VOYAGES EN EQUILIBRE...

L'âme indienne

l_appe10.jpg

 

 

L'âme est pareille à un oiseau captif, elle souffre en attendant d'être libérée, pour pouvoir s'envoler ...

 

Tel un oiseau migrateur l'âme ,âtman, vole indéfiniment de corps en corps, jusqu'à ce qu'elle ait amassé suffisamment de bonnes actions durant ses existences successives pour stopper le cycle cosmique des renaissances, samsâra.

 Le samsâra est à l'image d'une roue à aube qui tourne continuellement : l'eau,âtman, s'élève jusqu'au sommet de la roue, prisonnière des aubes, puis redescend pour remonter à nouveau ... dans une course migratoire continue qui ne peut échapper à un retour vers des formes d'existence déjà connues.

 

L'âme, se traduit par le "Soi" ou "souffle vital" : âtman est le mot sanskrit qui traduit au sens le plus large ce que représente l'âme.

 

L'âme est le passager du char, embarquée dans une course folle, elle subit tous les aléas du voyage.

Même si elle n'a rien en commun avec les éléments qui composent son moyen de transport, son destin durant tout le trajet est lié au char qui la transporte.

L'âme "est", "connait", "voit" clairement, distinctement, sans se tromper... elle est transcendante, autonome, parfaite, permanente... 

Alors que le char n'a qu'une existence provisoire et imparfaite; Même chose pour le cocher, dont la connaissance est précaire, approximative ou erronée, puisqu'elle provient des sens et de ce qu'ils perçoivent, ce qui est loin d'être la vérité.

L'âme est donc Être, Conscience et Béatitude.

Le devoir de l'homme avisé est de délivrer l'âme qui souffre provisoirement de sa condition actuelle pour lui rendre l'état béatifique qui doit être le sien.

 

L'intelligence, buddhi, dont l'organe est le coeur, est le lien entre l'âme et le corps. L'âme peut faire passer un message de sa connaissance vraie en guidant l'intelligence: ainsi l'homme "voit" par l'oeil du coeur, l'intuition intellectuelle. Grâce à la discrimination, il prend conscience de sa condition réelle et comprend qu'il doit se séparer de l'être phénoménal pour s'élever et se rapprocher de l'état transcendantal qui lui fera quitter le monde.

Car "pour qui connaît vraiment le monde, tout y est souffrance" Patanjali.

A cet instant ,buddhi , ayant intégré  la connaissance du Yoga (moyen de vaincre la souffrance), maîtrise la course folle du char et l'arrête pour qu'âtman puisse enfin descendre.

 

Source: Les Upanishads du Yoga - Jean Varenne- Connaissance de l'Orient-Gallimard-

 

 

Le yogin est alors un délivré-vivant Jîvan-mukta.

Il a encore une existence corporelle, mais n'est plus sous l'emprise de son esprit.Il est définitivement libéré de toute souffrance et de toute dépendance.

Il n' a plus de conscience individuelle, il évolue dans un état paradoxal. Après la mort du corps physique, le Délivré sera définitivement dégagé de l'engrenage des renaissances successives dans des modes d'existence conditionnés.

 

Source: Les voies du Yoga - Tara Michaël- Editions Points-

 

Dans la mythologie indienne, Brahman ou Atman représente la Réalité absolue, le Soi suprême ou encore l'essence de l'Univers.

Brahman n'a pas de forme définie et ne possède aucune qualité. Il est sans origine ni fin, tout en étant le but ultime de l'homme. 

Sat-Cit-Ananda : Être-Conscience-Félicité.

Vishnu est la Réalité absolue avec forme. Vishnu est la manifestation du Brahman.

Le grand Dieu Vishnu revêt plusieurs formes humaines: Râma, Krishna...

 

Brahmâ, le créateur du Monde, naît de Vishnu. Il a pour mission l'expansion et la contraction d'un Univers. Lorsque cet univers a connu la création, la conservation et la destruction, la vie de Brahma est terminée, il se résorbe en Vishnu.

L'existence de Brahmâ est limitée, tandis que le Brahman lui est éternel.

 

Le soi individuel, jîvatman, est une étincelle divine. Il est l'âme qui naît de Vishnu , en même temps que naît Brahmâ le Créateur.

Le soi individuel, âtman, est par sa nature immortel.  Il s'incarne peu avant la naissance et quitte le corps au moment de la mort pour investir un autre corps... C'est ainsi que l'âtman transmigre.

Ce cycle de transmigration fait de souffrance débute avec l'apparition de Brahmâ créateur d'Univers et se termine avec la dissolution de Brahmâ et de toute sa création, résorbé en Vishnu.

Pour l'homme, la Délivrance finale, moksha, met un terme définitif aux cycles de transmigrations de l'âme. L'Atmân reprend place en Vishnu et ne fait plus qu'Un avec le Brahman, la Réalité absolue: 

Ceci représente le but le plus élevé pour chaque être humain.

 

Source: Annexe du Mahâbhârata -Spiritualités vivantes - Albin Michel

 

 

images (7).jpg

 A bientôt !

                 Corinne



21/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres