VOYAGES EN EQUILIBRE...

Cours de Yoga du mois de décembre 2019

soleil-lune.jpg

 

Décembre est marqué par le solstice d'hiver, journée la plus courte dans l'hémisphère nord et début de l'hiver astronomique...

 

1- Intériorisation assise autour du nombre 12...

Chant du mantra OM

 

2-Réveil en douceur des articulations

 

3- Pranayama :  Chandra Sudana

Stimulation de la narine gauche, ida nadi.

Le caractère féminin de la respiration , associée symboliquement à la lune source de fraîcheur.

Fermer la narine droite et inspirer lentement par la narine gauche aussi longtemps que possible.

Rétention de souffle poumons pleins: l'énergie monte jusqu'aux extrémités des doigts et des orteils.

Expirer très lentement par la narine droite. 

Attention à ne pas forcer les rétentions de souffle.

 

3- A genoux : La petite salutation à la lune

Enchaînement de postures associées aux phases respiratoires

 

4- Venir debout: intériorisation dans la posture de la montagne

Verticalité- équilibre- souffle

 

5- Posture de la demi-lune

 

6- La Salutation à la lune

Enchaînement de postures associées aux phases respiratoires

 

7-Venir sur le ventre pour les étirements

 

8-Sur le dos: la charrue et la chandelle

 

9-Posture de détente : genoux/poitrine - menton/poitrine , se masser le dos.

 

10- Concentration / Relaxation: Trataka sur la bougie et écoute des chants de Noël

 

Chant du mantra OM 

 

couple-soleil-lune.jpg

 

                                                     Namaste

 


22/11/2019
0 Poster un commentaire

Méditation de novembre

sidonie-gabrielle-colette.jpg

 

 

Pour illustrer la pensée du jour, le journal Nice Matin citait Colette,

romancière française (1873-1954).

 

- "Il y a souvent plus d'angoisse à attendre un plaisir qu'à subir une peine."

 

 

Qu'en pensez-vous ?

 

 

"En courant toute sa vie après des buts mondains : le plaisir, le gain, les louanges, la renommée, etc... on gaspille son temps, tel un pêcheur qui jetterait ses filets dans une rivière à sec. Ne l'oubliez pas et veillez à ce que votre vie ne s'épuise pas en vaines poursuites."

Dilgo Khyentsé Rinpotché

 

 

"Nous déployons beaucoup d'efforts pour améliorer les conditions extérieures de notre existence, mais en fin de compte c'est toujours notre esprit qui fait l'expérience du monde et le traduit sous forme de bien-être ou de souffrance. Si nous transformons notre façon de percevoir les choses, nous transformons la qualité de notre vie. Et ce changement résulte d'un entraînement de l'esprit que l'on appelle "méditation".

Matthieu Ricard

 

 

En Yoga il est conseillé de ne rien attendre des fruits de ses actions

De ne pas porter de jugement 

De cultiver les pensées positives

D'accepter ce qui est et ne peut-être changé, d'améliorer ce qui peut l'être

De vivre uniquement l'instant présent: ici et maintenant.

Et d'élever sa conscience ...

Et, cependant, j'apprécie aussi beaucoup la littérature  !

Merci à toutes les romancières qui me font voyager avec leurs héroïnes passionnées, aventurières aux destins tourmentés, qui m'accompagnent partout où je vais.

 

MV5BNzIwOWQ0MWMtNzE2OS00ZThhLWI2NWYtNWM2ZTVjMDZhY2RlL2ltYWdlL2ltYWdlXkEyXkFqcGdeQXVyMTc4MzI2NQ@@._V1_UX214_CR00214317_AL_.jpg

 

 

                                          A bientôt ! Corinne

 


22/11/2019
1 Poster un commentaire

L'âme indienne

l_appe10.jpg

 

 

L'âme est pareille à un oiseau captif, elle souffre en attendant d'être libérée, pour pouvoir s'envoler ...

 

Tel un oiseau migrateur l'âme ,âtman, vole indéfiniment de corps en corps, jusqu'à ce qu'elle ait amassé suffisamment de bonnes actions durant ses existences successives pour stopper le cycle cosmique des renaissances, samsâra.

 Le samsâra est à l'image d'une roue à aube qui tourne continuellement : l'eau,âtman, s'élève jusqu'au sommet de la roue, prisonnière des aubes, puis redescend pour remonter à nouveau ... dans une course migratoire continue qui ne peut échapper à un retour vers des formes d'existence déjà connues.

 

L'âme, se traduit par le "Soi" ou "souffle vital" : âtman est le mot sanskrit qui traduit au sens le plus large ce que représente l'âme.

 

L'âme est le passager du char, embarquée dans une course folle, elle subit tous les aléas du voyage.

Même si elle n'a rien en commun avec les éléments qui composent son moyen de transport, son destin durant tout le trajet est lié au char qui la transporte.

L'âme "est", "connait", "voit" clairement, distinctement, sans se tromper... elle est transcendante, autonome, parfaite, permanente... 

Alors que le char n'a qu'une existence provisoire et imparfaite; Même chose pour le cocher, dont la connaissance est précaire, approximative ou erronée, puisqu'elle provient des sens et de ce qu'ils perçoivent, ce qui est loin d'être la vérité.

L'âme est donc Être, Conscience et Béatitude.

Le devoir de l'homme avisé est de délivrer l'âme qui souffre provisoirement de sa condition actuelle pour lui rendre l'état béatifique qui doit être le sien.

 

L'intelligence, buddhi, dont l'organe est le coeur, est le lien entre l'âme et le corps. L'âme peut faire passer un message de sa connaissance vraie en guidant l'intelligence: ainsi l'homme "voit" par l'oeil du coeur, l'intuition intellectuelle. Grâce à la discrimination, il prend conscience de sa condition réelle et comprend qu'il doit se séparer de l'être phénoménal pour s'élever et se rapprocher de l'état transcendantal qui lui fera quitter le monde.

Car "pour qui connaît vraiment le monde, tout y est souffrance" Patanjali.

A cet instant ,buddhi , ayant intégré  la connaissance du Yoga (moyen de vaincre la souffrance), maîtrise la course folle du char et l'arrête pour qu'âtman puisse enfin descendre.

 

Source: Les Upanishads du Yoga - Jean Varenne- Connaissance de l'Orient-Gallimard-

 

 

Le yogin est alors un délivré-vivant Jîvan-mukta.

Il a encore une existence corporelle, mais n'est plus sous l'emprise de son esprit.Il est définitivement libéré de toute souffrance et de toute dépendance.

Il n' a plus de conscience individuelle, il évolue dans un état paradoxal. Après la mort du corps physique, le Délivré sera définitivement dégagé de l'engrenage des renaissances successives dans des modes d'existence conditionnés.

 

Source: Les voies du Yoga - Tara Michaël- Editions Points-

 

Dans la mythologie indienne, Brahman ou Atman représente la Réalité absolue, le Soi suprême ou encore l'essence de l'Univers.

Brahman n'a pas de forme définie et ne possède aucune qualité. Il est sans origine ni fin, tout en étant le but ultime de l'homme. 

Sat-Cit-Ananda : Être-Conscience-Félicité.

Vishnu est la Réalité absolue avec forme. Vishnu est la manifestation du Brahman.

Le grand Dieu Vishnu revêt plusieurs formes humaines: Râma, Krishna...

 

Brahmâ, le créateur du Monde, naît de Vishnu. Il a pour mission l'expansion et la contraction d'un Univers. Lorsque cet univers a connu la création, la conservation et la destruction, la vie de Brahma est terminée, il se résorbe en Vishnu.

L'existence de Brahmâ est limitée, tandis que le Brahman lui est éternel.

 

Le soi individuel, jîvatman, est une étincelle divine. Il est l'âme qui naît de Vishnu , en même temps que naît Brahmâ le Créateur.

Le soi individuel, âtman, est par sa nature immortel.  Il s'incarne peu avant la naissance et quitte le corps au moment de la mort pour investir un autre corps... C'est ainsi que l'âtman transmigre.

Ce cycle de transmigration fait de souffrance débute avec l'apparition de Brahmâ créateur d'Univers et se termine avec la dissolution de Brahmâ et de toute sa création, résorbé en Vishnu.

Pour l'homme, la Délivrance finale, moksha, met un terme définitif aux cycles de transmigrations de l'âme. L'Atmân reprend place en Vishnu et ne fait plus qu'Un avec le Brahman, la Réalité absolue: 

Ceci représente le but le plus élevé pour chaque être humain.

 

Source: Annexe du Mahâbhârata -Spiritualités vivantes - Albin Michel

 

 

images (7).jpg

 A bientôt !

                 Corinne


21/11/2019
0 Poster un commentaire

Cours de Yoga novembre 2019

vishnu_garuda.jpg

 

En novembre,  les oiseaux sont à l'honneur,

Ici, le Dieu Vishnu conservateur du monde sur sa monture l'aigle Garuda.

 

 

L'oiseau symbolise la transmigration du soi individuel.

La délivrance finale Moksha a lieu lorsque le soi individuel (jîvâtman) a fini de voyager de corps en corps et se résorbe en Vishnou, la Réalité absolue, le Brahman.

 

1- Intériorisation assise et Pranayama:  SO HAM

 

2- Réveil des articulations

 

3- A genoux : l'Oiseau Céleste Chataka asana

Extrait de "Yoga et Symbolisme" de Shri Mahesh:

Dans la mythologie hindoue, le ciel et l'enfer font partie intégrante de l'homme; ce dernier les portes en lui:

Si on dit à autrui une gentillesse, c'est le ciel

Si on dit à autrui une méchanceté, c'est l'enfer.

                                                                     Basava

L'oiseau céleste nous aide à trouver la vérité qui se situe au-delà des divisions, de la dualité physique et mentale, celle qui nous élève au dessus du mensonge de l'homme mortel."

 

 

4- Debout, depuis la posture de la montagne... Prendre conscience de sa verticalité: relation Terre/Ciel

Sentiment d'elevation de l'élément matériel vers l'élément spirituel.

 

Postures d'équilibre :

-L'aigle Garuda

-La posture de l'Autruche "Shutarmurga asana qui symbolise la force de la création qui unit la connaissance individuelle à la connaissance cosmique." Extrait de "Yoga et Symbolisme".

 

5- Venir sur le ventre: Les étirements

-Posture de l'oiseau : Tittibha asana. " La stabilité est un guide infaillible qui conduit l'homme aux plus hauts achèvements, mais elle présuppose un mental hautement concentré, un environnement paisible et serein. Celui qui pratique cette posture est imperturbable et ignore le regret du passé, l'agitation du présent et l'anxiété du futur." Extrait de "Yoga et Symbolisme".

 

6-Sur le dos : Shavâsana ou la posture du cadavre. Lorsque le corps est abandonné au sol en toute confiance.

 Relaxation: L'oiseau migrateur (Upanishad du Yoga)

 

téléchargement.jpg

                                                      Namaste 


05/11/2019
0 Poster un commentaire

Un doux sourire de contentement...

f295cc_f75ba7e780b24123a4a6f214f3d0b3e4_mv2.jpg

 

 

Commencez par fermer les yeux...

Redressez le dos, détendez les épaules...

Portez votre attention sur votre respiration , sur sa régularité...

Détendez les muscles du visage

A chaque expiration soufflez sur les tensions...

Effacez les rides de crispations...

Relâchez les mâchoires...

Dessinez un joli sourire sur vos lèvres qui s'entrouvrent légèrement... 

Souriez à la vie, à l'instant présent...

Soyez bien conscient de votre posture...

Reconnaissez-vous physiquement, ici et maintenant, soyez présent à vous-même...

Reconnaissez-vous mentalement, tel que vous êtes vraiment, sans porter de jugement ...

Prenez juste conscience de ce qui est, simplement...

Installez-vous confortablement en vous, occupez tout l'espace...

Accueillez-vous avec bonheur, avec envie, chez vous, sans poser de question...

Profitez juste de l'instant unique qui s'offre à vous maintenant...

Ressentez, cette communion avec le monde qui vous entoure...

Ressentez cette appartenance, cette interdépendance avec l'infiniment grand et l'infiniment petit...

Respirez profondément...

Visualisez l'énergie subtile, le Prâna, qui circule en vous et tout autour de vous...

sentez le à chaque respiration se diffuser dans tout votre corps...

Nourrissez-vous de ses ondes positives...

Soyez conscient de vivre un moment précieux...

Prenez le temps d'être exactement là où vous êtes...

Nulle part ailleurs...

Observez la détente qui s'installe petit à petit en vous...

Soyez content, souriez, sans aucune limite...

Cultivez la bienveillance...

Soyez gentil, sans rien attendre en retour...

Respirez, sentez comme votre respiration est fluide...

 Profitez de cet espace heureux que vous venez de créer en vous posant, en souriant...

Vous êtes content.

 

Santosha, est une des clefs du cheminement en Yoga...

Le contentement permet de se défaire de tout ce qui nous tire vers le bas...

Apprécier ce qu'on a, ce qu'on vit, c'est s'élever, s'intéresser, apprendre, échanger, aider...

Le contentement, ce n'est pas cultiver la fatalité, c'est juste avoir conscience de la réalité des choses, en ayant le courage de changer ce qui peut l'être, ou tout au moins d'essayer d'améliorer ce qui est à notre portée... Et n'oubliez pas, souriez !

 

A bientôt,

                      Corinne

 

 

 

 

 

 

 

 


23/10/2019
1 Poster un commentaire