VOYAGES EN EQUILIBRE...

Lanzarote, l'île du vent et des volcans....

 01-P1020162.JPG

Album photos LanzaroteCliquer ici

 

Jour 1: 16 heures 30, nous quittons Antibes pour Vitrolles où nous avons réservé une chambre pour la nuit au Greet hôtel, 69 euros en petit déjeuner sur Booking.com, à quelques pas de l’aéroport de Marseille Provence d’où notre vol pour Lanzarote via Madrid doit décoller le lendemain matin à 9 heures. Vol réservé sur le site Iberia et assuré pas Iberia Mare Nostrum et Iberia Express. 580 euros pour deux A/R, c’est assez élevé, mais la pandémie a sonné le glas de toutes les compagnies low-cost couvrant cette destination et nous n’avons pas eu le choix, pas plus que pour le départ de Marseille, tous les vols au départ de Nice étant pour le moment annulés. À cela s’ajoutent l’obligation d’effectuer un test PCR moins de 72 heures avant le départ et l’obtention d’un QR code, sorte de pass sanitaire Espagnol. Un PCR est également à faire, sur place, 72 heures avant le retour en France. Mais rien pour décourager un voyageur passionné. C’est donc plein d’enthousiasme que nous quittons Antibes pour entamer ce qui sera notre troisième voyage depuis le début de la pandémie.

02-P1020150.JPG 05-20210506_111600.JPG

03-20210506_082747.JPG 04-20210506_081548.JPG

06-20210506_154455.JPG
08-P1020272.JPG
Jour 2 : journée voyage entre Marseille et Lanzarote avec une escale de 4 heures à Madrid. Nous arriverons aux Canaries, île de Lanzarote, à 17 heures 45 avec plus de trente minutes d’avance sur l’horaire prévu. Nous passons les contrôles sanitaires et récupérons notre voiture de location chez Cicar que nous connaissons bien pour avoir déjà utilisé leurs services à Tenerife deux mois plutôt. Voiture réservée à l’avance, 195 euros pour 14 jours, tout compris. Ce sera cette fois une Opel Corsa, parfaite pour nous. Route pour Las Larderas, où nous allons descendre à la Finca Las Laderas pour 14 jours ; réservée sur Booking.com pour 60 euros la nuit. Un appartement dans une vielle finca restauré à 5 minutes de La Caleta de Famara, célèbre plage et village très fréquenté par les surfeurs du monde entier. Elke, la propriétaire nous attend pour nous donner les clefs. Très belle surprise que cette finca au milieu de rien, au bout de tout… Mais pas le temps de nous poser, nous partons pour la Caleta faire deux courses pour remplir le frigo puis nous irons dîner à la Posada, un resto local, où nous nous réglerons d’un plat de poissons du jour ; énorme plat avec 6 poissons différents et accompagnement, le tout pour 36 euros à deux, bières comprises, le trip débute… retour à 23 heures à la Finca pour une nuit de sommeil bien méritée, la journée a été longue…

09-20210507_112223.JPG

10-20210507_112239.JPG 11-20210507_085820.JPG

07-20210506_204008.JPG
12-20210507_122524.JPG
Jour 3 : départ pour la plage de Famara. Longue plage de plus de 6 kilomètres de long qui fait le bonheur des surfeurs.  Malgré le vent qui souffle fort, la marche est agréable entre le village de La Caleta de Famara d’un côté et les impressionnantes falaises de l’autre. L’endroit est très fréquenté par les écoles de surf dont les élèves profitent du calme relatif de l’océan pour peaufiner leur apprentissage. 13 heures, nous partons pour Teguise à une quinzaine de minutes de voiture de la finca Las Laderas. Une très jolie ville, typique et donnée par le célèbre guide du voyage en sac à dos, pour être la plus jolie de Lanzarote. Nous ne serons pas déçus, la ville, désertée par ses touristes est à la hauteur de nos attentes et, crise sanitaire oblige, très peu fréquentée. La plupart des restaurants sont ouverts et nous déjeunerons dans l’un d’eux aux abords la place de la constitution, d’un très bon repas, pour moins de 30 euros. 14h30, poursuite de la visite de la ville et départ pour la Casa Museo Monumento al Campesino situé à 1.5 kilomètres de San Bartolomeo. Une belle visite dans un lieu de charme. Nous reviendrons à la Finca à 17h00 car Corinne doit donner un cours de yoga par visio-conférence à 17h30. Un cours à l’issue duquel nous partirons finir la soirée à la Posada de la Calatea de Famara. Dîner et retour au BnB.

14-P1020177.JPG 17-P1020205.JPG

 

15-P1020180.JPG 20-P1020217.JPG

 

16-P1020188.JPG 18-P1020212.JPG

 

19-P1020214.JPG 22-P1020237.JPG

 

24-P1020245.JPG

 

26-20210507_142147.JPG 25-P1020253.JPG

Jour 4 : Départ à 9 heures 30 pour la Montana Bianca, notre première randonnée prévue à Lanzarote. Nous ferons un stop dans la bourgade de Mancha Blanca pour nous ravitailler en eau et en sandwichs et en profiterons pour visiter l’église de l’ermite de Los Dolores. Nous rejoindrons ensuite le point de départ de la randonnée à 6 km de là. Une randonnée donnée pour être l’une des plus belles de Lanzarote. Classée en catégorie moyenne (difficulté) elle est donnée pour être réalisée en moins de quatre heures. Il faut quand même savoir qu’elle n’est pas accessible à tout le monde et qu’il est nécessaire d’avoir un minimum de condition physique. Nous la ferons en 4 h 45, en comptants les arrêts photos, nombreux, et la pause pique-nique. Une rando qui tiendra ses promesses par la richesse de ses panoramas. Nous étions à Lanzarote mais nous aurions tout aussi bien pu être sur Mars ou sur la Lune… Nous la conseillons fortement même si entre le dénivelé important, le vent violent autour du cratère et le sol irrégulier du sentier traversant le champ de lave, nous sommes arrivés crevés… Mais heureux d’avoir effectué le tour du cratère de la montagne blanche. Nous finirons la journée à la plage de Famara où la fraîcheur de l’eau réconfortera nos pieds malmenés… Soirée à la Finca Las Laderas.

39-20210508_114754.JPG

40-20210508_122310.JPG 41-20210508_122452.JPG

42-20210508_124652.JPG
43-20210508_131845.JPG 44-20210508_132332.JPG

45-20210508_132808.JPG
46-20210508_133141.JPG 47-20210508_140148.JPG

49-20210508_142720.JPG 51-P1020377.JPG 50-20210508_142831.JPG

54-P1020606.JPG 55-P1020607.JPG

57-P1020639.JPG 58-P1020640.JPG

Jour 5 : Départ pour le Teguise où a lieu le marché dominical. Un grand marché sécurisé par la protection civile qui fait appliquer les consignes sanitaires en vigueur avec prise de température et distribution de gel à l’entrée du marché, l’intérieur étant sous la surveillance de la police locale. Petite fréquentation mais plus importante que sur tous les autres sites où nous sommes allés jusqu’à présent. Balade dans Teguise et départ pour le mirador Del Rio, avec en cours de route une pause déjeuner dans un restaurant spécialisé dans la viande braisée. Ce sera du poulet pour nous, délicieux et peu cher, 26 euros à deux, plats, desserts et bières… Nous reprenons ensuite la route pour visiter la fondation César Manrique, mais cette dernière est fermée pour cause de pandémie.  Nous poursuivons donc sur le mirador Del Rio, un des sites phares de Lanzarote. Pourtant les lieux sont désertés et seuls quelques touristes sont présents. Tant mieux pour nous qui pourrons visiter et profiter de la vue offerte en toute quiétude. Entrée à 9 euros, possibilité de combiner avec d’autres entrées de sites sur l’île. Le mirador est un lieu exceptionnel, tant pour la vue qu’il offre que pour l’architecture de son restaurant et du site lui-même. On recommande, même si on se doute bien qu’en temps normal la fréquentation doit être limite… pour preuve le nombre de parkings, vides, aux abords du site. Nous reprenons ensuite la route pour Orzola d’où partent les ferrys pour l’île Graciosa. La route qui y conduit est superbe et la petite ville des plus tranquilles et agréables, du moins aujourd’hui… La visiter, flâner, prendre le temps de déguster une glace en écoutant un patron de bar chanter Volare… La vie, la vraie…. En chemin pour Orzola, nous ferons une halte au Lanzaole Park, centre de culture de l’aloès Véra et de sa transformation en divers produits de soins. Nous ferons le plein de produits à la boutique du centre. Départ ensuite pour Arrecife en logeant la côte par une magnifique route où nous découvrirons de jolies plages à explorer dans les jours à venir. Retour et soirée à Las Laderas, une journée bien remplie, comme on les aime…

001-P1020723.JPG

002-P1020727.JPG

003-P1020739.JPG 004-P1020741.JPG

007-20210509_152300.JPG 008-20210509_152358.JPG

009-20210509_154341.JPG
006-P1020809.JPG

016-20210509_162724.JPG
010-P1020819.JPG
011-P1020820.JPG 012-P1020822.JPG

013-P1020826.JPG 014-P1020827.JPG

017-20210509_165239.JPG
015-P1020855.JPG
Jour 6 : Départ pour Playa Bianca où nous comptons passer une journée plage. Route direct par la Z30 puis la Z20 jusqu’à Playa Bianca où nous poursuivrons directement vers la plage de Papagayo à 9 km de là. La plage ainsi que plusieurs autres se trouve dans le parc de Los Apaches dont l’entrée est payante, 3 euros par véhicule. Un peu de piste et nous voilà au bord de l’eau ou plutôt des falaises qui bordent la plage. Petite fréquentation permettant de respecter les règles sanitaires même sur la plage. L’eau est bonne, il y a des vagues et il fait beau… Tout est réuni pour passer un excellent moment. 14 heures, la faim se fait sentir et nous quittons Papagayo pour playa Bianca ville pour aller déjeuner d’une excellente paëlla dans un resto local. 36 euros à deux, avec boissons et café. Nous irons ensuite visiter la ville et découvrons une cité superbe, très agréable et bien-sûr peu fréquentée en ces temps difficiles. Une très belle surprise, d’autant plus que les plages sont très belles. Des plages que nous irons rejoindre après un tour de ville, pour nous rafraîchir dans les eaux fraîches mais agréables de l’Atlantique. 18 heures 30, nous rentrons sur Las Laderas par la route qui longe le parc Timanfaya. Une route magnifique qui serpent au milieu de paysages lunaires… Nous finirons la journée et la soirée sur la plage de Famara pour admirer coucher de soleil et Wind-surfeurs qui s’éclatent dans le vent… Un moment magique qui marque irrémédiablement un voyage…

018-20210510_114832.JPG

019-20210510_121148.JPG

020-20210510_123918.JPG 021-20210510_125601.JPG

022-20210510_130418.JPG

023-20210510_130514.JPG

024-20210510_131253.JPG 025-20210510_143406.JPG

026-P1020953.JPG 027-P1020958.JPG

028-P1020969.JPG
        029-P1020982.JPG 032-P1030007.JPG

030-P1020990.JPG
031-P1020993.JPG
033-P1030056.JPG
035-20210510_203630.JPG
034-P1030057.JPG
Jour 7 : Départ pour le mirador de Guinate à quelques kilomètres de celui del Rio. Un mirador qui offre une vue spectaculaire et légèrement différente du plus connu, mirador del Rio. Quelques photos, peu de monde, mais beaucoup de vent. Nous ne resterons que quelques minutes avant de reprendre la route pour le site de Cueva de Los Verde, notre seconde visite de la journée. Un peu plus de monde qu’ailleurs, mais toujours pas la foule, consigne sanitaires respectées, grand parking gratuit. L’entrée est comprise dans le billet multi-pass à 29 euros que nous avions acheté au mirador del Rio. La visite, guidée et groupée, dure une cinquantaine de minutes, durant lesquelles nous visiterons d’anciennes galeries par lesquelles la lave des volcans en éruption rejoignait l’océan il y a mille ans de cela. Instructif et agréable, une balade d’un kilomètre sous la lave, nous conseillons. Nous rejoignons ensuite le site Jameos del Agua, qui se trouve à moins d’un kilomètre de là. Une des attractions les plus populaires de Lanzarote, crée par César Manrique au milieu d’une coulée de lave. Magnifique, tout simplement, d’autant plus qu’il a très peu de monde, on profite un maximum de cet endroit hors du commun et hors du temps, un grand moment de beauté, de plénitude aussi… 15 heures, nous décidons d’aller déjeuner à Orzola à 9 kilomètres de là et porterons notre choix sur La Casa Marcelo que nous avions repérée deux jours plus tôt lors de notre passage à Orzola. Choix gagnant. Un énorme plateau de poissons, cinq dont deux perroquets, poulpes, calamars et fruits de mer, cuisinés spécialement pour nous alors qu’il est déjà 15h30, pour 38 euros à deux, boissons comprises. Dessert et café offerts par la maison. Une super adresse à ne manquer sous aucun prétexte si vous passez par Orzola… Nous profiterons pour prendre nos billets de ferry pour l’île Graciosa, pour le lendemain car les bateaux partent du port d’Orzola. 20 euros AR/pax, car pris à l’avance, sinon 26 euros le jour même. Route ensuite vers le Jardin des cactus, crée par le célèbre César Manrique, encore lui. Nous ferons en cours de route un stop plage pour prendre quelques photos dans de magnifiques décors de carte postale. Eaux vertes, bleues, sable blanc, noir de la lave, tout y est pour nous émerveiller. L’eau est chaude mais le vent violent ne nous encouragera pas à nous baigner. On reprend donc la route pour le Jardin des Cactus, mais nous arrivons trop tard, fermeture à 17h00… Tant pis, ce sera pour un autre jour, la fatigue commence à se faire sentir et nous décidons de rentrer un peu plus tôt pour nous reposer car la journée de demain sera chargée…

 037-P1030134.JPG

038-P1030135.JPG 039-20210511_130812.JPG

040-P1030220.JPG
041-P1030252.JPG 043-P1030384.JPG

042-P1030344.JPG
044-P1030443.JPG

045-P1030452.JPG 046-P1030456.JPG

047-P1030463.JPG 048-P1030466.JPG
Jour 8 : Journée VTT à La Graciosa, petite île face au mirador del Rio. Traversée en ferry depuis Orzola, durée 30 minutes, attention la mer peut être agitée et le bateau tangue pas mal. C’est d’ailleurs la première fois que je vois un ferry tanguer autant. Mais la traversée en elle-même vaut le coup d’œil, c’est superbe et sauvage. Arrivée à 10h30 à La Graciosa, débarquement, petit tour du village et nous louons deux vélos pour faire le tour de l’île. 15 euros la journée par VTT, boutique La Mobila à l’intérieur du village. Vous trouverez également des VTT électriques entre 20 et 30 euros. Bien réfléchir avant de choisir car le parcours est long, plus de trois heures, très venteux, pentu, et la piste est mauvaise et parfois recouverte de sable, autant de données qui peuvent faire de votre sortie un enfer à la place d’une partie de plaisir. Donc si on est moyennement sportifs on préférera les VTT électriques. Nous choisissons évidement les autres et partons à l’aventure sur la piste avec différents arrêts photos et visites de plages et autres endroits spectaculaires. Il nous faudra trois heures dix pour revenir au point de départ… pas exténués mais bien fatigués. L’aventure c’est l’aventure, mais pas sans confort, nous irons donc déjeuner au resto Enriquetta qui jouxte le Rent Bikes Très bon, très frais, produits de la mer, 43 euros à deux avec entrée et dessert plus boissons. 15 heures 30 nous décidons d’aller faire trempette et choisissons la plage la plus proche du village, par choix car le ferry retour est à 17 heures et qu’il est déjà 15 heures 30. Farniente, baignade, cadre idyllique, peu de monde, pour ne pas dire personne et nous voilà prêts à repartir vers Orzola. Traversée assez houleuse car il y a beaucoup de… houle. Ça monte, ça descend de plusieurs mètres, mais c’est magnifique. Nous arriverons à Orzola à 17 heures 40 et rentrerons directement à Las Laderas car nous sommes crevés…

049-P1030511.JPG

050-P1030536.JPG 051-P1030589.JPG

052-20210512_114008.JPG
053-20210512_123517.JPG 054-20210512_123904.JPG

055-20210512_131353.JPG
056-P1030626.JPG 057-P1030665.JPG

058-P1030700.JPG 059-P1030708.JPG

060-P1030715.JPG
061-P1030736.JPG
062-20210512_133306.JPG 063-20210512_135044.JPG

064-20210512_140518.JPG 065-20210512_144838.JPG

067-20210512_164402.JPG
068-20210512_171525.JPG
066-20210512_155625.JPG 071-20210513_150808.JPG

072-20210513_150814.JPG 073-20210513_152306.JPG

069-20210512_181221.JPG
Jour 9  : Matinée de récupération après la journée VTT de la veille, Coco se repose, j’en profites pour me mettre à jour, carnet de route et roman. Nous irons déjeuner à 13 heures à Teguise, au restaurant Ikarus, place de la Constitution. Un restaurant semi-gastro pour se faire plaisir. C’est très bon et abordable, personnel au top, on recommande. Comme dans la plupart des restos de l’île, vous pouvez vous pointer à 15 heures, on vous servira… Départ ensuite pour le Jardin des cactus, une autre création de César Manrique. 1400 variétés de cactus du monde entier réunies dans un cratère au décor aménagé, magnifique. Peu de monde, encore une fois, on a donc pu photographier les cactus et autres succulentes sous tous les angles sans n’avoir jamais personne dans l’objectif… 6.50 euros l’entrée, possibilité de restauration sur place dans un superbe restaurant terrasse. Fermeture à 17 heures hors juin-juillet-août. Vraiment à faire. Nous reviendrons ensuite sur Teguise pour faire quelques courses et passer la soirée à Las Laderas.

070-20210513_145421.JPG074-20210513_145434.JPG

080-P1030784.JPG 079-P1030776.JPG

081-P1030796.JPG

075-20210513_163409.JPG

076-20210513_164039.JPG

077-20210513_164714.JPG 078-20210513_170315.JPG

082-P1030818.JPG
083-P1030823.JPG 084-P1030831.JPG

085-P1030926.JPG 087-P1030940.JPG

086-P1030933.JPG
Jour 10 : Le vent souffle fort ce matin sur Las Laderas et la Caleta de Famara. C’est en courbant le dos que nous rejoignons la voiture en croisant les doigts que la colère d’Éole se limite à cette partie de l’île. Un espoir rapidement déçu, Lanzarote toute entière est soumise aux forces du vent océanique. Tant pis, nous ferons avec et prenons la route pour El Golfo à quelques kilomètres de Playa Bianca. C’est en suivant la Wind wine road, la bien nommée, entre Casa Museo del Campesino et Yaiza que nous rejoindrons El Golfo, petite ville de pêcheurs en bordure de l’océan où se trouvent de nombreux restaurants qui accueillent, en temps normal, les touristes venus admirer la Laguna verde, étendue d’eau verte à deux pas du bleu de l’océan. Vert, bleu, noir du sable de lave, marron de la falaise…, l’endroit est très beau, surtout qu’il n’y a personne, ça doit être autre chose lorsque le tourisme tourne à plein régime. Petit tour en ville, mais le vent est très violent et nous préférons partir pour Playa Bianca non sans d’abord faire un stop sur le site d’Hervideros, où l’océan s’engouffre de toute sa force dans des grottes de lave. Un peu de monde, pour une fois, trois bus de croisiéristes qui débarquent en même temps, les chemins d’accès au site se remplissent vite, et quand on sait que le parking est en capacité d’accueillir une cinquantaine de bus, on peut se poser quelques questions… L’endroit est très beau et mérite le détour. Nous filons ensuite sur Playa Bianca pour aller déjeuner, il est déjà 14 heures, dans un restaurant sur la promenade du bord de mer, La Brisa Marina.  Très bon repas de poissons frais du jour, daurades, 48 euros à deux, entrée-plats-desserts-boissons le tout avec un service de qualité. Balade à Playa Bianca, puis retour à la finca par la route du parc Timanfaya car Corinne doit donner un cours de yoga en visio sur Zoom. Soirée à Las Laderas.

090-20210514_121617.JPG

088-20210514_121348.JPG 089-20210514_121441.JPG

091-20210514_125126.JPG
Jour 11 : Beaucoup de vent encore ce matin. Nous partons pour le parc Timanfaya que nous voulons visiter aujourd’hui. Nous faisons un stop au Centre Visiteurs. Situé à deux kilomètres de l’entrée du parc, au milieu d’une coulée de lave, le centre permet de comprendre, grâce à diverses présentations le fonctionnement des volcans sur l’île de Lanzarote et dans le monde. Départ ensuite pour le parc de la Montagne de Feu, parc de Timanfaya. Entrée comprise dans le billet multiple à 29 euros ou 12 euros si acheté seul. Peu de monde, seulement 5 véhicules devant nous au péage d’entrée et une centaine sur le parking du centre à 1 kilomètre de là. Mais nous sommes dans une période particulière et, nous le répétons encore une fois, cela ne reflète pas la situation en temps normal et périodes de vacances où la file d’attente d’entrée au parc peut faire plusieurs kilomètres. Une fois à l’intérieur, la visite se fait en bus. Très bien organisée, elle dure 45 mn et permet un très bon aperçu du parc et de ses volcans. Possibilité de restauration sur place, cafétéria et restaurant. Un très bel endroit. Nous quittons ensuite Timanfaya pour San Bartolomeo que nous souhaitons visiter mais l’endroit désert ne nous inspire pas et nous poursuivons sur Costa Teguise que nous sillonnerons en voiture sans être vraiment convaincus par l’endroit ; disons plutôt que l’endroit ne correspond pas à notre philosophie du voyage. Nous reprenons la route par un chemin de traverse qui finira par déboucher sur San Bartolomeo. Presque 14 heures 30, la faim commence à se faire ressentir et nous décidons d’aller déjeuner au Moreno, un resto fréquenté par les gens du coin qui viennent ici en famille. Portions énormes et prix dérisoires… Le temps a tourné et le vent s’est encore renforcé, nous décidons de retourner sur Las Laderas pour finir la journée et la soirée.

092-20210510_194833.JPG 093-20210510_195010.JPG 094-20210510_194951.JPG

098-P1040311.JPG
095-P1040281.JPG
096-P1040303.JPG 097-P1040308.JPG

099-P1040327.JPG
Jour 12 : départ à 9 heures pour la randonnée de la Montana Cuerva située à l’entrée de Tinajo dans le parc des volcans sur la route de Timanfaya. Une rando donnée pour être facile et courte qui permet sans trop d’efforts d’explorer un cratère de volcan, celui de la Montana Cuerva, pas n’importe lequel non plus puisqu’il s’agit du premier cratère de Lanzarote à être entré en éruption il y a plus de 300 ans de cela. Eruption qui sera suivi par celles des autres cratères de l’île qui changeront à jamais le visage de Lanzarote. Donnée pour être effectuée en 1 heure, il nous faudra le double en comptant les pauses photos, les stops visites et aussi la chute de Corinne qui a glissé sur la lave et s’est méchamment griffée une jambe… Départ du parking en bord de route et suivi d’u, chemin de sable de lave qui fait le tour du cratère et descend jusqu’à l’intérieur. Très intéressant, très beau décor volcanique tout autour avec le parc Timanfaya en toile de fond. Seul le vent, extrêmement violent rend la balade difficile. Peu de monde, pour ne pas dire personne. 13 heures, nous rejoignons Teguise où nous comptons faire une nouvelle incursion au marché, hélas ce dernier a été annulé à cause du vent violent qui sévit sur l’île. Nous irons donc déjeuner après un tour en ville et un passage en pharmacie pour soigner les bobos de Corinne. Nous retournerons au Zangua, place de la Constitution, où nous avions notre premier repas à Teguise la semaine précédente.  Encore un très bon repas pour 40 euros à deux, entrées, paëlla, desserts, vin et café… 16 heures, le soleil a fait son apparition mais le vent s’est encore renforcé, nous décidons de retourner sur Las Laderas et à la Finca pour que Corinne puisse soigner sa jambe et se remettre de ses émotions…

100-P1040450.JPG

102-P1040469.JPG

101-P1040466.JPG 103-P1040471.JPG

104-P1040503.JPG 105-P1040533.JPG

106-P1040611.JPG
107-20210516_111951.JPG 108-20210516_114652.JPG
Jour 13 : le soleil est de retour, le vent lui toujours présent. Nous quittons la finca Las Laderas pour la plage de Famara d’où nous observerons les surfeurs depuis les hauteurs de la plage. Passage à Caleta de Famara et route pour La Santa, petit port de pêche loin de toute activité touristique. Un bout du monde auquel on accède par une route cul de sac qui traverse une zone bien aride… Une route sur laquelle nous avons croisé les doigts pour ne pas tomber en panne d’essence car j’ai oublié de faire le plein, la veille à Teguise, et nous sommes « short » en pétrole… Peu importe, il reste une barre sur la jauge d’essence et nous allons l’économiser en roulant doucement. Arrivés à La Santa, c’est effectivement un petit bout du monde, dont les maisons du village sont peut-être habitées, peut-être car nous ne verrons personne… Un drôle d’endroit qui fait bosser l’imagination…  Nous continuons ensuite sur Puerto del Carmen à côté d’Arrecife, après avoir fait le plein du réservoir et un arrêt gourmandise dans une boulangerie, Lolita, de San Bartolomeo… Puerto del Carmen, est un bourg touristique créé de toutes pièces. Si en temps normal l’endroit est fréquenté par une clientèle d’Allemands, Anglais et Scandinaves, en cette période de fin de pandémie la ville touristique ressemble plutôt à une cité fantôme. Cela nous permettra de la sillonner rapidement pour avoir un aperçu, joli mais pas conforme à ce que nous aimons… Nous poursuivons sur Playa Queymada, située entre Playa Bianca et Puerto del Carmen.  Un endroit oublié des promoteurs, petit village en bord d’une plage de lave noire. Peu de monde, pour ne pas dire personne. Nous tirons quelques photos et décidons d’aller déjeuner à la Playa Papagayo. Si le site st moyennement fréquenté, ce n’est pas le cas du restaurant devant lequel s’est formé une file d’attente en plein soleil… Quitte à rester au soleil, nous décidons d’aller nous baigner plutôt que de faire la queue pour obtenir une table. Nous passerons un agréable moment sur cette plage de sable blond peu fréquentée. Retour ensuite à Las Laderas non sans faire un stop Playa Honda en bordure de l’aéroport de Lanzarote, César Manrique. Soirée à Las Laderas.

109-P1040649.JPG

110-P1040653.JPG

111-P1040665.JPG 112-P1040678.JPG

113-P1040679.JPG 114-P1040688.JPG

115-P1040691.JPG 116-P1040738.JPG

117-P1040749.JPG
Jour 14 : nous quittons la Finca pour l’aéroport de Lanzarote où nous avons rendez-vous pour effectuer les tests PCR obligatoires pour le retour en France, jeudi, soit 72 heures plus tard. Arrivés avec un peu d’avance nous nous présentons au laboratoire Mégalab situé dans le terminal 1 hall des départs. Étrange impression que ce hall d’aéroport entièrement vide… Le laboratoire est vide lui aussi et nous pourrons passer notre test immédiatement. Toujours aussi désagréable mais nous aurons les résultats, négatifs, en moins de trois heures. Nous quittons l’airport pour Arrecife que nous souhaitons visiter.  Une balade en bord de mer et dans la Casco Viejo, vieux quartier, qui nous fera, un peu, penser au Casco Viejo de Panama City… Un peu seulement. Nous visiterons le fort sur le port, puis la vieille ville mais l’église est fermée. Nous irons donc déjeuner au Barbacana, un restaurant situé tout près de l’église. Déco super, personnel et patron très sympas, et cuisine excellente, nous recommandons, prix abordables, plat du jour… Nous poursuivons, ensuite, notre exploration de la ville. Très peu de monde, voire personne dans certains quartiers, beaucoup de commerces et restaurants fermés définitivement avec mise en vente… Nous sommes mitigés sur cette ville qui en ces temps de pandémie donne une impression d’abandon. Nous pensons que si vous ne restez que quelques jours à Lanzarote, la visite ne s’impose pas. 18 heures, nous retournons sur la Caleta De Famara pour quelques courses, puis nous irons plage de Famara finir la journée et boire un dernier verre, les pieds dans l’eau. Soirée à las Laderas.

118-P1040789.JPG

119-P1040825.JPG

120-P1040879.JPG 124-P1040891.JPG

121-P1040884.JPG 122-P1040885.JPG

125-P1040898.JPG 126-P1040908.JPG

127-P1040910.JPG 128-P1040918.JPG

129-P1040943.JPG
Jour 15 : Matinée à Teguise pour ce dernier jour à Lanzarote, Corinne se rend au salon de coiffure pour se refaire une beauté avant le retour pendant que j’en profite pour déambuler en ville. Nous partons ensuite pour Arietta où nous visiterons le musée de l’Aloé Vera.  Route ensuite pour Orzola où nous souhaitons déjeuner pour ce dernier resto à Lanzarote. Peu de monde sur la route ou en ville, mais du monde dans les restos. La faute à la mauvaise mer qui empêche les ferrys de quitter Orzola pour rejoindre La Graciosa… Nous retournerons à la Casa Marcelo où nous avions passé un excellent moment la semaine précédente, mais ce n’est plus la même ambiance, le personnel en sous-effectif à cause de la crise sanitaire a du mal à assurer le service et gérer l’affluence … Un bon moment quand-même. Nous retournerons sur Las Laderas par la route du mirador del Rio puis nous descendrons jusqu’à Arrecife pour quelques courses avant de rentrer à la Finca préparer nos sacs…

130-P1040953.JPG

131-P1040959.JPG 132-P1040969.JPG

133-P1040960.JPG
Jour 16 : jeudi 20 mai : Départ à 11h10 de Lanzarote pour Madrid puis Marseille où nous arriverons à 18 heures 25 locales, la boucle est bouclée…

142-P1020348.JPG

 Notre  avis : Ce trip aux Canaries n’était pas prévu, il résulte de la crise sanitaire et de tous les changements, modifications, annulations  qui ont bousculé notre planning voyages » depuis mars 2020. La possibilité de partir, sous certaines restrictions et contraintes sanitaires,  s’étant offerte à nous, c’est tout naturellement que l’archipel des Îles Canaries s’est imposé comme choix de remplacement. Un choix que nous ne regrettons pas, bien au contraire. Nous avons apprécié la gentillesse des gens, le dépaysement et les paysages grandioses de Lanzarote dont nous avons pu profiter en toute quiétude suite  à l’absence de touristes (moins 90%). Nous avons aimé la nourriture et les prix raisonnables des restaurants. une destination idéale pour ceux qui aiment la randonnée, dépaysement assuré avec les décors volcaniques. Une île également pour les amateurs de plages, de sports aquatiques  et de bon vin... Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Nous aurions aimé visiter d’autres îles de l’archipel, mais les conditions ne s’y prêtaient pas, ce sera pour un prochain voyage. Les Canaries, une destination facile et dépaysante, que nous conseillons, un peu d’exotisme à moins de trois heures de vol de Marseille.

 Merci de votre visite sur notre blog.

 À Bientôt pour un autre carnet de route.

 

 Eric et Corinne

147-P1020660.JPG

036-20210510_205941.JPG

 

Hello c'est Corinne ! Je viens vous donner mon avis sur ce joli séjour sur l'île de Lanzarote.

L'hébergement, exactement comme j'aime, perdu au beau milieu de la nature, calme, reposant et tout confort ! Nous avons été très bien accueillis, j'ai adoré séjourner à La Finca Las Laderas, à 5 mn seulement du village de la Caleta de Famara et de sa plage immense où l'on peut admirer le spectacle permanent des wind- surfeurs...

J'ai beaucoup aimé la ville historique toute blanche et très élégante de Téguise, son marché local et artisanal, et ses restaurants !

Au sud, La playa Blanca est un de mes endroits préférés, c'est une station balnéaire à taille humaine qui a beaucoup de charme, de belles boutiques, de bons restaurants et à proximité de laquelle se trouve la superbe playa del Papagayo !

Au nord, le petit village de pêcheur d'Orzola, c'est de là que part le ferry pour l'île de la Graciosa, il y règne une ambiance un peu spéciale de bout du monde! A proximité de très jolies criques au milieu des roches volcaniques ! 

Et évidemment tout ce qui se rapporte à César Manrique, qui a fait de son île une oeuvre d'art, en préservant sa nature sauvage, en sublimant les points de vue par des aménagements architecturaux vraiment splendides qui s'intègrent parfaitement aux paysages de roches noires... J'ai particulièrement aimé ses escaliers en bois, souvent en forme de spirale, d'une beauté épurée...Magnifique !

Allez à Lanzarote ! Dépaysement assuré .

 

Ci-dessous un petit bonus photos.

29-P1020275.JPG

30-P1020277.JPG

34-20210507_174134.JPG

35-20210507_205511.JPG

134-P1040422.JPG

135-P1040421.JPG

136-P1040410.JPG

138-P1020199.JPG

139-P1020211.JPG

140-P1020260.JPG

141-P1020328.JPG

143-P1020368.JPG

144-P1020388.JPG

146-P1020649.JPG

148-P1020667.JPG

149-P1020701.JPG

150-P1020870.JPG

151-P1030508.JPG

152-P1030557.JPG

153-P1030634.JPG

154-P1030774.JPG

155-P1030855.JPG

156-P1030917.JPG

157-P1040323.JPG

158-P1040609.JPG

159-P1040829.JPG

160-P1040947.JPG

161-P1040086.JPG

162-P1040112.JPG

163-P1040128.JPG

164-20210506_205948.JPG

166-20210507_142216.JPG

167-20210508_104535.JPG

168-20210508_153627.JPG

169-20210509_140922.JPG

170-20210510_153832.JPG

171-20210510_170438.JPG

173-20210510_192227.JPG

174-20210510_203134.JPG

175-20210512_190645.JPG

176-20210514_122629.JPG

177-20210518_132714.JPG

178-20210518_141419.JPG

179-20210518_144234.JPG

180-20210520_104028.JPG

172-20210510_184413.JPG

 



13/08/2021
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres