VOYAGES EN EQUILIBRE...

Voyage en musique


Nissa la Bella

Nice Baie des Anges

 

courtier-immobilier-nice-quartier-baie-des-anges.jpg

 

J'aimais les mots d'amour en anglais

Les lollipops en français

Quand j'avais 18 ans

J'étais un blouson noir imparfait

Un loubard comme t'en rêverais

Et c'était le bon temps

Du côté des remembers

J'ai pris des flashs

Et des coups au coeur

Fumer du hasch

Bien avant l'heure

De ce pouvoir des fleurs

Si t'avais connu

La miss baie des anges à moitié nue

Les voitures de sport sur les avenues

Tu regretterais tout ça

85516.jpg

Tu regretterais tout ça

Y avait des starlettes, des babys

Toute une jeunesse qui rêvait

Quand j'avais 18 ans

Du côté des remembers

J'ai pris des flash

Et des coups au coeur

Brûlé mon hasch 

Pour un hamburger

Mais c'était mon bonheur

Si t'avais goûté

A Nice baie des anges en plein été

Avec tous ces anges à tes côtés

Tu n'pourrais plus rêver

Si t'avais connu

La miss baie des anges à moitié nue

Les voitures de sport sur les avenues

Tu regretterais tout ça...

 

Adieu Dick Rivers, nous aussi on regrettera tout ça !

 

Paroles et musique: Didier Barbelivien/ Heron Michel

 

13082409590715789311489728.jpg


26/04/2019
2 Poster un commentaire

Notre Dame de Paris

 

 

 

Belle

Invitation-au-voyage-Nour-Tohme-Impression-sur-toile.jpg

 

C'est un mot qu'on dirait inventé pour elle

Quand elle danse et qu'elle met son corps à jour, tel

Un oiseau qui étend ses aile pour s'envoler

Alors je sens l'enfer s'ouvrir sous mes pieds

 

J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane

A quoi me sert encore de prier Notre-Dame

Quel

Est celui qui lui jettera la première pierre

Celui-là ne mérite pas d'être sur terre

 

Ô Lucifer !

Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois

Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esmeralda

 

Belle

Est-ce le diable qui s'est incarné en elle

Pour détourner mes yeux du Dieu éternel

Qui a mis dans mon être ce désir charnel

Pour m'empêcher de regarder vers le ciel

 

Elle porte en elle le péché originel

La désirer fait-il de moi un criminel

Celle

Qu'on prenait pour une fille de joie une fille de rien

Semble soudain porter la croix du genre humain

 

Ô Notre-Dame !

Oh ! Laisse moi rien qu'une fois

Pousser la porte du jardin d'Esmeralda

 

Belle

Malgré ses grands yeux noirs qui vous ensorcellent

La demoiselle serait-elle encore pucelle ?

Quand ses mouvements me font voir monts et merveilles

Sous son jupon aux couleurs de l'arc-en-ciel

 

Ma dulcinée laissez-moi vous être infidèle

Avant de vous avoir menée jusqu'à l'autel

Quel 

Est l'homme qui détournerait son regard d'elle

Sous peine d'être changé en statue de sel

 

Ô Fleur-de-Lys,

Je ne suis pas homme de foi

J'irai cueillir la fleur d'amour d'Esmeralda

 

J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane

A quoi me sert encore de prier Notre-Dame

Quel

Est celui qui lui jettera la première pierre

Celui-là ne mérite pas d'être sur terre

 

Ô Lucifer !

Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois

Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esmeralda

 

Esmeralda.

 

Comédie musicale: Notre Dame de Paris

 

notre-dame-de-paris-decouvrez-qui-sera-la-nouvelle-esmeralda.jpg

 

           

En hommage à la Cathédrale Notre Dame de Paris.
         A notre histoire, à notre culture, à notre patrimoine...Aux bâtisseurs de Cathédrale, à Victor Hugo monument de la littérature...

A l'humanité, à la beauté, à l'Amour sans frontière... A la reconstruction, à demain, à nous tous, à la paix, à la vie !

Corinne

 

 


17/04/2019
2 Poster un commentaire

Partir... avec Julien Clerc

téléchargement (1).jpg

Certainement le plus beau des chanteurs français toutes générations confondues...

Julien Clerc ne ressemble à personne, il a traversé le temps, les modes... J'ai toujours eu un faible pour lui, sa voix, ses chansons... Il a du style !

J'adore "Ma préférence...", superbe déclaration d'amour, comme "Souffrir par toi n'est pas souffrir..." et tant d'autres.

C'est " Partir..." que je partage avec vous, j'aime cette idée d'ailleurs, de tout vouloir lâcher... et de ne pas forcément y arriver !

 

Partir...

 

Depuis l'enfance

Je suis toujours en partance

Je vais je vis

Contre le cours de ma vie

 

Partir partir

On a toujours 

Un bateau dans le coeur

Un avion qui s'envole

Pour ailleurs

Mais on est pas à l'heure

 

Partir partir

Même loin de quelqu'un

Ou de quelqu'une

Même pas pour aller chercher fortune

Oh partir sans rien dire

Vivre en s'en allant 

 

Et en s'envolant

Et les gens l'argent

Seraient du vent

Mais c'est vrai le temps 

Nous prend trop de temps...

 

Partir partir

Même loin de la région du coeur

N'importe où la peau

Change de couleur

Partir avant qu'on meure

 

Partir partir

Comme les trains sont bleus

Quand on y pense

Et les bateaux heureux

Quand on y danse

Oh partir sans rien dire

 

Mais c'est vrai le temps

Nous prend trop de temps

Et on n'appareille

Pour aucun soleil

Et pendant ce temps

On est vivant...

 

Partir partir

On a toujours 

Un bateau dans le coeur

Un avion qui s'envole 

Pour ailleurs

Mais on n'est pas à l'heure

 

Partir partir

Même loin de la région du coeur

N'importe où la peau

Change de couleur

Partir avant qu'on meure

 

Partir partir

Comme les trains sont bleus

Quand on y pense 

Et les bateaux heureux 

Quand on y danse

Oh partir sans rien dire...

 

Julien Clerc, Jean Loup Dabadie

 

               images (3).jpg    Julien Clerc.png    3-0.jpg   Julien_Clerc.jpg     bon-anniversaire-julien-clerc-video.jpg





12/11/2018
1 Poster un commentaire

L'âme d'un voyageur s'en est allée...

Pour rendre hommage à Charles Aznavour nous avons choisi un de ses plus grands succès: Emmenez-moi... 

Invitation intemporelle au grand  voyage, comme un nouveau départ, 

le voyage d'une vie, l'espoir d'être  enfin heureux ailleurs, de se faire une place au soleil...

 

charles-aznavour-posant-324a-diaporama.jpg

 

 

Emmenez-moi

 

Vers les docks où le poids et l'ennui 

me courbent le dos

Ils arrivent le ventre alourdi

de fruits les bateaux

 

Ils viennent du bout du monde

apportant avec eux

Des idées vagabondes

aux reflets de ciel bleu

De mirages

 

Traînant un parfum poivré

de pays inconnus

Et d'éternels étés 

où l'on vit presque nu 

Sur les plages

 

Moi qui n'ait connu toute ma vie

que le ciel du nord

J'aimerais débarbouiller ce gris 

en virant de bord

 

Emmenez-moi au bout de la terre

emmenez-moi au pays des merveilles

Il me semble que la misère

serait moins pénible au soleil

 

Dans les bars à la tombée du jour

avec les marins

Quand on parle de filles et d'amour 

un verre à la main

 

Je perds la notion des choses

et soudain ma pensée

M'enlève et me dépose

un merveilleux été

Sur la grève

 

Où je vois tendant les bras

l'amour qui comme un fou

Court au devant de moi

et je me pends au cou 

De mon rêve

 

Quand les bars ferment que les marins

rejoignent leur bord

Moi je rêve encore jusqu'au matin

debout sur le port

 

Emmenez-moi au bout de la terre

emmenez-moi au pays des merveilles

Il me semble que la misère

Serait moins pénible au soleil

 

Un beau jour sur un rafiot craquant

de la coque au pont

Pour partir je travaillerais dans 

la soute à charbon

 

Prenant la route qui mène

à mes rêves d'enfant

Sur des îles lointaines

où rien n'est important 

Que de vivre

 

Où les filles alanguies

vous ravissent le coeur 

En tressant m'a-t-on dit 

de ces colliers de fleurs

Qui enivrent

 

Je fuirai laissant là mon passé

sans aucun remords 

Sans bagage et le coeur libéré

En chantant très fort

 

Emmenez-moi au bout de la terre

emmenez-moi au pays des merveilles

Il me semble que la misère

Serait moins pénible au soleil...

 

 

 

Paroles et musique: Charles AZNAVOUR

 

 161102_piano_player_banner1.jpg

 


02/10/2018
2 Poster un commentaire

C'est en septembre...

Cest+en+septembre+Gilbert+Bécaud0.jpg

 

J'ai cette chanson dans la tête...Je l'avais presque oubliée, alors qu'elle est si belle !

 

C'est en septembre

 Gilbert Bécaud- Maurice Vidalin- Neil Diamond

 

 

a46a7ff2e0d16c5d8e947547541a7d830c70a853.jpg

 

Les oliviers baissent les bras

Les raisins rougissent du nez

Et le sable est devenu froid

Au blanc soleil

Maîtres nageurs et saisonniers

Retournent à leurs vrais métiers

Et les santons seront sculptés

Avant Noël

 

C'est en septembre

Quand les voiliers sont dévoilés

Et que la plage tremble sous l'ombre

D'un automne dé-bronzé

C'est en septembre

Que l'on peut vivre pour de vrai

 

En été mon pays à moi

En été c'est n'importe quoi

Les caravanes le camping-gaz

Au grand soleil

La grande foire aux illusions

Les slips trop courts, les shorts trop longs

Les Hollandaises et leurs melons

De cavaillon

 

C'est en septembre

Quand l'été remet ses souliers 

Et que la plage est comme un ventre

Que personne n'a touché

C'est en septembre 

Que mon pays peut respirer

 

Pays de mes jeunes années

Là où mon père est enterré

Mon école était chauffée

Au grand soleil

Au mois de mai, moi je m'en vais

Et je te laisse aux étrangers

Pour aller faire l'étranger moi-même

Sous d'autres ciels

 

Mais en septembre

Quand je reviens où je suis né

Et que ma plage me reconnaît

Ouvre ses bras de fiancée

C'est en septembre

Que je me fais la bonne année

 

C'est en septembre

Que je m'endors sous l'olivier

 

Gilbert-BECAUD-par-Jean-COCTEAU-Noël-1954-Dessin.jpg


05/09/2018
0 Poster un commentaire