VOYAGES EN EQUILIBRE...

VOYAGES & CARNETS DE ROUTE


Stockholm, voyage chez les Vikings...

 

P1400504.JPG

 

On l'avoue, c’est un peu grâce, ou à cause de « Vikings » et autres séries télé mettant en scène les terribles guerriers venus du froid, que nous est venue l’idée et l’envie d’un séjour à Stockholm, en Suède. Un voyage de 6 jours / 5 nuits dont vous trouverez le résumé ci-dessous.

Vous pouvez consulter l'intégralité des photos de ce voyage en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://www.1destination2voyages.com/photos/stockholm

 Toutes les photos du blog s'agrandissent en cliquant dessus.

 

P1410403.JPG

    P1410388.JPG P1410306.JPG

Préparation du voyage :

 20200224_063853.jpg 20200224_070905.jpg

 

Vols : réservés sur le site Air France (vols KLM), Nice/Amsterdam/Stockholm A/R ; 195 euros/pax, hors bagages, ces derniers ayant été réservés avec les miles du programme Flying blue. Un grand bravo à Air France/KLM pour la gestion du voyage, car le vol aller Nice-Stockholm ayant été annulé au dernier moment, ils n’ont pas hésité à nous trouver des places sur des vols Air Dolomiti et Lufthansa quasiment aux mêmes horaires pour que nous puissions partir quand même. Voilà pourquoi j’ai définitivement abandonné les réservations en passant par les sites des agences en ligne, car si les prix sont parfois intéressants, pas toujours, et que souvent tout se passe bien, en cas de problème il n’y a plus personne à qui s’adresser… C’est mon avis, mon expérience, mais chacun fait comme il l’entend.

 

P1400491.JPG  P1400506.JPG

P1400484.JPG

 

Hôtels : SMS Rygerfjord, chambre sur un bateau, ancré à deux pas de Södermalm et Gamla Stan. Un choix intéressant pour le côté emplacement/qualité/prix, car les tarifs sont assez élevés à Stockholm. Réservation faite sur Booking.com.

 

P1400509.JPG P1400516.JPG
 P1400523.JPG P1400524.JPG

P1400540.JPG

 

Budget : autant le dire tout de suite, c’est assez cher, surtout pour les repas et l’hébergement. Mais pour les petits budgets, il y a quand même moyen de s’en sortir (chambre en dortoir, auberges de jeunesses, repas non pris au restaurant, transports genre bus...) Signalons que tout, ou presque, se paie par C.B, et que certains commerces refuseront l’argent liquide même pour de très petites sommes.

 

  P1400557.JPG P1400549.JPG

   P1400555.JPG P1400560.JPG

20200224_160754.jpgSanté / sécurité : aucun problème à signaler.

  P1400571.JPG P1400532.JPG

  P1400618.JPG P1400619.JPG

  P1400622.JPG P1400626.JPG

P1400640.JPG

 

Programme du voyage :

 

P1400662.JPG P1400666.JPG
P1410432.JPG

 

Lundi 24/02/20

Nous rejoignons l’aéroport de Nice Côte d’Azur à 5 heures car notre vol KLM à destination d’Amsterdam est prévu à 6 heures 30. Première surprise au comptoir d’enregistrement Air France : le vol KLM étant annulé, nous avons été enregistrés sur un vol Lufthansa pour Munich et Stockholm. La première partie du vol étant assurée par Air Dolomiti. Un vol qui décolle à 6 heures 25 du terminal 1 alors qu’il déjà 5 heures 40 et que nous sommes encore au terminal 2… Un début de voyage qui comme vous vous en doutez démarre sur des chapeaux de roues… Nous réussirons quand même à attraper le vol Air Dolomiti et c’est avec 1 heure d’avance que nous arriverons à Arlanda, l’aéroport de Stockholm où doit nous attendre le taxi réservé sur Booking.com. En principe… Car le chauffeur, pas informé des changements de vols se pointera à la mauvaise heure, au mauvais terminal, ce qui nous fera perdre l’heure que nous avions gagnée…

 

   20200224_170737.jpg 20200224_170944.jpg

20200225_110519.jpg

 

14 heures, nous arrivons au Rygerfjord, un bateau hôtel où nous allons passer les cinq prochaines nuits. Réservée sur Booking, la chambre présente un bon rapport qualité prix pour Stockholm et est très bien située à quelques minutes à pied de la vieille ville et Södermalm, le quartier branché où a été tourné le film Millenium. À peine les sacs posés que nous repartons, à pied, pour le musée de la Fotografica à moins de quinze minutes de marche. Un très beau musée que nous avons beaucoup apprécié. Nos quitterons l’endroit vers 18 heures pour revenir au Rygerfjord par le quartier de Södermalm, non sans faire une pause plaisir dans un très beau pub, le Akkurat. 19 heures, nous commençons à ressentir la fatigue d’un lever à 3 heures du matin. Nous décidons de dîner d’un Fish and Chips au restaurant du Rygerfjord, où nous sommes les seuls clients, avant de prendre une nuit de repos bien méritée.

 

 20200225_111054.jpg 20200225_111932.jpg

P1400685.JPG

P1410162.JPG

 

Mardi 25 :

Petit déjeuner à bord du Rygerfjord et départ à pied pour la vieille ville de Stockholm, le quartier de Gamla Stan. Il fait beau et la balade est agréable, malgré une légère brise et une température aux alentours de zéro, mais toujours positive. Notre idée du jour étant de nous rendre, en ferry, sur l’île de Woxhalm, nous nous dirigeons vers le port d’embarquement où nous apprendrons que le seul ferry à rejoindre l’île le fera en fin de journée, sans retour avant le lendemain. Nous décidons donc de poursuivre l’exploration de la vieille ville et de profiter du soleil tant qu’il y en a. 11 heures, le Musée National ouvre ses portes ; ce qui tombe à pic puisque nous sommes à proximité, de plus l’entrée est gratuite, pourquoi se priver ? Un magnifique musée que nous visiterons en deux heures trente. Nous déjeunerons léger au restaurant du musée qui fait aussi snack. Très bon, classe et pas cher pour Stockholm, on valide. Départ ensuite pour le Palais Royal où nous souhaitons visiter les appartements royaux. Balade, photos, stop… et nous arrivons au guichet à 15 heures 30, soit trente minutes avant la fermeture. Vu le prix d’entrée de 16 euros par personne, nous décidons de revenir le lendemain et partons en vadrouille dans Gamla Stan où nous ferons un peu de shopping, un arrêt fika pâtisseries obligatoire, et visiterons la cathédrale de Stockholm. Surprenante cathédrale, assez différente de celles que nous connaissons de par le monde. 18 heures 30, le ciel s’est couvert et quelques flocons commencent à danser dans le ciel, la neige est annoncée pour demain, on verra. En attendant nous retournons dîner au pub Akkurat car Coco à envie de moules, la spécialité de l’établissement avec la bière et le whisky. Des moules qui ne nous laisseront pas un souvenir impérissable mais qui nous permettrons de faire connaissance avec un couple de suédois de Stockholm qui, le monde est petit, possèdent un appartement à Antibes où nous habitons… Des gens très agréables avec qui nous sympathiserons ; le genre de belles rencontres qui font la magie d’un voyage. Le sol est blanc lorsque nous rentrons au Rygerfjord pour rejoindre notre cabine Capitaine et prendre un peu de repos…

 

P1400718.JPG

P1400689.JPG P1400724.JPG

P1400743.JPG P1410427.JPG
P1400935.JPG P1410395.JPG

 

Mercredi 26 :

Départ pour la vieille ville après le petit déjeuner. Il a neigé pendant la nuit mais la neige n’a pas tenu. Il fait froid mais cela reste raisonnable. Nous nous dirigeons vers le palais royal où nous allons prendre le bus rouge pour faire le tour de la ville. Billets 72 heures, Bus + bateau, réservés en ligne. Après quelques détours dans la vieille ville, il est 11 heures 15 lorsque nous arrivons sur le port à l’arrêt N°7. Nous ferons le tour complet pour avoir un aperçu de la ville et repérer où se trouvent les principales attractions que nous souhaitons voir. 13 heures 30, le tour est bouclé et nous descendons à l’arrêt du palais royal, notre visite programmée pour l’après-midi. Mais avant cela nous irons déjeuner dans un bar gay proche de la cathédrale. Une bonne adresse où nous nous nous régalerons de soupe et salade du jour.

 

        P1400758.JPG P1400760.JPG

P1400792.JPG

   P1400828.JPG P1400878.JPG

P1400813.JPG

 

Visite ensuite des appartements royaux. 16 euros/personne. Une très belle visite qui nous a agréablement surpris par la beauté des lieux présentés. Visite doublée de celle du trésor de la couronne : tout simplement magnifique. Attention, le palais ferme à 16 heures pile, inutile de commencer la visite à 15 heures 30, ce serait de l’argent perdu… Balade ensuite du côté de la cathédrale Saint Jacob, que nous visiterons, et de la patinoire en plein air, puis retour dans la vieille ville où nous succomberons une nouvelle fois au plaisir de la fika. 19 heures, nous nous rendons au restaurant Aifur où nous avons réservé une table. Un restaurant viking, tant par le décor que par la nourriture, où l’on vous annonce à l’assemblée à grand coups de corne de buffle en criant vos noms sous les applaudissements des clients déjà installés. Tout cela est très drôle. Excellent repas au cours duquel nous aurons la chance de rencontrer un jeune homme d’origine asiatique, né à San Francisco, vivant et bossant en Israël pour le gouvernement américain et en voyage d’affaire en Suède… Bref le Tom Cruise du jour, super sympa et rencontre géniale qui, comme la veille au pub Akkurat fait la magie d’un voyage… Retour à pied au Rygerfjord pour une nuit de repos bien méritée.

 

  P1400937.JPG P1400956.JPG

P1400947.JPG P1400957.JPG

P1400969.JPG
P1400960.JPG

 

Jeudi 27 : départ pour Gamla Stan, à pied, après le petit déjeuner. Comme la veille, nous prendrons le bus rouge à l’arrêt n°7 pour nous rendre à Djugarden. Il a neigé pendant la nuit et 5 centimètres de poudreuse recouvre le paysage. Quelques centimètres qui rendent Stockholm différente. Il ne fait pas plus froid que la veille et c’est avec plaisir que Corinne foule la neige qu’elle attendait avec impatience. Pas moi, la neige n’a jamais été ma tasse de thé, mais je m’adapte… Nous descendons à l’arrêt du musée nordique d’où nous rejoignons, en une quinzaine de minutes, le musée d’histoire. On profitera du trajet pour visiter l’église Oscar, un très bel édifice. Le musée d’histoire, entrée gratuite, est très agréable, très bien fait et permet de repartir avec une idée sur l’histoire de la Suède. Restaurant sur place, nous avons beaucoup apprécié ce musée et le conseillons également aux familles avec enfants car il est assez ludique. 13 heures 30, nous redescendons sur Djugarden et rejoignons le musée Viking que nous voulons maintenant visiter.

 

 

       P1400975.JPG P1410014.JPG

  P1400979.JPG P1410046.JPG

P1400992.JPG
  P1410019.JPG P1410155.JPG

 

Il nous faudra une trentaine de minutes, pour y arriver, à pied depuis le musée d’histoire. 15 euros/personne, le musée Viking qui fait la part belle aux sagas télés à la gloire de ces guerriers venus du froid, est agréable, lui aussi très ludique, les enfants adorent. Billet du musée valable également pour un tour de l’attraction qui se trouve au sous-sol, sorte de train fantôme qui retrace la vie d’une famille Viking. Simple et agréable, ne la zappez pas. Attraction également au musée avec personnages en tenue d’époque.

 

 

 P1410050.JPG P1410060.JPG

P1410071.JPG P1410081.JPG

P1410154.JPG

 

Restauration sur place, bonne mais les plats proposés sont assez chers, y compris les salades. 16 heures, nous reprenons le bus rouge jusqu’au quartier de Norrmalm d’où nous rejoindrons Gamla Stan, à pied, en faisant un peu de shopping dans ces rues piétonnes, très fréquentées. 18 heures, dernier stop Fika dans une pâtisserie de la vieille ville et nous rentrons au Rygerfjord car nous commençons à ressentir la fatigue. Nous dînerons au restaurant du Rygerfjord et profiterons de notre cabine « capitaine », pour récupérer un peu, d’autant plus que la journée de demain s’annonce longue…

 

  P1410159.JPG P1410166.JPG

P1410165.JPG P1410170.JPG

P1410178.JPG P1410180.JPG

P1410175.JPG

 

Vendredi 28 : Départ, à pied, pour Gamla Stan où nous allons prendre le bateau navette Red Bus, dont le billet est combiné avec celui du bus. Premier départ à 11 heures et ensuite toutes les 45 minutes jusqu’à 16 heures. Nous ferons d’abord le tour complet, ce qui nous permettra de voir Stockholm depuis la mer sous un superbe soleil. Il est midi lorsque nous descendons à l’arrêt du musée Vasa que nous allons visiter ; entrée 15 euros / personne. Un extraordinaires musée bâti autour du Vasa un navire de la marine royale suédoise qui a sombré lors de son voyage inaugural en 1629. Merveilleusement restauré, le navire semble intact et attend les visiteurs. Superbe, à faire absolument. Restauration sur place. 15 heures, il est temps de rejoindre le musée Abba à quelques centaines de mètres du Vasa. Une jolie balade sous le soleil.

 

 

      P1410186.JPG P1410195.JPG

P1410209.JPG P1410213.JPG

P1410232.JPG P1410283.JPG

P1410415.JPG

 

Le musée ABBA, 26 euros / personne, est entièrement dédié au célèbre groupe suédois. Très ludique, il ravira les fans, anciens et nouveaux. Nous terminerons la visite par une pause apéro au bar de l’hôtel Abba, dont fait partie le musée, jusqu’à 18 heures 30, car nous avons réservé une soirée « Mama Mia » à la taverne Nikos juste à côté du musée. Réservée en ligne, 135 euros / Personne. Nous avons adoré. Quatre heures de spectacle dans une taverne identique à celle du film, sur les chansons d’Abba. Très bon repas grec, la fiesta comme on l’aime… Nous en repartirons à 23 heures passées, mais vous pouvez rester danser beaucoup plus tard, et rentrerons à pied au Rygerfjord, une balade d’une heure à travers Stockholm by night…

 

P1410004.JPG P1410007.JPG

 20200226_212113.jpg 20200226_190431.jpg

 20200226_190807.jpg 20200226_202230.jpg

20200227_104603.jpg

 

Samedi 29 : Dernière journée à Stockholm, notre avion est à 17 heures 20, on traîne un peu… Nous rendons la chambre et laissons les bagages à l’accueil du Rygerfjord avant de partir à pieds pour une dernière balade dans le quartier de  Södermalm où nous découvrirons tour à tour le quartier « pauvre » et le quartier chic et touristique où nous déjeunerons. 14 heures 30, il est l’heure de rejoindre le Rygerfjord où doit venir nous récupérer le taxi qui va nous conduire à l’aéroport. 57 euros, prix fixe pour tous les taxis entre Stockholm et Arlanda airport.

17 heures 30, notre vol KLM est à l’heure. Un voyage, via Amsterdam, qui nous verra arriver à Nice à 22h30.

 

       P1410285.JPG P1410299.JPG P1410315.JPG

P1410350.JPG P1410346.JPG P1410319.JPG

P1410448.JPG P1410444.JPG

P1410511.JPG

 

Notre avis : Une belle destination qui doit être totalement différente selon la saison. L’hiver, peu de lignes maritimes sont ouvertes et les accès aux îles sont restreints. Mais moins de monde aussi, les musées sont beaucoup moins fréquentés et du coup c’est bien plus agréable ; aucune files d’attente, vous trouvez des places dans tous les restaurants… Peu de circulation aussi, de navigation également, nous avons imaginé ce que cela doit être lorsque tous les ferrys, petits et gros, sont en activité. Surtout en voyant le nombre impressionnant de bateau à l’arrêt pour l’hiver… À cause, ou pas, du réchauffement climatique, nous n’avons pas vraiment eu à subir le froid, avec des températures plus proche de 0 positif que du négatif. Mais, tant qu’a y aller en hiver, nous aurions, surtout Corinne, apprécié d’avoir un peu plus de neige.

Nous avons trouvé, mais nous étions prévenus, que le coût de la vie est assez élevé, surtout pour dîner, où il est difficile de descendre en dessous de 60 euros pour deux, souvent sans boissons, au restaurant. Le midi, en se contentant de salades ou de tartines « Wasa » mode locale (très bonnes), vous pouvez vous en tirer pour moins cher mais n’espérez pas descendre en dessous de 30 ou 40 euros pour deux, surtout si vous rajoutez une bière… Nous avons adoré les musées, très bien présentés, agréables et différents, voire originaux, de ceux que nous connaissons. Nous avons été surpris par les églises où, si nous avons apprécié la beauté, la luminosité des lieux, la propreté presque aseptisée, nous avons eu un peu de mal à retrouver et comprendre la place du Christ, dans l’église suédoise, toujours présent mais loin d’être mis en évidence…

Nous avons apprécié, la gentillesse, la politesse, des Suédois, toujours très agréables et souriants.

Pour conclure : une belle escapade qui nous a donné envie de poursuivre la découverte de la Scandinavie.

 

P1410556.JPG P1410600.JPG

P1410682.JPG
P1410603.JPG P1410678.JPG

P1410683.JPG

 

Stockholm vue par Corinne: 

Février à Stockholm, c'était très agréable ! Nous n'avons pas eu froid, pas de pluie, juste un peu de neige pour embellir la ville et la rendre encore plus photogénique.

Le séjour sur le bateau-hôtel à quai, où nous avions réservé, la petite cabine du capitaine bien chauffée et très cosy, avec petit déjeuner copieux, était tout à fait correct pour un budget abordable et à 10 mn à pied de la vieille ville.

 

Nous avons réussi à boucler notre programme: Je conseille comme dans toutes les grandes villes de faire un tour avec le bus rouge touristique pour se faire une idée d'ensemble, ici il était couplé avec le bateau qui circule entre les 14 îles de Stockholm. Par contre je souhaitais faire un tour sur l'ïle de Waxholm  ( l'archipel comprend 24000 îles et îlots) mais il n'y avait pas de navette en cette saison.

Il y avait très peu de touristes, ce qui rend la visite des musées facile ... C'est important, car les musées sont beaux, nombreux, intéressants et souvent gratuits ce qui ne gâche rien. De plus, à l'intérieur de chaque musée il y a un restaurant, c'est un peu cher, mais c'est bon et pratique !

 

Nous avons visité:

Le musée de la photographie, ne vous attendez pas à une rétrospective, c'est plus une exposition d'oeuvres d'arts de grands noms de la photographie. ( le restaurant est superbe, avec une vue panoramique sur la vieille ville).

A ne pas manquer: le musée d'histoire, pour tout savoir sur la Suède depuis la préhistoire en suivant une chronologie très pédagogique, on découvre entre autres  les trésors, bijoux en or et argent et des pièces uniques datant de la bataille de Gotland en 1361.

Le musée Vicking plus ludique complète agréablement la visite.

Le Vasa musée, unique au monde, le seul navire renfloué, restauré, et conservé datant du 17ème siècle. S'il n'avait pas coulé au large du port de Stockholm lors de son inauguration le 10 août 1628, nous n'aurions aujourd'hui aucune trace de ce bateau. Ce vaisseau aux proportions inquiétantes devait être le fleuron de la flotte du roi de Suède... Il coula en moins de 10 mn !

L'épave de 700 tonnes fut renflouée en 1961, après avoir passé 333 ans oublié de tous, au fond de la mer.

Le musée National, ou musée des Beaux Arts : J'étais en admiration devant les splendides sculptures en marbre blanc de carrare mises en valeur par la lumière du ciel qui traverse la verrière ! De très belles collections, j'ai beaucoup aimé.

Le restaurant est très cosy ! Une belle boutique, comme dans chaque musée.

Le musée ABBA, pour les fans du groupe aux 400 millions d'albums vendus à travers le monde. Nostalgie ! De la couleur et des tubes, rien que des tubes !

Le groupe quitta la scène en 1986, mais son histoire continue....Mamma Mia ! Le cabaret spectacle dans la taverne Grecque de Nikos où nous passerons une excellente soirée, vaut le détour, très bonne ambiance pour faire la fête!

Le Château Royal et les appartements royaux ouverts aux visites reflètent la richesse du pays... Surtout, les 3 petites salles du trésor royal où sont exposées les couronnes.

La Cathédrale de Stockholm, dont la construction débuta au 13 ème siècle et se termina au 18 ème siècle dans un style baroque italien.

On y découvre une sculpture en chêne de Saint-Georges et le Dragon, unique en son genre, qui fut inaugurée en 1489. Elle nous rappelle qu'il faut toujours combattre le mal, où qu'il soit: "Un dragon redoutable exigeait de la ville de Silène des sacrifices humains, faute de quoi il anéantirait la ville. Le jour où la fille du roi allait être sacrifiée, Saint Georges arriva sur son cheval. Il tua le dragon, ayant obtenu en échange la promesse que les païens de la ville se convertiraient au christianisme. Il sauva à la fois la ville de Stockholm et la princesse."

Les églises sont belles, assez épurées, la majorité des Suédois est de confession Luthérienne, mais il vénèrent Ste Brigitte, patronne du pays.

 

Je m'attendais à une petite ville, en fait la ville est assez étendue, et les quartiers ont tous une identité bien marquée.

Depuis la trilogie Millénium, il y a même une visite guidée qui vous fait découvrir les endroits clefs de l'île de Södermalm, devenue l'un des quartiers les plus branchés de Stockholm.

Un peu partout, il y avait de gros chantiers de travaux publics, la ville se modernise, peut-être pour accueillir plus de touristes...

Beaucoup de piétons et de cyclistes empruntent des voies qui leur sont réservées. la vieille ville est piétonne, ce qui permet de se promener tranquillement.

C'est très propre, les gens sont aimables et il semblerait qu'il n'y ait pas beaucoup de délinquance dans les rues ; on ressent d'ailleurs ce calme, cette quiétude, c'est très reposant !

Le centre de Stockholm abrite toutes les grandes enseignes... De quoi faire du shopping ! Ne comptez pas faire des affaires car la vie est chère, mais on a été très bien accueillis par les commerçants (qui ne poussent pas à la consommation).  Partout où nous sommes allés, j'ai trouvé les gens chaleureux. 

C'était un beau séjour, on a bien fait d'en profiter, car au retour le confinement nous attendait !

A bientôt ! Corinne

 20200228_151035.jpg

 P1410700.JPG P1410734.JPG

20200228_185228.jpg
20200228_195356.jpg
Merci pour votre visite sur notre blog Voyages en équilibre .

 

Ci-dessous un bonus photos de ce trip.

1-20200224_174238.jpg
2-20200229_164137.jpg
3-P1400497.jpg
4-P1400564.jpg
5-P1400737.jpg
6-P1400961.jpg
8-P1410406.jpg
9-P1410426.jpg
20200225_074404.jpg
20200225_104244.jpg
20200225_110750.jpg
20200225_175344.jpg
20200226_113902.jpg
20200226_122210.jpg
20200227_105346.jpg
20200227_135906.jpg
20200228_102210.jpg
20200228_112156.jpg
20200228_121146.jpg
20200228_121225.jpg
20200228_145541.jpg
20200228_162432.jpg
20200228_163617.jpg
P1400507.JPG
P1400537.JPG
P1400599.JPG
P1400662.JPG

P1400692.JPG
P1400738.JPG
P1400946.JPG
P1400967.JPG
P1400995.JPG
P1410005.JPG
P1410045.JPG
P1410125.JPG
P1410134.JPG
P1410184.JPG
P1410288.JPG
P1410290.JPG
P1410390.JPG
P1410402.JPG
P1410421.JPG
P1410435.JPG
P1410492.JPG
P1410599.JPG
P1410696.JPG
P1410732.JPG
P1410762.JPG
P1410711.JPG
7-P1410399.jpg


 

 

 


24/03/2020
1 Poster un commentaire

L'Afrique du Sud en road-trip

Road-trip au pays de la nation arc en ciel…

drapeau-afrique-du-sud.png

Ce carnet de route est le résumé de notre périple en Afrique du sud. Un road-trip de plusieurs semaines entre Johannesburg et Cap Town, dont six jours passés dans le parc Kruger.

 

P1370346.JPG

 Préparation du voyage :

 Aérien : vols Nice-CDG-Johannesburg et Cap Town-CDG-Nice, effectués avec Air France, billets réservés en mars pour fin novembre, 920 euros pour deux. Suppléments pont supérieur et sièges duo sur l’A380, sièges duo sur le Boeing 777, plus les bagages de soute (1 par personne) réglés avec les miles du programme Flying Blue.

20191126_225141.jpg 20191127_114605.jpg

P1330648.JPG

Hébergements: hôtels et B&B : tous les logements ont été réservés à l’avance sur Booking.com. La plupart ont été réglés avant le départ.

P1330641.JPG P1330697.JPG

P1330646.JPG P1330661.JPG

Parc Kruger : réservations des logements dans les camps effectuées en mars pour décembre sur le site https://www.sanparks.org/parks/kruger/ . La Wild Card a, également, été commandée sur le site Sanparks mais seulement 5 semaines avant le départ et reçue à domicile en trois semaines. Le parc Kruger fait l'objet d'un carnet séparé.

P1330655.JPG P1330656.JPG
P1330775.JPG

Voiture de location : réservée sur le site Rentalcar. VL loué chez Budget,  récupéré à l’aéroport de Johannesburg. Surclassement gratuit en S.U.V. Permis international non demandé. Carte de débit acceptée. Nous recommandons de louer un véhicule avec une boite automatique. Bien plus agréable lorsque l’on n’est pas habitué à la conduite à gauche et surtout très pratique dans les parcs comme le Kruger. Un S.U.V n’est absolument pas indispensable, mais pour un road-trip de cette longueur, ainsi que dans les parcs, c’est un plus indéniable. Pas de GPS, mais nous avions téléchargé sur le site Sygic, les cartes de l’Afrique du sud et du Swaziland. Sygic est une application qui fonctionne sur votre portable, de la même manière qu’un GPS, tout en étant hors-connexion. Vraiment très utile dans certains cas. Nous la recommandons.

 P1330752.JPG P1330732.JPG

P1330709.JPG

 Guides papiers et internet : Petit Futé, guide Michelin, Lonely Planet.  Voyage Forum et site du Routard sur la toile. Carte routière papier.

P1330805.JPG P1330727.JPG
P1330810.JPG P1330847.JPG

P1330856.JPG
Sécurité : nous n’avons ressenti aucune insécurité quel que soit l’endroit, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Nous avons pu constater qu’il y avait des endroits à ne pas fréquenter, des horaires à respecter, et un bon sens évident à avoir. Mais nous n’avons pas pris plus de précautions que pour nos voyages précédents en Asie, en Amérique Centrale ou ailleurs. Nous n’avons eu aucun souci avec la police, aucun contrôle à part au Swaziland. Aucun problème, non plus sur les routes, près de 7000 bornes quand même, mais il faut rester vigilant, c’est tout. L’Afrique du Sud est idéale pour le road-trip. Le permis international ne nous a été demandé nulle part et même refusé lorsque je l’ai présenté chez Budget ou lors du contrôle au Swaziland. La carte de débit a été acceptée sans problème chez Budget. Nous ne parlerons pas ici des conditions de vie des uns ou des autres, des noirs, des blancs, de l’après Apartheid, ce n’est pas l’objet de ce carnet ; de toute façon, nous savons par expérience, que cinq semaines ne suffisent pas pour avoir assez de recul et parler d’un sujet aussi grave et douloureux. Nous nous en tiendrons à ce que je dis plus loin : nous avons trouvé les Sud-Africains très sympas, gentils et serviables.

P1330860.JPG P1330868.JPG

P1330876.JPG P1330875.JPG

P1330877.JPG P1330883.JPG
Argent : Nous sommes partis avec des espèces (une habitude chez nous), change effectué en France. Nous les avons utilisés tout au long du voyage et n’avons jamais retiré d’argent aux ATM. Nous avons utilisé nos CB en alternance avec les espèces. Chacun sa manière de faire et de voir les choses…

P1330967.JPG

  P1340006.JPG P1340013.JPG

  P1340022.JPG P1340016.JPG
Parcours et programme :

 26 novembre : 20h30, on décolle de Nice pour Roissy Charles De Gaulle où nous attend, sous la pluie, le mérou, l’A380 d’Air France, que nous allons prendre pour rejoindre Johannesburg, première étape de notre trip en Afrique du Sud. Pont supérieur, sièges duo, j’ai puisé dans mon stock de miles pour que ce vol vers la nation arc en ciel se déroule au mieux. Un départ à 23h35 et une arrivée à 11h15 locales.  Il n’y a qu’une heure (en plus) de décalage horaire entre Paris et Johannesburg. Un vol de plus de onze heures, mais un vol super agréable, l’appareil est quasiment vide de passagers, quelle que soit la classe, du moins sur le pont supérieur.

  P1340064.JPG P1340052.JPG

P1340088.JPG
27 novembre : 11h15, nous nous posons à Tambo, l’aéroport de Johannesburg. Il nous faudra moins de 40 minutes pour quitter l’avion, passer les contrôles, récupérer nos bagages et rejoindre Seto, le chauffeur du taxi que nous avons commandé sur Booking.com pour 22 euros, qui nous attend, pancarte à la main, dans le hall des arrivées. Il n’est même pas 13 heures lorsque nous nous présentons à l’accueil du 12 Décades, notre hôtel du quartier Maboneng, réservé sur Booking.com pour trois nuits. Un hôtel original, construit dans un ancien entrepôt industriel. La chambre, un appartement studio, n’étant pas encore prête nous allons déjeuner au Pata-pata, restaurant qui jouxte l’hôtel. Balade ensuite dans le quartier de Maboneng, qui se résume à une rue de laquelle il ne faut pas sortir pour cause d’insécurité… Récupération de la chambre et après-midi / soirée à Maboneng. Dîner au Maverick Cover, et retour à la chambre pour notre première nuit en Afrique du Sud. Il n’est que 20 heures, mais les rues sont déjà vides et les restaurants ferment, même dans ce quartier touristique…

P1340086.JPG P1340111.JPG

P1340123.JPG P1340126.JPG

P1340154.JPG
P1340149.JPG P1340194.JPG

28 novembre : Première surprise, le jour commence à se lever dès quatre heures du matin… Le soleil, lui, finira de nous réveiller à six heures, en inondant de lumière l’appartement. Impossible de rester davantage au lit, on se lève tôt en Afrique. On décide de se préparer et d’aller petit-déjeuner au Pata-pata en bas de l’hôtel, il ouvre à peine, nous en profitons pour faire un tour du quartier à pied, explorant les rues déconseillées… Aucune mauvaise rencontre, mais nous constatons que la pauvreté est bien présente et que le quartier semble abandonné des pouvoirs publics. Au retour, nous nous arrêterons à l’hôtel pour backpackers « le Curiosity » où nous réserverons un tour de 4 heures, à vélo, de Soweto. 1320 rands pour deux avec déjeuner. 9 heures 30, le taxi, nous récupère au pied de l’hôtel et nous emmène au Lébos Soweto,https://www.sowetobackpackers.com/, en plein cœur du quartier du même nom. Un accueil agréable, un guide jeune et dynamique, issu de Soweto, et un petit groupe de dix participants, dont deux français sympathiques, et nous voilà partis à pédaler sur les routes de l’un des plus grands et célèbres township Sud-Africains. Sportif, c’est sûr, surtout qu’il fait plus de trente degrés, que ça monte beaucoup et que les chemins ne sont pas toujours nets et goudronnés… Mais une superbe découverte de cet endroit historique, tragique, où nous serons accueillis par les sourires des femmes et des enfants, qui nous conduira jusque devant la maison de naissance de Nelson Mandela. Une visite que nous conseillons à tous ceux qui peuvent pédaler (également possibilité de ne faire que deux heures, ou à pied). 14 heures, le tour se terminera au Lébos Soweto où nous attend un délicieux repas. Taxi retour pour Maboneng, pour une douche et quelques heures de récupération et nous partons, en taxi, dîner au Local Grill à Parktown nord. Un resto donné pour être l’un des meilleurs restos de viande du pays. Un régal pour nous, on s’est fait plaisir. Retour et nuit au 12 Décades.

20191201_095808.jpg

20191201_102151.jpg

20191201_102035.jpg

 29 novembre : de nouveau réveillés tôt par le soleil et la chaleur, nous partons petit-déjeuner au Cinamon, une boulangerie de quartier, fréquentée par les locaux, qui se trouve dans une rue proche de Maboneng. Nous nous rendons ensuite en taxi à Constitution Hill où nous allons prendre un bus rouge City tour (15 euros par personne, ticket donnant lieu à des réductions sur les entrées de certains sites). Nous ferons le tour jusqu’au musée de l’Apartheid que nous souhaitons visiter. Un très beau musée qui vous prend aux tripes et duquel on ne ressort pas intact… Nous le conseillons fortement.  Pour faire passer le tout, nous irons nous détendre au Gold Reef, parc à thèmes où nous visiterons une mine d’or à plus de 75 mètres sous terre (Vous pouvez ne prendre que le ticket pour la visite de la mine ou un combiné mine plus manèges). Un endroit très sympa, rempli d’enfants des écoles et de quelques (rares) touristes. Repas sur place avant de reprendre le bus rouge pour finir le tour. Nous en profiterons pour visiter Constitution Hill, notre dernier arrêt, avant de rentrer en Uber à Maboneng; un Uber que nous partagerons avec un couple, de New yorkais, rencontré sur place. Soirée à Melville au Hell’s Kitchen, un bar déjanté pour gens déjantés…Pour ceux qui veulent se faire plaisir et s’amuser à peu de frais dans une ambiance festive… Retour à Maboneng en taxi.

P1340259.JPG P1340294.JPG

P1340281.JPG P1340367.JPG
P1340319.JPG

P1340313.JPG
30 novembre : Levés tôt, nous retournons au Cinamon pour petit-déjeuner. Retour ensuite à l’hôtel pour fermer les sacs et prendre le taxi qui doit nous conduire à l’aéroport où nous allons récupérer notre voiture de location pour la suite du voyage jusqu’au Cap et dont la première étape sera Graskop. Surprise, la queue est longue au comptoir Budget pour récupérer notre véhicule. Pratiquement une heure pour obtenir les clefs. Mais une bonne surprise nous attend, nous serons surclassés, gratuitement, et la Toyota Corolla réservée se transformera en Suzuki Vitara, un SUV des plus agréables. Pour ceux que ça intéresse, la carte de débit visa sera acceptée sans aucun commentaire, et le permis international, refusé, seul le permis national comptait aux yeux de l’agent de traitement ; midi, nous prenons enfin la route pour Graskop via Sabie, non sans quelques errements autour de Johannesburg. Nous arriverons à Sabie à 16h00, où nous ferons quelques courses au Spar, puis à 17h30 à Graskop où nous descendrons au Cabine Log, nuit en chalet. Balade en ville et repas à l’hôtel de Graskop ou nous nous ferons arnaquer sur la note. Il nous faudra plusieurs minutes pour obtenir un remboursement sur notre carte bancaire… Vérifiez toujours l’addition, quel que soit votre état après le repas… Là, ils en ont profité et nous n’avons pas apprécié. Nuit au Log Cabines Sletters.P1340408.JPG

P1340421.JPG

P1340453.JPG

 01 décembre : 8h00, petit déjeuner à Graskop, plein du VL, et départ pour Le Blyde River canyon, avec un premier stop sur le site « God Window » qui ne se trouve qu’à 1400 mètres du Log Cabine Sletter, notre logement. Peu de monde, ciel bleu, nous monterons jusqu’à la Rain Forest, une jolie balade, pour observer le magnifique panorama. Départ ensuite pour le site des potholes de Blyde River, non sans multiplier les arrêts photos tout au long du trajet. Un site magnifique que celui des potholes, que nous avons beaucoup aimé ; là aussi, un peu de monde, mais sans plus (nous sommes dimanche). Nous déjeunerons léger sur place avant de reprendre la route pour le site des trois huttes, three Rondavels. Quelques arrêts photos plus tard, nous voici sur place. Peu de monde également, mais un soleil qui tape très fort (pensez aux protections pour la tête, et à la crème solaire). Superbe site que nous mitraillerons de mille façons sans être dérangés. 15 heures 30, il est temps de prendre la route pour Orpen Gate où nous allons faire notre entrée dans le Kruger pour les six prochains jours. Il nous faudra une heure trente pour arriver à Orpen Gate. 17 heures nous enregistrons pour Tamboti, notre camp du jour réservé sur le site San Park. Accueil pas vraiment agréable, mais rapide et efficace. Nous effectuons quelques achats à Orpen camps car nous avons réservé au Tamboti tended camp, où il n’y a rien. On en profite pour réserver une marche pour le lendemain matin, 4h30 ; puis nous entrons enfin dans le Kruger où sur les deux kilomètres qui sépare Orpen de Tamboti, nous apercevrons gnous, impalas, oiseaux inconnus (de nous) et, surtout, un groupe d’éléphants, au bord et au milieu du chemin ; premier frissons, premières photos, ça démarre fort… Nous récupérons notre tente, mi toile-mi dure, entièrement équipée au bord de la rivière asséchée où se trouve une bande de babouins joueurs. Le soleil, baisse, première bière sur la terrasse. Seuls au monde, ou presque, heureux d’être là … Nous ne veillerons pas longtemps, la journée a été bien remplie, la fatigue nous rattrape, d’autant plus que le réveil est programmé à quatre heure demain matin…

P1360144.JPG P1360156.JPG

20191208_091745.jpg
20191208_094951.jpg
P1360189.JPG P1360291.JPG

P1360319.JPG
02 décembre : Réveil à 4 heures du mat  pour la marche du matin dans le parc avec les rangers. Nous retrouvons à 4 heures 30, au point de rendez-vous, une jeune ranger qui sera notre chauffeur et notre accompagnatrice pendant la balade ainsi qu’un autre ranger qui nous rejoindra sur place. 20 minutes de route et nous voilà partis pour trois heures de marche dans l’aube naissante. Un autre couple nous accompagne. Nous ne verrons pas de grands animaux, si ce n’est des éléphants, au loin, et des girafes et impalas. L’intérêt de la balade réside plutôt dans le fait de se promener à pied, dans le parc. 8 heures, nous rentrons au camp où nous fermons nos sacs et reprenons la route, cette fois pour Satara. Sur le trajet, nous sillonnerons les routes et chemins du parc Kruger en multipliant les arrêts photos… Éléphants, girafes, zèbres, Impalas, buffles… On s’en donne à cœur joie et on se régale. Nous arriverons à Satara à 16 heures par 39 degrés... Satara, un camp immense, qui nous fera, un peu, regretter notre logement de la veille à Tamboti. Mais la climatisation va nous permettre de passer une bonne nuit et de récupérer…

20191208_132008.jpg

20191208_132128.jpg

P1360376.JPG P1360398.JPG

P1360437.JPG P1360440.JPG
03 décembre : 30 degrés à 8h00. Nous prenons un café au restaurant de Satara, faisons le plein du VL à la station du camp, et prenons la route pour Olifant, où nous allons passer la nuit. Deux heures et demie de trajet, où nous ne croiserons que six véhicules, en comptant les arrêts photos, pour relier les deux camps. Un super moment où nous verrons girafes, zèbres, éléphants, impalas, gnous, grands coudous… que du bonheur. Le parc est bien vert, il y a beaucoup de bébés partout. Midi, arrivée à Olifant et déjeuner sur la terrasse panoramique du restaurant, une vue incroyable sur la rivière et les hippopotames qui s’y prélassent. Nous sommes seuls. Peut-être à cause de la chaleur ; il fait 38 degrés… On récupère notre bungalow, face à la rivière et après une douche réparatrice, nous reprenons la piste pour rejoindre Letaba où nous ferons une pause « glaces » au magasin du camp. Peu d’animaux aperçus tout au long du trajet, à part hippos, et impalas, mais il fait 44 degrés à l’ombre… 16h00, nous retournons sur Olifant par un circuit différent. Et là, les animaux sont de nouveau présents : éléphants, girafes, zèbres, phacochères, lycaons…  18h00, nous arrivons à Olifant où nous filons sur la terrasse du restaurant boire une bière en regardant le coucher de soleil sur la rivière ; Magnifique ! tout est dit. Nous terminerons la soirée au restaurant pour fêter l’anniversaire de Corinne, qui aura droit à une danse locale, du personnel, que j’avais informé, un sacré souvenir. Un vent violent, chaud, et soudain, obligera tout le monde à regagner l’intérieur du restaurant ; le temps que le personnel ferme les baies vitrées, tout s’envole, chaises, verres, une tempête de vent aussi soudaine qu’inattendue qui soufflera toute la nuit sur Olifant…

  P1360484.JPG P1360485.JPG

P1360468.JPG

P1360585.JPG

 04 décembre : 8h00, petit déjeuner au restaurant panoramique du camp, mais les choses ont changé. Les nuages ont suivi le vent, le ciel est gris et la température à baissé, et de quelle manière ! De 44 degrés la veille à 17 heures, nous sommes tombés à 18, 17 même à 16 heures 30. L’hiver en été, tout le monde range shorts et tongs et ressort pantalons longs et polaires… Mais pas de quoi nous décourager ; nous prenons la route pour Satara où nous allons passer une nouvelle nuit avant de descendre vers le sud. Quatre heures de trajet, pauses photos comprises, où nous verrons de nouveau beaucoup d’animaux dont notre premier crocodile. Ni le temps gris, ni le froid, ni la bruine, ne parviendront à gâcher notre plaisir d’être là. Midi, nous déjeunons à Satara, récupérons notre chambre et repartons sillonner les pistes du secteur. Beaucoup d’animaux, là aussi, et même des lions, que nous verrons de loin, avec le zoom de l’appareil photo et les jumelles. Mais aussi nos premières autruches, un énorme phacochère, beaucoup d’éléphants et girafes, zèbres, +++. Nous retournerons à Satara pour 17 heures, étonnés du temps passé… Un peu de repos et repas au restaurant du camp, qui pour le coup, vue la fraîcheur, ressemble à un resto de haute montagne…

   P1360531.JPG P1360681.JPG

P1360674.JPG
05 décembre : Petit déjeuner et départ à 8h30 pour Lover Sabie, notre camp pour la prochaine nuit, après avoir fait le plein. Le ciel est gris et la température à 19… Nous tombons immédiatement sur un groupe d’une centaine de babouins qui squattent la route, quelques photos et nous repartons ; de nouveau les animaux sont au rendez-vous, nous sommes surpris par le nombre d’éléphants, girafes, zèbres que l’on peut rencontrer. Nous roulons jusqu’à Tshokwane où nous faisons une halte et quelques achats et repartons pour Lower Sabie, où nous arriverons à 13h30. Déjeuner au restaurant avec vue panoramique sur la rivière. Il y a plus de monde qu’à Satara, plus d’enfants aussi, c’est moins intime qu’Olifant ou Tamboti. La pluie vient de faire son apparition et nous récupérons notre tente avec vue sur la rivière… Petite vue, entre deux arbres, il faut le dire. Les abords du logement ne sont pas très agréables, beaucoup moins qu’à Tamboti, l’ensemble est moins joli, moins soigné. Bref, pas vraiment un coup de cœur pour cette tente, qui est pourtant le logement le plus cher de notre séjour au Kruger, mais elle fera l’affaire pour une nuit. 15h00, la pluie s’est arrêtée, nous repartons en safari sur le secteur. Une balade dont nous reviendrons à 18h30 ; encore beaucoup d’animaux jusqu’au bord de la piste, et même trois jeunes hyènes, nous en rencontrerons une adulte plus tard. Les éléphants occupent les bords et milieu des pistes et nous obligent, plusieurs fois, à stopper. On nous signalera un léopard et des lions, mais nous n’aurons pas la chance de les apercevoir. Oiseaux, phacochères, crocodiles, hippopotames, et même une mangouste… notre tableau de chasse s’étoffe. Dîner au restaurant du camp et repos bien mérité. Le safari ça creuse et ça fatigue…

P1360851.JPG

 

 

06 décembre : Petit déjeuner à Lower Sabie d’où nous observons les hippopotames dans la rivière, et départ pour Crocodile Bridge pour notre dernière journée et dernière nuit au Kruger. Nouvelle journée safari en espérant décrocher le Graal, et nous rapprocher du Big Five. Nous n’allons pas être déçus… Dès le départ, phacochères, mangoustes, singes, oiseaux et bien sûr éléphants, girafes, zèbres, impalas, +++, nous accompagnent, mais c’est aux abords de Crocodile Bridge que nous vibrerons vraiment en apercevant en même temps lions et rhinocéros… Un régal. Midi, nous nous enregistrons au camps et allons déjeuner en ville, car il n’y a pas de restaurant à Crocodile Bridge. Nous quittons donc le Kruger par la porte Crocodile bridge et revenons à 14 heures pour récupérer notre bungalow, superbe, avant de reprendre le safari jusqu’à 18 heures. Comme le matin, les animaux sont au rendez-vous, même deux lions qui dorment au milieu de la route… Soirée au bungalow, demain nous partons pour Kosi Bay en traversant le Swaziland. 6 nuits au Kruger nous auront permis d’explorer, un peu, le parc. Nous pensons que la durée idéale se situe à 5 jours ou plus.

   P1360877.JPG P1360902.JPG

P1360748.JPG
  P1360537.JPG P1360795.JPG
07 décembre : Bye-bye Kruger, départ à 7 heures pour Kosi Bay, via la traversée du Swaziland. Un parcours, sur Google Map, de 5h30 ; qui va rapidement se transformer en 7 puis en 9 heures de route, la faute à des travaux routiers au Swaziland qui nous obligeront à emprunter des routes en chantier, pistes de pierres et de poussière où les camions et les fous du volant font la loi. En quittant le Kruger, nous serons impressionnés par l’impressionnante file d’attente de camions et de voitures qui attendent de passer le poste frontière avec le Mozambique. Je dois dire ici, que nous avons failli faire la queue nous aussi, pour rien, mais que grâce à trois vendeurs à la sauvette qui essayaient de nous refourguer des équipements pour la voiture (soi-disant obligatoires au Mozambique), nous avons compris que pour le Swaziland, il fallait tourner avant… Et là, tout roule, peu de circulation et personne à l’immigration. Mais c’est sur la route que cela se gâte, de déviation en déviation, il nous faudra 9 heures pour rejoindre Kosi Bay. Signalons que nous avons subi un contrôle routier à l’entrée du Swaziland et un contrôle de vitesse un peu plus tard. Pour infos : le permis de conduire international, malgré le mauvais état de mon permis rose, n’a pas été demandé par la police et que la border letter ne nous a pas été demandée à la frontière. Nous arrivons au Kosi bay lodge à 17 heures, soirée au restaurant du lodge…

P1360912.JPG

     P1360919.JPG P1360991.JPG

20191211_135802.jpg

P1360964.JPG

 08 décembre : Nous avons réservé une excursion pour 9 heures. Le tour des trois lacs de Kosi Bay, en bateau. Notre guide nous attend devant la réception et nous partons, à pied, pour le premier lac, où se trouve amarré le bateau du lodge. Une belle vedette, dotée de puissants moteurs, rien que pour nous… La balade est superbe, nous naviguons au milieu des chenaux, voyons multitude d’oiseaux, un énorme varan, beaucoup de poissons dans l’eau claire, des flamands roses et des hippopotames dont une femelle, accompagnée d’un bébé, qui va charger dans notre direction ; nous sommes sidérés par la vitesse de l’animal malgré sa masse.            11 heures, nous stoppons à l’entrée d’un chenal et nous nous mettons à l’eau avec masque et tuba. Nous apercevrons des milliers d’alevins et de petits poissons qui recherchent la protection de la mangrove. Midi, nous traversons le lac 3 pour rejoindre la côte qui donne sur l’océan Indien. Quelques minutes de marche dans le sable et nous voilà sur une plage immense et déserte, où viennent se fracasser les vagues de l’océan. Notre guide repart au bateau et nous donne rendez-vous deux heures plus tard. Le temps pour nous de pique-niquer et de nous baigner, ou du moins de nous tremper, car les vagues sont vraiment très fortes et le courant puissant. Nous rentrerons au lodge à 15 heures où nous profiterons de la piscine privative du chalet jusqu’à l’heure de l’apéro… Une belle journée pour 500 rands/pax. Dîner et dernière soirée au Kosi bay Lodge.

 P1370006.JPG P1370053.JPG

P1370093.JPG
20191212_165317.jpg
   20191212_170725.jpg 20191213_070531.jpg

    P1370169.JPG P1370119.JPG

P1370179.JPG
09 décembre : Départ pour Sainte Lucie à 8 heures. Il pleut ce matin sur Kosi bay et sa région, une pluie forte qui nous accompagnera jusqu’à mi-chemin. En route nous bifurquons vers Umkhuse où nous souhaitons effectuer un trail nature de trois heures au départ du lodge. Mal nous en pris, la piste de terre se transformera rapidement en bain de boue à cause des récentes pluies. La voiture glisse, patine et s’en sort, non pas grâce à mes talents de conducteurs sur chemin de terre, mais grâce à la qualité motrice du Vitara. Nous ne tenterons pas plus le diable et finirons par faire demi-tour avant de nous retrouver enlisés… Une péripétie que nous laissons derrière nous en retrouvant le bitume et la route pour Sainte Lucie où nous allons passer 2 nuits au Monzi Safari Lodge. Une belle tente réservée sur Booking.com. Nous arrivons à midi et commençons notre séjour par un fish and ship local, aussi bon qu’en Écosse… Balade en ville, un peu de shopping, réservation d’un tour Hippo & Crocos chez Advantage Tour, 240 rands/pax, pour le lendemain matin, et un peu de farniente, compléteront notre journée. Dîner en ville au restaurant la Baraka.

   P1370188.JPG P1370189.JPG

P1370177.JPG P1370181.JPG

20191213_132135.jpg
10 décembre : On traîne un peu au lit ce matin. Dehors il pleut et la tente est trop glamour pour que l’on ait envie de la quitter… Petit déjeuner « maison » sur notre terrasse et départ pour la jetée où nous avons rendez-vous à dix heures pour le tour Hippos and Crocos… Une vingtaine de personnes feront la croisière avec nous. La pluie a stoppé mais il y a du vent et il fait frais ; on se félicite d’avoir pris nos coupe-vent. Malgré le ciel gris et bas, la lumière est belle et nous profitons à fond de la balade. Hippopotames et oiseaux sont au rendez-vous, deux crocodiles aussi. Retour au quai à midi et nous irons déjeuner au restaurant John Dory’s où on se régalera de sushis et poissons. Départ ensuite pour le Cap Vidal. Nous pensions simplement suivre une route pour y arriver, mais non, c’est une réserve et vous réglez un droit d’entrée 173 rands pour deux. On voulait aussi visiter la ferme des crocos, mais on ratera l’entrée et au retour elle sera fermée… Nous passerons quatre heures à arpenter la réserve jusqu’au cap Vidal, en empruntant les pistes de terre, boueuses, et la route principale. L’immense plage de cap Vidal sous la pluie, restera un très beau souvenir de ce voyage. Nous verrons également des animaux, troupeau de buffles, de grands coudous, des zèbres, phacochères, rapaces, et surtout un énorme éléphant, mâle solitaire, qui au bord et au milieu de la route, a roulé des mécaniques à notre encontre, visiblement agacé de notre présence, ou énervé par la pluie. Une petite frayeur, en tout cas, lorsque l’énorme animal a fait mine de s’avancer vers nous à deux reprises, tout en semblant nous observer, avant de reprendre sa route… Retour au Monzi Safari Lodge à 18 heures, il pleut de plus en plus fort, et dîner au Barraca, un chouette établissement juste à côté du lodge, que nous avons choisi car la tempête, résidu des cyclones qui grondent au-dessus de Madagascar, est de plus en plus violente…P1370205.JPG

P1370211.JPG

 P1370219.JPG P1370260.JPG

20191213_172346.jpg
11 décembre : La tempête a fait rage toute la nuit, vent et pluie, coupure d’électricité… Nous dormons peu et nous réveillons très tôt pour nous préparer, et reprendre la route pour notre prochaine étape : Pietermaritzburg, via Durban. Il est 8 heures lorsque nous pouvons enfin partir ; la pluie redouble d’intensité et nous accompagnera tout le long du trajet jusqu’à destination où le soleil fait enfin son apparition. Un trajet ponctué de petites frayeurs dues aux mauvaises conditions météo, à la conduite très, trop, rapide des Sud-Africains, aux comportements imprévisibles de certains et à toutes sortes de choses qui peuvent apparaître devant vous, y compris sur l’autoroute : chiens, chèvres, vaches, voitures arrêtées, personnes, vélos, trous sur la route… j’en passe et des meilleures ! Nous arriverons finalement à destination à 11 heures 45. L’Ascot Inn, réservé sur Booking.com, où nous descendons est très agréable. Le temps de déposer les bagages et nous partons en ville, où nous visitons le musée Thathan Art Gallery au second étage duquel se trouve un ravissant resto salon de thé où nous déjeunerons. Nous passerons ensuite les heures suivantes à nous balader en ville. Dîner et nuit à l’Ascot Inn.

P1370266.JPG P1370345.JPG

P1370366.JPG
   P1370410.JPG P1370382.JPG

P1370304.JPG
P1370474.JPG
12 décembre : Départ à 7 heures pour Coffee Bay à pas moins de 434 bornes de Pietermaritzburg, la plus longue étape, prévue, de ce road trip. Le temps est agréable, le soleil joue à cache cache-cache entre les nuages. Nous prenons la N2 en direction East London que nous quitterons à Tatham pour bifurquer vers Coffee Bay, pour une dernière heure de route, sous la bruine et dans le brouillard… Il est 14 heures 30 lorsque nous arrivons à l’Océan View que nous avons réservé via Booking.com. Soit 7 heures de voyage, avec une pause repas dans un KFC, quelques errances dans les villes traversées (nous n’avons pas, comme à notre habitude, pris de GPS mais seulement une carte papier). Le plus difficile restant toutefois la circulation des camions (beaucoup de 38 tonnes), qui peinaient à gravir les nombreuses et longues côtes de ce trajet. Un parcours très vallonné, traversant de petites villes qui nous offrira un bel aperçu de la région. Comme la veille, nous aurons quelques frayeurs avec les fous du volant locaux et tout ce qui peut surgir sur une route en Afrique du Sud…       Conseil : soyez très vigilants, respectez les limitations de vitesse et le code de la route (stops et feux rouges, la police est très présente), ne collez jamais de trop près le véhicule qui vous précède. Après récupération de la chambre au Sea View, un très bel établissement sur la plage, face à la mer, nous passerons le reste de l’après-midi à nous balader sur l’immense plage de sable et les environs ; nous sommes seuls, l’hôtel, comme les précédents, est très peu fréquenté, on est tranquille, on profite. Dîner et nuit au Sea View.

P1370581.JPG P1370583.JPG

P1370599.JPG
       P1370611.JPG P1370649.JPGP1370657.JPG
P1370659.JPG P1370674.JPG

P1370738.JPG P1370713.JPG

P1370761.JPG
13 décembre : départ à 8 heures, après le petit déjeuner, pour Port Elizabeth où nous arriverons vers 14 heures 30 ; un trajet agréable sur la N2, une belle route qui traverse de beaux paysages, le road-trip comme nous l’apprécions. Nous récupérons notre chambre au B&B St Philippe, réservé sur Booking.com, puis nous partons explorer la ville et le bord de mer jusqu’à l’heure du dîner que nous prendrons rue Stanley, à deux rues du B&B, au restaurant Asadas, où nous serons enchantés par la cuisine proposée.

 P1370775.JPG P1370784.JPG

P1370791.JPG P1370889.JPG

P1370797.JPG
P1370811.JPG
14 décembre : Départ pour Addo éléphants parc. Nous arriverons sur place à 9 heures, il y a peu de monde. Utilisation de la Wild card pour les frais d’entrée, un tour à la boutique souvenirs, et nous voilà sur les pistes du parc. Nous sommes venus pour les éléphants et nous n’avons pas été déçus, nous en avons aperçus un grand nombre, des troupeaux entiers, autour des points d’eau. Mais, avouons-le, après le Kruger, nous sommes restés, un peu, sur notre faim. Les éléphants mis à part, nous n’avons aperçus qu’un fennec, une tortue, trois zèbres, des phacochères et des lions dormant sous les arbres très, très loin… Tout ça pour vous dire qu’Addo, on y va pour voir les… éléphants. Sinon, à notre avis, le stop n’est pas obligatoire, surtout si vous avez déjà fait ou allez faire le Kruger. De plus, nous avons été déçus par le comportement des automobilistes qui bloquent, carrément, le passage des éléphants, ces derniers paraissant parfois perdus. Un ranger sur place pour mettre un peu d’ordre ne serait pas de trop. Là, parfois, c’est un vrai cirque, à vous de juger. Pour nous, il n’y a pas photo avec le Kruger. 13 heures, nous quittons le parc pour retourner à Port Elisabeth et poursuivre la découverte de la ville. Nous pousserons jusqu’à Sardinia Bay à une vingtaine de kilomètres et découvrirons de superbes panoramas. 19 heures, retour en ville et, comme la veille, dîner à l’Asada, rue Stanley.

P1370926.JPG

      P1370913.JPG P1370922.JPG

P1370924.JPG
15 décembre : Départ pour le parc de Tsitsikamma après le petit déjeuner. Nous partons à 8 heures de Port Elisabeth, pour une arrivée à 10 heures au parc, entrée Storm River Mouth. Utilisation de la Wild card pour les frais d’entrée et nous partons directement pour le pont suspendu. Le soleil est là, le ciel bleu, c’est dimanche et il y a un peu plus de monde que sur les sites visités jusqu’à présent. La balade tient toutes ses promesses, le site est juste magnifique. L’océan se déchaine sous des ponts suspendus et contre rochers et falaises ; nous avons adoré, la rando nous a pris 1 heure trente aller/retour. Midi, nous déjeunons sur place dans un resto au bord de l’océan puis nous attaquons notre après-midi de trails. Plusieurs sont donnés pour un temps X et un nombre de kilomètres X, nous en combinons 3 pour 10 kilomètres et 3 heures et demies de marche dont un spectaculaire retour par un sentier qui longe l’océan Indien qui gronde. Vous l’avez compris, Tsitsikamma : nous avons aimé. 17 heures, nous quittons le parc pour le village de Storm River où nous avons réservé une nuit, sur Booking.com, au Tsitsikamma Village Inn. Un endroit agréable et reposant à souhaits. Dîner et soirée dans l’un des restaurants du Village Inn. Nous avons beaucoup apprécié cet hôtel et nous le conseillons.

P1370933.JPG

 P1370945.JPG P1370946.JPG

P1370951.JPG
 P1370955.JPG P1370983.JPG

20191216_122719.jpg 20191216_131406.jpg
16 décembre : Garden road. Nous quittons, à regrets, le Tsitsikamma Village Inn après le breakfast. Un hôtel, construit comme un petit village de maisons créoles, que nous recommandons. Nous roulons sur la Garden road en direction de Wilderness, notre étape du jour. Nous ferons une pause pour admirer la très belle Plettenberg Bay et une autre à Knysna. Nous arriverons vers midi à Wilderness, où nous rejoindrons directement le départ du Kingfisher trail qui se trouve dans le National Parc de Wilderness. Utilisation de la Wild card pour les frais d’entrée, puis nous nous lançons à l’assaut des 5 km du sentier qui nous conduira jusqu’aux chutes d’eau. Une belle balade sur un sentier bien aménagé, mais qui comporte quand même de nombreux escaliers, montées et pentes. Il est donné pour 3-4 heures de marche, nous le ferons en 3, stops photos compris. Pas mal de monde, surtout des jeunes qui vont se baigner dans l’eau des chutes. 15 heures, nous rejoignons notre B&B du jour, le Whale’s Way Océan Retreat. Un magnifique B&B, réservé sur Booking.com, situé dans un quartier très résidentiel, face à l’océan. Nous irons nous balader sur l’immense plage de sable qui borde la falaise. Un endroit magnifique, sous le vent et le soleil, où nous pourrons admirer la témérité des pêcheurs à pied qui n’hésitent pas à braver les vagues. Nous apercevrons, également, un banc de dauphins jouant sur la crête des vagues. Dîner au Salinas, à Wilderness, un resto de fruits de mer que nous a réservé notre hôte.

20191215_204851.jpg

  20191215_204941.jpg 20191215_205011.jpg

20191216_071935.jpg
17 décembre : nous quittons Wilderness pour Prince Albert. Une longue et belle journée nous attend. Et elle commence par le Montagu Pass, une piste qui n’est autre que l’ancienne route qui relie George à Oudtshoorn la capitale des autruches. Une belle balade en montagne qui débouchera sur la fameuse route 62, équivalent Sud-Africain de la 66 américaine ; nous ferons d’ailleurs un stop au Smitswinkel, à Oudtshoorn, un diner aux couleurs et à la décoration de la 66…

Visite ensuite de la Safari Autruche ferme, où nous ferons le safari de 13 heures (durée 1 heure). Il fait très chaud, 44 degrés, et le vent est brûlant.  Le safari est tout de même intéressant. 14 heures 30, départ pour Cango Caves à 30 bornes de là. Nous ferons la visite des grottes de 15 heures ; nous serons étonnés par la taille des grottes, c’est très beau (durée 1 heure). Départ ensuite pour Prince Albert que nous rejoindrons en franchissant le Swartberg Pass ; 27 Km de piste qui nous émerveilleront par la beauté des paysages qui s’offriront à nous. Il sera plus de 18 heures lorsque nous arriverons au Saxe Coburg lodge B&B de Prince Albert où nous allons descendre pour les 2 prochaines nuits. Dîner au Rude Chef et nuit à Prince Albert.

  P1370991.JPG P1380007.JPG

  P1380042.JPG P1380023.JPG

P1380071.JPG
18 décembre : Matinée tranquille pour ce que nous avons décidé comme « journée de relâche » après les derniers jours de road-trip. Peu de route prévue aujourd’hui, mais une balade à pied dans Prince Albert après le petit déjeuner. Un peu de shopping, visite du musée local et promenade jusqu’à midi, heure à laquelle nous reprendrons la voiture pour rejoindre la « Olives Farm » pour déjeuner, à 5 Km de Prince Albert. Une ferme d’oliviers, perdue au milieu de nulle part, où nous dégusterons divers produits fabriqués sur place, dont l’huile d’olive, extraordinairement parfumée. Déjeuner au resto de la ferme puis départ en petite balade pour avoir un aperçu du grand Karoo qui nous fera penser au Far-West… Retour au lodge vers 16 heures pour profiter de la piscine et du calme des lieux, puis départ à 18 heures 30, pour le cinéma de Prince Albert, à pied, où nous irons voir le Roi Lion. Un bon film, mais plus que pour le film, c’est pour le cinéma lui-même que nous y allons. Un cinéma avec bar à l’entrée et une salle comme nous n’en avions jamais vue, que ce soit au niveau confort ou déco. Bref, une très belle soirée.

P1380068.JPG

  P1380093.JPG P1380092.JPG

P1380094.JPG
19 décembre : 9 heures, départ pour Matjiesfontein, étape du jour. Une balade à travers le grand Karoo qui nous conduira à ce petit hameau de quelques bâtiments construits autour de la gare, elle-même construite au milieu de nulle part… Un endroit particulier, où nous descendrons au Lord Milner Hôtel. Un établissement d’époque, bâti par un écossais, que l’on dit hanté et qui nous rappellera fortement l’Écosse. Arrivés à 11 heures 30, promenade dans cet endroit insolite, puis déjeuner au Laird Arms, un pub où le personnel est en tenue d’époque. Visite des petits, mais intéressants musées locaux, dont celui des transports. Visite obligée de la gare avec l’arrivée d’un train, si long qu’il nous faudra marcher deux cents mètres en dehors des quais pour arriver à hauteur des locomotives où, surprise, nous constaterons que le conducteur est une conductrice, jeune femme noire aux cheveux blonds… Photos des machines et nous reprenons notre balade, un peu de shopping, un arrêt café et il est déjà 16 heures 30. Surpris que la journée soit si rapidement passée, nous irons profiter des derniers moments de soleil au bord de la piscine. Une journée calme et hors du temps que nous avons apprécié à sa juste valeur après bientôt un mois de road-trip. Dîner et nuit au Lord Milner Hôtel.

  P1380128.JPG P1380100.JPG

P1380141.JPG

   P1380149.JPG P1380159.JPG

P1380204.JPG
20 décembre : Départ à 9 heures de Matjiesfontein pour Hermanus. Nous suivons la N1 jusqu’à Worcester, la vallée de la Breede, la route des vins, du moins une partie. Nous bifurquons vers Robertson où nous irons visiter un chais, le Mc Grégor, du hameau du même nom. Dégustation de vins blancs, achats, petit tour à Mc Grégor, il est temps de reprendre la route… Sur les hauteurs, des incendies se sont déclarés et un voile de brume couvre la vallée. Nous poursuivons par la N2 en direction du Cap jusqu’à la bifurcation pour Hermanus. Nous y serons à 14 heures 30, et là, c’est le choc. Nous nous attendions à un petit port de pêche et nous nous retrouvons dans une ville balnéaire très fréquentée et très moderne… Nous récupérons notre chambre au Potting Shed, réservé sur Booking, et partons en balade à pied, explorer bord de mer et centre-ville, une promenade qui nous conduira jusqu’à 18 heures. Dîner en ville et nuit au Potting Shed.

P1380215.JPG

  P1380233.JPG P1380207.JPG

20191217_105839.jpg
20191217_110822.jpg
21 décembre : Départ à 8 heures 30 pour Cap Agulhas ; je commettrai l’erreur de ne pas faire le plein avant de partir et de sous-estimer la distance, ce qui fait que nous arriverons à Augulhas grâce aux vapeurs d’essence qui restaient dans le réservoir… Conseil : toujours faire le plein pour s’éviter des sueurs froides et le risque de rester en rade au milieu de nulle part. D’autant plus que nous avons choisi de suivre le bord de mer, la Whale’s Way, ce qui nous offrira de beaux panoramas mais nous obligera à suivre la 316 sur une piste de terre. 11 heures 30, arrivée à Cap Agulhas. Coup de cœur, c’est magnifique. Un peu de monde, de très belles maisons, des restos et un air de station balnéaire très agréable. Mais surtout, le point le plus au sud du continent africain et le point de rencontre de deux océans : l’Indien et l’Atlantique. Un lieu symbolisé par un monument devant lequel chacun veut se faire prendre en photo. Nous jouerons le jeu et attendrons notre tour. Un instant d’émotions. Puis nous tremperons une main dans l’Indien et quelques mètres plus loin, une autre dans l’Atlantique… Nous irons ensuite déjeuner à Agulhas avant d’aller visiter le phare. Très beau, gérer par Sanpark mais la Wilde Card n’est pas acceptée. Nous monterons au sommet, attention pas d’escaliers mais une série d’échelles assez raides. Très belle vue du haut du phare. 15 heures, nous reprenons la route pour Bredasdorp où nous souhaitons visiter le musée des épaves et des naufrages. Un super musée pour ceux que ça intéressent. Retour ensuite sur Hermanus où nous arriverons à 17 heures 45 ; comme la veille balade en bord de mer, photos, apéro, resto… Nuit au Potting Shed.

  P1380269.JPG P1380254.JPG

 P1380333.JPG P1380280.JPG

P1380282.JPG
P1380365.JPG
22 décembre : départ par la route des baleines pour la région du Cap où nous allons terminer notre road trip. Une route avec des panoramas sublimes qui nous feront multiplier les pauses photos. Arrêt à Betty Bay où nous irons voir les pingouins au Stone point parc, un sentier payant, aménagé en une longue passerelle de bois qui permet l’observation des pingouins. Très sympa, nous avons beaucoup aimé. Un peu de monde, mais nous sommes dimanche à trois jours de noël. Nous poursuivrons ensuite jusqu’ à Stellenbosch, sur la route des vins. Une très jolie ville, avec beaucoup de magasins et restaurants. Nous y déjeunerons et y ferons un peu de shopping avant de reprendre la route pour Cap Town où nous allons passer nos 4 dernières nuits avant le retour en France. Un petit arrêt dans une station-service pour laver la voiture de toute la poussière qui la recouvrait et Cap Town, nous voilà. La première nuit étant au Lagoon Beach, nous nous dirigeons vers Minerton où se trouve l’établissement. Une mini déception que cet hôtel qui ne correspond pas du tout à l’image du petit hôtel sympa que nous en avions. C’est tout à fait le contraire, un établissement immense, sur une plage où règne l’interdiction de baignade (permanente) suite pollution de l’eau… Beaucoup de monde, rien qui nous emballe pour ce premier contact avec Cap Town. C’est finalement le coucher de soleil sur Table Mountain qui nous rendra le sourire… Dîner et nuit au Lagoon Beach Hotel.

P1380370.JPG

        P1380394.JPG P1380401.JPG
23 décembre : 9 heures, départ pour Table Mountain. Trop tard pour éviter la file d’attente et les problèmes de stationnement… Tant pis, nous nous garons tout en bas, sur le premier parking et prenons la navette gratuite jusqu’au téléphérique. 5 minutes plus tard, nous nous délestons de 720 rands pour un aller-retour en direction de la fameuse montagne. Mais d’abord, il faudra faire la queue, 1 heure 30, pour pouvoir embarquer à bord de l’engin. Une nacelle ultra moderne, dont l’intérieur tourne de façon à ce que tout le monde puisse profiter du panorama. Il est midi lorsque nous débarquons, enfin, au sommet. Une bière, deux chips, et nous voilà partis en direction du Beacon point, une randonnée de trois heures A/R. Une autre rando sur le plateau principal et il est déjà l’heure de refaire la queue pour redescendre. Il nous faudra 1 heure et demie pour arriver à la nacelle… 19 heures, nous rejoindrons le Town house Hôtel où nous allons passer les trois dernières nuits. En conclusion, nous dirons que malgré les files d’attente, nous avons été emballés par Table Mountain, un endroit à faire absolument…

P1380410.JPG

  P1380435.JPG P1380449.JPG

20191217_165324.jpg

   20191217_165522.jpg 20191217_171746.jpg

P1380490.JPG
24 décembre : Départ pour le cap de bonne espérance. Entrée prise en charge par la Wild Card. Nous y arriverons pour 10 heures et y resterons jusqu’à 15 heures. Arrivés sous un superbe soleil, nous subirons ensuite un violent orage et la brume, puis de nouveau un ciel dégagé. De très belles photos, une rando sur les rochers… Nous avons beaucoup aimé. Pas mal de monde aussi à partir de 14 heures. Nous n’avons pas apprécié la pagaille pour prendre les photos devant le panneau indiquant le cap. Encore moins apprécié la conduite de certains touristes, des français, qui essaient de resquiller et cause des problèmes. Bref, si le site est magnifique, nous avons préféré l’ambiance de Cap Agulhas, un autre public… N’hésitez pas à consacrer plusieurs heures à ce parc. La route pour s’y rendre est sympa et traverse quelques jolies petites villes. Retour en fin d’après-midi à Cap Town où nous espérons réveillonner, mais surprise, tout est prévu pour le 25, le 24 c’est la veille, ce n’est pas Noël nous précise-t-on…P1380508.JPG

  P1380532.JPG P1380535.JPG

20191217_171809.jpg
25 décembre : journée de Noël, nous partons visiter l’aquarium des deux océans. Nous avons apprécié la visite de ce musée océanographique. Midi, nous poursuivons avec Waterfront, ses restaurants, ses boutiques à touristes, ses magasins de luxe ; Déjeuner léger au restaurant Parada, puis balade sur les quais et le Mall Victoria. Il y a énormément de monde, c’est épuisant. Une visite qui nous conduira jusqu’à la fin de la journée, heure à laquelle nous rentrerons au Townhouse Hôtel pour la soirée de Noël.

  P1380557.JPG P1380552.JPG

P1380560.JPG
P1380599.JPG P1380607.JPG

P1380592.JPG P1380615.JPG

20191218_112811.jpg
20191217_193601.jpg 20191218_183552.jpg

20191219_101455.jpg
26 décembre : Une longue journée nous attend, le départ est prévu pour ce soir ou plutôt demain à minuit 10 ; nous refaisons nos sacs en répartissant les affaires pour équilibrer le poids, puis nous partons pour Stellenbosch où nous avons décidé de passer la dernière journée de notre périple Sud-Africain.  Le retour de la voiture est prévu pour 20 heures et l’enregistrement du vol à 22 heures, nous avons le temps… Arrivés à Stellenbosch sous un ciel mitigé, nous irons nous balader dans cette jolie ville avant d’aller déjeuner pour notre dernier « bon repas » en Afrique du Sud. Le temps maussade nous encouragera à reprendre la voiture pour une dernière fois. Nous pousserons jusqu’à Gordon Bay et ferons un stop, au retour, à Strand, le temps de manger une crêpe. Petit tour au bord de mer et il est déjà 18 heures. Notre vol est prévu à 0 heure 40, nous avons le temps, mais le cœur n’y est plus, c’est la fin du voyage, nous nous dirigeons sur l’aéroport pour rendre la voiture au terme d’un périple de 6987 kilomètres. Un retour rapide ; un petit coup de portière sur la carrosserie, pour une fois nous n’y sommes pour rien, sera relevé par les agents de Budget. Pas de soucis nous sommes assurés. Nous rejoignons le terminal international et nous installons devant la baie vitrée pour passer le temps (merci wifi, ordi et livre…).

P1380667.JPG

P1380672.JPG

P1380683.JPG P1380718.JPG

P1380818.JPG
20191219_140530.jpg
P1380950.JPG
27 décembre : Arrivée à Nice, via Paris Charles De Gaulle, à 14 heures 30 ; la boucle est bouclée.

P1380836.JPG

P1380840.JPG

 Si c’était à refaire : nous conserverions le même parcours, mais nous enlèverions une nuit à port Elizabeth pour la placer à Tsitsikamma. Nous visiterions Addo en arrivant à Port Elizabeth plutôt que le lendemain. Nous enlèverions une nuit au Cap pour la placer à Stellenbosch à 40 km de Cap Town.P1390021.JPG

P1390025.JPG P1390027.JPG

P1390031.JPG
Aimé, pas aimé : Nous avons adoré le Kruger, l’ambiance, les animaux, la magie des lieux, les camps, la liberté de mouvement et la facilité d’accès. Nous avons aimé Johannesburg plus que Cap Town. Même si nous avons trouvé Cap Town plus jolie, nous n’y avons pas aimé l’ambiance. Trop froide, trop touristique, trop guindée par endroit. Nous avons préféré la première partie du voyage à la seconde : celle de Johannesburg à Coffee Bay. La seconde, de Port Elizabeth à Cap Town, bien qu’elle offre des paysages à couper le souffle, nous a moins emballés. Son côté trop propre, trop policé, trop… c’est trop. Nous n’y avons pas retrouvé le parfum d’aventure qui flottait sur la première partie. Pour nous, les deux parties sont clairement deux voyages différents et si nous retournons en Afrique du Sud, ce sera certainement entre Johannesburg et Coffee Bay. Nous avons apprécié la nourriture, pas chère et très bonne, certainement l’un de nos voyages où nous avons le mieux mangé et bu… Le vin est excellent, de très bonne bouteilles à partir de 5 euros, au restaurant… imbattable. Nous avons adoré la gentillesse des Sud-Africains, noirs ou blancs.

P1390050.JPG P1390053.JPG

P1390063.JPG P1390099.JPG

P1390102.JPG
P1390113.JPG
Le regard de Corinne :

Ce voyage, nous pouvons nous féliciter de l'avoir très bien préparé, de ce fait il a été facile, aucune complication, un peu de chance, et très peu de déceptions concernant nos réservations. Nous avons été très bien accueillis partout où nous sommes allés, les personnes rencontrées ont rendu notre séjour des plus agréable.

Le parc Kruger mérite le voyage à lui tout seul: au niveau qualité / prix c'est imbattable !  Les hébergements, sans être "Glamour" sont très coquets, pratiques et propres. Les distances entre chaque camp raisonnables : nous aurions pu ne pas changer de camp chaque soir, c'est un choix personnel... Nous avons apprécié les restaurants, les boutiques, tous les services et le personnel du parc. On se sent à la fois libre et en sécurité: c'est merveilleux ! Nous avons croisé beaucoup d'animaux, les personnes qui sillonnaient les pistes et routes du parc étaient très respectueuses de la vitesse , et des consignes de sécurité pour ne pas déranger la faune et laisser les lieux propres sans aucun déchets. J'ai aimé cette belle mentalité, c'est rare !

J'espérais voir des lions et le dernier jour j'ai été comblée: ils ont élu domicile sur le bitume, toute la journée ! Pas du tout impressionnés par tous ces véhicules à l'arrêt de chaque côté de la route ! Nous avons été très heureux durant les safaris photos, c'était excitant toutes ces rencontres "pour de vrai". J'aimerais y retourner !

Je savais avant d'y aller que le vin Sud Africain était réputé, mais je ne m'attendais pas à si bien manger, nous nous sommes régalés: viande, poissons,fruits de mer... Une cuisine soignée et savoureuse tout à fait abordable (moitié prix par rapport à la côte d'azur), de bons fruits ( période des mangues, ananas et letchis) et aussi du cidre "Savana" , de la bière" Black Label", du Gin "Six dogs gin", de l'huile d'olive... Des produits de qualité , c'est toujours un plus lors d'un voyage !

Quelques mots sur :

-Soweto: c'est à faire à vélo, d'autant plus que la visite est initiée par des jeunes issus du bidonville, qui ont à coeur de nous montrer que les choses évoluent, même si parfois il y a des ratés: notre guide nous montrera tout un lotissement resté inhabité alors qu'il était à l'origine destiné aux familles défavorisées. Entre temps la politique d'attribution a changé... la population concernée ne pouvant payer le loyer demandé, aucun des logements n'a été livré. Le lotissement reste désert entouré de fils barbelés et d'une clôture électrique.

Une des rues de Soweto est particulièrement célèbre car Desmond Tutu  et Nelson Mandela, tous deux prix Nobel de la paix y ont vécu étant jeunes !

- Johannesbourg est une ville vivante, mais inquiétante, même de jour ! Je conseille la visite depuis le bus rouge touristique: il semblerait que les bidonvilles se soient installés au coeur des immeubles, à quelques rues du quartier des affaires...

- Graskop est son ambiance de ville de pionniers, avec sa rue principale comme dans les western et son incroyable  bar, repère de motards ... C'est aussi le point de départ de la route touristique qui mène à Blyde Canyon: une route superbe, avec des points de vues à couper le souffle qui n'ont rien à envier à son grand frère Américain!

J'y serais bien restée un jour de plus : rando, kayak...pour profiter de ce site exceptionnel.

Lors de la préparation du voyage je m'étais inquiétée de l'itinéraire pour arriver au Parc Kruger, or après Blyde Canyon, Orpen Gate se présente naturellement sur la route.  Nous arrivons à Tamboti et découvrons notre tente en pleine nature sauvage, certainement l'hébergement que nous avons préféré dans le Parc ! Le lendemain matin notre guide, qui nous mène à pied dans la savane, ressemble comme deux gouttes d'eau à John Wayne, version black, fusil à la main , nous le suivons en file indienne...

-A Kosi Bay nous avons exploré la mangrove... en snorkeling pour la première fois !

C'était vraiment intéressant de voir ces espèces de poissons dans leur milieu naturel. Mention très très bien pour le Kosi Bay Lodge (chambre, restauration, excursions : excellent rapport qualité / prix) 

On aurait pu y rester une nuit supplémentaire, juste pour profiter du confort !

-Cap Vidal...Dommage il pleuvait, mais sous le soleil, il est facile d'imaginer à quel point ce site peut-être magnifique . C'est une réserve naturelle , la savane au bord de l'Océan indien, et nous y avons croisé un énorme éléphant en colère dont l'expression ne laissait aucun doute sur ses intentions à notre égard ;  nous, dans notre petite voiture nous n'en menions pas large et nous nous sommes fait discrets  ( en priant pour ma part) pour qu'il nous oublie ... 

-Je photographie la statue de Gandhi dans la rue principale de Pietermaritzburg.

Gandhi, nominé plusieurs fois pour recevoir le prix Nobel de la Paix, mais jamais choisi car jugé trop partisan, trop politique ... Il représente malgré tout pour beaucoup, l'incarnation de la non-violence. Difficile de contenter tout le monde !

Dans cette ville qui a très mauvaise réputation, nous nous baladerons à pied sans être inquiétés.

-Une nuit supplémentaire à Tsitsikama aurait été la bienvenue pour pouvoir faire du kayak dans les gorges de la rivière qui se jette dans l'Océan...

-La route, n'oublions pas qu'il s'agissait d'un road-trip (7000 km), nous a enchantés et les cols franchis "Montagu Pass", Swartberg Pass", du Petit Karoo au Grand Karoo ont largement  mérités leur réputation , nous n'avons pas été déçus : C'était grandiose. L'aventure, c'est l'aventure ! 

-J'ai trouvé que la route des Baleines d'Hermanus vers le Cap est spectaculaire et très bien aménagée pour que l'on puisse s'arrêter et admirer...

-Je pense que deux jours au Cap auraient suffit : une journée pour profiter de Table Mountain , mais là c'est une question de chance  car sur les 4 jours, il n'y a eu qu'un seul jour où la montagne était dégagée...

Une autre journée pour se rendre à la pointe du Cap de Bonne Espérance !

( Tourisme de masse, on est bien loin de l'ambiance bon-enfant du Cap des Aiguilles)

- Voilà, je rejoins Eric : J'ai préféré Johannesburg à Cap Town .

On sent bien que le pays est en pleine mutation, on est pas là pour juger, mais on peut dire sans trop s'avancer que cela ne va pas être facile pour que chacun des citoyens d'Afrique du Sud se trouve une place pour vivre décemment.

On a été choqués, quand même, par tous ces fils barbelés, ces clôtures électriques autour des habitations, ces pancartes qui annoncent "réponse armée". On sent bien que chacun reste sur ses positions...

Gagner la coupe du monde de Rugby ne peut pas suffire à donner le sourire aux gens ! Il leur manque la joie de vivre, l'insouciance. 

En ce début d'année 2020, nous souhaitons le meilleur à cette belle nation Arc en Ciel et la remercions pour son accueil.

P1390180.JPG

P1390163.JPG

P1390273.JPG

P1390147.JPG

P1390254.JPG

 Conclusion : un très beau road-trip, comme nous les aimons, beaucoup de belles routes, de beaux paysages. Nous avons adoré ce voyage. L’Afrique du Sud est un pays magnifique, nous l’avons découverte au fil des kilomètres et de la route et nous l’avons vraiment appréciée. Toutefois, nous vous devons d’être honnêtes en disant que, le Kruger mis à part, même si le voyage a été magnifique, il nous a manqué la petite étincelle, ce petit truc en plus, rencontré dans d’autres pays, qui fait la différence, la magie d’un voyage… Ce qui n’enlève rien à la beauté du pays.

20191220_164814.jpg

P1390464.JPG P1390470.JPG

P1390498.JPG

Je vous laisse sur les dernières photos de ce road-trip : Le Cap, Table Mountain et le Cap de Bonne espérance...20191222_194759.jpg

       P1390735.JPG P1390744.JPG

P1390776.JPG
P1390934.JPG P1400052.JPG P1400071.JPG

P1400293.JPG P1400243.JPG

P1400266.JPG P1400273.JPG

P1400097.JPG
P1400164.JPG

Merci de votre visite sur notre blog, Voyages en équilibre, n'hésitez pas à vous abonner et à nous contacter. Vous pouvez consulter les albums photos de ce road trip en cliquant sur les liens suivants : https://www.1destination2voyages.com/photos/afrique-du-sud

et https://www.1destination2voyages.com/photos/parc-kruger-afrique-du-sud 

 

Eric & Corinne

 Ci-dessous, un petit bonus photos...

20191129_162937.jpg

20191201_120624.jpg

20191216_153702.jpg

20191217_105441.jpg

P1370515.JPG

20191212_095538.jpg

P1360137.JPG
P1370200.JPG
P1370258.JPG
20191225_103721.jpg
P1370331.JPG
P1370388.JPG
P1370750.JPG
P1380497.JPG
P1380635.JPG
P1380652.JPG
P1390635.JPG
P1400030.JPG
P1400447.JPG
P1360466.JPG
P1340405.JPG
P1370449.JPG
P1400364.JPG
P1400472.JPG

 


02/03/2020
4 Poster un commentaire

Le Parc Kruger

AS.gif

* En orange sur la carte, vous pouvez localiser le célèbre Parc Kruger 

 

P1350355.JPG P1350620.JPG P1340751.JPG P1340675.JPG

 

La réserve a été fondée par Paul Kruger, président de la République du Transvaal en 1898.

Ce dernier était soucieux de préserver la faune sauvage victime du braconnage, et du commerce des peaux et de l'ivoire.

En 1902, il n'y a plus de braconnage dans le secteur et la réserve animalière devient un Parc National.

En 1926,  le parlement donne au Parc le nom de son fondateur.

En 1927, Le Parc National Kruger reçoit ses premiers visiteurs.

 

P1360128.JPG

 Notre périple en Afrique du Sud n'aurait pas été aussi magique si nous n'étions pas passés par la case "Kruger".

Ce parc à 02h45 seulement de Johannesburg est merveilleux pour plusieurs raisons:

 

P1350499.JPG P1340576.JPG P1340865.JPG P1340786.JPG

 

 

P1340749.JPG

 

   P1350736.JPGP1360114.JPG P1360115.JPG

- C'est une grande réserve, le Parc National Kruger fait 350 kilomètres de long sur 60 kilomètres de large. Les animaux sont vraiment nombreux et en liberté dans leur milieu naturel :

On compte approximativement 147 espèces de mammifères, plus de 507 espèces d'oiseaux, 114 espèces de reptiles, plus de 49 espèces de poissons, 34 espèces amphibiennes, 227 espèces de papillons et 336 espèces d'arbres !

 

         P1340724.JPG P1340727.JPG P1340726.JPG


P1340521.JPG
-L'homme n'intervient ni pour nourrir les animaux, ni pour les chasser.

-Les animaux ne sont pas agressifs, ils ne craignent pas l'homme, ni les véhicules qui roulent à vitesse modérée dans le parc. Cela étant dit, il n'est pas conseillé de sortir de son véhicule et le parc se dégage de toute responsabilité en cas d'accident.

-Chaque matin, une carte indique où sont susceptibles de se trouver les animaux dans le parc... C'est comme un jeu: à vous de les trouver !

Evidemment nous voulons tous avoir la chance de croiser les "Cinq Grands" ou Big Five, appellation originellement utilisée par les chasseurs qui désigne les plus grands et les plus dangereux animaux sauvages d'Afrique : l'Eléphant, le Léopard, le Lion, le Rhinocéros et le Buffle. 

 

P1340731.JPG P1340733.JPG P1340732.JPG P1340734.JPG


P1340692.JPG
P1350583.JPG P1360101.JPG P1350366.JPG

 

-Je vous conseille d'acheter "La CARTE du Parc Kruger" un livret en vente dans toutes les boutiques du Parc, car elle vous renseignera sur tout ce que vous devez savoir durant votre séjour: Plan des pistes, activités, animaux ...

- Les camps sont très bien aménagés et il est possible de changer de camp tous les jours car les distances entre chaque camp sont raisonnables et la signalisation permet de se repérer facilement sur les routes ou pistes secondaires.

-Nous n'y avons pas observé de tourisme de masse, il y avait beaucoup de sud africains

venus en famille.

 

P1350701.JPG

 

 

-Il nous est arrivé de ne croiser aucun autre véhicule durant de longues périodes et aucune construction humaine ne vient dénaturer la savane, qui s'étend à perte de vue, d'où ce sentiment d'être totalement immergé dans la nature sauvage, comme au temps d'"Out of Africa".

-La liberté de choisir comment organiser son safari: Individuellement à bord de son véhicule personnel, avec des rangers si vous ressentez le besoin d'être encadré et rassuré... Tôt le matin, en nocturne, tout est possible, il suffit de réserver à l'accueil de chaque camp.

 

P1340776.JPG P1340746.JPG P1340648.JPG


P1340967.JPG

 

 

- Mention spéciale pour les visiteurs: Il règne une bonne ambiance dans le parc, on sent que les visiteurs respectent les animaux sauvages et leur environnement: c'est très propre,

aucun déchet le long des pistes !

 

P1340582.JPG P1350546.JPG P1350899.JPG

 

-Les restaurants sont accueillants, on y mange très bien et certains ont une belle terrasse avec vue panoramique sur la rivière.

-Le choix des hébergements : camping-cars , tentes, bungalows... et les tarifs très attractifs si vous réservez tôt.

N'hésitez pas à acheter la "Wild Card" sur https://www.sanparks.org/

Elle vous simplifiera les formalités d'entrée dans de nombreux parcs autres que le Kruger et peut vous faire faire des économies.

 20191116_135350 (2).jpg

 

P1350988.JPG

  

- Je n'ai aucune critique à formuler: j'ai adoré ce séjour en dehors du temps, où rien ne presse, si ce n'est profiter de l'instant présent pour découvrir, observer, admirer, photographier et vivre des émotions fortes, sans jamais savoir à quoi s'attendre ! Les mots ne sont pas trop forts, j'étais fascinée, subjuguée par tant de grâce et de beauté !

 

P1350046.JPG

 

P1350064.JPG P1350065.JPG P1350080.JPG

P1350085.JPG
 

Le Parc Kruger à lui seul justifie le voyage en Afrique du Sud:

Il est facile d'atterrir à Johannesburg, de louer un véhicule et de prendre la route magnifique de Blyde Canyon, une autre merveille, pour entrer par Orpen Gate dans le Parc.

Le temps d'un safari, et vous pouvez reprendre directement la direction de l'aéroport !

Pour notre part, nous y avons passé 6 nuits et serions bien restés plus longtemps dans ce paradis ! 

 

 P1340753.JPG

 

 - Nous avons passé notre première nuit dans le Camp de Tentes de Tamboti- 

(Il n'y a pas de restaurant dans ce camp, il faut juste faire ses courses au préalable).

Une belle tente avec tout le confort moderne: un bon lit, eau, électricité, sanitaires, frigo...Jolie terrasse donnant sur la rivière, BBQ... Il ne manquait rien !

 

   P1340515.JPG P1340479.JPG



20191201_174248.jpg  20191201_175147.jpg


P1340485.JPG   P1340494.JPG

      20191201_183816.jpg P1340590.JPG


P1340514.JPG P1340512.JPG

 

P1340863.JPG

P1340465.JPG
  P1340480.JPG  P1340483.JPG  P1340770.JPG

Le lendemain matin, à l'aube, nous avions rendez-vous avec 2 rangers pour une balade à pied dans la savane. Nous n'avons croisé aucun animal féroce, mais les conseils de nos guides nous ont permis d' interpréter correctement l'attitude des animaux que nous allions rencontrer les jours suivants...

J'ai retenu deux règles élémentaires :

-C'est toujours l'animal qui décide de la manière dont va se dérouler la rencontre

-Il ne sert à rien de courir, en cas d'attaque les animaux seront tous plus rapides que moi !

 

20191202_050621.jpg  20191202_060054.jpg   20191202_062152.jpg  20191202_070510.jpg

20191202_072954.jpg   20191202_080344.jpg  20191202_112926.jpg

 

P1340507.JPG P1340508.JPG P1340739.JPG

 

P1340887.JPG P1340516.JPG P1340570.JPG

P1340540.JPG P1340541.JPG

P1340569.JPG
P1340511.JPG P1340567.JPG

P1340777.JPG P1340601.JPG P1350509.JPG

-Nous passons notre seconde nuit à Satara, grand camp situé dans le territoire des fauves, nous profitons du joli bungalow et de la climatisation !

 

20191203_074804.jpg  20191203_072715.jpg

20191203_073334-001.jpg  20191203_075137.jpg  20191203_081015-001.jpg

 

 

P1340604.JPG P1340612.JPG

P1340693.JPG  P1340527.JPG P1340836.JPG

P1340682.JPG
-Le camp d'Oliphants nous accueille pour notre troisième nuit. Joli bungalow et restaurant avec terrasse panoramique . Très beau coucher de soleil !

Ambiance d'aventurier...

 

P1350743.JPG P1340749.JPG P1350025.JPG
P1340654.JPG P1340712.JPG

 20191203_104841.jpg  20191203_105317.jpg

20191203_112912.jpg   20191203_120933.jpg

P1350219.JPG
 20191203_132203-001.jpg P1350406.JPG

 

 P1340802.JPG  P1340648.JPG P1340630.JPG
P1340795.JPG P1340874.JPG P1340724.JPG

20191203_182230.jpg

 

P1340878.JPG P1340929.JPG P1340810.JPG

-Nous revenons sur Satara pour notre quatrième nuit.

 

P1340955.JPG
P1340994.JPG P1340882.JPG P1350063.JPG

  20191204_142124-001.jpg  P1340904.JPG

 

P1340618.JPG

 

-Le lendemain nous dormons à Lower Sabie. Certainement le camp le plus populaire. Ambiance familiale, moins intime. Le restaurant possède une belle terrasse panoramique sur la rivière Sabie, mais la tente n'était pas à la hauteur de celle que nous avions eu à Tamboti.

 

   20191205_075356.jpg  20191204_135525.jpg  P1350277.JPG

 

P1350691.JPG P1350807.JPG P1350387.JPG

 

 

P1350706.JPG  P1350776.JPG

P1350775.JPG P1350711.JPG

P1350584.JPG P1350635.JPG

 

P1350753.JPG  P1350821.JPG

P1350757.JPG P1350751.JPG P1350750.JPG

P1350355.JPG

 

-Pour finir, nous nous installons dans un beau bungalow à Crocodile Bridge au sud du Parc.

Il n'y a pas de restaurant. Nous avons apprécié le calme de ce petit camp très bien entretenu.

 

   P1360068.JPG P1350834.JPG P1350854.JPG

 

P1350827.JPG

 

P1360040.JPG P1360047.JPG P1360021.JPG

 

 

P1350238.JPG P1350874.JPG P1350325.JPG

P1350587.JPG


P1340685.JPG
  

Nous avons préféré le camp de Tamboti pour la tente et la vue sur la rivière sauvage,

Le camp d'Olifants pour son ambiance Safari et la qualité du dîner,

et Crocodile Bridge : parce que nous avons enfin vu des lions !

 

P1360057.JPGP1360121.JPG

   

P1360127.JPG

 P1360125.JPG P1360113.JPG

 P1360129.JPG P1360103.JPG P1360099.JPG

  P1360052.JPG P1360051.JPG 

 


P1360049.JPG P1360050.JPG

P1360020.JPG

P1360019.JPG



 

 

 

 P1360016.JPG P1350917.JPG

                                            P1360015.JPG
P1350969.JPG
P1360004.JPG

 

 

P1360008.JPG P1360007.JPG

P1350971.JPG  P1350982.JPG

 P1360005.JPG P1350863.JPG

 P1350966.JPG  P1360001.JPG P1350936.JPG


P1350877.JPG P1350375.JPG

 

P1350990.JPG

 

P1350997.JPG

 

P1350965.JPG  P1350904.JPG 
P1350976.JPG
P1350959.JPG P1350893.JPG

P1350857.JPG  P1350835.JPG P1350841.JPG

 

 P1350709.JPG P1350889.JPG 
P1350878.JPG

  

Bonus photos Best of du Kruger :

 

P1350830.JPG
P1350833.JPG  

 

P1350832.JPG
P1350831.JPG  

 

P1350829.JPG
J'espère vous avoir donné l'envie d'y aller !

Sauvegardons nôtre âme d'enfant... Cliquez sur le lien et laissez vous transporter par la musique du Roi Lion !

https://www.youtube.com/watch?v=w9u21s1wuok

 

P1350417.JPG

P1350977.JPG P1350582.JPG P1350687.JPG P1360017.JPG
P1350021.JPGA bientôt !


               Corinne


02/03/2020
4 Poster un commentaire

Vallée du Nil, de Louxor à Assouan et Abou Simbel.

 

P1200033.JPG

Second volet de notre trip égyptien qui débute par une arrivée au petit matin (5h30) en gare de Louxor. S’ensuivra une descente du Nil en croisière, sur le bateau Radamis II pendant quatre jours. Un très beau voyage, agrémenté de visites, avec des paysages reposants et magnifiques, le tout sous une chaleur accablante. Mais le taux d’occupation du Radamis étant très bas, seulement 27 personnes, nous aurons tout loisir de nous rafraîchir et de profiter de la piscine pendant les périodes de navigation. Regarder, observer, depuis la piscine où la baie vitrée de la cabine, les paysages du Nil défiler, restera un des grands plaisirs de ce voyage et un merveilleux souvenir.

20180612_151617.jpgVols-préparation du voyage : Se reporter au volet 1, Le Caire – Alexandrie dans carnets de route / Basse Egypte.

 

20180611_063726.jpg 20180611_070756.jpg
P1190097.JPG
P1190106.JPG P1190141.JPG


Programme : Jours 1,2,3, 9 & 10 : Le Caire – Alexandrie. Ce second volet débute à notre arrivée, jour 4, en gare de Louxor et se termine jour 9 à notre retour en gare de Gizeh.

20180611_085635.jpg

P1190206.JPG P1190209.JPG

20180611_084940.jpg 20180611_085416.jpg
20180611_084300.jpg

 

Jour 4 : Louxor. Nous avions mal compris, l’arrivée à Louxor n’est pas à 9h00 mais à 5h20… Réveil par le responsable du wagon couchettes qui nous apporte café et petit déjeuner. Gare de Louxor, Karam notre guide pour quatre jours nous attend sur le quai. Présentations et départ pour…, non pas le bateau comme prévu, mais le temple de Karnak. La raison de ce changement : la température de 51 degrés prévus l’après-midi sur la région qui rend difficiles les visites dans ce créneau horaire. Donc on inverse, visites dans la foulée du train et bateau/repos l’après-midi. Je signale que certains sites ouvrent à 5h00 du matin en été.

20180611_121822.jpg 20180612_172155.jpg
20180611_182725.jpg

20180612_162845.jpg 20180612_181759.jpg
20180611_140345.jpg 20180613_061533.jpg

 

Karnak..., c’est magnifique et pour nous encore plus impressionnant que les pyramides. Il fait déjà chaud mais c’est supportable et, surtout, nous sommes seuls sur le site. Un régal au petit matin, qui fait oublier la fatigue. 9h00, quelques touristes, accompagnés de guides, sont présents, une cinquantaine guère plus… Il est temps pour nous de rejoindre le temple de Louxor. 120 L.E/pax. Différent de Karnak, Louxor ou Luxor, est également magnifique, colonnes et statues à couper le souffle. La chaleur a encore augmenté mais le temple est plus petit et se visite en une heure. Là aussi, nous étions seuls à part un groupe d’une dizaine de personnes. Midi, nous rentrons cette fois sur le bateau où nous allons passer quatre nuits : le Radamis II. Le bateau est superbe, la chambre parfaite. Nous passerons l’après-midi sur le pont terrasse écrasé de chaleur, alternant, farniente, lecture et bains dans la petite piscine du pont supérieur. Dîner au restaurant du Radamis et on se couche tôt car le levé sera tout aussi tôt : 2h30. La raison est que nous avons réservé un vol en montgolfière 85 euros/pax, au lever du jour…

20180613_172623.jpg

P1190510.JPG P1190522.JPG
   P1190562.JPG
P1190578.JPG20180613_175432.jpg
20180612_163502.jpg

 Jour 5 : Louxor. Le réveil sonne à 2h30, c’est très tôt c’est vrai, mais c’est la seule possibilité pour faire un tour de montgolfière au lever du jour sur la rive ouest de Louxor. Environ 1 heure pour 85 euros/pax. Assez cher, mais si votre budget vous le permet, c’est à faire absolument. C’est tout simplement sublime, magique. Sept montgolfières décollent à peu près en même temps. Spectacle grandiose avec le soleil levant sur la ville, le Nil et les temples Karnak et Louxor ainsi que sur la vallée des rois. Un tour très bien organisé, on vous récupère à l’hôtel, on vous conduit au bord du Nil pour la traversée sur un petit bateau en buvant le café. Un temps mis à profit par le pilote de la montgolfière pour donner les consignes de sécurité. Et à la fin du vol, on se pose en douceur au milieu d’un champ où l’on vient nous récupérer, retraversée du Nil et finish au point de meeting où chacun repart de son côté ou avec sa propre agence. Il est maintenant 7h30 et nous repartons avec Karam venus nous récupérer pour les visites de la journée.

P1190479.JPG P1190450.JPG
P1190439.JPG

P1190448.JPG P1190468.JPG


Au programme : les colosses de Memnon, et les temples de la vallée des rois. Comme la veille il fait très chaud et les 40 degrés sont approchés dès 10h00. Pas beaucoup de monde sur les sites, si ce n’est des groupes de Chinois, malpolis, irrespectueux de tout, même dans les tombes, bruyants et désagréables, bref vous l’aurez compris : nous ne les aimons pas, mais nous ne sommes pas les seuls, même les Egyptiens s’en plaignent ! Tous les sites sont sécurisés et le harcèlement réduit à son minimum, du moins cela ne nous pas vraiment gênés. 13h00 nous retrouvons notre chambre sur le Radamis II qui lève l’ancre aussitôt pour 4 jours de croisière en direction d’Assouan. Après-midi relax, piscine et détente. Passage de l’écluse Esna à 17h00, comme un goût d’aventure... Arrêt pour la nuit à Edfou. Dîner le soir sur le Sun desk (pont supérieur).

P1190431.JPG P1190456.JPG


Jour 6 : Edfou. Départ à 6h30, en calèche, pour le temple d’Edfou dédié à Horus à 10 minutes de là. Un superbe temple, entrée 120 L.E/pax. Peu de monde, parfait pour faire de magnifiques photos. Retour à 8h30 au Radamis II qui lève l’ancre pour Kom Ombo, où nous arriverons à 13h00. Une croisière calme et apaisante le long de paysages somptueux. Déjeuner à bord et départ à 14h30, à pied, pour le temple Kom Ombo, 100 L.E/pax, qui a la particularité d’être dédié à deux divinités, Sobek et Haroëris, dieux à tête de crocodile et de faucon (Horus). Retour à bord à 16h00, juste avant que le Radamis II ne lève l’ancre pour Assouan. Une ville sympa qui nous a agréablement surpris. Dîner à bord et visite des souks d’Assouan à pied depuis le bateau. Achat d’épices et de souvenirs. Très sympa, même à 23h00. Beaucoup de femmes, voilées ou pas, dans les rues, seules ou en groupe, ces dernières ayant, selon Karam, l’autorisation de minuit.

P1190259.JPG

 P1190254.JPG P1190225.JPG
20180612_044616.jpg

20180612_043454.jpg 20180612_051550.jpg
P1190312.JPG

 Jour 7 : Assouan. Petit déjeuner sur le Radamis II et départ à 7h30 pour la visite du barrage d’Assouan qui dompte le Nil et crée le lac Nasser long de près de 500 kilomètres. Un endroit stratégique pour l’Egypte dont certains disent que si le barrage venait à lâcher, l’Egypte disparaîtrait… En tout cas les lieux sont bien gardés. Visite également du monument de l’amitié entre l’Egypte et l’URSS construit à la fin des travaux du barrage qui, à l’époque, ont été financés par l’ex-URSS. Nous partons ensuite pour le temple de Philae qui se trouve sur une île au milieu du Nil. Un temple démonté et remonté pierre par pierre pour lui éviter de disparaître sous les eaux du lac Nasser. Une visite sympa, on rejoint l’ile en canot à moteur, ce qui est vraiment agréable avec la chaleur ambiante. Le temple est tout simplement superbe, un de nos préférés. Retour à terre et visite d’une parfumerie locale où après vous avoir massé et offert le thé, on vous présente les parfums fabriqués sur place. L’occasion de se délester encore de quelques Livres… Retour au Radamis pour midi, piscine et repas à bord à 13h00. Petite pause de deux heures à la piscine du Radamis avant de repartir avec Karam pour la visite d’un village nubien, où l’on prendra le thé dans une maison dont les habitants détiennent et exhibent des petits crocodiles du Nil (même un gros), puis balade à dos de dromadaire et baignade dans le Nil… Un régal que de se baigner dans les eaux fraîches du Nil au bord du désert.

P1190331.JPG

P1190333.JPG P1190337.JPG
P1190339.JPG P1190355.JPG
20180612_095327.jpg

20180612_063601.jpg

 Jour 8 : Départ, tôt le matin, 6h30, en van pour Abou Simbel à 3h30 de route d’Assouan. Un trajet dans une chaleur de four (même la clim du van, à fond, peine à rafraîchir l’atmosphère) qui nous fera passer sur les barrages d’Assouan, l’ancien et le plus récent), longer un peu le lac Nasser, avant de tracer la route à travers le désert jusqu’à Abou Simbel.  Le tout dans un décor minéral fait de sable et de pierres, sans apercevoir personne à part les militaires impassibles, assommés de chaleur, des postes de contrôles qui doivent cuire comme des homards à bord de leurs blindés… 10h00, arrivée à Abou Simbel, 160 L.E/pax, très peu de fréquentation à part des chinois qui se déplacent en groupe pour éviter d’avoir à donner un malheureux bakchich à un gardien de tombe et pouvoir prendre des photos en douce sans payer la taxe demandée de 300 L.E ; bref, vous l’aurez compris, s’il y a une chose que je n’ai pas aimée en Egypte, ce sont les chinois ! La chaleur sur le site en bordure du lac Nasser est à la limite du supportable, doit approcher les 45° Celsius, et ce malgré le vent assez fort qui souffle sur le secteur. Le temple d’Abou Simbel est impressionnant de grandeur et de beauté. L’intérieur est magnifique et l’on ne peut que rester bouche bée devant tant de merveilles surtout lorsque l’on sait que comme le temple de Phileas, Abou Simbel a été déplacé et reconstruit en 1960 pour éviter la montée des eaux du nouveau lac Nasser. Un des derniers temples à avoir été sauver des eaux…de justesse, puisque notre guide nous explique que les travaux ont débuté alors que les parties basses du temple étaient déjà noyées. La visite durera deux heures puis il sera temps de rentrer sur Assouan. 4h00 de trajet au retour, il est plus de 16h00 lorsque nous arrivons au Radamis II où malgré le fait que nous ayons rendu les chambres le matin, on nous autorisera à prendre une douche avant de partir pour la gare d’Assouan où allons prendre le train de nuit pour Gizeh à 20h00. Dîner et nuit à bord, en cabine couchettes, double, avec point d’eau, arrivée prévue à Gizeh le lendemain à 9h00.

20180613_185319.jpg

20180613_185614.jpg

P1190636.JPG 20180614_081115.jpg
         20180613_183214.jpg 20180614_081852.jpg
Fin de ce second volet Egyptien, merci de m’avoir lu et à bientôt pour un nouveau carnet de route. N’oubliez pas d’aller visiter le premier volet consacré au Caire et à Alexandrie.P1190762.JPG

20180614_085749.jpg 20180614_093143.jpg
P1190674.JPG P1190777.JPG
P1190758.JPG

P1190788.JPG

 

 Vallée du Nil : Regard féminin, le voyage vu par Corinne : à venir.

 

20180614_155232.jpg

20180614_160303.jpg 20180614_164511.jpg
20180614_174335.jpg

P1190850.JPG P1190902.JPG
P1190868.JPG P1190978.JPG
P1190919.JPG

Village nubien à Assouan

20180614_180250.jpg 20180614_180247.jpg
20180614_175813.jpg P1190928.JPG

P1190929.JPG P1190960.JPG

Abou Simbel

20180615_093035.jpg 20180615_084512.jpg
20180615_114257.jpg

20180615_105844.jpg 20180615_103420.jpg
P1200023.JPG P1200024.JPG

Ci-dessous, un bonus photos : comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir. Vous pouvez également consulter l’ensemble des montages photos de ce trip en cliquant sur l’onglet Moyen-Orient dans albums photos.

 

Eric

20180612_043807.jpg

20180612_153307.jpg

20180613_073305.jpg

20180613_095218.jpg

20180613_112109.jpg

20180613_143502.jpg

20180614_115658.jpg

20180614_164831.jpg

P1190215.JPG

P1190242.JPG

P1190275.JPG

P1190517.JPG

P1190770.JPG

P1190845.JPG

P1190491.JPG

P1190977.JPG

P1200001.JPG

P1200043.JPG

 

 

 


12/02/2020
0 Poster un commentaire

Du Caire à Alexandrie



 

20180612_163535.jpg

 

P1180921.JPGCe premier volet sur l’Egypte fait partie d’un trip de dix jours que j’ai préféré présenter en deux volets distincts, l’un consacré aux villes du Caire et d’Alexandrie et l’autre à la vallée du Nil, de Louxor jusqu’à Abou Simbel.

P1200411.JPG P1180551.JPG
20180608_185736_001.jpg P1180532.JPG
Les vols : Nice-Vienne-Le Caire et retour. Effectués par Austrian Airlines et achetés sur le site de la compagnie, 635 euros A/R pour deux. Mais tout autant que le prix, ce sont les horaires qui nous ont décidés à partir avec Austrian. Un départ à 7h30 avec une arrivée au Caire en milieu d’après-midi et un retour à Nice en fin de soirée, des horaires bien plus agréables que ceux proposés par d’autres compagnies.

20180610_124737.jpg

 

P1180850.JPGPréparation du voyage : Nous sommes partis avec l’agence locale Merveilleuse Egypte (Marvelous Travel). La préparation a eu lieu par mails, WhatsApp, en français, avec Céline, qui vit en Egypte, qui est très réactive et à l’écoute. Paiement sécurisé en ligne, aucun souci. Vous pourrez modifier les programmes proposés selon vos envies et votre budget. https://www.merveilleuseegypte.com/fr/

20180609_093313.jpg P1180555.JPG P1180561.JPG
P1180571.JPG P1180557.JPG P1180563.JPG

P1180599.JPG

P1180614.JPG



P1180579.JPG P1180582.JPG

Visa : à l’arrivée, 21 euros. Vous achetez le visa sous forme de timbre, le collez sur votre passeport et présentez le tout à l’immigration ; comme on l’achète dans une banque, on en a profité pour changer nos premiers euros avec un taux sensiblement identique à celui que nous verrons ailleurs.


20180609_102431.jpg P1180622.JPG
P1180613.JPG
 Nourriture : peut-être pas ce que nous avons mangé de meilleur depuis que nous voyageons, mais bonne dans l’ensemble. Boissons : alcool possible dans les hôtels et sur les bateaux de croisières.

P1180620.JPG P1180591.JPG
P1180630.JPG P1180618.JPG

P1180623.JPG

 Santé : Même en ayant l’habitude de voyager, en ayant une trousse à pharmacie équipée et en prenant toutes les précautions (brossage des dents à l’eau minérale par exemple), nous n’avons pu échapper à la tourista, moi en début et Corinne en fin de voyage… Faites donc très attention à tout ce qui est fruits, glaçons… N’oubliez pas d’emporter des médicaments anti-nauséeux et anti-diarrhéique avec vous (Immodium, Ercefuryl entre autres) à prendre dés les premiers symptômes.

20180609_092936.jpg 20180609_102843.jpg
20180609_105451.jpg P1180573.JPG
P1180697.JPG

 Climat : Deuxième semaine de juin, la température pouvait atteindre jusqu’à 50 degrés d’où l’obligation d’effectuer les visites le matin, les sites ouvrant leurs portes dés 5h30.

P1180640.JPG P1180651.JPG
P1180658.JPG P1180667.JPG
P1180676.JPG P1180677.JPG
Fréquentation : peu de monde sur les sites à part des groupes de chinois qui se comportent de façon très désagréable et inappropriée. Sur le bateau, seulement 27 personnes pendant la croisière.

20180609_113510.jpg

P1180686.JPG P1180688.JPG
P1180691.JPG P1180696.JPG
20180609_130456.jpg

 Sécurité / harcèlement : Tous les sites sont sécurisés par la police touristique, très présente. Très peu de harcèlement. En tout cas cela ne nous a pas vraiment gênés. Pas plus que d’en d’autres pays.

20180609_145506.jpg 20180609_143933.jpg
20180609_132139.jpg

 Le programme : Le Caire- Alexandrie- Le Caire- train de nuit- croisière sur le Nil de Louxor à Assouan- Abou Simbel-train de nuit- Le Caire- Le Caire et départ.

P1180684.JPG P1180718.JPG

P1180722.JPG P1180715.JPG

P1180723.JPG

Jour 1 : départ à 7H15 de Nice pour Vienne avec Austrian Airlines. Un vol sans histoire, arrivée à Vienne à 8h50 et départ pour le Caire, toujours avec Austrian, à 11h00 ; du moins, c’est ce qui était prévu. Mais après un embarquement on time, les choses vont se corser à bord de l’appareil entre passagers et membres d’équipage, je vous fais grâce des détails de cette rocambolesque empoignade, et c’est avec une heure quinze de retard que nous finirons par décoller. Arrivée au Caire à 16h00, pas de décalage horaire avec la France, mais à cause de longs contrôle de sécurité, ce n’est qu’à 17h00 que nous prendrons enfin contact avec le représentant, Ibrahim, de Marvelous Egypte et de Mona notre guide pour deux jours. Et c’est à tombeaux ouverts, « notre chauffeur ne conduit pas mais évite les accidents », que nous rejoignons notre gîte pour les deux nuits à venir, le Méridien Pyramid Gizeh. Un bel hôtel, réservé sur Booking.com, 90 euros la nuit hors taxes. Piscine, pour nous remettre du voyage, et dîner, sur place, 836 livres égyptienne, cher mais c’est le premier et on s’est fait plaisir. Couchés tôt pour un lever à 4h30, car demain nous allons à Alexandrie avec départ à 6h30…

P1180727.JPG P1180728.JPG
P1180763.JPG P1180780.JPG
20180609_142404.jpg

 Jour 2 : Alexandrie. Petit déjeuner au Méridien avant de rejoindre Mona qui nous attend, devant l’hôtel, avec son chauffeur. 6h30, départ pour Alexandrie, environ 3h00 de route avec une pause de quelques minutes. Notre guide n’est pas avare de paroles et nous raconte l’Egypte d’aujourd’hui et les problèmes qui risquent d’apparaître demain… Une discussion intéressante qui fera passer les 3 heures de route comme une lettre à la Poste mais qui n’est pas l’objet de ce carnet, donc je n’argumenterais pas là-dessus. Mais revenons à nos moutons. 9h15, Alexandrie, traversée de la ville pour rejoindre le site de catacombes, Kom El Shuqafa Monuments, 60 L.E (livres égyptiennes) /pax. Une visite sous la terre et au frais, il fait déjà 35 dehors… Départ ensuite pour le site Amud El-Sawari où se trouve la colonne de pompée. 60 L.E / pax. Un superbe site sous un soleil…brûlant.

P1180738.JPG P1180740.JPG
  P1180756.JPG P1180754.JPG
P1180776.JPG

Nous enchaînons par la visite du site Kom El-Dekka. 80 L.E /pax. Midi, on poursuit avec la visite de la bibliothèque d’Alexandrie, une merveille. Repas dans un restaurant de poissons sur le port. Mona nous accompagne, c’est atypique et très bon, 200 L.E / pax ; s’ensuivra la visite de la citadelle of Qair –Bay construite sur les lieux où se trouvait le Phare d’Alexandrie… 40/pax. Magnifique, il n’y a pas d’autres mots. Nous terminerons par la visite du parc du palais présidentiel d’été, 25 L.E / pax. Très joli, le palais ne se visite pas, mais Sarkozy y a dormi, demandez-lui des infos... Retour sur le Caire où nous arriverons à 19h00 au terme d’une journée bien remplie. Dîner au Méridien 425 L.E, puis dodo bien mérité, demain les pyramides nous attendent…

20180609_180413.jpg P1180701.JPG
P1180806.JPG

20180609_163024.jpg 20180609_153334.jpg
Jour 3 : Le Caire. Départ à 7h30 pour la pyramide à degrés de Saqqarah, la plus ancienne. Peu de monde sur les lieux, deux ou trois groupes et c’est tout. Très peu de vendeurs à la sauvette, police partout, le site est très sécurisé. Ce qui n’empêchera pas Corinne de se faire alpaguer dès les premières minutes de notre arrivée et de se retrouver assise sur un âne pour une balade sur le site, je me retrouverai derrière elle par la force des choses, le tout pour vingt euros que je finirai par lâcher, vaincu par le soleil brûlant et les palabres des propriétaires de la bête… Pas de vendeurs mais les gardiens des tombes demandent des euros pour faire visiter, là aussi les sommes demandées sont élevées et nous refuserons, lorsque cela nous semble exagéré. Tant pis !

20180610_081911.jpg P1180822.JPG
P1180813.JPG P1180837.JPG
P1180839.JPG
Nous quittons Saqqarah pour aller visiter le muséum du papyrus à Gizeh, qui n’est autre qu’une superbe boutique où l’on vous donnera toutes les explications pour la création des papyrus avant de vous proposer d’acheter ceux exposés. Libre à vous d’acheter ou pas. Départ, ensuite, pour les pyramides de Gizeh. Visite du plateau à pied puis balade d’une trentaine de minutes, à dos de chameau. 15 euros/pax. Une balade souvent décriée sur les forums, mais, à notre avis, vraiment à faire, tant c’est sublime. Photos magnifiques assurées. Les pyramides sont bien plus belles et intéressantes vues depuis le désert, et la balade à dos de chameau est parfaite pour ça. Petit détail, il faisait 41 degrés lors de notre arrivée.

20180610_083503.jpg 20180610_090934.jpg
 20180610_091353.jpg 20180610_085529.jpg
20180610_094849.jpg

Nous poursuivons par le Sphinx, splendide, écrasé de soleil et de chaleur. Aucun harcèlement à signaler à Gizeh. Police très présente et site sécurisé. Nous irons déjeuner dans un restaurant de Gizeh, dont j’ai oublié le nom, en face de pyramides, 420 L.E pour deux. Notre guide Mona nous emmènera, pour terminer, prendre le café dans la vieille-ville, une belle expérience. Nous finirons la journée par trois heures d’attente à la gare de Gizeh, notre train de nuit pour Louxor arrivant à 20h00. On passe le temps au bar de la gare. Le train arrive enfin et là, belle surprise. Cabine double avec point d’eau, dîner et petit déjeuner, le tout très bon, très propre.

P1180889.JPG P1180902.JPG
P1180960.JPG

20180610_122433.jpg

 Nous passerons les jours 4-5-6-7-8 dans la vallée du Nil entre Louxor, Assouan et Abou Simbel. Un programme que vous pouvez découvrir dans le second volet de ce trip en Egypte.

20180610_120558(0).jpg 20180610_121108.jpg
20180610_113202.jpg 20180610_124610.jpg
P1180966.JPG
Jour 9 : Gizeh. Mona, notre guide des premiers jours, doit nous récupérer à la gare pour une nouvelle visite du Caire, dont le musée, le souk et les cimetières (allez savoir pourquoi…) où vivent des millions de personnes qui n’ont d’autres solutions pour se loger. Une soirée spectacle de danse soufis devrait clôturer la journée puis dernière nuit au Caire à bord d’un hôtel flottant le Nil View Zamālek, réservé sur Booking.com 79 euros hors taxes. Nous arrivons en gare de Gizeh avec 30 minutes de retard. Mona et son chauffeur nous attendent sur le quai. Passées les retrouvailles nous partons pour la citadelle Salah El Din avec en son enceinte la mosquée Mohamed Ali. L’ensemble est très beau, il y a beaucoup de monde, surtout des Egyptiens, jeunes et curieux. Une belle visite que l’on conseille.

P1190009.JPG
Corinne est malade, victime de la tourista. Nous décidons donc de rentrer à l’hôtel pour qu’elle puisse se reposer et récupérer un peu avant la soirée danse soufis à 18h00. Déjeuner sur le pont supérieur du Nil View où est installé un écran géant qui diffuse les matchs de la coupe du monde. Et coup de bol pour moi, c’est pile-poil l’heure où la France va jouer… 17 heures, Mona à laquelle s’est joint Ibrahim, vient nous récupérer devant l’hôtel. Puis nous partons direction la vieille ville, mais manque de chance, le spectacle n’a pas lieu ce soir. Pour compenser, Mona et Ibrahim nous emmènent visiter la vieille ville en soirée, prendre un verre dans un superbe bar fréquenté uniquement par les locaux, un vrai plaisir. Puis visite de la mosquée, qui est fermée, mais qu’une poignée de billets suffit pour faire ouvrir les portes comme par magie. Nous sommes seuls, avec Mona. Nous visiterons ensuite une deuxième mosquée avant de nous perdre dans les ruelles noires de monde, car c’est la fête ce soir, c’est la fin du ramadan. Nous finirons la soirée dans un restaurant local et typique, très bon. Retour ensuite à l’hôtel où j’en profiterai pour regarder un nouveau match.

P1190019.JPG 20180610_161023.jpg
20180610_194801.jpg 20180610_182010.jpg
20180610_201053.jpg 20180615_190517.jpg
Jour 10 : petit déjeuner à l’hôtel avant de partir, à 8h00, pour la visite du Musée du Caire que nous n’avons pu faire la veille. Une visite passionnante qui nous prendra trois heures mais qui comme tous les musées aurait mérité bien plus. C’est l’endroit où nous croiserons le plus de touristes. Nous rejoindrons l’aéroport, 30 minutes de route, à l’issue de la visite à 13h00, car notre vol retour est prévu à 15h30.

20180616_103219.jpg 20180616_110520.jpg
20180616_182002.jpg 20180616_185841.jpg
20180616_191948.jpg

Fin de ce premier volet Egyptien, merci de m’avoir lu et à bientôt pour un nouveau carnet de route. N’oubliez pas d’aller visiter le second volet consacré à la vallée du Nil.

20180616_192011.jpg 20180616_184744.jpg
P1200231.JPG P1200224.JPG
Le Caire et Alexandrie : point de vue féminin, le voyage vue par Corinne.

Le Caire vu d'avion s'étend à perte de vue...Les chiffres concernant sa population sont effarants, on parle du plus grand bidon ville du monde, de millions de personnes qui vivent dans les cimetières car il y a une crise du logement incroyable, d'enfants enlevés à leurs parents pour nourrir le trafic d'organes, de la drogue qui empoisonne la jeunesse, de l'eau qui commence à manquer pour cultiver le riz ou le papyrus...On se dit qu'il y a ici un échantillon criant de la catastrophe écologique annoncée dont tout le monde parle, mais que les politiques continuent à ignorer...On se demande comment stopper le processus d'auto-destruction . C'est sur, il y a de quoi se poser des questions existentielles...

Je conseille l'hôtel Méridien avec vue sur les pyramides, c'était très bien ! Je ne pensais pas que la ville s'était autant rapprochée des pyramides, (seules survivantes des 7 merveilles du monde) et du Sphinx, c'est pourquoi il ne faut absolument pas hésiter à faire la balade à dos de chameau pour oublier notre civilisation moderne et profiter pleinement de ces édifices pharaoniques ! 

J'aurais aimé passer plus de temps au musée du Caire, l'Egyptian Museum,  j'espère revenir pour découvrir le nouveau musée dont la construction est loin d'être terminée... Tout y est magnifique ! J'ai bien aimé aussi la visite de la Citadelle...La visite des mosquées...La découverte en soirée du Vieux Caire et ses échoppes envahies par la foule...

J'ai juste regretté de ne pas avoir vu le spectacle des derviches tourneurs de l'At Tannourra Egyptian Heritage Dance Troup, comme c'était prévu au programme.

20180609_102742.jpgJ'ai trouvé l'air bien moins pollué qu'à New Delhi ou à Bangkok ,et ce malgré la chaleur. On a été super bien accueillis partout où nous sommes allés. Aucune agressivité, mais je dois reconnaître que nous étions bien entourés par Ibrahim représentant de l'agence et Mona notre guide Egyptienne, qui avec notre chauffeur connaissaient par coeur le répertoire de la diva Oum Kalsoum !  

 J'avais oublié que la ville d'Alexandrie devait son nom au grec Alexandre Legrand, qui fit de la cité la 3ème du monde méditerranéen après Athènes et Rome. Il mourut en 323 av.J-C. et son tombeau est aujourd'hui enterré sous les fondations de la ville moderne. A sa mort, Ptolémée un des généraux macédoniens d'Alexandre fit de la ville sa capitale et fonda une dynastie qui allait durer 3 siècles. Le phare, l'une des 7 merveilles du monde s'écroula suite aux tremblements de terre et la bibliothèque partit en fumée, remplacée aujourd'hui par une médiathèque monumentale, tandis qu'à l'emplacement du phare se dresse le fort de Qaytbay qui a été magnifiquement restauré et qui vaut vraiment le détour. Au coeur de la cité antique se dresse l'incroyable colonne de Pompée, le seul vestige de l'acropole de Ptolémée. Les catacombes de Kom As Shuqafah constituent la plus vaste nécropole égyptienne de période romaine (IIème siècle aaprès J.C), j'ai trouvé le site magnifique et le mélange de style mi -greco-romain mi-egyptien unique ! 

J'avais imaginé une ville plus exotique, j'ai été un peu déçue en arrivant après avoir traversé des paysages désertiques. La ville en elle-même n'est pas belle et ses abords ressemblent à un champs de ruine, mais il aurait été dommage de ne pas venir car les sites à visiter sont très intéressants.

P1200145.JPG P1200147.JPG
P1200149.JPG P1200164.JPG
20180617_082755.jpg
Ci-dessous, un bonus photos :  comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir. Vous pouvez également consulter l’ensemble des montages photos de ce trip en cliquant sur l’onglet Moyen-Orient dans albums photos.

 

Eric

P1200251.JPG

 

P1200311.JPG P1200312.JPG P1200316.JPG
P1200327.JPG P1200328.JPG P1200361.JPG

P1200370.JPG

P1200326.JPG
P1180539.JPG

P1200404.JPG

P1200396.JPG

P1200360.JPG

P1180685.JPG

P1180854.JPGP1180844.JPG
20180609_155535.jpg

P1180572.JPG

20180610_085020.jpg

P1180859.JPG
P1180896.JPG

P1180972.JPG

P1180941.JPG
P1190005.JPG

P1180992.JPG

P1190015.JPG

P1200158.JPG

P1200175.JPG
P1200241.JPG

20180616_104719.jpg

20180616_182002.jpg

P1200409.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


12/02/2020
1 Poster un commentaire