VOYAGES EN EQUILIBRE...

Canal de Panama, visite et traversée

 

Voici un carnet de voyage entièrement consacré au Canal de Panama que nous avons eu la chance de pouvoir visiter lors de notre dernier trip au Panama, mais aussi que nous avons pu traverser et ainsi passer, à bord d’un navire, les fameuses écluses… Une aventure dans le voyage qui restera à jamais gravée dans nos mémoires. Ci-dessous, le résumé photos de cette expérience, mais aussi l’histoire du Canal et pour ceux, qui comme Corinne, ont du mal à en comprendre le fonctionnement, les explications techniques de cette merveille d’ingénierie. Comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez les agrandir en cliquant dessus.

Panama_Canal_Map_FR.png

Visite et traversée: L’entrée du site des écluses de Miraflores coûte 20 $/pax. Elle permet d’observer le passage des navires et d’accéder au musée du canal. Si, comme nous, vous souhaitez également effectuer une traversée totale ou partielle du canal, pensez à vous y prendre à l’avance pour la réservation, lien ci-dessous. Comptez en moyenne, et selon la saison,150 $/pax pour une traversée partielle de Gamboa à Panama Ciudad (transport, repas, traversée).

https://www.pmatours.net/pacific-queen/panama-canal-partial-transit-tour.html 

 

08-029_Puente_de_las_Américas_(_4).jpg

20181123_121925.jpg 20181123_122509.jpg
20181123_141422.jpg

 Un peu d’histoire et de géographie…

Le canal de Panama (espagnol : canal de Panamá) est un canal maritime de 77 km de long, qui traverse l’isthme de Panama en Amérique centrale, reliant l’océan Pacifique et l’océan Atlantique. Sa construction a été l'un des projets d’ingénierie les plus difficiles jamais entrepris. Son influence sur le commerce maritime a été considérable, puisque les navires n’ont plus eu besoin de faire route par le cap Horn et le passage de Drake, à la pointe australe de l’Amérique du Sud. Un navire allant de New York à San Francisco par le canal parcourt 9 500 kilomètres, moins de la moitié des 22 500 kilomètres du voyage par le cap Horn.

Le concept d’un canal à Panama remonte au début du XVIe siècle. Une des premières représentations iconographiques du canal est indiquée sur la carte des Conseils du missionnaire breton Michel Le Nobletz vers 1630. La première tentative de construction ne commença qu'en 1880, sous l’impulsion française de Ferdinand de Lesseps, grâce à une collecte de fonds géante à la Bourse de Paris. Après l'échec de cette tentative, le travail fut terminé par les États-Unis sous la direction de George Washington Goethals, et le canal ouvrit le 15 août 1914. La construction des 77 kilomètres du canal a été parsemée de problèmes, des maladies comme le paludisme et la fièvre jaune, aux glissements de terrain. Le nombre de travailleurs qui périrent de maladie durant la construction a été évalué à plusieurs milliers (plus de 5 600 pour la seule période française 1881-1889).

P1220420.JPG

20181125_160337.jpg 20181125_141413.jpg
P1220441.JPG P1220497.JPG
Depuis son ouverture, le canal a remporté un énorme succès et continue d’être un point de passage stratégique pour la navigation. Chaque année, il est emprunté par plus de 14 000 navires transportant plus de 203 millions de tonnes de cargaison. Des travaux d'élargissement du canal ont été lancés en septembre 2007 pour livrer passage à des navires de plus gros tonnage, transportant jusqu'à 12 000 conteneurs, soit plus du double de la charge auparavant autorisée à emprunter la voie navigable. C'est un groupement d'entreprises mené par l'entreprise espagnole Sacyr, l'italienne Salini Impregilo, la belge Jan de Nul et la panaméenne Constructora Urbana, qui réalisa les travaux.

P1210978.JPG

P1210983.JPG

20181125_133420.jpg 20181125_140922.jpg
Le canal de Panama relie le golfe de Panama, dans l’océan Pacifique, à la mer des Caraïbes et à l’Atlantique. La forme de l’isthme de Panama, qui serpente, fait que le canal s’étire en fait du sud-est (à partir du Pacifique) au nord-ouest (en direction de l’Atlantique). Pour éviter toute confusion, les autorités du canal classent les transits en deux catégories : direction nord (du Pacifique vers l’Atlantique) et direction sud (de l’Atlantique vers le Pacifique).

Le canal peut accueillir des bateaux de différentes tailles, allant des yachts privés jusqu'à de gros navires de commerce. Les bateaux ayant la plus grande taille admissible dans le canal sont désignés sous l’appellation « Panamax ». Un nombre croissant de navires dépasse cette taille et sont appelés « post-Panamax ». En moyenne une traversée du canal par un cargo prend environ neuf heures. En 2005, 14 011 navires ont emprunté le canal représentant un tonnage total de 278,8 millions de tonnes et une moyenne de 40 navires par jour.

Quand le cuirassé USS Missouri a emprunté le canal en 1945, il restait une marge de 15,25 cm sur la largeur, au point le plus étroit.

1024px-Panama_Canal_under_construction_1907.jpgP1220623.JPGP1220626.JPG P1220619.JPG P1220615.JPG
P1210788.JPG

P1210847.JPG

                         Technique et fonctionnement :

 Le canal consiste en deux lacs artificiels, plusieurs canaux améliorés et artificiels, et trois ensembles d’écluses. Un lac artificiel supplémentaire, le lac Alajuela, agit comme réservoir pour le canal. Un navire se rendant du Pacifique à l’Atlantique effectue le parcours suivant :

  • à partir des bouées qui en marquent l’entrée dans le golfe de Panama jusqu'aux écluses de Miraflores, les navires parcourent 13,2 km dans le canal, passant sous le pont des Amériques.
  • le système d’écluses de  Miraflores fait 1,7 km de long (en incluant les murs d’approche),  avec une dénivelée de 16,5 m à mi-marée .
  • le lac artificiel de Miraflores  fait 1,7 km et se trouve 16,5 m au-dessus du niveau de la  mer.
  • l’écluse de Pedro Miguel de 1,4 km de long est la dernière partie de la montée avec une dénivelée  de 9,5 mètres.
  • la coupe  Gaillard fait 12,6 km de long à une altitude de  26 mètres, et passe sous le pont Centenaire.
  • la rivière Chagres, cours d’eau naturel amélioré par un barrage sur le lac Gatún, parcourt  8,5 km vers l’ouest pour se jeter dans le lac Gatún.
  • le lac Gatún, un lac artificiel formé par le barrage Gatún, transporte les navires sur 24,2 km.
  • les écluses de Gatún comportent trois étapes pour une longueur totale de 1,9 km et ramènent les navires au niveau de la mer.
  • un canal de 3,2 km forme l’approche vers les écluses du côté Atlantique.
  • la baie  Limón, un immense port naturel, procure un mouillage pour les navires en attente de transit et fait 8,7 km jusqu'à la digue extérieure.

 

20181123_143453.jpg 20181125_141226.jpg
20181125_160359.jpg20181125_132351.jpg
P1220600.JPG

P1220585.JPG

Le transit total par l’entrée du canal côté Pacifique jusqu'à la digue du côté Atlantique est de 76,9 km. Le marnage maximum du Pacifique est de 6,55 m (+3,35 m à marée haute et −3,20 m à marée basse) ; le dénivelé à Miraflores varie donc de 13,1 m à la pleine mer à 19,7 m à la basse mer. Du côté Atlantique, le marnage n’excède pas 60 cm. Le niveau moyen de la mer du côté Pacifique est en moyenne 20 cm plus haut que du côté Atlantique.

La baie Limón du côté Atlantique est un mouillage protégé par une digue ; cependant, sa capacité n’est plus adaptée au nombre et à la taille des navires utilisant le canal, et de nombreux navires attendent au mouillage en dehors de la baie. Le mouillage côté Pacifique est ouvert mais protégé par la topographie du golfe.

20181125_172454.jpg

P1210852.JPG P1210793.JPG P1210893.JPG
P1210860.JPGP1210961.JPGP1210898.JPG
P1210986.JPG

 Écluses :

Les parties les plus spectaculaires du canal sont les écluses. Celles-ci sont larges de 33,53 m et comportent une longueur utilisable de 304,8 mLa profondeur disponible varie mais la profondeur minimum est de 12,55 m dans la partie sud des écluses Pedro Miguel. Ces dimensions déterminent la taille maximum des navires, le Panamax. Toutes les écluses du canal vont par paires : deux séries parallèles d’écluses se trouvent sur chacun des trois sites, autorisant en principe le passage des navires simultanément dans les deux directions. Cependant, les grands navires ne peuvent pas se croiser à grande vitesse dans la coupe Gaillard. En pratique, le trafic est alterné et les deux voies des écluses ne sont utilisées que dans une direction à la fois. Chaque chambre est remplie avec 101 000 m3 d’eau ; l’eau entre par gravité par un réseau de conduites sous chaque chambre. Les navires sont tractés par de petites locomotives appelées « mulas », d’après ces animaux utilisés traditionnellement pour tirer des barges, sur des rails disposés sur les murs des écluses. Les plus petits bateaux sont amarrés par des amarres tenues à la main.

20181125_154432.jpg20181125_150154.jpg
P1220482.JPG
P1220486.JPG P1220635.JPG
Lacs Gatún et Alajuela :

Le lac Gatún et la rivière Chagres sont des composants clés du canal, permettant la traversée des navires sur une partie importante de l’isthme. Le lac est également un réservoir, emmagasinant l’eau permettant aux écluses de fonctionner durant la saison sèche. La formation du lac et l’agrandissement de la rivière ont été effectués grâce au barrage Gatún sur la rivière Chagres. La vallée d’origine a ainsi été inondée. Près d’un siècle plus tard, les souches d’acajou remontent encore à la surface, et les troncs à demi submergés peuvent représenter un danger pour les bateaux s’aventurant en dehors des chenaux balisés. Il existe un petit raccourci à travers le lac, appelé la « coupe Banana », utilisé par les yachts et les autorités du canal afin d’éviter le trafic important. Plusieurs îles sont situées sur le lac Gatún, dont l’île Barro Colorado, abritant l’Institut tropical de recherche du Smithsonian. Le volume d’eau utilisé pour les navires passant les écluses, combiné avec les variations saisonnières des précipitations au Panama compliquent le maintien du niveau d’eau du lac Gatún, en particulier pendant la saison sèche. Un barrage supplémentaire, le barrage Madden a été construit sur la Chagres, créant le lac Alajuela procurant une réserve d’eau supplémentaire pour le canal.

P1210917.JPG P1210939.JPG
P1210803.JPG

P1210949.JPGP1210974.JPG

20181123_143807.jpg
Franchissement du canal :

Il existe plusieurs moyens de franchir le canal. Au sud, côté Pacifique, le pont des Amériques est un pont routier majeur, ouvert en 1962 ; pendant de nombreuses années, c'était le seul moyen de franchir le canal. Avant sa construction, le trafic routier empruntait un ferry à ce même endroit. Plus au nord, près des écluses Miraflores, on trouve un pont tournant routier et ferroviaire. Ouvert en 1942, il ne peut fonctionner qu'en l’absence de trafic maritime, et est rarement utilisé à présent.. Au même endroit, un petit pont routier tournant est intégré dans la structure de l’écluse ; il est également peu utilisé.

Le moyen de franchissement le plus récent est le pont Centenaire au-dessus de la coupe Gaillard, au nord des écluses Pedro Miguel. Terminé en 2004 et ouvert à la circulation en 2005, il comporte six voies pour les automobiles. Un troisième pont, le pont de l'Atlantique est en construction depuis début 2013 et devrait être achevé courant 2019. Comme son nom l'indique, il permettra traverser la canal du côté Atlantique, à proximité de Colón, entre les écluses Gatún et de la baie Limón, remplaçant le ferry utilisé à cet endroit. Enfin, un dernier pont tournant est incorporé aux écluses Gatún, utilisable uniquement lorsque les écluses sont fermées, et avec une très faible capacité. En plus des franchissements publics, les employés affectés au canal utilisent les portes des écluses lorsqu'elles sont fermées.

P1210365.JPG P1210337.JPG
P1210219.JPG

20181125_174301.jpg20181125_174210.jpg
Notre avis : Une très belle visite et une aventure que nous conseillons fortement, même si cela a un coût, l'idéal étant de combiner la visite des écluses avec un transit partiel du canal et une balade jusqu'à Colon, 25 $/pax, à bord du  train du Canal où se trouve un wagon panoramique réservé aux touristes, un superbe voyage d'une heure qui longe le canal et traverse la forêt.

 

Merci de m'avoir lu et à bientôt pour un autre carnet de voyage.

Ci-dessous, d'autres photos de ce trip.

 

Eric.

Diagramme_du_canal_de_Panamá.png

20181123_121640.jpg

20181121_074523.jpg

P1220175.JPG

P1220176.JPG

P1220174.JPG

P1210760.JPG

P1220645.JPG

P1220662.JPG

P1220705.JPG

P1220669.JPG

P1220700.JPG

20181125_171411.jpg

20181125_171431.jpg

P1220485.JPG

P1220466.JPG
20181123_145919.jpg

20181125_133233.jpg

20181125_133352.jpg

20181125_145501.jpg

20181125_145921.jpg

20181125_153249.jpg

20181125_153710.jpg

20181125_153815.jpg

20181125_162933.jpg

20181125_163536.jpg

20181125_171825.jpg

20181125_173306.jpg

P1210784.JPG

P1210928.JPG

P1210940.JPG

P1210951.JPG

P1210975.JPG

P1220425.JPG

P1220459.JPG

P1220525.JPG

P1220609.JPG

P1220611.JPG

P1220624.JPGP1220648.JPG

P1220643.JPG

P1220653.JPG

P1220670.JPG

P1220689.JPG

P1220671.JPG

20181123_124609.jpg

 

 

 



04/04/2019
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres