VOYAGES EN EQUILIBRE...

Les Quatre Accords Toltèques - 1ère partie


ob_fb98d5_carte-1.jpg

 

Un peu d'histoire: Qui étaient les Toltèques ?

 

 Toltèque: maître bâtisseur, artisan, artiste.

 

Plus de 800 ans après leur disparition brutale et inexpliquée, ces bâtisseurs réputés continuent à faire parler d'eux :

 

 Les Toltèques ont régné entre 900 et 1200 au Mexique. Entre le Xe  et le XIIe siècle la civilisation Toltèque est à son apogée et s'étend depuis la région de Mexico jusqu'au Golfe du Mexique. Lorsque les conquistadors Espagnols abordent en Amérique centrale précolombienne en 1519, les Toltèques ont depuis longtemps laissé la place aux Aztèques. 

 

2006.017.065.jpg
 

A cette époque, les Aztèques se revendiquaient comme les dignes descendants des Toltèques qu'ils glorifient en ces mots: " Les Toltèques étaient sages. Leurs oeuvres étaient toutes bonnes, toutes parfaites, toutes admirables, toutes merveilleuses... Ils ont inventé l'art de la médecine...Et ces Toltèques étaient très sages, car c'étaient des penseurs, car ils ont inventé le décompte des années... Ces Toltèques étaient justes. Ils n'étaient pas trompeurs. Leurs mots étaient des mots clairs... Ils étaient grands, ils étaient plus important que les gens d'aujourd'hui... Ils étaient très pieux... Ils étaient riches."

 

280px-Telamones_Tula.jpg

 

Il apparaît aujourd'hui que ce récit est plus proche du mythe que de la réalité.

Les informations sur la civilisation Toltèque sont assez controversée dans le milieu des chercheurs et archéologues. L'existence d'un empire Toltèque qui se serait étendu sur une grande partie du Mexique n'est pas prouvée. Comme les Aztèques, les Mayas se prétendirent aussi descendants des Toltèques.

Ce qui est incontestable c'est que Toltèques, Aztèques et Mayas avaient de nombreux points communs :

-Au niveau culturel on trouve des similitudes dans l'architecture monumentale, pyramide, autels, les hiéroglyphes, l'art des bas reliefs, la sculpture de stèle, la ciselure du jade, le décompte du temps et du calendrier.

-Au niveau de l'ordre social on retrouve chez ces trois civilisations une organisation de type féodale, avec de grands guerriers, de grands prêtres ou chamanes qui communiaient avec les Dieux et la Nature.

Les Toltèques étaient aussi des artisans exceptionnellement doués et raffinés sur le plan artistique et intellectuel: peintres, sculpteurs, architectes, pictographes ont magnifié la culture amérindienne. 

 

A Tula leur capitale ont été découverts de splendides vases d'albâtre ou de cristal de roche, ainsi que des ornements précieux faits de coquillages, de pyrite et de turquoise... On doit aux Toltèques la découverte de la mosaïque.

Tula était une ville de 14 km 2 abritant selon un mythe, un palais "recouvert d'or, de pierres précieuses, de plume multicolores et de coquillages marins."

On y trouve des "colonnades rondes ou carrées", ainsi que "Les Atlantes" ces colosses de pierre hauts de 4,60 m. Ces piliers soutenaient le toit d'une salle au sommet d'une pyramide à quatre degrés.

 

1425.jpg

 

 Les Toltèques initièrent aussi les jeux de balle ( 3 kilos de caoutchouc) dans des stades.

La balle symbolisait par sa trajectoire la course du soleil qui ne doit jamais s'arrêter, sous peine de mort... Le capitaine de l'équipe perdante était souvent sacrifié, et parfois les vainqueurs demandaient l'honneur d'être mis à mort afin d'accéder à l'au-delà comme des guerriers tombés au combat.

 

280px-Quetzalcoatl_1.jpg

C'est à Tula que régnait le sage Quetzalcoatl "le Serpent à plumes", à la fois roi, prêtre et divinité astrale. Sous son règne les sacrifices humains se généralisèrent et Tula fut ensanglantée par les guerres, les prisonniers, les volontaires qui se sacrifiaient pour offrir de l'énergie et perpétuer la vie. Les Toltèques peuvent à de nombreux égards nous sembler ( à nous occidentaux) cruels et violents si on ne prend pas en compte leur conception de l'Univers. Dans les mythologies occidentales, ce sont les Dieux qui président à la marche du monde, chez les Toltèques ce sont les hommes qui ont pour mission de veiller à ce que le Soleil ou la pluie ,qui ne sont pas éternels, soient alimentés en énergie que leur cycles se perpétuent...et pour cela il faut du sang, des sacrifices humains.

Les bas reliefs sur les monuments en témoignent, on y voit des coyotes, jaguars, aigles, se repaître de coeurs humains ou bien des serpents poursuivre et dévorer des squelettes (le mur des serpents).

 

220px-Busto_quetzalcóatl_en_Teotihuacán_(cropped).jpg

 La civilisation Toltèque n'est pas la première à avoir disparu aussi brutalement. En 200 avant J-C la cité de Teotihuacan qui comptait 200 000 habitants et était la plus grande ville du monde à son époque, s'est elle aussi effondrée entre le VIe et le VIIe siècle, sans que l'on sache vraiment si c'était à cause des révoltes contre le pouvoir, de la population trop nombreuse, de l'invasion d'un peuple voisin, d'une catastrophe écologique,  ou d'un bouleversement climatique...

Ce dont on est sur c'est qu'à Tula, en 1168 des envahisseurs ont mis le feu à la ville, comme en témoigne le "Palais brûlé".

 

cite-tolteque-de-tula_1_croped.jpg

Les chroniques anciennes racontent une histoire plus poétique quant à la fin de la civilisation Toltèque: 

-Le sage Quetzalcoatl, dieu-prêtre de la Fertilité agraire et de la Richesse, aurait été trompé par son rival, le belliqueux et malveillant sorcier Tezcatlipoca, qui l'aurait amené, par ruse, à coucher avec sa propre soeur. Vaincu, horrifié d'avoir enfreint son idéal de chasteté, Quetzalcoatl se serait enfui vers l'est, et aussitôt la sécheresse se serait abattue sur la région de Tula. Les temples ont été détruits, les épineux ont dévoré les cultures, et les oiseaux au ramage lumineux se sont envolés à plus de cent lieues, laissant Tula revenir à l'état sauvage...

 Article de référence de Pierre ANTILOGUS - magazine GEO- 09/10/2018 

 

225px-Pirámide_tula.jpg

 De cette civilisation,  nous est parvenue une philosophie de vie ancestrale et pourtant étrangement moderne puisqu'on pourrait parler d'une technique de développement personnel qui s'appuie sur un contrat de confiance avec soi-même pour s'affranchir des règles de vie de la société.

Ce développement passe par une prise de conscience de notre condition actuelle et pose les bonnes questions concernant nos aspirations personnelles :

Qui voulons- nous être ? Comment voulons-nous vivre ?

Comment faire pour pour changer de vie ? 

 

200px-Chichén_Itzá_Goal.jpg

  

"Les quatre accords Toltèques"  ou la voie de la liberté personnelle

 

- A travers toute le sud du Mexique, vivaient les Toltèques, des femmes et des hommes qui avaient une grande connaissance spirituelle, scientifique et artistique. L'ancienne cité des pyramides Teotihuacan était décrite comme le lieu où l'homme devint Dieu.

Les Naguals, les maîtres, ont préservé et transmis secrètement à leurs élèves la sagesse ancestrale de génération en génération, jusqu'à nos jours.

 

4578396-6855290.jpg

 Don Miguel Ruiz, est né au Mexique en 1952, sa mère curandera (guérisseuse) et son grand-père nagual (chaman) lui transmettent leur savoir ancestral , tandis qu'il étudie la médecine et devient chirurgien. Dans les années 70, une expérience de mort imminente suivie d'une expérience extra-corporelle changent sa vie. Il se consacre dés lors à la maîtrise de la sagesse ancestrale. Devenu nagual de la lignée des Chevaliers de l'Aigle, il nous fait partager cet enseignement des anciens Toltèques, véritable mode de vie d'amour qui conduit vers le bonheur en nous libérant du sentiment de peur induit par le conditionnement collectif "Le rêve de la planète".

 

200px-AtlanteDetail-Tollan-Xicocotitlan-Hidalgo_Mexico.jpg
-Tout ce qui existe est une manifestation de ce seul être vivant que l'on appelle Dieu... Et il réalisa que tous rêvaient, mais sans conscience, sans savoir vraiment qui ils étaient.  

"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous. Cette fumée est le Rêve, et le miroir c'est nous, le rêveur."

L'esprit humain tout entier est un brouillard, appelé Mitote par les Toltèques. En Inde on donne au Mitote le nom de Maya, l'illusion. C'est l'idée que se fait la personnalité du Je suis. Tout ce que vous croyez à propos de vous même et du monde, tous les concepts et es programmes que vous avez en tête, tout cela est Mitote. Etre simplement soi-même, est notre plus grande peur. Les humains se punissent indéfiniment, à défaut d'être ce qu'ils croient devoir être. L'idée que l'on se fait de la perfection (à laquelle il est impossible de se conformer) est la raison du rejet de soi-même.

 

-Le processus de Domestication et le Rêve de la Planète. Nous naissons avec la capacité d'apprendre comment rêver, et les humains qui nous précèdent nous apprennent à le faire de la façon dont rêve la société. Lorsque nous étions enfant, les adultes ont capté notre attention et introduit des informations dans nos esprits par la répétition.

Quatre-vingt-quinze pour cent des croyances que nous avons gravées dans notre mémoire ne sont que des mensonges, et nous souffrons de croire ces mensonges. 

Toute l'humanité est à la recherche de la vérité, de la justice et de la beauté. Nous sommes constamment en quête de vérité parce que nous ne croyons qu'aux mensonges gravés dans notre esprit. Conditionnés par nos croyances nous ne voyons pas la vérité.

 

Si vous voulez connaître une existence faite de joie et de plénitude, il vous faut trouver le courage de rompre les accords passés avec vous-mêmes qui sont fondés sur la peur, et revendiquer votre pouvoir personnel. Il existe Quatre accords toltèques pour nous aider à rompre les accords issus de la peur qui nous vident de notre énergie. Avec de la volonté, vous transformerez le rêve de la planète en votre rêve de paradis personnel. 

 

images (7).jpg

 

1- Que votre parole soit impeccable

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N'utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire sur autrui. Utilisez le pouvoir de vos mots avec vérité et amour.

Lorsque vous êtes impeccable, vous assumez la responsabilité de vos actions, mais vous ne vous jugez pas, vous ne vous critiquez pas.

Impeccable: Sans péché.             Ne rien faire contre soi-même.

 

Ce premier accord Toltèque est le plus important et le plus difficile à honorer.

La parole est un cadeau divin: L'évangile selon St Jean dit en parlant de la création de l'univers: Au commencement était la parole (ou le verbe), et la parole était avec Dieu, et la parole était Dieu.

C'est donc par la parole que s'exprime notre pouvoir de création, la parole nous sert à nous exprimer, à communiquer. Mais c'est une lame à double tranchant qui peut créer du rêve ou concrétiser l'enfer sur terre.

L'esprit humain est semblable à une terre fertile dans laquelle des graines sont continuellement semées: opinions, idées, concepts...La parole est une graine, et l'esprit si fertile ! Un seul mot en grandissant peut faire le bien ou le mal. Avoir une parole impeccable, c'est faire bon usage de votre énergie, cela signifie que vous l'utilisez dans le sens de la vérité et de l'amour de vous-même.

Chaque fois que l'on écoute une opinion et qu'on la croit, on conclut un accord qui s'intègre à notre système de croyance. La médisance est la principale forme de communication de la société humaine. Une vieille expression dit que la misère aime la compagnie, et les gens qui souffrent ne veulent pas rester seuls.

La médisance fonctionne comme un virus informatique, elle contamine et embrouille les esprits. Lorsqu'on voit le monde à travers les yeux d'un virus informatique, il est facile de justifier le comportement le plus cruel. Nous créons ce poison et le partageons, simplement pour nous sentir bien selon notre propre point de vue. Notre opinion résulte de nos croyances, de notre ego, de notre propre rêve or vous ne pouvez recevoir une idée négative que si votre esprit y est ouvert.

L'intensité de votre amour-propre et les sentiments que vous nourrissez envers vous sont directement proportionnels à la qualité et l'intégrité de votre parole. Lorsque celle-ci est impeccable, vous vous sentez bien, heureux, en paix. Commencez par vous dire combien vous vous aimez, servez vous de la parole pour rompre tous les petits accords qui vous font souffrir. Concluez de nouveaux accords pour vous libérer de la peur en ayant une parole impeccable.

(Extrait du livre de sagesse de Don Miguel Ruiz- Les 4 accords Toltèques)

 

 Cette première proposition semble terriblement contraignante. En fait, elle rappelle que la parole peut détruire, ou construire: les mots agissent sur la réalité. Ne pas en dire trop ni trop vite est au coeur de cet accord. A commencer par les jugements que l'on profère à l'égard de soi-même. "Je suis nul" est une parole négative qui empoisonne notre mental. Il vaut mieux parler peu, mais parler vrai. En cohérence avec ce premier accord, le philosophe viennois Ludwig Wittgenstein a énoncé: "Ce dont on ne peut parler, il faut le taire"- sauf sur le divan du psychanalyste ! 

(Hors-série psychologie magazine)

 

2- Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle

Vous n'êtes pas responsable des actions d'autrui.

Ce que les autres disent et font n'est qu'une projection de leur propre réalité, de leur rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre les opinions et les actions des autres, vous n'êtes plus victime de souffrances inutiles. Ne donnez pas votre accord, ne vous faites pas piéger par l'importance personnelle,

par le moi ! 

 

Chacun vit dans son propre rêve, dans sa propre tête; chacun  est dans un monde totalement différent de celui dans lequel vous vivez. Lorsque nous faisons de tout une affaire personnelle, nous partons du principe que l'autre sait ce qu'il y a dans notre monde, et nous essayons d'opposer notre monde au leur... Que ce soit un compliment, ou une critique, voir une insulte, cela ne doit pas nous affecter, car nous savons qui nous sommes, et n'avons pas besoin d'être accepté.

Vous regardez le film en fonction des accords que vous avez conclus dans votre vie . Or votre point de vue est personnel. C'est votre vérité et celle de personne d'autre.

Même les opinions que vous avez sur vous ne sont pas nécessairement vraies; donc, vous n'êtes pas obligé de réagir personnellement à ce que vous vous dites dans votre tête.

Notre esprit vit dans plusieurs dimensions. Parfois vous entendez une voix dans votre tête et vous vous demandez d'où elle vient...Elle peut provenir d'une autre réalité dans laquelle se trouvent des êtres vivants très semblables aux humains. Les Toltèques les appellent les Alliés. En Europe, en Afrique et en Inde, on les appelle les Dieux. Nous avons le choix de croire ou non ce que ces voix nous disent, tout comme nous avons le choix de croire le rêve de la planète et de lui donner notre accord.

Lorsque les gens disent une chose et en font une autre, c'est vous mentir que de ne pas écouter leurs actes. Vous découvrirez que vous avez moins besoin de faire confiance aux autres qu'à votre propre capacité à effectuer de bons choix. 

Le monde entier peut vous calomnier, du moment que vous n'en faites pas une affaire personnelle, vous êtes immunisé. Si vous respectez cet accord vous pouvez dire je t'aime sans peur du rejet, demander ce dont vous avez besoin, dire oui ou non sans culpabilité ou jugement de soi, suivre votre coeur, vivre libre, en paix.

 

 Ce que les autres disent et font tient beaucoup de la projection de leur propre réalité et ne nous concerne que rarement en propre. Si vous êtes l'objet d'une critique, ne le prenez pas personnellement: c'est l'image que l'autre se fait de vous qui est exprimée, pas vous. La même chose est vraie du compliment... La proposition de cet accord est de nous amener à sortir de la tyrannie du moi. L'objectif est de laisser à l'autre la responsabilité de sa parole et de ne pas s'en mêler. Je peux apprendre à écouter ce que l'autre dit de moi sans y adhérer. A la clef: souvent l'apaisement.

(Hors-série psychologie magazine)

 

3- Ne faites aucune supposition

Ayez le courage de poser des questions et d'exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames. A lui seul cet accord peut transformer votre vie.

 

Nous faisons des suppositions sur ce que les autres font ou pensent, forts de quoi nous en faisons une affaire personnelle, puis nous leur en voulons et nous leur communiquons du poison émotionnel par nos propos, pour rien du tout. Ensuite, nous médisons sur la base de ces suppositions que l'on croit être vraies, puis on défend ces suppositions en donnant tort à l'autre.

Il vaut toujours mieux poser des questions que faire des suppositions, parce que celles-ci nous programment à souffrir. 

Dans chaque relation on peut se laisser aller à supposer que les autres savent ce que nous pensons sans avoir à formuler nos besoins, parce qu'ils nous connaissent, et s'ils ne le font pas nous sommes blessés. Nous ne cessons de supposer, parce que nous n'avons pas le courage de poser des questions.

Nous supposons que tout le monde voit la vie comme nous la voyons. Nous supposons que les autres pensent comme nous pensons, qu'ils ressentent les choses comme nous les ressentons, qu'ils jugent comme nous jugeons. Nous craignons d'être nous-même avec les autres de peur d'être rejeté, maltraité, critiqué, rejeté, jugé comme nous le faisons nous-mêmes. 

On se surestime, on se sous-estime, on se ment, on ne prend le temps ni de poser les questions, ni d'y répondre.

L'amour véritable consiste à accepter les autres tels qu'ils sont sans essayer de les changer. 

Il faut pouvoir être qui l'on est, de façon à ne pas avoir à créer de fausse image de soi.

Ayez le courage de poser des questions jusqu'à ce que tout soit aussi clair que possible. Inversement, tout le monde peut vous interroger, et vous avez la possibilité de dire OUI ou NON.

Ayez une communication claire, sans supposition pour que votre parole soit impeccable, un pas de plus vers la liberté personnelle.

 

 "Quand je fais des suppositions, je suis dans l'univers virtuel de mes pensées, je ne suis pas dans le réel, explique Olivier Clerc (formateur en développement personnel). Et souvent je prends ces suppositions pour des réalités !"

Le plus simple est encore de demander au lieu de supposer. En communiquant, nous revenons dans le réel, au lieu de ruminer dans notre tête. Ce n'est pas toujours faisable et notre mental ne demande qu'à s'emballer. Dans ce cas, autant formuler plusieurs suppositions, si possibles contradictoires. "Dés lors, le mental se rend compte qu'un jeu s'est mis en place et que les suppositions ne sont que ça, des hypothèses. Pas la réalité ", conclut l'auteur.

(Hors-série psychologie magazine)

 

4- Faites toujours de votre mieux

Votre "mieux" change d'instant en instant, quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d'avoir des regrets.

 

Ce dernier accord est celui qui va transformer progressivement les trois précédents en habitudes solidement ancrées en nous, car il concerne l'application : Faire toujours de son mieux, en sachant que rien n'est figé, et qu'il faut savoir composer avec l'instant présent en s'adaptant à la situation...Sans jugement.

Lorsqu'on en fait trop, on se vide de son énergie, on agit contre soi-même et c'est contre-productif...

Quand on n'en fait pas assez par rapport à ses possibilités du moment, on s'expose à des frustrations, au jugement personnel, à la culpabilité, et aux regrets.

Or si vous faites simplement de votre mieux, vous vivrez votre existence intensément. Vous serez productif, vous serez bon envers vous-mêmes car vous vous donnerez sans compter dans l'action, juste parce que vous en avez envie, sans rien attendre en retour.

Vous n'avez pas l'impression de travailler dur, en faisant de votre mieux, parce que vous prenez plaisir à ce que vous faites. Vous êtes dans l'action: agir c'est être vivant.

Faire de son mieux devient alors un rituel, il est possible d'avoir des rituels pour chaque chose simple de sa vie. En Inde, les gens pratiquent une puja, un rituel au cours duquel ils prennent des idoles représentant Dieu sous de nombreuses formes et les baignent, les nourrissent et leur expriment leur amour. Ce qui est important c'est la manière d'exécuter le rituel: la meilleure façon de dire Je t'aime, mon Dieu est de vivre votre vie en faisant de votre mieux. 

Lorsque la vie vous prive soudain de quelque chose, détachez-vous en. Lorsque vous pratiquez le renoncement et que vous vous détachez du passé, vous vous donnez la possibilité d'être pleinement vivant dans l'instant. 

Nous n'avons pas à savoir ni à prouver quoi que ce soit. Nous n'avons qu'à être, qu'à prendre le risque d'apprécier notre vie, c'est tout ce qui compte. Vous avez le droit d'être vous-mêmes. Et vous ne pouvez être vous-mêmes qu'en faisant de votre mieux. 

Si vous faites de votre mieux, vous vous sentirez bien, même en faisant encore des suppositions, même s'il vous arrive encore de réagir de façon personnelle, même si votre parole n'est pas toujours impeccable. C'est la pratique qui fait le maître ! Agir, mettre en pratique, voilà ce qui fait la différence.

 

 "De votre mieux", c'est à dire dans un juste milieu. Cet accord découle des trois premiers: trop en faire est épuisant et contre-productif. Pas assez: frustrant ou culpabilisant. Mais comment être dans cette justesse ? Il n'y a pas d'autre norme que celle que l'on ressent, et cet ajustement à soi est quotidien. Il ne s'agit en aucun cas d'être dans une course à la perfection: ne pas être dans un "je dois" faire ceci ou cela tétanisant, mais dans un "aujourd'hui, je peux", modeste et libérateur. Si vous estimes juste de vous lever plus tard un matin, faites-le. Votre vie ne sera plus la même après.

(Hors-série psychologie magazine)

 

1er-accord-tolteque-900x500.jpg

 

 

 A bientôt, pour la 2ème partie des enseignements Toltèques !

                                                                                                    Corinne



19/05/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres