VOYAGES EN EQUILIBRE...

Pranayama et Bandhas

  

                                                                                            bandhas-yoga-yogavedas.jpg

Selon les écoles , vous verrez qu'il existe des variantes au sujet des bandhas,

ce qui est certain c'est la différence de ressenti au niveau de la pratique du Pranayama avec ou sans les bandhas,

lorsque vous mettez en oeuvre les ligatures au niveau physique  votre conscience s'éclaire et au niveau mental ce n'est plus le même yoga...

Parfois, cela peut prendre du temps, car il n'est pas si facile d'apprivoiser ni d'intégrer ces pratiques lors des prises de postures et des respirations.

Ne soyez pas pressé, prenez tout le temps nécessaire à votre compréhension...

Nous pratiquons le Yoga, nous sommes sur le chemin, c'est là l'essentiel.

 

 images (5).jpg

 

Selon la Fédération française de Hatha-Yoga:

 

Bandha mot sanskrit qui signifie chaîne, ligature, lien, ce qui attache solidement.

Il s'agit d'un concept opposé à celui de détente et de libération.

Les bandhas agissent à partir de pressions effectuées à l'intérieur du corps, sur les fonctions nerveuses et endocriniennes et sur le mental.

Ils lient les canaux subtils (nadis) ou resserrent les organes. 

Les textes mentionnent, en particulier, quatre bandhas.

 

- Jivha bandha : on presse la langue contre le palais pendant la rétention de souffle.

C'est le bandha le plus pratiqué.

 

-1- Jalandhara bandha :  il se pratique pendant la rétention de souffle. 

Le menton est abaissé et appliqué le long de la gorge, vers le sternum.

 

-2- Uddiyana bandha : il s'agit d'aspirer le ventre vers l'intérieur par une forte dépression intra-thoracique crée par le soulèvement des côtes et par le maintien abdominal.

 

-3- Mula bandha : on resserre légèrement l'anus.  

Ce bandha est souvent pratiqué en même temps que uddiyana bandha.

 

Ces trois derniers bandhas sont désignés généralement sous le nom de bandha traya.

 

Yoga et Symbolisme - Shri Mahesh- Centre de relations culturelles Franco- Indien

 

 f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

Selon les études universitaires sur le Yoga :

 

Tous les Prânâyâma doivent toujours être exécutés accompagnés des trois "ligatures"(bandha):

 

-1- La "ligature contrôlant les réseaux" (jâlandhara-bandha) doit être exécutée juste à la fin de l'inspiration.

Elle consiste à pousser le menton contre la poitrine (plus exactement, l'enfoncer dans la dépression jugulaire en haut du sternum), en baissant le front le plus possible vers l'avant, tout en gardant le dos droit.

Cette position est maîtrisée grâce à la pratique préalable des postures nommées Sarvângâsana (la chandelle) et Halâsana (la charrue).

Cette ligature ferme la gorge et bloque entièrement le passage de l'air, permettant une suspension du souffle sans migraines ni bourdonnements d'oreille.

Elle est sensée opérer un contrôle sur le réseau des nâdi, d'où son nom.

 

-2- La "ligature de l'envol" (uddîyâna-bandha), exécuté à la fin de la rétention et au début de l'expiration, consiste à creuser fortement le ventre en le tirant vers le dos et en le faisant remonter vers le thorax, de sorte qu'un creux apparaisse sous le diaphragme et que le nombril semble toucher la colonne vertébrale.

Cette ligature doit son nom au fait que grâce à elle, "les grands oiseaux" que sont les souffles vitaux prennent leur envol dans une direction qui leur est jusqu'ici tout à fait inconnue, c'est à dire en empruntant la voie de Sushumnâ.

 

-3- La "ligature de la base" (mûla-bandha) est aussi accomplie durant la rétention.

Le yogin contracte l'anus, les muscles fessiers, tout le fondement, et le fait remonter de l'intérieur. Il fait aussi remonter le bas-ventre en le poussant vers la colonne vertébrale.

 

Lorsque les trois bandha sont exécutés simultanément, il se produit une sorte d'inversion des courants d'énergie naturels dans le corps.

L'énergie habituellement descendante (apâna), qui va du milieu à la base du corps, et préside aux fonctions d'excrétion, est forcée par le mûla-bandha (et pat l'uddîyâna-bandha dans une moindre mesure) de remonter.

L'énergie habituellement montante (prâna) qui gouverne la moitié supérieure du corps, veut s'échapper par le haut, et elle est forcée, par le jâlandhara-bandha, de redescendre.

En poussant ainsi avec force à la fois vers le haut (à partir d'en bas) et vers le bas (à partir d'en haut), tout en tirant le nombril vers la colonne vertébrale, le yogin doit avoir l'impression que ces deux courants d'énergie refluent, se rejoignent et fusionnent au niveau du nombril.

 

Les voies du Yoga - Tara Michaël

 

f01035dd913b94610a0c01055871bbda--watercolor-lotus-tattoo-flower-watercolor.jpg

 

 

Selon l'école de Swami Vishnou-devananda grand maître dans l'art du pranyama:

 

-1-La ligature du menton, jalandhara bandha 

La ligature du menton bloque le mouvement vers le haut de l'udana la respiration expressive, au niveau d'un des points de digitopuncture le plus important du corps: la gorge.

En sanskrit, le mot jala  signifie "filet"ou "réseau", ce qui fait référence à la colonne vertébrale et au système nerveux qui relie le cerveau au cou, centre de l'énergie udana.

Dhara indique une "traction vers le haut": cet exercice exerce une force d'attraction vers le haut sur le cordon médullaire et sur les centres nerveux qui, à leur tour, agissent sur le cerveau.

Cette pratique aide également à contrôler consciemment les poumons et le système cardio-vasculaire

Il s'agit peut- être du bandha, ou verrouillage énergétique, le plus important. Physiquement, il prévient le mouvement d'air dans notre gorge et dans les trompes d'Eustache (qui conduisent aux oreilles) lorsqu'on retient son souffle.

- S'asseoir la colonne droite. Fermer doucement les lèvres et inspirer pleinement par le nez. Remarquer qu'à la fin de l'inspiration, le sternum se lève légèrement.

- A la fin de l'inspir, juste avant de commencer la rétention, placer le haut de la langue contre le palais. Avaler doucement, votre langue glisse vers l'arrière et crée un vide à l'arrière de la gorge.

Laisser aller la tête en avant afin que le menton touche les clavicules et bloque la gorge. Reposer le menton dans la fourchette sternale ( le creux en forme de V à la base de la gorge, là où les clavicules se rejoignent.

-Tenir cette posture le temps de rétention de l'air dans les poumons.

- Expirer en détendant d'abord la gorge, et replacer la tête en position droite. Relaxer la langue et expirer pleinement en se détendant et en revenant à une respiration normale.

Attention ! A ne pratiquer que lors d'une rétention poumons pleins- A éviter durant la grossesse, si dépression ou tension artérielle basse.

 

-2- Uddiyana bandha , la poussée abdominale qui augmente l'énergie positive

Le nom sanskrit Uddiyana indique que cet exercice renforce l'énergie samana, et qu'il agit également  sur la respiration expressive udana afin d'améliorer la volonté, l'appréciation, le goût de la vie.

L'énergie samana est concentrée dans la région du plexus solaire. C'est le siège du feu digestif, connu dans la tradition yogique sous le nom d'agni.

La médecine traditionnelle de l'Inde, l'ayurveda, considère agni comme le fondement d'une bonne santé.

Lorsque ce feu intérieur est fort, la nourriture est bien digérée, l'énergie vitale contenue dans l'air est bien absorbée et les relations avec le monde extérieur sont bienveillantes.

Au contraire, si agni est faible, la santé se détériore, les problèmes s'aggravent, deviennent chroniques,  tant au niveau des maladies physiques que des déséquilibres psychologiques.

La pratique permet de se familiariser à nouveau avec les muscles abdominaux inutilisés depuis des années...

Essayer de pratiquer l'estomac vide, de préférence le matin au levé.

-Debout, écarter les pieds de la largeur du bassin, plier légèrement les genoux. Garder les pieds parallèles (ni en dehors, ni en dedans).

-Se pencher vers l'avant en posant les mains sur les suisses, doigts de mains dirigés vers l'intérieur.

-Inspirer profondément par le nez, puis expirer fortement par la bouche en faisant sortir tout l'air contenu dans les poumons. Dans le même temps, tendre les bras et verrouiller les coudes, en amenant le coccyx légèrement vers l'avant. Abaisser le menton vers la poitrine en imaginant qu'une corde fait monter le diaphragme vers la gorge.

-Garder la posture tant que la rétention poumons vides est confortable. Puis relâcher l'abdomen et inspirer profondément. Se reposer quelques instants et recommencer 3 à 5 fois.

Agni Sara, la purification par le feu se pratique lorsque l'on maîtrise déjà parfaitement Uddiyana Bandha.

C'est une technique de respiration yogique importante et intense, utilisée pour stimuler et pour éveiller à la fois le feu digestif et l'énergie de samana, la respiration nourrissante.

Par une pratique régulière, la vitalité et la robustesse de toute la région abdominale augmente: ce qui a un effet positif sur l'ensemble du système énergétique, sur la clarté mentale et sur la concentration de l'attention.

Aide à contrebalancer l'affaissement des muscles abdominaux et soulage la constipation.

-Pratiquer l'estomac vide. Commencer par pratiquer la poussée abdominale ci-dessus.

-Au moment de tenir la posture après avoir expiré , ne pas inspirer : relâcher le diaphragme, puis le contracter rapidement une nouvelle fois.

-Refaire ce cycle Relâchement/ Contraction  5 à 10 fois ou pendant toute la rétention de souffle poumons vides.

-Si nécessaire, inspirer, se reposer et recommencer, en augmentant la durée de rétention au fur et à mesure de la pratique.

Attention ! Ne pa pratiquer ces deusx exercices encas de tension élevée, de maladie cardio-vasculaire, ni durant la grossesse et les règles.

 

-3- La ligature de la racine, mulabandha

Cette technique Yogique peut considérablement améliorer le niveau général d'énergie, car cet exercice stoppe la fuite d'énergie vers le bas, ce qui a pour effet de contenir l'énergie à la base du torse, siège de l'apana, et de ne pas lui permettre d'aller vers le bas. En même temps cette technique permet au système énergétique d'agir telles les racines d'une plante qui extrait et puise les nutriments de la terre.

En dirigeant l'énergie apana (qui habituellement va vers le bas) vers le coeur, se développe avec la pratique, un sentiment de bien-être, de sécurité intérieure, de courage et de force intérieure tout en développant des fondations physiques solides pour le corps.

Chez les hommes, la ligature de la racine consiste à contracter les muscles qui entourent le périnée, à mi-chemin entre l'anus et les parties génitales.

Chez les femmes, la contraction est ressentie plus fortement dans la zone qui entoure la base du col de l'utérus.

Au départ il peut-être compliqué d'isoler les contractions dans des zones si précises, il s'agit alors de pratiquer lentement et progressivement pour permettre aux muscles de se renforcer au fur et à mesure que la détermination augmente.

Excellent après l'accouchement et aide au renforcement du contrôle de la vessie.

 Choisir une position assise confortable de préférence jambes croisées. S'assurer que les genoux reposent par terre et qu'ils sont plus bas que les hanches, pour cela poser un coussin sous les fesses si nécessaire. 

Pour bien comprendre quels muscles contracter, placer une balle de tennis sous le périnée et essayer de faire monter les muscles vers le haut et de les écarter de la balle.

- Inspirer profondément par le nez et retenir le souffle (au début 5 secondes poumons pleins)

-Tout en retenant le souffle, contracter le sphincter anal aussi fort que possible. Utiliser force physique, intention mentale et faculté de visualisation pour amener le plancher pelvien vers la poitrine.

Visualiser l'énergie qui monte depuis le pubis, le périnée et l'anus tout le long de la colonne vertébrale pour venir s'unir aux autres énergies qui se trouvent dans la région du coeur.

-Relâcher la contraction et expirer par le nez. Attendre quelques instants et recommencer. Pratiquer 3 à 5 fois par jour.

Attention !  A éviter durant la grossesse, les règles et en cas de constipation.

 

L'Art de la Respiration- Swami Saradananda- Le Courrier du Livre.

 

 

bandha.jpg

 

 

Pensez à visualiser le voyage du souffle et du prâna dans votre corps lorsque vous respirez,

vous aurez alors le sentiment de faire Un avec l'Univers,

Pensez à tous ces échanges gazeux lors des rétentions de souffles,

et dites-vous qu'ils sont à l'origine de votre transformation intérieure tant physique que mentale,

Respirez, tenez vous le dos droit, maîtrisez votre posture et souriez à la vie !

 

"L'air tisse l'Univers,

le souffle tisse l'Homme."

Pensée Indienne.

 

A bientôt !

Corinne



10/05/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres