VOYAGES EN EQUILIBRE...

YOGA, PHILOSOPHIE & RELIGIONS




Le 4 octobre fête de Saint François d'Assise

P1330317.JPG

 (1182-1226)

 

P1330308.JPG      P1330314.JPG     P1330319.JPG

Saint François d'Assise est la figure fondatrice de la spiritualité franciscaine.

 

Il est né Giovanni Di Pietro Bernardone en Ombrie, Italie, au début du XIIIe siècle.

Fils d'un riche marchand drapier, il mène une vie dissipée. Au cours d'une guerre il est fait prisonnier et tombe malade. A son retour chez lui, sa vie prend un nouveau départ: il décide de se mettre au service de Dieu et de vivre pauvrement: c'est la naissance de l'Ordre Franciscain.

 

L'originalité de la spiritualité franciscaine est due au fait qu'elle provient de l'expérience chrétienne d'un laïc sans formation scolaire cléricale. De ce fait le jeune homme n'est pas vraiment influencé par les courants intellectuels et spirituels de son époque. Il tire directement sa vision de Dieu du message évangélique, tout en évitant tout fondamentalisme. 

 

Ses écrits (une trentaine de textes) révèlent la vision qui l'habitait et les attitudes spirituelles qu'elle impliquait:

- L'évangile comme première référence : révélation de l'amour de Dieu en Jésus-Christ et de la vie nouvelle qui en découle;

- Dieu par-dessus tout désirable: Le croyant est invité à avoir toujours "le coeur tourné vers le seigneur", dans une attitude d'adoration, d'émerveillement, de louanges, d'actions de grâces.

- Pauvreté radicale de l'être: "... L'homme n'a en propre que ces vices et ses péchés. Aussi ne peut-il se glorifier que de ses faiblesses et porter chaque jour la Croix du Christ. Là se trouve la vraie joie, la vraie  vertu et le salut de l'homme."

La pauvreté matérielle que François propose est le signe prégnant de cette pauvreté radicale de l'être devant Dieu.

- Amour "maternel" pour tout homme : "Que chacun manifeste à l'autre ses nécessités, comme un enfant à sa mère. Car il faut que chacun chérisse et nourrisse son frère comme une mère son fils."

- Présence de fraternité, de paix, de joie: "Qu'ils évitent les disputes, les querelles de mots, les jugements négatifs et manifestent à tous la douceur, la paix, la sérénité, la bienveillance, l'humilité, la courtoisie."

 

L'influence spirituelle de François s'est étendue jusqu'aux chrétiens laïcs pour qui il a rédigé un projet de vie , la Lettre aux fidèles  qui met l'accent sur le radicalisme de la pauvreté, les stigmates, la dévotion sensible à l'humanité du Christ.

Il fut canonisé en 1228 à Rome par le Pape Gregoire IX

 

Aujourd'hui encore, " l'esprit d'Assise " garde sa fascination et continue à diffuser son message de bienveillance, fraternité universelle, paix, réconciliation, une certaine légèreté poétique de l'être, amour et respect de la nature.

 

P1330320.JPG

 P1330332.JPG  P1330335.JPG  P1330336.JPG


P1330339.JPG  P1330340.JPG  P1330343.JPG


Prière de Saint François d'Assise

 

ob_37907a_saint-francois-priere-simple (1).jpg

 

 

P1330375.JPG

 

P1330364.JPG  P1330363.JPG  P1330362.JPG


P1330352.JPG  P1330356.JPG  P1330369.JPG


P1330360.JPG  

P1330370.JPG  P1330373.JPG  P1330355.JPG

P1330357.JPG

 

 Le TAU  la croix de Saint François d'Assise en forme de T

 

Dernière lettre de l'alphabet hébraïque, le TAU est élevé au rang de marque salvatrice dans le le livre d'Ezéchiel. "Je suis l'Alpha et l'Omega, le commencement et la fin." A l'instar de l'Omega le TAU est symbole d'éternité.

La forme du T rappelle la croix du Christ et le sacrifice de Jésus crucifié, c'est un témoignage de foi.

Souvent en bois, porté en pendentif, le TAU protège des fléaux et des maladies.

 

téléchargement.jpg

 

Saint François d'Assise dans ses écrits évoque souvent sa rencontre avec le Christ qu'il voyait sous la forme d'un lépreux.

Le TAU est la marque symbolique de la fidelité sans limite au Christ et le signe d'obéissance à l'Ordre de servir les plus défavorisés, notamment les lépreux.

 

 P1330400.JPG P1330381.JPG P1330379.JPG


P1330345.JPG

A bientôt !
               Corinne


04/10/2019
0 Poster un commentaire

Shri Mahesh : Une vie entière dédiée à l'enseignement du Hatha-Yoga traditionnel

1464187972.png

 

Shri Mahesh Ghatradyal

 

est reconnu pour avoir été le premier maître de Hatha Yoga en France. 

Son credo : "Le Yoga pour tous.", en restant toujours fidèle à l'essence même du Yoga traditionnel.

 

 J'ai choisi de présenter Shri Mahesh dans cette magnifique posture !

 

Parvata asana : posture de la montagne

En introduction à la présentation de cette posture, Sri Mahesh nous livre une réflexion d'Albert Einstein :

"L'émotion la plus belle et la plus profonde que nous puissions expérimenter quand nous nous trouvons au sommet d'une montagne est l'émotion mystique. Elle est la source de tout art véritable et de la science de la vie."

 Il poursuit sa démonstration en nous disant - "... Il ne nous est pas toujours possible d'aller nous recueillir au pied de la montagne. Heureusement, l'homme a le pouvoir de la faire venir à lui au moyen de son mental, par la visualisation et l'introspection, et de se maintenir concentré sur l'image de la montagne. Cette posture aide à modifier et à restructurer notre mental afin qu'il demeure uni dans les diverses circonstances de notre vie. La pratique de Parvata asana permet à l'élève de concrétiser cette démarche et lui apprend le silence et la sérénité. C'est dans ce recueillement qu'il peut descendre à l'intérieur de lui-même, dans sa "grotte intérieure", semblable à celle où les sages avaient l'habitude de se retirer. "Là où est ton trésor, là aussi se trouve ton coeur", a dit le Christ dans l'évangile selon saint Matthieu (chap. VII). La montagne devrait être présente dans notre mental, nos conceptions morales, nos idées religieuses et notre spiritualité."-

Extrait du livre de Shri Mahesh : Yoga et Symbolisme.

Pour ma part, je trouve que Shri Mahesh nous transmet à travers cet âsana toute la détermination, la force, et l'harmonie que procure la maîtrise du Yoga... Il réussit à sublimer la posture en lui conférant un esthétisme parfaitement équilibré.

 

f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

Voici le déroulement d'un cours traditionnel de Hatha Yoga, tel que l'aurait articulé Shri Mahesh:

-1- Le réveil des articulations, l'échauffement

Pavanmuktâsana - Brahmamudra...

-2- Prendre conscience du fait de respirer et chant du OM

-3- Les postures debout afin d'aligner talons- sacrum- occiput : prendre conscience de sa verticalité et étirement de la chaîne musculaire postérieure

Tadâsana- Hanuman- Shivârchâsana-Sûryodaya...

-4- La Salutation au Soleil: 3 fois

Harmonisation du corps, du mental, du souffle

-5-Pranayama ou contrôle du souffle

Nâdishodhana- Kapalabhâti...

-6- Les postures assises

Maha mudra- Pashimottanâsana...

Facilitent la tenue de posture lors de la méditation 

-7- Les postures sur le dos

 Shavâsana- Dandâsana-Naukâsana...

Renfort des muscles abdominaux et étirement des muscles du dos

-8- Les postures inversées

Halâsana- Sarvangâsana...

Modification des perceptions et des effets du corps inversé dans l'espace

-9- Les postures sur le ventre

Bhujangâsana- Shalabâsana- Dhanurâsana...

Massage de l'abdomen et renfort des muscles dorsaux

-10- A genoux

Vajrâsana-Parighâsana- Chatakâsana...

Entretiennent les articulations des genoux

-11- Les torsions

Matsyendrâsana- Makarâsana...

Augmentent la souplesse articulaire et le renfort des muscles obliques 

Diminuent le Stress

-12- Les postures d'équilibre

Vrikshâsana, Tandavâsana- Natanadâsana...

Demandent de l'attention, de la concentration et travaillent sur l'estime de soi

-13- Fin de séance

Relaxation- Visualisation- Scan corporel

Revenir à la posture assise: chanter mentalement le mantra SO HAM et le OM à voix haute.  Namaste.

 

f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

 

Ce que j'ai apprécié dans cette école de Yoga, c'est la grande ouverture d'esprit qu'il a su lui insuffler, il n'y a aucun sectarisme, la discussion est toujours ouverte.

Son école enseigne le respect des traditions, le respect de l'individu, le respect de la parole et du silence.

Chaque élève est unique et reste unique, en développant ses propres qualités à son rythme. Personnellement j'ai apprécié ce côté un peu scolaire, moi qui suis assez dissipée de nature, cela m'a aidé à me discipliner ! 

Le fait de ne pas être en compétition ni avec soi-même ni avec les autres offre une grande liberté, un espace dans lequel il est possible de s'exprimer sans craindre les regards extérieurs. Observer ce qui est sans juger... C'est une belle école de vie.

  

La Fédération Française de Hatha Yoga fait sa rentrée en septembre, alors si vous êtes intéressé par l'enseignement du Yoga Traditionnel, c'est le moment de vous inscrire ou de renouveller votre affiliation auprès de fédération crée par Shri Mahesh.

Pour tout renseignement concernant le cursus de formation pour devenir professeur de Yoga, l'actualité de la fédération, les stages proposés, comment trouver un professeur ... il vous suffit de vous rendre sur le site internet: www.ff-hatha-yoga.com

Siège de la fédération : 7, rue de Plaisance- 75014 Paris

tél: 01 45 44 02 59

 

f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

Shri Mahesh fut le premier en France à organiser, structurer et diffuser l'enseignement du Yoga en créant: 

 

-La Fédération Française de Hatha Yoga (FFHY)

-L'Ecole Internationale Du Yoga Traditionnel (EIDYT)

-Le Centre de Relations Culturelles Franco-Indien (CRCFI), reconnu d'utilité publique.

-L'Hôpital de Halligudi en inde sous l'égide de France Inde-Karnataka (FIK)

 

 f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

J'ai eu la chance de rencontrer Shri Mahesh à Nice le dimanche 12 mars 2006, alors qu'il était venu présenter son livre "L'Inde notre héritage".

Le maître m'a paru incontestablement humain et accessible pour ses élèves.

J'ai trouvé que l'homme avait de la prestance dans la simplicité, une vraie présence, qui captivait naturellement notre attention. Nous  écoutions respectueusement nôtre maître en Yoga.

 f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

Voici de beaux livres à s'offrir sur le Yoga :

 

images.jpg  9782268034232FS.gif  téléchargement (2).jpg  téléchargement.jpg  il-etait-2-fois.jpg

-"Naître en Yoga"coécrit avec Mme Raoult

-"Yoga et Symbolisme", pour moi le livre de référence !

-"Yoga Souffle de Vie"

-"L'Inde Notre Héritage"

-"Il était deux fois"

 

Il est aussi à l'origine de la création et de la parution de la revue "Yoga et Vie"

(Pour vous abonner à cette revue, il suffit de vous rendre sur le site du CRCFI.)

Ne vous attendez pas à feuilleter un magazine, il s'agit d'une revue que je qualifierais presque de "scientifique" sur le Yoga traditionnel.

 

YV171.jpg

 

 Shri Mahesh est né en Inde le 11 juillet 1924. Orphelin, il est élevé dans un monastère où lui est enseigné le Yoga. Il reçoit une éducation à la fois indienne et occidentale. Champion de course à pied en Inde, il représente son pays aux JO mondiaux universitaires en 1947.

Il va courir pour le Stade Français, puis le Racing Club aux côtés d'Alain Mimoun et d'Emil Zatopek.

Etudiant à l'Institut National des Sports , il devient le fils adoptif de Boris et Françoise Dolto. Grâce à Robert Schuman (ministre des affaires étrangères) il resta en France où il fut le premier maître à enseigner le Hatha-Yoga.

 

 

38e2eea1d5fcc39d3d242f09a487a000-pince-web.jpg

 

Il aura eu un parcours hors-norme : Tout au long de sa vie il va créer des liens d'amitié avec de nombreuses personnalités, telles que André Malraux (ministre de la culture), Jeanine Auboyer ( conservateur du musée Guimet), les professeurs Jean Filliozat et Paul Mus du Collège de France (Spécialistes de l'Etude de l'Inde), le professeur R.H Singh ( médecine Ayurvédique et développement personnel),  les docteurs Françoise Dolto ( pédopsychiatre) et Moulinjeune, François Creff ( nutrtionniste), Thérèse Brosse (cardiologue), le docteur Baumann (institut de recherche suisse sur les bienfaits du yoga), Robert Salmon ( directeur du journal France soir), des musiciens tels que Ravi Shankar, Swami Siddheswarananda son maître (Fondateur de l'Ashram vedantique de Gretz), le Révérend Père Jean-Marie Dechanet, pour ne citer qu'eux...

Tous vont le soutenir et l'accompagner dans la mission qu'il s'est donné, celle de rapprocher les cultures orientales et occidentales en enseignant les fondements du Yoga Traditionnel.

Shri Mahesh Ghatrayal quitta son corps le 21 août 2007 à Paris.

 

En 1999, il est élevé au rang de Chevalier de l'Ordre National du Mérite

En 2005 il devient Chevalier de la Légion d'Honneur

Il s'investit personnellement dans l'association humanitaire "France - Inde - Karnataka" qui a principalement pour vocation la construction d'un hôpital et la prise en charge des malades les plus défavorisés.

 

f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg
 

Citations de Shri Mahesh lors des séances de Hatha-Yoga : 

 

- Au sujet de la posture de l'ancrage :

"Il faut être dans la posture et que la posture soit en vous. Chaque posture est symbole. La posture donne une leçon. Il existe un sens sacré dans chaque posture. Chaque action est méditation, la posture est méditation."

-Au sujet de l'immobilité:

"L'immobilité est une force. La posture est immobilité et fermeté du corps, immobilité du souffle, immobilité du mental. Dans la posture, le mouvement n'est qu'un instrument pour la connaissance. L'important c'est la pause."

-Au sujet de la fermeté:

"Yogâsana amène fermeté physique et psychique."

-Au sujet de la douceur et du confort:

"Dans les âsana, identifier le corps à une fleur: baisser un bras, une jambe, comme un pétale de fleur qui tombe au sol, sans bruit, délicatement. Dans la posture ne pas avoir de violence sur son propre corps.

-Au sujet de l'équilibre:

"Une posture équilibrée, une respiration équilibrée, une sensation équilibrée deviennent équilibrantes. Donner de l'importance à l'équilibre quand on est debout, assis, c'est l'action juste."

-Au sujet du rythme:

"La discipline du corps et de l'esprit, par la pratique du yoga, favorisent un rythme biologique et physiologique plus harmonieux chez l'être. Ces rythmes unis provoquent une vibration qui donne une impulsion vitale et créative par laquelle l'homme doit pouvoir retrouver sa vraie nature."

-Au sujet du corps:

"On fait une posture pour régler notre instrument qu'est le corps. Le corps est un instrument, une clé."

"L'amour est ma loi, la vérité est mon combat."

 

MAHESH 1.jpg


04/09/2019
0 Poster un commentaire

Pranayama et Bandhas

  

                                                                                            bandhas-yoga-yogavedas.jpg

Selon les écoles , vous verrez qu'il existe des variantes au sujet des bandhas,

ce qui est certain c'est la différence de ressenti au niveau de la pratique du Pranayama avec ou sans les bandhas,

lorsque vous mettez en oeuvre les ligatures au niveau physique  votre conscience s'éclaire et au niveau mental ce n'est plus le même yoga...

Parfois, cela peut prendre du temps, car il n'est pas si facile d'apprivoiser ni d'intégrer ces pratiques lors des prises de postures et des respirations.

Ne soyez pas pressé, prenez tout le temps nécessaire à votre compréhension...

Nous pratiquons le Yoga, nous sommes sur le chemin, c'est là l'essentiel.

 

 images (5).jpg

 

Selon la Fédération française de Hatha-Yoga:

 

Bandha mot sanskrit qui signifie chaîne, ligature, lien, ce qui attache solidement.

Il s'agit d'un concept opposé à celui de détente et de libération.

Les bandhas agissent à partir de pressions effectuées à l'intérieur du corps, sur les fonctions nerveuses et endocriniennes et sur le mental.

Ils lient les canaux subtils (nadis) ou resserrent les organes. 

Les textes mentionnent, en particulier, quatre bandhas.

 

- Jivha bandha : on presse la langue contre le palais pendant la rétention de souffle.

C'est le bandha le plus pratiqué.

 

-1- Jalandhara bandha :  il se pratique pendant la rétention de souffle. 

Le menton est abaissé et appliqué le long de la gorge, vers le sternum.

 

-2- Uddiyana bandha : il s'agit d'aspirer le ventre vers l'intérieur par une forte dépression intra-thoracique crée par le soulèvement des côtes et par le maintien abdominal.

 

-3- Mula bandha : on resserre légèrement l'anus.  

Ce bandha est souvent pratiqué en même temps que uddiyana bandha.

 

Ces trois derniers bandhas sont désignés généralement sous le nom de bandha traya.

 

Yoga et Symbolisme - Shri Mahesh- Centre de relations culturelles Franco- Indien

 

 f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

Selon les études universitaires sur le Yoga :

 

Tous les Prânâyâma doivent toujours être exécutés accompagnés des trois "ligatures"(bandha):

 

-1- La "ligature contrôlant les réseaux" (jâlandhara-bandha) doit être exécutée juste à la fin de l'inspiration.

Elle consiste à pousser le menton contre la poitrine (plus exactement, l'enfoncer dans la dépression jugulaire en haut du sternum), en baissant le front le plus possible vers l'avant, tout en gardant le dos droit.

Cette position est maîtrisée grâce à la pratique préalable des postures nommées Sarvângâsana (la chandelle) et Halâsana (la charrue).

Cette ligature ferme la gorge et bloque entièrement le passage de l'air, permettant une suspension du souffle sans migraines ni bourdonnements d'oreille.

Elle est sensée opérer un contrôle sur le réseau des nâdi, d'où son nom.

 

-2- La "ligature de l'envol" (uddîyâna-bandha), exécuté à la fin de la rétention et au début de l'expiration, consiste à creuser fortement le ventre en le tirant vers le dos et en le faisant remonter vers le thorax, de sorte qu'un creux apparaisse sous le diaphragme et que le nombril semble toucher la colonne vertébrale.

Cette ligature doit son nom au fait que grâce à elle, "les grands oiseaux" que sont les souffles vitaux prennent leur envol dans une direction qui leur est jusqu'ici tout à fait inconnue, c'est à dire en empruntant la voie de Sushumnâ.

 

-3- La "ligature de la base" (mûla-bandha) est aussi accomplie durant la rétention.

Le yogin contracte l'anus, les muscles fessiers, tout le fondement, et le fait remonter de l'intérieur. Il fait aussi remonter le bas-ventre en le poussant vers la colonne vertébrale.

 

Lorsque les trois bandha sont exécutés simultanément, il se produit une sorte d'inversion des courants d'énergie naturels dans le corps.

L'énergie habituellement descendante (apâna), qui va du milieu à la base du corps, et préside aux fonctions d'excrétion, est forcée par le mûla-bandha (et pat l'uddîyâna-bandha dans une moindre mesure) de remonter.

L'énergie habituellement montante (prâna) qui gouverne la moitié supérieure du corps, veut s'échapper par le haut, et elle est forcée, par le jâlandhara-bandha, de redescendre.

En poussant ainsi avec force à la fois vers le haut (à partir d'en bas) et vers le bas (à partir d'en haut), tout en tirant le nombril vers la colonne vertébrale, le yogin doit avoir l'impression que ces deux courants d'énergie refluent, se rejoignent et fusionnent au niveau du nombril.

 

Les voies du Yoga - Tara Michaël

 

f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

 

Selon l'école de Swami Vishnou-devananda grand maître dans l'art du pranyama:

 

-1-La ligature du menton, jalandhara bandha 

La ligature du menton bloque le mouvement vers le haut de l'udana la respiration expressive, au niveau d'un des points de digitopuncture le plus important du corps: la gorge.

En sanskrit, le mot jala  signifie "filet"ou "réseau", ce qui fait référence à la colonne vertébrale et au système nerveux qui relie le cerveau au cou, centre de l'énergie udana.

Dhara indique une "traction vers le haut": cet exercice exerce une force d'attraction vers le haut sur le cordon médullaire et sur les centres nerveux qui, à leur tour, agissent sur le cerveau.

Cette pratique aide également à contrôler consciemment les poumons et le système cardio-vasculaire

Il s'agit peut- être du bandha, ou verrouillage énergétique, le plus important. Physiquement, il prévient le mouvement d'air dans notre gorge et dans les trompes d'Eustache (qui conduisent aux oreilles) lorsqu'on retient son souffle.

- S'asseoir la colonne droite. Fermer doucement les lèvres et inspirer pleinement par le nez. Remarquer qu'à la fin de l'inspiration, le sternum se lève légèrement.

- A la fin de l'inspir, juste avant de commencer la rétention, placer le haut de la langue contre le palais. Avaler doucement, votre langue glisse vers l'arrière et crée un vide à l'arrière de la gorge.

Laisser aller la tête en avant afin que le menton touche les clavicules et bloque la gorge. Reposer le menton dans la fourchette sternale ( le creux en forme de V à la base de la gorge, là où les clavicules se rejoignent.

-Tenir cette posture le temps de rétention de l'air dans les poumons.

- Expirer en détendant d'abord la gorge, et replacer la tête en position droite. Relaxer la langue et expirer pleinement en se détendant et en revenant à une respiration normale.

Attention ! A ne pratiquer que lors d'une rétention poumons pleins- A éviter durant la grossesse, si dépression ou tension artérielle basse.

 

-2- Uddiyana bandha , la poussée abdominale qui augmente l'énergie positive

Le nom sanskrit Uddiyana indique que cet exercice renforce l'énergie samana, et qu'il agit également  sur la respiration expressive udana afin d'améliorer la volonté, l'appréciation, le goût de la vie.

L'énergie samana est concentrée dans la région du plexus solaire. C'est le siège du feu digestif, connu dans la tradition yogique sous le nom d'agni.

La médecine traditionnelle de l'Inde, l'ayurveda, considère agni comme le fondement d'une bonne santé.

Lorsque ce feu intérieur est fort, la nourriture est bien digérée, l'énergie vitale contenue dans l'air est bien absorbée et les relations avec le monde extérieur sont bienveillantes.

Au contraire, si agni est faible, la santé se détériore, les problèmes s'aggravent, deviennent chroniques,  tant au niveau des maladies physiques que des déséquilibres psychologiques.

La pratique permet de se familiariser à nouveau avec les muscles abdominaux inutilisés depuis des années...

Essayer de pratiquer l'estomac vide, de préférence le matin au levé.

-Debout, écarter les pieds de la largeur du bassin, plier légèrement les genoux. Garder les pieds parallèles (ni en dehors, ni en dedans).

-Se pencher vers l'avant en posant les mains sur les suisses, doigts de mains dirigés vers l'intérieur.

-Inspirer profondément par le nez, puis expirer fortement par la bouche en faisant sortir tout l'air contenu dans les poumons. Dans le même temps, tendre les bras et verrouiller les coudes, en amenant le coccyx légèrement vers l'avant. Abaisser le menton vers la poitrine en imaginant qu'une corde fait monter le diaphragme vers la gorge.

-Garder la posture tant que la rétention poumons vides est confortable. Puis relâcher l'abdomen et inspirer profondément. Se reposer quelques instants et recommencer 3 à 5 fois.

Agni Sara, la purification par le feu se pratique lorsque l'on maîtrise déjà parfaitement Uddiyana Bandha.

C'est une technique de respiration yogique importante et intense, utilisée pour stimuler et pour éveiller à la fois le feu digestif et l'énergie de samana, la respiration nourrissante.

Par une pratique régulière, la vitalité et la robustesse de toute la région abdominale augmente: ce qui a un effet positif sur l'ensemble du système énergétique, sur la clarté mentale et sur la concentration de l'attention.

Aide à contrebalancer l'affaissement des muscles abdominaux et soulage la constipation.

-Pratiquer l'estomac vide. Commencer par pratiquer la poussée abdominale ci-dessus.

-Au moment de tenir la posture après avoir expiré , ne pas inspirer : relâcher le diaphragme, puis le contracter rapidement une nouvelle fois.

-Refaire ce cycle Relâchement/ Contraction  5 à 10 fois ou pendant toute la rétention de souffle poumons vides.

-Si nécessaire, inspirer, se reposer et recommencer, en augmentant la durée de rétention au fur et à mesure de la pratique.

Attention ! Ne pa pratiquer ces deusx exercices encas de tension élevée, de maladie cardio-vasculaire, ni durant la grossesse et les règles.

 

-3- La ligature de la racine, mulabandha

Cette technique Yogique peut considérablement améliorer le niveau général d'énergie, car cet exercice stoppe la fuite d'énergie vers le bas, ce qui a pour effet de contenir l'énergie à la base du torse, siège de l'apana, et de ne pas lui permettre d'aller vers le bas. En même temps cette technique permet au système énergétique d'agir telles les racines d'une plante qui extrait et puise les nutriments de la terre.

En dirigeant l'énergie apana (qui habituellement va vers le bas) vers le coeur, se développe avec la pratique, un sentiment de bien-être, de sécurité intérieure, de courage et de force intérieure tout en développant des fondations physiques solides pour le corps.

Chez les hommes, la ligature de la racine consiste à contracter les muscles qui entourent le périnée, à mi-chemin entre l'anus et les parties génitales.

Chez les femmes, la contraction est ressentie plus fortement dans la zone qui entoure la base du col de l'utérus.

Au départ il peut-être compliqué d'isoler les contractions dans des zones si précises, il s'agit alors de pratiquer lentement et progressivement pour permettre aux muscles de se renforcer au fur et à mesure que la détermination augmente.

Excellent après l'accouchement et aide au renforcement du contrôle de la vessie.

 Choisir une position assise confortable de préférence jambes croisées. S'assurer que les genoux reposent par terre et qu'ils sont plus bas que les hanches, pour cela poser un coussin sous les fesses si nécessaire. 

Pour bien comprendre quels muscles contracter, placer une balle de tennis sous le périnée et essayer de faire monter les muscles vers le haut et de les écarter de la balle.

- Inspirer profondément par le nez et retenir le souffle (au début 5 secondes poumons pleins)

-Tout en retenant le souffle, contracter le sphincter anal aussi fort que possible. Utiliser force physique, intention mentale et faculté de visualisation pour amener le plancher pelvien vers la poitrine.

Visualiser l'énergie qui monte depuis le pubis, le périnée et l'anus tout le long de la colonne vertébrale pour venir s'unir aux autres énergies qui se trouvent dans la région du coeur.

-Relâcher la contraction et expirer par le nez. Attendre quelques instants et recommencer. Pratiquer 3 à 5 fois par jour.

Attention !  A éviter durant la grossesse, les règles et en cas de constipation.

 

L'Art de la Respiration- Swami Saradananda- Le Courrier du Livre.

 

 

bandha.jpg

 

 

Pensez à visualiser le voyage du souffle et du prâna dans votre corps lorsque vous respirez,

vous aurez alors le sentiment de faire Un avec l'Univers,

Pensez à tous ces échanges gazeux lors des rétentions de souffles,

et dites-vous qu'ils sont à l'origine de votre transformation intérieure tant physique que mentale,

Respirez, tenez vous le dos droit, maîtrisez votre posture et souriez à la vie !

 

"L'air tisse l'Univers,

le souffle tisse l'Homme."

Pensée Indienne.

 

A bientôt !

Corinne


10/05/2019
0 Poster un commentaire

Pranayama : Ujjâyî , le souffle victorieux

pranayama870.jpg  

 

 

On inspire l'air avec lenteur par les deux narines avec une contraction partielle de la glotte qui produit un léger ronflement, on retient l'air au maximum puis on expire par la narine gauche avec le même bruissement caractéristique.

Ce prânâyâma aux effets psychiques profonds à l'avantage de pouvoir être pratiqué non seulement assis mais dans n'importe quelle position, debout, couché, en bougeant ou en marchant (à condition d'omettre ou de réduire la rétention).

Lors de la pratique d'Ujjâyî , la rétention de souffle est accompagnée plus particulièrement d'une contraction : Jâlandhara-bandha (la ligature contrôlant le réseau des nâdî ) qui s'exécute juste à la fin de l'inspir ( et aussi dans les arrêts à poumons vides...).

On enfonce fermement le menton dans le creux de la gorge au sommet du sternum, ce qui provoque un fort étirement de la nuque. Baisser le front le plus possible vers l'avant, tout en gardant le dos très droit. Cette position est particulièrement  maîtrisée grâce à la pratique préalable des postures nommées Sarvângâsana et halâsana . Cette ligature  ferme la gorge et le passage de l'air est entièrement bloqué, assurant une suspension du souffle sans bourdonnement d'oreilles  ni pression au niveau du coeur ou de la tête.

 Textes extraits des ouvrages:

Que sais-je ?  Le Yoga -  Pierre Feuga et Tara Michaël

Les voies du Yoga  - Tara Michaël

 

La respiration Vinyasa est synchronisée avec les mouvements: chaque mouvement correspond à un phase respiratoire, inspiration ou expiration.

On retrouve dans cette pratique Ujjâyî la respiration victorieuse. L'impulsion du mouvement vient du souffle qui harmonise les postures entre elles.

Le son produit à l'arrière de la gorge rappelle le bruit lointain des vagues. On crée ce son en respirant par le nez, en décontractant le palais et en resserrant l'épiglotte. Ce rétrécissement accroche le souffle momentanément en nous permettant de le contrôler durant l'inspiration et l'expiration. Les inspirations et les expirations deviennent alors identiques en termes de durée et d'effort. Avec la pratique la respiration devient plus circulaire car les pauses naturelles entre les cycles diminuent, créant une respiration continue sans distinction précise entre les phases respiratoires.

Expérimentez ces techniques respiratoires dans "La Salutation au Soleil".

Lorsque vous êtes familiarisé avec la pratique, et que mouvements et respiration sont parfaitement synchronisés, le souffle Ujjâyî résonne comme un mantra.

Ces techniques de prânâyâma et de bandha transforment petit à petit la pratique posturale en lui apportant subtilité, force et légèreté. 

Votre pratique posturale se transformera alors en méditation dynamique capable de calmer les pensées et les émotions, tout en approfondissant la prise de conscience du corps.

 Texte extrait du livre:

Le Yoga Ashtanga  - Anton Simmha

 

On respire par les deux narines avec fermeture partielle de la glotte (Jalandhara bandha).

La langue est légèrement pressée contre le palais (Jivha bandha).

-A l'inspiration (2 unités de temps), porter la poitrine vers le haut et vers l'avant :  Respiration thoracique.

Les muscles abdominaux sont légèrement contractés.

Possibilité de rétention du souffle  (Puraka Kumbhaka) durant 4 unités de temps. Attention à ne pas forcer la rétention de souffle !

Penser à détendre les muscles du visage.

-A l'expiration (6 unités de temps), relâcher le menton et Jalandhara bandha. Relâcher les muscles abdominaux.

Attention à ne pas forcer l'expiration de souffle !

-Les effets de la respiration Ujjâyî :

*Apaise le système nerveux, sensation de repos

*Recommandée en cas d'insomnie

*Se concentrer sur le passage nasal de l'air qui produit des vibrations qui ont un effet subtil, tel le ronflement doux et faible d'un bébé endormi.

Les échanges gazeux et praniques de cette respiration sont les plus bénéfiques du Pranayama.

 Recherche effectuée durant ma formation d'élève-professeur FFHY

 

Respiration supérieure, énergie d'envol Udana qui part du plexus solaire vers la gorge.

L'élément caractéristique de la respiration Ujjâyî est le blocage partiel de la glotte, clapet situé à l'arrière de la gorge (juste derrière la pomme d'Adam) qui facilite le discours et se ferme lorsque vous gargouillez pour empêcher l'eau de descendre dans votre gorge. La constriction de la glotte amplifie les sons que fait normalement la respiration et lorsqu'elle est effectuée correctement, elle crée une vibration douce qui apaise les nerfs et calme le mental.

Certaines traditions de Yoga prônent la pratique de cette respiration durant les postures.

On peut la pratiquer en méditant, en marchant, en courant. Attention alors à ne pas retenir son souffle, mais juste contracter la glotte en permettant à la respiration d'aller et venir en continu. Essayer d'égaliser les inspirations et les expirations.

Il est possible d'augmenter le rythme de votre respiration à l'apogée d'une posture ou durant la Salutation au Soleil, ne résistez pas si votre respiration accélère d'elle-même.

Cette respiration stimule l'énergie Udana, elle vous pousse vers le haut et vous aide à réussir dans tous vos efforts;

Elle améliore votre expression sonore, attise le feu digestif, favorise les échanges de gaz et de prana. Elle est recommandée pour remédier aux problèmes de mucosité, toux, fièvre, asthme, phtisie, pression artérielle basse et respiratoires. Elle revigore le système nerveux et réduit la dépression.

-Asseyez-vous le dos droit et le thorax légèrement bombé à la manière d'un guerrier. Fermez les lèvres, ainsi que la glotte de manière partielle, en contractant les muscles qui entourent les clavicules. Inspirez lentement par les deux narines. Retenez votre souffle tant que vous vous sentez à l'aise et puis expirez par la narine gauche, en gardant la narine droite fermée.

 Texte extrait du livre "L'art de la respiration"

Swami Saradananda

 

Ujjâyin (apportant la victoire)

On inspire l'air avec lenteur par les deux narines, en le laissant frotter contre le conduit respiratoire de manière à produire un son, on retient l'air au maximum, puis on expire par la narine gauche.

Texte extrait du livre "Les voies du Yoga" -

Tara Michaël

 

Voici donc exposées les différentes techniques de Pranayama concernant Ujjâyî ... Autant d'écoles, autant de variations autour du souffle victorieux.

A expérimenter selon l'activité : Asanas, marche méditative...

A retenir : Rétention de souffle ( tant que c'est confortable ! ), uniquement si vous êtes installé dans une posture.

                   Si vous êtes en mouvement : pas de rétention de souffle. De même, lorsque vous êtes en mouvement mieux vaut expirer par les deux narines.

 

A bientôt !

                   Corinne

 


18/01/2019
0 Poster un commentaire

La légende de l'étoile des mages

79004_rois-mages-galette-epipahnie-histoire.jpg

 

Légende d'Orient et d'Occident : L'Etoile des Mages

 

"Le Jésus, ce n'est pas le grand large, c'est ce petit bout de nuit là-bas, avec une étoile, une seule...

Et maintenant, regardez la nuit inondée d'étoiles ! Il y a des forces du monde. Voilà le secret."

Jean Giono, Le Serpent d'étoiles

 

-"Quand Adam vint sur le mont Nud en Perse, il logea de l'or, de l'encens et de la myrrhe dans une caverne creusée par les eaux. Le trésor attendrait là qu'un astre lumineux annonce la venue du Messie. En ce lieu, génération après génération, douze mages guettèrent le ciel en priant. Ils venaient d'Uruk, Ninive, Babylone, de Karnak, d'Akkad et de Sumer, de Chaldée, de Perse, d'Egypte ou de Grèce. Ils étaient des veilleurs, consacrés à la science des astres et à l'art des présages, des mathématiciens célestes. Ils connaissaient le Rig-Véda de l'Inde, l'Avesta de la Perse, ils avaient reçu de prêtres, érigeant des mégalithes, un savoir oublié.

Deux ans avant la naissance de l'enfant divin, confortés dans leurs prédictions, ils virent apparaître les signes attendus dans le ciel étoilé: le moment était venu de sortir les trois ors d'Adam de leur caverne. Ils s'approchèrent avec dévotion et transvasèrent précautionneusement l'or, l'encens et la myrrhe dans des jarres de terre blanche. Ils apprêtèrent une caravane comme on n'en avait jamais vu. Elle formait un cortège de chameaux, d'ânes et d'éléphants montés par d'alertes vieillards et de jeunes novices. Ils emportaient leurs bâtons ornés pour suivre les mouvements des astres, des parchemins roulés, des stèles couvertes de chiffres, des croix de toutes sortes.

Vue de l'Orient, la lumière causée par le croisement des planètes devint intense. Elle formait une image pareille aux vieilles légendes: une jeune fille portant sur son sein un enfant assoupi. La caravane parvint aux portes de Jérusalem dans l'effervescence populaire. Le roi Hérode, inquiet des prophéties, fit venir les sages en grande pompe en son palais. Le despote leur offrit spectacles et mets délicats, se fit doucereux, ami des sciences et faussement touché par la naissance du Messie. Il demanda aux sages de lui révéler le moment venu, l'endroit, pour l'adorer lui aussi. Quand l'étoile, faite de plusieurs astres, eut dessiné dans le ciel d'étranges pas, la caravane reprit sa route, promesse faite au roi Hérode de venir le quérir dès l'apparition de l'enfant divin.

Or, voilà qu'un soir l'étoile s'arrête, se pose au dessus d'une étable. Des bergers sont rassemblés, silencieux, autour d'un musicien. La flûte, qu'il a plantée dans le ciel s'est tue. Du lait coule de ses lèvres. A l'intérieur, on entend la respiration des bêtes et le babil d'un tout petit. Les bergers s'écartent, les mages entrent et saluent Marie, Joseph et quelques autres, réunis. Ils ouvrent les jarres blanches et déposent dans la paille les trois ors d'Adam, puis s'agenouillent et bénissent, sourire aux lèvres, l'agneau du monde. La même nuit, plusieurs s'assoupissent et voient venir un ange qui leur commande de rompre la promesse faite à Hérode et de repartir sans délai, par un autre chemin.

L'apparition sauva l'enfant.

Le roi Hérode, favori des Romains, obsédé par les complots imaginaires, craignait la venue d'un roi des Juifs. Il voulait tuer l'étoile. Comme nul ne vint le quérir, le cruel tyran ordonna l'holocauste des tout-petits. Il en fit périr soixante-trois mille autour de Bethléem, petits astres qui montèrent, accompagnés de cris, des suppliques des mères, jusqu'aux blanches nourrices de la Voie lactée.

Entre temps, l'ange était revenu prévenir Joseph, de mener sans délai l'enfant et Marie en Egypte. L'étoile s'en fut, sauve, escortée par ses parents. Elle foula les sables dorés, le front brillant, fit sur la terre comme au ciel, devint soleil.

Les mages s'étant séparés, chacun s'en alla porter la bonne nouvelle. 

Le berger à la flûte s'en fut par les chemins secrets de l'errance, conter la nuit de l'étoile."

 

"Je suis la lumière qui illumine tout homme."

Evangile de Thomas, logion 77

 

Contes des sages qui lisent dans les étoiles- Patrick Fischmann- Editions du Seuil.

 

On se retrouve en janvier pour une nouvelle année en Yoga

A bientôt !

Corinne

 

 


27/12/2018
0 Poster un commentaire