ la nuit en petit déjeuner, réservé sur booking.com. Une belle surprise en définitive, avec une chambre agréable et bien équipée. Le temps de nous retaper un peu et nous voilà repartis pour aller dîner à Perth à 4 km de là. C’est samedi soir, la ville est envahie par une foule immense qui déambule dans les zones piétonnes, mais aussi sur les quais de la rivière où un concert est donné par plusieurs artistes et est retransmis sur écrans géants. Les manèges forains ont envahis les rues et le marché de noël ajoute à la fête. Il y aura même un superbe feu d’artifices tiré depuis la rivière. Mais nous avons faim, nos estomacs au régime sec depuis le petit déjeuner, crient famine et nous nous mettons à la recherche d’un pub où dîner. Notre choix se portera sur « La Taverne », un pub comme nous les aimons, animé et agréable. Dîner pour 28£ pour deux avec entrée et plat principal. Nous quittons La Taverne apaisés, et regagnons le parking pour récupérer notre voiture, non sans faire quelques arrêts devant des concerts donnés à différents endroits de la vieille ville.

P1150353.jpg  P1150354.jpg  P1150362.jpg

20171120_153151.jpg  20171120_151144.jpg  20171120_155027.jpg

P1150425.jpg P1150429.jpg P1150445.jpg 

Jour 9 : Nouveau réveil avec le soleil, nous décidons d’en profiter, d’autant plus que la pluie est annoncée pour le lendemain, et de faire route pour Saint Andrews, en bord de mer, où se trouve West Sand, la plus grande plage d’Ecosse. Située à environ 40 km de Perth, c’est une ville balnéaire, chic et riche, où le golf fût inventé. On y trouve d’ailleurs le musée du golf. Nous arrivons à 10 heures  trente et commençons par une balade sur la plage de West Sand. Sous le soleil et malgré le vent frais, la balade prend des airs de sortie du dimanche. C’est agréable et vivifiant. Nous rejoignons ensuite le sentier piétonnier qui démarre de la plage et rejoint l’ancienne cathédrale en passant par l’aquarium et le château, trois lieux que nous voulons visiter. Nous commençons par la cathédrale, billet jumelé avec celui du château 9£. Une visite impressionnante au milieu des ruines de l’ancienne cathédrale, détruite par les protestants. Ruines qui se trouvent elles-mêmes entourées d’un cimetière, mystère et ambiance… Nous monterons au sommet de la tour pour profiter de la vue panoramique sur la région proche. Une grimpette qui nous laissera sans souffle, tant elle est haute et les escaliers raides… Direction ensuite le Saint Andrews Castle, lui aussi en ruine, mais superbement implanté sur les falaises du bord de mer. La marche et le froid ont creusé nos estomacs qui commencent à crier famine, on se met donc à la recherche d’un pub, notre choix se portera sur le Green King situé sur la rue principale, où nous nous régalerons de Fish and chips. 30£ pour deux, bière et whisky compris. On poursuivra la journée par la visite de l’aquarium, entrée 11£, un petit aquarium public sympa et bien entretenu. 16h00, le jour diminue et le froid se fait plus vif, 3.5 °C, nous reprenons la route pour Perth pour une nouvelle soirée en ville où nous retournons au pub La Taverne qui avait bien plu la veille. Malheureusement, nous arrivons à 19h40 et le pub ferme à 20h00 le dimanche… Nous serons donc obligés de nous rabattre sur un Pizza Hut, 20£ à deux, car tout est fermé, ce n’est plus la ville vivante que  nous avons découvert 24 heures plus tôt… Nous rentrons au Skye Lodge rapidement car il fait très froid et la pluie menace.

20171119_105856.jpg  20171120_114510.jpg

   P1150459.jpg  P1150452.jpg  P1150478.jpg

20171121_160753.jpg 

Jour 10 : La pluie a fini par faire son apparition, en fait une simple bruine, très fine, qui va nous accompagner toute la journée. Nous décidons de commencer par Scone Palace, un château réputé, qui se trouve à moins de trois kilomètres du lodge. Mais la chance n’est pas avec nous, nous trouvons grilles closes pour cause de fermeture de novembre à mars. Peu importe, nous mettons à profit cette mini déception pour prendre la route en direction de Pitlochry, une jolie, très jolie même, bourgade qui se trouve sur la route d’Inverness. Nous comptons y voir une échelle à saumons installée sur le barrage de la rivière d’où s’écoulent les eaux du loch Falkaly. Nous souhaitons également y visiter la distillerie Edradour, la plus petite et une des plus anciennes du pays. Le ciel est bas, les nuages semblent comme posés sur les collines environnantes au sommet desquelles la neige a fait son apparition. Les couleurs de l’automne dans les Highlands qui se rajoutent au décor nous offrent un spectacle de toute beauté. Nous passons Pitlochry sans apercevoir la signalisation indiquant l’échelle à saumons, pourtant indiquée à l’entrée de la ville. Tant pis, nous continuons à rouler jusqu’à un pont qui enjambe une rivière et sur lequel passe une route qui s’enfonce dans la forêt. On la suit, même émerveillement devant les couleurs qui nous nous entourent de toutes parts, et on arrive au Loch Tummel, où nous nous arrêtons au Queen’s view, qui offre un point de vue sur ce très bel endroit. Les nuages bas, le Loch, les couleurs, il ne manque rien… Nous repartirons ensuite pour Pitlochry où nous finirons par trouver la fameuse échelle à saumons que nous rejoignons à pieds après une balade d’une dizaine de minutes où l’on traverse la rivière en empruntant un joli pont suspendu. Nous verrons l’échelle mais pas les saumons qui doivent nager au fond des eaux noires et tourbillonnantes… Midi, il est l’heure de se mettre en quête du Moulin Inn and Brevery, un pub déniché sur le Routard et le Lonely, qui tiendra toutes ses promesses par la qualité de ses bières, brassées sur place et de ses plats, sans parler du décor, conforme à ce que l’on peut attendre d’un pub des Highlands. 42£ pour deux, plats, desserts et bières. La distillerie Edradour ne se trouve qu’à deux kilomètres de là et c’est tout naturellement que nous nous y rendons. Visite du magasin de vente où sont proposés de nombreux whiskys à tous les prix, puis visite de la distillerie, 10£ / personne, avec un charmant monsieur en kilt qui répond au nom d’Edward. La visite débute par la dégustation de divers whiskys, trois, et la projection d’un film, sous-titré en français pour nous ! Charmante visite que nous avons appréciée. La nuit est maintenant tombée et nous regagnons Pitlochry pour une balade pédestre dans la rue principale avant de reprendre la route pour Perth à 35 km de là. Nous finirons la journée par un repas au pub The Bothy, un très bel établissement situé au rez-de-chaussée  d’un immeuble victorien. 28£ pour deux. Retour et nuit au Skye Lodge.

20171122_100845.jpg  20171122_105324.jpg

P1150544.jpg  P1150623.jpg  P1150627.jpg


P1150667.jpg  P1150678.jpg  

Jour 11 : La pluie est toujours présente ce matin, mais elle s’est en plus drapée d’un manteau blanc, une brume qui enveloppe le paysage et qui ne se lèvera pas de la journée, rendant les Highlands encore plus mystérieux. Nous quittons le Skye Lodge pour le château de Glamis qui, comme la veille celui de Scone Palace, est fermé en novembre. Tant pis ou tant mieux, l’occasion est  belle de foncer vers la vallée de Glen Clova, réputée pour ses paysages, à 30 km de là.  Au passage, nous ferons une halte à Kirriemuir, ville natale de l’auteur de Peter Pan, le dessin animé de Walt Disney dont on peut voir une statue de bronze à l’entrée de la ville. La route de la vallée de Glen Clova est une route étroite d’une vingtaine de kilomètres qui finit en cul de sac. Tout le long du trajet qui serpente entre les collines, vous pourrez apercevoir vaches et moutons, mais surtout des dizaines de faisans qui n’hésitent pas à se balader le long de la route. Nous irons jusqu’au bout, endroit d’où démarrent les randonnées, mais le temps ne s’y prête vraiment pas et nous ferons demi-tour non sans nous arrêter au Glen Clova Hôtel, pour nous restaurer. Une superbe  salle de restaurant dans un pub comme on imagine en trouver dans les Highlands. 35£ pour deux. Reprise du trip en direction de Stonehaven pas loin d’Aberdeen où nous avons réservé une chambre pour la nuit à l’hôtel Belvédère, 61£ en petit déjeuner sur booking.com. La pluie et le brouillard se font plus intenses, le ciel semble s’être couché sur la terre… A quelques kilomètres de Stonehaven, se trouve le magnifique et irréel château de Dunnottar bâtit sur éperon rocher au bord de mer. Impressionnant, surtout sous le brouillard et le jour qui commence à baisser. Nous nous y arrêterons pour prendre quelques photos car il est trop tard pour visiter et reviendrons demain. Nous terminerons la soirée par un dîner au restaurant pub The Ship Inn, sur le port, dont nous avons trouvé l’adresse dans le Routard, mais d’un rapport qualité prix nettement supérieur à ce qui est décrit dans le guide. Un très bon resto que nous conseillons. 48£ pour deux, entrée, bière et whisky compris.

20171122_102211.JPG  20171123_140034.jpg  20171123_100912.jpg

P1150833.jpg  P1150848.jpg  P1150887.jpg

P1150911.jpg  P1150926.jpg  P1150931.jpg

Jour 12 : Ciel bas mais pas de pluie ce matin.  Tant mieux puisque nous avons programmé la visite du château de Dunnottar. Il y a peu de monde et l’endroit, sans le brouillard de la veille est impressionnant, un des plus beaux châteaux que nous avons visité en Ecosse. L’ensemble nature et ruines est mystérieux, il y a absolument tout ce qu’il faut pour faire travailler mon imagination d’auteur de romans… Entrée 6£, nous terminerons la visite par une descente jusqu’au bord de mer, découvert à marée basse. La baie est majestueuse, phoques, dauphins et même des baleines peuvent y être aperçus par les plus chanceux. Midi, départ pour Aberdeen à 22km de là. Nous garons la voiture au parking du muséum maritime, premier objectif de notre passage en ville. Un très beau musée, sur le port face aux cargos et autres remorqueurs à quais. Entrée gratuite, petite restauration sur place. Nous  poursuivrons ensuite par une balade à pieds en ville et un passage au marché de noël doublé d’une fête foraine. Visite, également gratuite du musée de l’ancienne prison de la ville, The Tolbooth Museum, un petit musée où il faut grimper des escaliers en colimaçons pour atteindre les anciennes cellules, pas réjouissant mais intéressant. Nous récupérons ensuite la voiture pour rejoindre la cathédrale de Saint Machar, qui n’est autre que la cathédrale en granit, excusez du peu, la plus vieille du monde ! Nous arrivons 3 minutes avant la fermeture. Le bâtiment qui se trouve entouré d’un ancien cimetière où, comme dans la chanson, les croix sont penchées, est intéressant et bien entretenu et nous profiterons du son puissant de l’orgue sur lequel un instrumentaliste fait des répétitions. Il fait sombre lorsque nous quittons la cathédrale et les ombres dansent autour des tombes… Je sais, j’ai beaucoup d’imagination, mais je vais bien finir par apercevoir un fantôme, j’y crois, nous sommes en Ecosse ! Départ pour le Mercure Aberdeen Ardoe Hotel & SPA où nous avons réservé pour 2 nuits. Un très beau complexe dont le bâtiment principal est un ancien château et qui offre tout le confort de la chaine, piscine comprise. 161£ pour deux nuits avec petits déjeuners, réservé sur Booking.com. Soirée sur place : pub, resto, dodo…

P1150889.jpg  P1150871.jpg  P1150936.jpg

P1150945.jpg

P1150967.jpg  P1150991.jpg  P1160038.jpg

P1160027.jpgJour 13 : La neige est tombée pendant la nuit et a recouvert d’un joli tapis blanc les pelouses de l’hôtel. Mais le ciel qui a retrouvé sa couleur bleu fait de nouveau mentir les mauvaises langues qui prétendent que le mauvais temps règne en maitre sur l’Ecosse. Une biche et ses trois petits nous feront le plaisir de passer devant notre fenêtre, paisibles, comme si de rien n’était… Nous prenons la route pour Braemar, à 90 km de là, où nous nous voulons visiter le château. En route, nous ferons un stop à Ballater, une jolie petite bourgade où nous ferons un peu de shopping, soldes du black Friday qui approche oblige, boirons un cappuccino en mangeant des bonbons au whisky et ferons quelques photos. Le tapis de neige est de plus en plus épais à mesure que nous approchons de Braemar. Tout est blanc et c‘est magnifique. Le château apparait enfin. En bord de route, au milieu d’un champ surplombant la rivière. Petit mais très esthétique, il dresse fièrement ses tours vers l’azur du ciel. La neige, tout autour, rend l’endroit magique et nous nous régalons. Nous sommes seuls, le château est fermé en novembre, mais peu importe, ce que l’on voit de l’extérieur nous suffit amplement. Nous regagnons ensuite la ville de Braemar à 500 m de là. Une jolie petite ville qui sent le lieu de villégiature de gens aisés. Comme à Ballater, nous en ferons le tour en balade. Je remarquerai que des bus font le trajet pour Aberdeen pour 3,50£ l’aller simple, aller-retour possible dans la journée, environ 2 heures de trajet.  L’après-midi commence à bien avancer et nous décidons d’aller voir le pont « Linn of Dee », cité dans le Routard, qui se trouve à environ 8 km de Braemar et que l’on rejoint en empruntant une petite route qui démarre à la sortie de la ville et s’enfonce dans la forêt en longeant la rivière, jusqu’à un cul de sac. Beaucoup de neige sur et autour de la route mais nous circulons quand même très bien. Le Pont est joli mais  c’est surtout la rivière qui passe dessous en s’engouffrant dans une gorge étroite qui vaut le détour. Le jour baisse et les températures deviennent négatives, il est temps de retourner vers Aberdeen. Repas au pub du Mercure Aberdeen Ardoe, 51£, et une nuit de repos bien méritée, demain nous continuons à monter vers le nord…

20171121_125146.jpg  20171123_205316.jpg  20171123_205603.jpg

P1160053.jpg  P1160074.jpg  P1160090.jpg

20171124_162232.jpg  20171124_154951.jpg  20171124_164929.jpg

 

P1170300.JPGJour 14 : Le soleil est de nouveau au rendez-vous ce matin, froid mais beau. Nous commençons la journée par un passage au Frazer Castle, situé à une quinzaine de kilomètres de l’hôtel. Le château est fermé en hiver mais on peut en faire le tour à pieds et visiter les jardins et le parc. Un beau château, en très bon état, mais il fait trop froid pour trainer longtemps et nous reprenons la voiture pour rallier la ville de Tomintoul où démarre la « Highland Tourist Route » aussi nommée « Malt Whisky Trail » car de nombreux distilleries se trouvent le long de son tracé. Une route magnifique et  bucolique qui chemine entre vallons et montagnes, longe la Spey, une rivière à eau claire qui alimente les distilleries, forêts et champs agricoles. Le tout recouvert d’un joli manteau de neige sous un ciel d’un bleu éclatant. La route monte jusqu’à la station de sports d’hiver de Moray avant de redescendre vers Glenlivet. Nous décidons de nous arrêter à la distillerie de Glenlivet mais cette dernière est fermée du 10 novembre au 12 mars. Nous nous rabattons alors sur celle de Glenfiddich, à une quinzaine de km de là, et arrivons juste avant la dernière visite à 16h00. Visite d’une heure trente, tarif : 10£ avec dégustation de whisky, sauf pour celui qui conduit à qui on remettra une mignonette à consommer plus tard… Un vrai régal que cette visite, rien que pour nous deux, avec Lucy notre jeune et sympathique guide. Une belle distillerie et une visite que nous conseillons vraiment de faire. D’autres sont également proposées de 2h30 et 4h30 aux tarifs de 50 et 95£. La nuit est maintenant tombée et nous reprenons la route pour Lossiemouth,  en bord de mer, à 30 km de là, où nous avons réservé une chambre pour deux nuits au B&B  Jomarnic, 140£ pour deux nuits en petit déjeuner. Après un accueil des plus charmants de Maureen, nous allons dîner sur le front de mer au 1639, un restaurant de fruits de mer. 51£ pour deux avec boissons. Nuit au Jomarnic.

P1160111.jpg  P1160136.jpg  P1160158.jpg

20171125_134451.jpg  20171127_150422.jpg  20171127_174402.jpg

20171123_145824.jpg  20171129_133056.jpg  P1160472.jpg

P1160461.jpg
Jour 15 : Ciel mitigé ce matin, et c’est peu de le dire ! Bleu, gris, blanc, venteux, ensoleillé, nuageux, pluvieux, neige…, une météo capricieuse qui va nous accompagner toute la journée. Une journée que nous débutons par un passage à Lossiemouth pour voir le petit port de pêche mais surtout l’immense plage de sable qui apparaît à marée basse face à Clifton street et que l’on rejoint par un petit pont en bois. Départ pour Fraserburgh à environ 70 km de là. Nous suivrons en partie la route A 98 et un peu, grâce au GPS qui perd les pédales dans ces contrées, une petite route côtière. Aucune des deux ne nous laissera un souvenir impérissable malgré le soleil et parfois la neige… Les deux traversent des paysages de terres agricoles et des bourgs qui nous ont semblés plus tristes et rudes que ceux de toutes les régions traversées jusqu’à présent. Le temps a tourné et nous arriverons à Fraserburgh à 12 heures 40. Corinne nous a déniché un musée original à visiter, celui des Lighthouses,  les phares maritimes. Un beau musée, entrée 7.90 £, petite restauration possible sur place. Le point fort du musée est la visite du phare, toujours en activité, bâtit dans un ancien château de la famille Frazer, que nous effectuons avec un guide et un autre couple. Plus que le phare, par ailleurs très beau, c’est la violence du vent qui nous épatera ! Un vent glacial, si puissant qu’il vous empêche d’avancer, et les cents mètres à franchir à pieds, qui séparent le musée du phare, prennent des allures d’aventures ! Je ne vous raconte pas la puissance du vent au sommet du phare… Il est d’ailleurs écrit dans l’ancienne chambre des gardiens que les rafales peuvent atteindre 140 miles à l’heure, ou 69 m / seconde, sur le site du phare. Un vent qui souffle pratiquement tous les jours. Face à la mer, les éléments déchainés nous donnerons un aperçu de la difficulté du métier de marin. Nous rentrons, glacés / frigorifiés, au musée et prendrons une petite collation au snack (soupe chaude / sandwich, 15 £ pour deux). On décide de stopper les frais, il fait trop froid maintenant pour continuer à explorer le coin et nous retournons sur Elgin à 70 bornes de là pour visiter la cathédrale, en ruine, de cette ancienne ville médiévale. Il est  16 h 00 lorsque nous arrivons, sous un mélange de pluie et de neige. Il fait déjà nuit et nous ne verrons que l’extérieur de la cathédrale. Le vent nous a lessivé, et nous décidons de rejoindre le B&B à 4 km de là pour récupérer un peu avant de ressortir dîner en ville à Lossiemouth, au Guidi’s sur Clifton street, très agréable, 45 £ pour deux avec desserts, cafés et bien sûr whiskys…

      P1160255.jpg  P1160191.jpg  P1160187.jpg

P1160444.jpg  P1160453.jpg

P1160291.jpg  P1160368.jpg

 Jour 16 : Nous quittons le B&B Jomarnic pour prendre la route d’Inverness, nous ferons au passage une halte à Elgin pour voir la cathédrale que nous n’avions pas pu voir la veille pour cause de pluie et d’obscurité. Nous profitons du grand soleil de ce matin pour faire quelques photos du site. Les ruines de la cathédrale du XIII siècle sont imposantes et l’ensemble prend une connotation particulière sous le soleil. Le temps de faire le plein et nous reprenons la route pour Inverness. Nous nous arrêterons au château de Brodie, normalement fermé en cette saison, mais dans lequel est organisé un marché de noël. Nous en profiterons pour allier visite du marché et du château plus vin chaud et petits gâteaux… Reprise du parcours avec un arrêt à Culloden pour visiter le site de la bataille du même nom qui opposa les soldats anglais aux Jacobites écossais. La visite, entrée 11£, permet de voir le site où la bataille a eu lieu et de visiter le musée qui s’y rapporte. L’accès au site de la bataille, sans le musée, est gratuit. Nous avons apprécié cette visite qui nous a replongés dans les films Braveheart et la série Outlander. Nous reprenons la route pour Inverness où nous arrivons vers 15h30. Visite de la cathédrale St Andrews et balade dans la ville sont au programme. Après un peu de shoping dont un arrêt à la boutique Frazer, nous finirons notre journée dans un pub qui retransmet les matchs de foot dans une belle ambiance. Nous avons apprécié Inverness, une jolie ville, avec des rues piétonnes où la plupart des boutiques sont ouvertes même en ce jour de dimanche.  La nuit est tombée et nous rejoignons Dingwall à 20 km de là où nous avons réservé deux nuits, 90 £ la nuit avec le petit déjeuner, au château Tulloch réputé pour être hanté… Dîner et nuit sur place.

20171127_104431.jpg  20171127_104510.jpg

20171127_115406.jpg  20171127_123848.jpg

P1160267.jpg  P1160278.jpg  P1160410.jpg

Jour 17 : Temps nuageux ce matin pour notre journée « monstre du Loch Ness ». Nous prenons la route pour Drumnadrochit où se trouve le « Loch Ness Exhibition Centre », notre première étape sur les traces de Nessie. Entrée 7.5 £, une exhibition en images qui explique module après module, ce que peut être le monstre si monstre il y a… Sympa et très bien documenté. L’ensemble est jumelé avec des magasins de souvenirs dédiés à Nessie où vous pourrez parfaire votre panoplie de fan ! Nous passons ensuite aux choses sérieuses : le Urquhart Castle, situé à 3 km de Drumnadrochit. Un superbe site en bordure du Loch Ness où se trouvent les ruines, bien restaurées et entretenues du château Urquhart. Entrée 9 £, restauration sur place plus boutiques. Nous avons apprécié le site, peu fréquenté en cette saison. C’est très beau et ni le froid, les quelques gouttes pluies ou le plafond bas des nuages n’ont pu gâcher notre plaisir. Au contraire, l’ensemble donne un aspect encore plus mystérieux à l’endroit… Nous poursuivons par la rive Est jusqu’à Fort Augustus où se trouvent cinq belles écluses (but de notre visite) qui relient le Loch Lochi au Loch Ness par le Caledonian canal. C’est très beau, et le soleil qui commence à pointer de nouveau rajoute au plaisir. Malgré l’heure avancée (15h00…) nous choisissons de rentrer sur Inverness via Pean Bridge  et Aviemore, en contournant le Loch Ness. Un parcours d’environ 90 km qui nous offrira de sublimes points de vue sur les Highlands qui resplendissent sous les derniers rayons du soleil,  et ravira le photographe qui sommeille en Corinne. Au fur et à mesure de notre progression vers Inverness, nous rencontrerons de fortes chutes de neige sur une partie du trajet. Neige, nuit et circulation… Nous avons hâte d’arriver à Inverness, nous y serons deux heures plus tard et finirons la journée au pub Hootananny sur Church Street, 36 £ pour deux. Retour et nuit au Tulloch Castle.

20171130_112824.jpg  20171130_122239.jpg  20171130_123857.jpg

P1160487.jpg  P1160494.jpg  P1160502.jpg

P1160586.jpg  P1160587.jpg

 Jour 18 : Corinne prend le volant ce matin pour rejoindre le Fort Georges à une vingtaine de km d’Inverness que nous rejoignons depuis Dingwall. Le soleil est au rendez-vous, le vent glacé aussi… Peu de monde au Fort Georges, une enceinte militaire de toute beauté donnée pour être l’un des plus beaux forts d’Europe. Parfaitement entretenu, le fort est encore occupé par un régiment des Highlanders qui partagent maintenant les lieux avec des régiments de touristes… Entrée : 9 £, comprend l’accès au très beau musée des Highlanders. Restauration possible sur place. Une visite que nous avons beaucoup aimée et qui durera trois heures. Départ ensuite pour Tain où nous avons réservé une nuit au Mansfield Castle, 65£ avec le petit déjeuner, un magnifique château, tant de l’extérieur que de l’intérieur. Top classe. Arrivés à 15 heures à Tain, nous ferons une balade à pieds dans cette petite ville puis nous rentrerons avant la nuit au château pour récupérer de froid et profiter de notre nouvelle soirée de chatelains… Repas et nuit au Mansfield Castle.

P1160591.jpg  P1160635.jpg  P1160756.jpg

20171201_154258.JPG  P1170039.JPG

P1160782.jpg  P1160793.jpg

 Jour 19 : Road trip. Nous entamons au départ de Tain, notre road trip sur la North Coast 500, décrite comme l’une une des dix plus belles routes du monde. Nous avons prié les dieux du whisky la veille pour avoir encore du beau temps et ils nous ont entendu, plein soleil ce matin. Départ pour Dornoch, via Portmahomack et Lairg, où nous voulons visiter la cathédrale. Mais cette dernière est fermée et nous n’en ferons que le tour pour prendre quelques photos. Golspie ensuite, où nous nous arrêtons pour visiter le château Dunrobin, qui est fermé mais dont les jardins à la française et les terrasses sont ouvertes au public gratuitement. Un château magnifique de conte de fées avec une superbe vue sur la baie. Le château est fermé mais la salle de restauration est ouverte, nous nous y arrêterons le temps de boire un cappuccino devant la cheminée. On reprend la route en direction de Wick, traversant tout au long des petites bourgades, et multipliant les pauses photos pour immortaliser ces paysages qui nous en mettent plein la vue. Nous ferons un arrêt après Helmsdale, pour faire une mini randonnée qui nous conduira jusqu’au village fantôme, du moins ce qu’il en reste, de Brabear. Le vent s’est levé, il fait très froid face à la mer et le sol est recouvert de quelques centimètres de neige. Peu importe, nous irons jusqu’au bout et reviendrons glacés… Nous n’avons pas dû prier assez longtemps hier soir, ou pas bu assez de whisky, ce qui revient au même, car le temps se dégrade et semble avoir perdu les pédales. En l’espace d’une heure, nous aurons droit à du soleil, de la neige, de la pluie, de la grêle, du vent, froid et chaud (enfin presque…).  Nous arriverons à Wick sous une véritable tempête de neige et poursuivrons sans nous y arrêter pour retrouver le ciel bleu… à la sortie de la ville. On continue sur John O’Groats, surnommé ainsi car c’est la fin de la route avant les iles Shetland. Nous y ferons un stop dans un vent puissant et glacial qui nous obligera après quelques photos à  nous rabattre sur un coffee shop pour nous réchauffer. Reprise de la route pour Armadale via Thurso où nous avons réservé pour deux nuits dans un B&B, l’Armadale House. 70 £ la nuit en petit déjeuner. Il n’est que 15 heures mais il fait déjà beaucoup trop sombre pour faire de belles photos et remettons à demain l’exploration de cette portion de la route. Nous ferons donc encore quelques arrêts puis rejoindrons notre B&B, avant d’aller dîner dans un petit bourg  au Strathy Inn à quelques kilomètres de là. 35 £ pour deux. Nuit à l’Armadale House.

P1160766.jpg  P1160819.jpg

P1160789.jpg  P1160843.jpg

20171129_151048.jpg  20171129_151117.jpg

Jour 20 : Poursuite de notre trip sur la North Coast 500, entre Armadale et Tongue. Une route magnifique dont les paysages changent au rythme d’une lumière qui varie de tons et d’intensité toutes les dix minutes… Mis à part le vent, toujours constant en puissance et fraicheur, le temps change tout le temps, nuages, neige et soleil, se battent pour occuper le ciel de l’Ecosse.  Notre balade sur cette portion de route, l’A 836, nous conduira à Farr Point, Torrisdale Bay, à Skerray et sa magnifique baie où se trouve un petit port de pêche, puis enfin à la baie de Tongue et à la ville du même nom, qui offre une superbe vue sur la  baie de Kyle of Tongue et les sommets du mont Ben Hope.  Nous déjeunerons à l’Hotel Tongue, un superbe ancien relais de chasse. 35 £ pour deux. 14 heures 30, le temps se couvre et la neige pointe son nez. Nous décidons de retourner sur Armadale en faisant une boucle par la vallée de la Strhathnaver. Une route en « Single track », c’est-à-dire étroite qui n’autorise pas le croisement de deux véhicules. Il faut donc anticiper et se garer sur les emplacements prévus, passing place, lorsque l’on n’aperçoit un véhicule qui arrive en face. Heureusement pour nous nous n’en croiserons que trois tout au long des 53 km du parcours. Je dis heureusement car la plus grande partie est recouverte d’une petite couche de neige qui s’est accumulée au cours de la journée. Cette route, la B 873 puis B 871, débute à Altnatharra  et finit par rejoindre l’A 836, à hauteur de Bettyhill. Elle chemine entre des basses montagnes enneigées et longe le loch Naver et la rivière du même nom. Le tout dans de somptueux paysages propices à la photographie. Nous apercevrons des cerfs et des biches, paisibles au bord de la route. Retour sur Armadale et, comme la veille, repas au Strathy Inn, 41 £, notre seule possibilité de dîner car tout est fermé dans les environs. Nuit à l’Armadale House.

P1160711.jpg  20171128_101517.jpg

P1160947.JPG  P1160959.JPG  P1160706.jpg

P1160931.JPG  P1160878.jpg  P1170015.JPG

Jour 21 : C’est reparti sur la North Coast 500, en direction de Durness. La route version road trip à l’américaine, de grands espaces, des paysages à couper le souffle, et un ruban d’asphalte qui s’étire à l’infini, alternant double voie et single track. Peu, très peu de circulation, par certains de ses côtés, la 500 nous rappellera ses célèbres consœurs américaines…  Le ciel est égal à lui-même, alternant bruine, brume et plafond bas de gros nuages que percent de temps à autres les rayons du soleil, une ambiance qui donnent du mystère aux landes de bruyères, aux plages, falaises et autres lochs, sur lesquels souffle le vent. Un paysage, le paysage, que l’on souhaitait trouver en Ecosse, sinon nous serions venus en juillet… Tout est dépeuplé, aussi loin que se porte la vue, les seuls « vivants » que nous apercevons sont les moutons. Seuls au monde, la North 500  remplit sa mission. Nous multiplions les pauses photos et ferons un arrêt à Durness, petit hameau aux maisons dispersées, au Cacao Mountain, à un mille du centre en direction du golf, une petite fabrique de chocolat qui fait également bar où vous pourrez boire de merveilleux chocolats chauds et acheter ou manger la production locale. Nous poursuivons la route en direction de Lochinver, où nous avons réservé pour la nuit au B&B Park House, 60 £ la nuit avec petit déjeuner. Nous ferons des passages à Kinlochbervie, où se trouve la plus belle plage de sable du Royaume-Uni, mais que nous ne pourrons pas voir par faute de temps. Nous pensions pouvoir la rejoindre en voiture mais en fait il faut marcher environ 6.5 km et bien qu’il ne soit que 14 heures 30, la luminosité commence à baisser. Nous ferons donc l’impasse et repartons en direction de Scourie puis Kylesku, avant de poursuivre sur Lochinver. La nuit qui tombe rajoute à l’ambiance. Nous arrivons vers 17 heures au B&B. Dîner en ville et nuit au Park House.

P1160818.jpg  P1160979.JPG  P1170009.JPG

P1170018.JPG  P1170050.JPG

P1170303.JPG

 Jour 22 : Reprise du road trip en direction d’Ullapool, sur les rives du loch Broom, à une soixantaine de km de Lochinver. Comme la veille nous explorerons les recoins de la North 500, mais la pluie a fait son apparition aujourd’hui sous forme d’une bruine fine et continue accompagnée d’une brume qui enveloppe le paysage côté mer. Nous décidons donc de filer direct sur Ullapool et de nous rabattre sur une randonnée à l’intérieur des terres. Après une pause-café au Seaforth, un grand pub sur le front de mer face au port de pêche et  au terminal des ferrys pour l’ile de Lewis et Harris, nous reprenons la route jusqu’au Lael forest garden à Inbhir Làthail à quelques kilomètres d’Ullapool en direction d’Inverness. Nous y ferons une randonnée de deux heures trente dans la forêt en suivant un sentier qui démarre au pied d’une cascade et se prolonge en forêt. Nombreuses petites cascades et vert à profusion nous ferons le plus grand bien malgré la pluie, mais nous sommes bien équipés. N’oubliez pas vos bottes en caoutchouc ! Retour en ville pour un peu de shopping dans les boutiques de souvenirs et direction le Morefield Motel où nous avons réservé une chambre pour la nuit, 60 £ avec petit déjeuner. Un motel à l’américaine avec la voiture garée devant la chambre, toute petite mais très propre et équipée. Une soirée rock roll y est prévue mais nous préférons en ce samedi soir retourner au Seaforth pour dîner car on nous a dit que c’était le pub le plus fréquenté de la ville. Soirée au Morefield Motel.

20171202_123135.JPG  20171202_130335.JPG  P1170075.JPG

20171202_121853.JPG  20171202_121947.JPG  20171202_123417.JPG

P1170082.JPG  P1170094.JPG

Jour 23 : Soleil. Journée road trip sur la North 500 au programme dont une portion comprise entre Torridon et Applecross considérée comme la plus belle partie de la Route 500. Et nous n’allons pas être déçus. Une portion de route autant spectaculaire pour les paysages et panoramas qu’elle offre que par le ruban de bitume lui-même. Côté nature, on en prend plein les yeux, c’est superbe, les mots me manquent pour le décrire. Côté route, une single track qui monte et descend façon montagnes russes, qui se rétrécit par endroit au point d’être à peine plus large que la voiture, qui monte vers des sommets enneigés et redescend en deux tours de roues vers la mer. Une route, très peu fréquentée, moins de dix véhicules croisés en 2 heures trente et plus de 120 bornes. Une route qui effraie parfois, surtout le passager, par les ravins sans protections qu’elle oblige à frôler. Des Montagnes et des vallées qui m’ont fait penser à un épisode du Seigneur des anneaux. Des baies abritées où les bateaux de pêche ont trouvé abris. Des maisons blanches où nous ne verrons jamais personne… Des moutons, des cerfs, des biches, des faucons, mais aussi la vache des Highlands que nous voulions voir depuis longtemps. Le temps a passé trop vite et la lumière commence à décliner. Nous aurons droit à un superbe coucher de soleil qui embrase l’horizon. Nous rejoignons Kinlochewe où nous avons réservé une chambre pour la nuit au Kinlochewe Hotel,  80 £ avec petits déjeuners. Dîner sur place, nous n’avons d’ailleurs pas le choix car tout est fermé dans les environs. Un bel hôtel à l’ancienne, avec un beau bar où nous dînerons, seuls, car nous sommes les seuls clients. Un bon repas et surtout du whisky pour fêter l’anniversaire de Corinne.

P1170112.JPG  P1170268.JPG  20171202_192403.JPG

P1170131.JPG  P1170130.JPG  P1170127.JPG

P1170138.JPG

 Jour 24 : départ pour l’ile de Skye et comme il fait beau, nous en profitons pour aller voir le château le plus photographié d’Ecosse à Dornie, pas très loin du pont qui relie l’ile de Skye à la côte ouest de l’Ecosse. Un très beau château, que tout le monde a vu en photo sur les prospectus des agences de voyages ou autres blogs… Le plus photographié, certes, mais avantage du hors saison, nous sommes presque seuls, à nous les photos. Très beau, nous reviendrons dans deux jours visiter l’intérieur car fermé ce jour. Dix minutes et un pont plus tard, nous voilà sur l’ile de Skye roulant en direction de Portree. Nous y arriverons à midi avec l’espoir de pouvoir, enfin, manger des fruits de mer, puisque plusieurs restos sont cités dans les guides. Ben non ! Tout est fermé et les quelques touristes que nous rencontrerons devront se rabattre sur des restos indiens… Pas nous, tant pis, un passage sur le port et ses fameuses maisons de couleur et un autre dans une boulangerie et reprise de la route. Portree : bof, une mini déception il faut le dire. Une ville de cette taille (3200 habitants), sans restauration possible à midi… Tout le reste n’est que boutique à touristes et même le port ne tient pas ses promesses.  Nous reprenons la route direction la région de Trotternich avec un premier arrêt à Old Man of Storr, le fameux rocher que l’on rejoint en 45 mn de randonnée. Mais la brume a envahi les montagnes et la visibilité trop réduite empêche la randonnée. Nous poursuivons donc la route vers les Waterfalls Kilt, à une dizaine de km de là, où se trouve la plus haute chute d’eau du Royaume Uni, c’est le Routard qui l’affirme. Une belle cascade et un panorama sublime sur les falaises Kilt Rocks. Nous poursuivons ensuite en direction de Dunvegan,   où nous avons réservé pour la nuit dans un B&B, en faisant le tour complet de la route nord de Portree. Comme la veille, nous serons enchantés par les paysages sublimes tout au long du parcours. Nous multiplierons les arrêts photos et auront de nouveau droit à un coucher de soleil. 15 heures 30, nous arrivons à Dunvegan et décidons de pousser jusqu’à la seule distillerie de l’ile, la Talisker à Carbost à 25 bornes de là. Nous y arriverons juste à temps pour visiter la boutique mais pas la distillerie, dernière visite à 16 heures. La nuit est tombée et nous regagnons notre B&B, l’Argyll House à Dunvegan, 60 £ la nuit en petit déjeuner. Un peu de repos et départ pour Edinbane à 17 minutes de route (16 km) où se trouve l’Edinbane Inn, l’un des deux seuls restos, de la région, ouverts…, 49 £ pour deux. Nuit à l’Argyll House.

P1170153.JPG  P1170156.JPG  P1170174.JPG

P1170209.JPG  P1170222.JPG  P1170475.JPG

P1170225.JPG

 Jour 25 : Le temps se gâte sur l’ile de Skye. D’après nos hôtes, la pluie devrait faire son apparition vers 14 heures. Nous décidons d’aller voir Neist Point, la pointe la plus à l’ouest de l’ile dans le secteur de Glendale à une dizaine de km de Dunvegan. On y accède par une petite route single track qui se termine sur un minuscule parking après avoir traversé de beaux paysages et quelques bourgs tranquilles. Nous sommes seuls, heureusement, vu la taille du parking et la route, on imagine ce que ça doit être en pleine saison avec voitures et campings cars… Le vent est violent, du genre à refermer la portière à votre place où à vous pousser hors du sentier. Mais il ne fait pas froid, c’est même la journée la plus chaude de notre trip avec 10 °C. Nous empruntons le sentier qui doit nous mener au phare après 30 mn de marche.  Dès le départ, le paysage est somptueux, falaises et océan se disputent la palme. C’est impressionnant de puissance. Le vent se calme lorsque nous arrivons au bout de la première partie, une pente raide qui nous débouche sur un pâturage où les moutons nous regardent passer. Puis ça remonte et le vent reprend de plus belle sitôt le sommet franchi avec le phare qui se trouve à moins de deux cents mètres de là, au bord de l’eau. Nous ne pouvons-nous attarder davantage, ça  castagne trop. Il est temps de remonter… Nous croiserons trois jeunes filles qui, comme nous, se sont lancées à l’assaut de Neist Point, et c’est tout. L’aller-retour plus le trajet en voiture nous aura pris deux heures. Le ciel se charge davantage maintenant et nous reprenons la route pour Sligachan pour admirer Cullin Hill, des sommets qui pointent vers le ciel en partant de la mer. Nous y arrivons vers 13 heures et faisons une pause au Sligachan Hotel, pour nous régaler d’une bonne soupe du jour, aux marrons, au restaurant, le seul ouvert dans le secteur. 10 £ pour deux.  Nous reprenons la route, mais les éléments se déchainent, pluie et vent joignent leurs efforts pour nous rendre la vie difficile, de plus il n’est que 14 heures 30, mais il fait sombre comme en début de soirée. Nous décidons de rentrer à l’Argyll House pour un après-midi détente cosy devant la cheminée. Corinne en profitera pour se reposer et moi pour me remettre à l’écriture qui me démange les doigts… Dîner au Stein Inn, 45 £ pour deux, à 20km de là, le seul ouvert ce soir et nuit à l’Argyll House.

P1170354.JPG

 

P1170311.JPG  P1170288.JPG

P1170376.JPG  P1170385.JPG  P1170380.JPG

Jour 26 : Je viens d’apprendre la disparition, pendant la nuit, de Johnny, c’est un peu comme si une partie de ma vie disparaissait avec lui, tant ses chansons m’ont accompagné dans ma vie et mes voyages. Le blues est là, à moi de repartir… Et comme pour accompagner mon blues, la tempête se déchaine à l’extérieur. Nos hôtes nous apprennent que les liaisons par  ferry sont coupées et que  le pont de l’ile de Skye risque d’être fermé à cause du vent trop violent. Nous avons prévu de rejoindre Fort William aujourd’hui, à plus de 150 km de là et nous nous dépêchons pour ne pas rester bloqués sur Skye. Skye qui restera pour nous une petite déception, nous en attendions beaucoup, trop peut-être, et même si nous sommes hors saison, même si le temps n’est pas des plus cléments, nous n’avons pas ressenti sur l’ile la magie du reste de l’Ecosse et de la route 500 en particulier. C’est donc sans regrets que nous quittons l’ile par l’A87 en direction de Spean Bridge, où nous avons réservé pour 2 nuits au Tirindish House B&B, 70 £ la nuit avec petits déjeuners. Puis de Spean Bridge, nous prenons l’A82 pour rejoindre Fort William. La route depuis Skye est superbe et nous offre de magnifiques vues jusqu’à celle sur le Ben Nevis, couronné de nuages. Fort William, nous arrivons à 13 heures, et faisons une petite balade en ville, le temps de boire un chocolat chaud dans un pub et allons visiter le Highland West Museum, entrée gratuite, au cœur de la ville. Un joli musée qui raconte aussi bien l’histoire locale que la préhistoire… éclectique.  Nous visitons aussi l’église St Andrews qui est superbe avant de nous rendre à la gare des trains car contrairement à ce que nous avons toujours lu depuis que nous préparons ce trip, nous avons appris que le train à vapeur « Le Jacobite », celui de Harry Potter- oui, oui, c’est bien celui-là, circule tous les jours entre Fort William et Mallaig, départ à 10h15, retour 16h00. 35 £ la place en A.R, cher, car 4 trains normaux par jours font le même parcours pour la moitié du prix, mais nous voulons celui-ci et rien d’autre. Nous décidons donc de prendre celui du lendemain et reprenons la route pour Glenfinnan où se trouve le fameux viaduc sur lequel on voit passer le train dans le film. Nous arrivons 5 mn avant le passage du Jacobite. Il pleut mais la magie opère et une petite poignée de fans sont présents pour assister au spectacle. Pour le voir il faut emprunter un petit sentier derrière le Visitor center de Glenfinnan et on y accède en 5 mn de marche. La nuit tombe, nous regagnons le B&B. Dîner dans un village proche, 48 £ pour deux, car tout est fermé ici, et nuit au Tirindish.

P1170399.JPG  P1170400.JPG  P1170401.JPG

P1170423.JPG

P1170427.JPG  P1170387.JPG  P1170410.JPG

Jour 27 : Départ à 9h00 pour la gare de Fort William où nous allons prendre le train à vapeur pour Mallaig. Le train crache déjà toute sa vapeur lors de notre arrivée à la gare 45 mn avant le départ. Parking à proximité, gratuit en cette saison, avec accès direct aux quais. Le billet s’achète directement à bord du train, en cash seulement, 35 £ en seconde et 59 £ en première. Restauration possible à bord. Notre wagon est vide, mais le reste du train est bien rempli. Départ à 10h15 et arrivée à Mallaig à 12h25 avec un stop de 25 mn à la gare de Glenfinnan juste après le viaduc, pour pouvoir visiter le mini musée ou autre. Retour : départ de Mallaig à 14h10 et arrivée à Fort William à 16h. Une pause que nous mettrons à profit pour nous balader un peu en ville et aller déjeuner au Steam Inn, 32 £ pour deux. Il y a d’autres restos ouverts en ville. La balade en train est sympa et agréable et nous fait découvrir de beaux paysages à travers les vitres embuées du tortillard… Nous redevenons des enfants le temps du trajet, l’ombre d’Harry Potter plane sur le train. De retour à Fort William, nous ferons un peu de shopping en ville avant de rentrer au B&B pour nous préparer pour le dîner. Nuit au Tirindish.

20171203_151958.JPG  20171203_160224.JPG

20171204_134858.JPG

20171204_135029.JPG  P1170448.JPG

 Jour 28 : Manteau blanc sur Spean Bridge ce matin, la neige est tombée cette nuit. C’est prudemment que nous prenons la route pour le Nevis Range où nous espérons pouvoir prendre le téléphérique ouvert toute l’année. Pas de bol. Ce dernier est en maintenant pour une semaine encore. Tant pis nous prenons la route pour Glencoe à 40 km de là où nous voulons faire  une randonnée. Route magnifique avec de beaux paysages enneigés. C’est sous une tempête de neige que nous arrivons au Visitor Center de Glencoe où se trouvent un shop, un café et un petit musée local, entrée 6,5 £. Nous récupérons les infos nécessaires à notre rando et rejoignons le village de Glencoe d’où partent les trois randonnées qui nous intéressent depuis la forêt du Lochan Trails. La chance est de nouveau avec nous, le soleil refait son apparition, neige et soleil… Nous partons pour une randonnée d’une heure trente, paisible et accessible à tous, le tout dans un décor de noël. 13 heures, nous faisons un stop au Glencoe Café dans la rue principale du village pour déjeuner. Très bien, cool et sympa, bon et pas cher surtout. 10 £ pour deux. Nous reprenons la route pour Oban où nous allons passer la nuit au Lochnell Arms Hotel, 65 £ la nuit en petit déjeuner. Mais d’abord, une petite balade dans cette petite ville charmante où se trouve la seul distillerie de la région, mais aussi la seule du pays à se trouver en ville, la distillerie Oban. Entrée 10 £ avec dégustation, visite et verre cadeau. Une visite sympa pour amateur de whisky. Nuit et dîner au Lochnell Arms.

20171204_143620.JPG  20171204_143933.JPG

P1170483.JPG  P1170486.JPG  P1170488.JPG

P1170445.JPG  P1170464.JPG  P1170473.JPG

Jour 29 : Départ pour Balloch à 90 bornes de là. Nous prenons la 85 puis la 82, deux très belles routes qui nous ferons une nouvelle fois traverser de très beaux paysages enneigés jusqu’au loch Lomond, mais un parcours sous un ciel bleu et un soleil magnifique. Nous ferons un arrêt pour visiter la jolie ville de Luss sur les rives du loch Lomond. Une halte plaisante et agréable. Arrivée à Balloch à 13 heures, et là nous apprenons que contrairement à tout ce que nous avons lu pendant la préparation du trip, il est possible de faire une balade en bateau sur le loch. Deux départs par jour en cette saison, 11h30 et 13h30, prix 10,50 £. Une belle balade sous le soleil dans un beau bateau avec moquette, cuir rouge et bien sûr un bar… De retour à 14h30, nous nous rendront au Bird of Frey Centre, à côté de l’aquarium public, où nous pourrons voir toutes sortes d’oiseaux du monde entier. Un petit parc intéressant,  à découvrir. Entrée 8 £. Nuit et repas au Queen of Loch à Balloch où nous avons réservé une chambre pour la nuit, 61 £ en petit déjeuner.

20171205_110422.JPG  20171205_110733.JPG

P1170527.JPG  P1170533.JPG  P1170543.JPG

20171205_112122.JPG  20171205_105844.JPG  20171205_093624.JPG

Jour 30 : Levés tôt, nous prenons la route pour Glasgow où nous allons rendre la voiture et passer les deux derniers jours du voyage avant le retour à la maison. Il fait froid, la route est verglacée et un brouillard épais réduit la visibilité à quelques dizaines de mètres. Seulement une vingtaine de km séparent l’aéroport de Balloch, mais il nous faudra presqu’une heure pour les parcourir dans ces conditions. Nous finissons par arriver et rendons la voiture à notre loueur  Thrifty. Nous avons parcouru pas moins de 4184 km en 26 jours… Nous prenons un taxi, 20 £, pour rejoindre l’hôtel Ibis Budget où nous avons réservé pour deux nuits, 45 £ la nuit  en petit déjeuners. C’est à pieds que nous rejoignons le Glasgow bridge où nous remontons la rivière jusqu’au Riverside muséum, 30 mn de marche, entrée gratuite, un très beau musée. La ville comme la campagne est enveloppée par le brouillard, il fait très froid et après la visite nous prenons un taxi, 12 £, pour regagner le centre-ville, où nous allons déjeuner au Café Gandolfi, 38 £ pour deux avec boissons. Nous finirons la journée par une balade dans le centre-ville envahi par une foule dense. Le matin se déroulait en ville la course des pères Noël à laquelle plusieurs milliers de personnes, toutes vêtues comme le vieux barbu, participaient. Nuit à l’Ibis Budget et dîner à proximité.

P1170596.JPG

20171207_092547.JPG  P1170615.JPG  20171207_092754.JPG

P1170680.JPG  P1170682.JPG  20171207_093526.JPG

Jour 31 : Glasgow. Ciel bleu ce matin sur la ville et la campagne environnante. Mais le froid est là, tout est blanc et givré. Nous partons en taxi, 12£, pour voir The Burrel Collection à l’extérieur de la ville. Sur place nous sommes informés que le site est fermé pour travaux… Et le taxi est parti nous laissant seuls au milieu d’un paysage de campagne, blanc et pétrifié… Tant pis, on se rabat sur la Pollok House, un beau manoir au milieu d’un immense jardin, entrée 6,50 £, c’est très beau, surtout l’extérieur où coule une rivière. Re-taxi, 15 £,  cette fois pour le musée Kelvingrove Art Gallery, mais avant nous allons déjeuner dans un resto sympa sur Argyll Street, le Kelvingrove Café,  29 £ pour deux. Visite du musée, entrée gratuite, mais fermeture exceptionnelle à 15h30 aujourd’hui, il est 14 heures, nous ferons la visite en une heure trente. Départ à pied pour le centre-ville que nous rejoignons après 45 minutes de marche en mode balade. Un centre toujours aussi animé puis nous rentrerons à l’hôtel, en taxi,  après une pause chocolat chaud, pour préparer nos bagages. Dîner dans un restaurant indien du quartier où se trouve l’hôtel Ibis.

P1170719.JPG  P1170696.JPG  20171208_104802.JPG

P1170731.JPG  P1170745.JPG  P1170753.JPG

P1170764.JPG

Jour 32 : Bye-Bye l’Ecosse,  levés tôt car notre vol retour via Amsterdam est prévu à 9h05. Journée de voyage, arrivée à Nice à 16h35.

20171209_130301.JPG  20171209_132713.JPG  20171209_134432.JPG

P1170818.JPG  P1170821.JPG

P1170861.JPG  P1170868.JPG  P1170857.JPG

P1170877.JPG  P1170954.JPG  P1170889.JPG

Regard de femme, notre voyage vu par Corinne:

 

Oui, c'est vrai ce voyage en Ecosse était une idée à moi...Plus qu'une idée, un caprice !

J'aime la musique de Texas, Dire Straits, Rod Stewart...J'aime les films tels que Highlander ou Braveheart...J'ai dévoré la trilogie "Les maîtres d'Ecosse" de Robin Young, j'ai adoré la saga "Le cercle de Pierres" de Diana Gabaldon rebaptisée "Outlander à l'écran...

J'adore les hommes en kilt, je trouve cela super sexy, chacun ses fantasmes...Eric n'a pas fléchi.

Vous voyez j'avais de bonnes raisons de vouloir visiter l'Ecosse !

Je pensais séjourner tranquillement dans la lande et prendre le temps de me reposer, contemplative ...

Ce ne fut pas le cas, nous n'avons pas arrêté de bouger, de visiter, de découvrir une culture celtique qui était il faut bien l'avouer étrangère aux latins que nous sommes l'un et l'autre...

Au cours de ces quatre semaines nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer une seule fois...Nous nous sommes disputés quelques fois au sujet de la voiture, conduite à gauche oblige...

Nous n'avons pas eu froid car j'avais pris soin de nous équiper en conséquence ... Ma valise était même bien trop chargée !

J'ai regretté de ne pas pouvoir manger plus de fruits de mer, les restaurants étant pour la plupart fermés en cette saison...

J'ai râlé en découvrant à quel point la forêt Calédonienne avait été dévastée par l'élevage des moutons...Et pourtant, c'est ce qui lui donne ce caractère unique au monde !

J'ai été déçue de ne rencontrer ni Richard Butler, ni Jamie Fraser... Nessie non plus ! Il faut savoir se faire une raison !

Pour le reste rien à redire, la lumière était vraiment très belle et je me suis régalée à photographier ces paysages de légende...

L'accueil du peuple ecossais lui est tout sauf légendaire, nous n'avons croisé que des gens charmants et très respectueux... Il semblerait qu'il n'y ait pas de délinquance en Ecosse...

Les musées sont superbes, de véritables cavernes d'Ali Baba  et en plus ils sont gratuits ...

Les châteaux ont une âme, qu'on y croit ou pas, il y a du mystère dans ces vieilles pierres !

Les ecossais ne vous snobent pas, ils vous expliquent que pour mieux apprécier un single malt comme le Talisker, le verre d'eau est indispensable...Et ils ont raison !

Derrière les bars dans les pubs, de nombreuses jeunes filles barmaid officient avec un grand professionnalisme.... Et contrairement à notre expérience New-Yorkaise personne ne vous pousse à la consommation ! 

On a bien mangé, j'ai aimé le haddock "fish and chips" incontournable, ainsi que le "Haggis" la panse de brebis farcie et le saumon bien sur tout aussi délicieux...

J'ai aimé l'ambiance tout simplement...Les paysages à couper le souffle, les cerfs en liberté qui vous regardent droit dans les yeux sans ciller...Magnifique !

Non, l'île de Skye n'est pas un résumé à elle seule de l'Ecosse comme je l'ai trop souvent lu dans les guides, car l'Ecosse c'est plus que cela : Eric a préféré le nord et la route 500 avec son côté sauvage, moi j'ai préféré l'intérieur des terres, le Castle trail, ou la route des distilleries, Pitlochkry... Ce voyage était tellement varié que ce serait injuste de vouloir le réduire, le compresser...

Voilà, vous l'aurez compris, je suis enchantée par le pays. Je vous recommande cette destination, même en hiver, c'est une belle aventure et le dépaysement est garanti !

A bientôt. Corinne.

P1170962.JPG  P1170984.JPG  P1180002.JPG

P1180021.JPG    P1180045.JPG  P1180029.JPG

20171210_145155.JPG  20171210_145215.JPG



Littérature:

Revivez ce trip à travers mon roman Effie. 

Disponible sur tous les sites de VPC et en librairie.

téléchargement.jpg

AnyConv.com__123.jpg

Merci de m'avoir lu et à bientôt pour un autre carnet de route.

 

Eric.

Ci-dessous un bonus photo (comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir)

 

20171113_104252.jpg

 

20171114_143905.jpg

 

20171117_125147.jpg

 

20171118_201506.jpg

 

20171120_122419.jpg

 

20171121_105552.jpg

 

20171123_145704.jpg

 

20171124_154432.jpg

 

20171124_162232.jpg

 

20171127_144121.jpg

 

20171130_090813.jpg

 

20171130_105837.jpg

 

20171130_145242.jpg

 

20171130_151140.jpg

 

20171205_123052.JPG

 

20171206_112440.JPG

 

20171207_094101.JPG

 

20171208_120726.JPG

 

20171210_115627.JPG

 

20171210_144844.JPG

 

20171210_145244.JPG

 

20171210_145358.JPG

 

20171211_143733.JPG

 

P1130941.jpg

 

P1150174.jpg

 

P1160133.jpg

 

P1160409.jpg

 

P1160656.jpg

 

P1160937.JPG

 

P1160993.JPG

 

P1170052.JPG

 

P1170073.JPG

 

P1170125.JPG

 

P1170197.JPG

 

P1170198.JPG

 

P1170275.JPG

 

P1170279.JPG

 

P1170287.JPG

 

P1170304.JPG

 

P1170354.JPG

 

P1170393.JPG

 

P1170551.JPG

 

P1170553.JPG

 

P1170574.JPG

 

P1170790.JPG

 

P1170817.JPG

 

P1180048.JPG

 

P1180152.JPG

 

P1180111.JPG

 


11/04/2022
2 Poster un commentaire

Yoga...Mantra, Japa, Mala...OM

 

 

              Yoga et Mantra... om5.jpg

 

 

        Un mantra consiste en plusieurs lettres disposées dans une suite de sons dont les lettres sont les signes représentatifs. Pour produire l'effet désiré, le mantra doit être accordé

        correctement à la fois au son et au rythme.

        L'idée centrale contenue dans l'œuvre des mantras est que certains sons, quand ils sont émis, produisent dans l'Akasha une perturbation qui est, à son tour communiquée,

        selon sa violence, à des niveaux supérieurs. Plus la perturbation est forte, plus forte est la communication aux niveaux supérieurs. La nature de cette perturbation ne peut pas être

        appréciée à partir des lois physiques connues. Tout ce que l'on peut dire c'est qu'il existe une relation entre les sons et la perturbation dans l'Akasha.

 

       La science moderne a découvert les ultrasons qui sont produits par le son inaudible. L'oreille humaine ne peut détecter au delà de dix à vingt mille vibrations par secondes.

       Or les ondes ultra-sons ont une fréquence de plus d'un million par seconde.

       Les vibrations du son sont très importantes pour notre bien-être. L'invocation de certains sons fait vibrer nos glandes et les aident à débarrasser notre corps de ses impuretés.

 

      La Bible rapporte qu'au son des trompettes de Jéricho, toute la ville s'écroula.

      On dit que le célèbre chanteur Caruso brisait des verres par la puissance de ses notes.

      Certains malades sont soignés par la thérapie du son...

 

jericho_tissot.jpg

 

Les Yogis, ayant découvert le pouvoir des vibrations du son sur notre corps en ont fait un Yoga à part : Le Mantra Yoga , qui observe les effets produits par les vibrations du son sur le mental et le spirituel.

Leur but est toujours triple: la santé du corps, la paix de l'esprit et le développement de l'âme.

Dans le Mantra-Yoga, la répétition du nom de Dieu, OM, ou SOHAM, ou OM NAMAS SHIVAYA est essentielle. La répétition avec émotion conduit à l'absorption de l'esprit dans le nom lui-même.

Par le Mantra -Yoga, la vision de Dieu est assurée. Comme en réalité le Mantra est divin, par sa pratique, Dieu est réalisé.

 

 Om.jpg

 

 

 

 

             Aucune connaissance théorique n'est nécessaire;

          De toues les formes de Yoga, le Mantra-Yoga est la                    discipline la plus facile et la plus efficace,

          pourvu qu'on persévère...

 

 Mantra...Japa et Mala...

 

Le Japa est une des bases de la vie spirituelle des hindous et fait intégralement partie du Yoga. C'est la répétition ininterrompue, consciente et rythmée d'une formule rituelle ou Mantra.

Le Mantra est un son mystique à résonnance intérieure profonde utilisé comme support de concentration et de méditation dans le but d'obtenir le silence intérieur par la dissolution des pensées.

 

     "Le silence avant tout."  

                                          GANDHI                                

                                                                                           

 

Le Mantra on l'a vu peut-êter soit le nom d'une divinité ( ISHTADEVATA ), soit une formule dévotionnelle choisie suivant le tempérament du pratiquant.

Attention néanmoins à ne pas sous-estimer la puissance des mantras, surtout tantrique, pour cela mieux vaut être initié que jouer à l'apprenti sorcier.

Le mantra "OM" est universellement utilisé et le plus fréquemment adopté , il peut aussi précéder les autres formules de Mantra: "OM OMNAMAHASHIVAYA".

 

Pendant le Japa, le mantra peut-être récité à voix haute , à voix basse ( murmure modulé) ou mentalement. Selon les textes anciens, le mantra murmuré serait le plus intense et le plus efficace de par la qualité et l'influence de ses vibrations sonores sur le corps, qui contribuent à l'éveil de l'énergie latente chez les êtres, énergie subtile qui modifie la structure physique, psychique et spirituelle de celui qui chante.

 

Les hindous considèrent qu'il existe trois "Qualités de la Nature",

qui composent les êtres vivants:

 

    3-Gunas-of-Mind-Tamas-Sattva-Rajas.jpg

 
   -Tamas: Le GUNA de l'inertie et des ténèbres

    -Rajas: Le GUNA du mouvement et de l'énergie

    -Sattva: Le GUNA de l'équilibre et de la pureté

     Le Japa amplifie l'énergie potentielle qui réside en Rajas.

                                                                                                                                                               

De la concentration sur le Mantra dépend toute l'efficacité de Japa.  La répétition du Mantra doit être faite sur un rythme régulier, continuel et conscient, qui peut-être cadencé par la respiration.

La pratique de Japa améliore les qualités de cœur en éloignant jalousie, orgueil et égoïsme. Elle permet de transcender le Samsara (existence) et aide ainsi Atman (le Soi-Profond immortel) à trouver sa propre voie.

 

Il est recommandé de commencer par pratiquer avec un enseignant en méditation pour une approche du Tantrisme, de répéter le Bija Mantra ( Mantra racine) en se concentrant :

 

-Soit sur Anahata Chakra, le chakra du cœur, si l'on est plus dévotionnel ou sensible.

-Soit sur Ajna Chakra, le centre de commandement, situé entre les deux sourcils, l'œil de Shiva, si l'on est plus intellectuel ou mental.

 

                                                                                         anahata_chakra_hv05.jpg

 

 

                                             exoticindiaart-ajna-chakra-ht97.jpg 5.jpg


Pour réciter les Mantras, les hindous et les bouddhistes se servent d'un Japa-Mala, chapelet ou rosaire dont les 108 grains sont faits de Santal, de cristal ou de certaines baies du Népal. Un pompon ( Sumeru) sert de point de départ. Le Mont Meru, montagne mythique et sacrée serait le sommet de l'Univers.

 Parfois c'est une perle supplémentaire, différente des autres, souvent en Rudraksha ( Œil de Rudra, graine de l'arbre sacré de Shiva) qui sert de point de départ à la récitation, et permet de constater que le tour de mala ( 108 répétitions) est achevé.

 
                                                                     malla-tibetain.png          

 

 

ob_9e1c76_mount-kailash-reurinkjan.jpg

Pourquoi 108 ?

Dans les Upanishads il est dit qu'une personne respire 21 600 fois par jour. Ce nombre est divisé en deux parties, le jour et la nuit. Ainsi, pendant le jour on respire 10800 fois et la nuit 10800 fois aussi.

La répétition du mantra devrait se faire à chaque respiration...Difficile! C'est pourquoi pour compenser, on le chante 108 fois. Il est dit qu'à chaque fois que l'on chante un mantra, ses fruits sont multipliés par 100.

Ainsi répéter le mantra 108 fois est en réalité égal à 10800 fois...

108 est un nombre Harshad, un nombre entier divisible par la somme de ses chiffres. Harshad signifie "grande joie" en sanskrit.

 

 9 x 12 =108  mais aussi:

1 (puissance 1) = 1

2 x 2 (2 puissance 2) = 4

3 x 3 x 3 ( 3 puissance 3) =27   et      1 x 4 x 27  =  108                                       

La Terre est éloignée du Soleil de 108 fois le diamètre du Soleil,

La Terre est éloignée de la lune de 108 fois le diamètre de la lune...

108 est le résultat du Carré magique de la Terre

De nombreuses civilisations anciennes utilisent ce nombre ...Comment pouvaient ils calculer tout cela il y a des milliers d'années...Cela laisse rêveur.

Le 1 représente Dieu ou l'Unité

Le 0 symbolise le vide ou l'accomplissement de la pratique spirituelle

Le 8 représente l'infini ou l'éternité

100 et 8 perles : Il est dit qu'en répétant 100 fois le mantra, le compte y est. Les 8 fois supplémentaires serviraient à couvrir les erreurs ou omissions.

Ces 8 dernières prières sont offertes à Dieu ou au Guru (le Maître).

 

"Pour qui n'est pas en YOGA il n'est ni intelligence ni concentration de pensée;

pour qui est sans concentration, il n'y a pas de paix;

et pour qui est sans paix, comment y aurait-il du bonheur ?"                                       

                                                              La Bhagavad-Gita ou le Chant du Bienheureux

 

Comment pratiquer:

Asseyez-vous jambes croisées en tailleur, en lotus, dans la posture du diamant...Le dos droit, sans tension, détendez les épaules ...

Essayez de trouver une posture confortable, que vous pourrez garder quelques minutes sans bouger.

Posez votre main gauche sur le genou gauche en Jnana -Mudra, le geste de la connaissance.

Posez le Mala sur l'index de votre main droite. A partir du pompon et avec le pouce égrener le Mala à chaque Mantra.

Lorsque les doigts atteignent à nouveau le SUMERU , retournez le Mala pour recommencer un chapelet.

 

sans-titre 1.png          

 

 Quand pratiquer ?

 

           - Le matin après les ablutions

           - Le midi ou le soir avant les repas

           Les Hindous font une courte méditation avant chaque repas.

             

 Durée ?

 

           - Au moins 1 tour complet.

           - Traditionnellement par série de 5 tours, 7 tours ou 12 tours. 

 

 Expérimentez... Je vous souhaite une heureuse pratique en Yoga !

 

 

Cet article reprend en partie les écrits de Shri Mahesh, fondateur de la F.F.H.Y,

parus sur le sujet dans les revues Yoga et Vie n° 2 et n° 30 éditées par le Centre Culturel Franco- Indien, ainsi que certaines données du blog du Yoga  www.yogamrita.com

 

                                                                                                             A bientôt !

                                                                                               Corinne

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                        

 

 

 

 

 


25/03/2022
0 Poster un commentaire