VOYAGES EN EQUILIBRE...

VOYAGES & CARNETS DE ROUTE


Panama, et au milieu coule un canal...

P1210596.JPGAprès le Nicaragua, le Guatemala et le Belize, qui nous ont fait aimer l'Amérique Centrale, c'est tout naturellement que m'est venue l'idée de proposer à Corinne de découvrir le Panama. Une destination pas vraiment touristique dans le sens du terme, mais qui nous a enchantés par ce qu'elle nous a proposé, par la diversité de ses paysages, sa capitale,  son accès à deux océans, ses plages sauvages, sa flore, sa faune et bien sûr son canal... Un choix qui au final s'avèrera être la plus belle des surprises, tant nous avons été conquis par ce pays et la gentillesse de ses habitants.

Un voyage, une aventure, que je vous propose de découvrir avec le carnet de route ci-dessous. Vous pouvez également consulter l'intégralité de ce trip  en photos, en  cliquant sur l'onglet Amérique Centrale dans Albums photos puis sur Panama où en cliquant tout simplement sur le lien suivant : https://www.1destination2voyages.com/photos/panama

Petit rappel: toutes les photos du blog peuvent être agrandies à la taille de votre écran par un simple clic gauche directement sur la photo.

20181219_095817.jpg

Préparation : forums de voyages internet : Voyage forum, Guide du routard, Lonely Planet.

Une préparation de voyage un petit peu moins aisée que d’autres à cause du peu de participation pour cette destination sur les forums, surtout lorsque l’on sort des sentiers battus et des sites touristiques.

Guide papier en français : Petit Futé, bon guide, mais pas vraiment à jour, qui nous a quand même bien aidés à préparer notre trip. Mais également le guide papier Rough Panama, en anglais.

P1210867.JPGBillets d’avions : réservés sur le site d’Air France, sept mois à l’avance. 605 euros (mais pour obtenir ce prix, nous avons utilisé nos miles Flying blue) par personne l’aller-retour au départ de Nice, via Paris Charles De Gaulle. Vous pouvez trouver moins cher, mais avec des horaires moins confortables et un temps de voyage plus long.  Si vous transitez par les États-Unis, n’oubliez pas de faire votre ESTA avant de partir.

P1210757.JPG P1220216.JPG

 Argent : nous sommes partis avec des dollars et nos CB. La monnaie locale est le Balboa mais le dollar est accepté partout et remplace parfois complètement le Balboa. On vous rendra la monnaie soit en dollars soit en Balboas. Les cartes bancaires Mastercard, Visa  et Américan Express sont acceptées par la plupart des établissements et distributeurs de billets. Le mieux est encore d’avoir les trois car certains distributeurs n’acceptent que la Visa et d’autres que la Mastercard. L’American express n’est pas non plus acceptée partout.

P1240565.JPG P1250450.JPG

P1250353.JPG

 Hébergement : Nous avons effectué toutes nos réservations, à l’avance, sur le site Booking.com. Cela nous a permis de faire de réelles économies par rapport aux prix constatés sur place.

P1240926.JPG

 Santé : Nous sommes partis avec, comme toujours, notre propre trousse à pharmacie et un très bon répulsif anti-moustique, bien que nous n’ayons pas été, à proprement parler, vraiment embêtés par ces bestioles, malgré la jungle et les zones humides où nous sommes allés. Sans oublier, bien-sûr, avant de partir, les visites préventives, médecin / dentiste, qui peuvent vous éviter bien des désagréments pendant votre trip.

P1250651.JPG

P1210323.JPG P1250635.JPG

Transports : Pour les longs trajets, nous avons utilisé les bus, très confortables et économiques. Il y a également des bus locaux « les diables rouges » qui ressemblent beaucoup aux jeepney Philippins, encore moins chers mais bondés et moins pratiques, préférez leur les bus. Les taxis sont abordables et assez réglos dans l’ensemble, nous les avons beaucoup utilisés sans aucun souci. Toujours demander le prix avant de monter. Nous avons également utilisé les ferrys et les lanchas. Vous trouverez partout, et à divers tarifs, des navettes proposées par les agences de tourisme.

P1210337.JPG Nourriture : Nous avons aimé la cuisine locale, (mais toute les cuisines sont représentées), beaucoup de viande rouge, de poulet, mais aussi des poissons et crustacés, pour un prix plus où moins abordable selon le lieu et l’établissement. Attention aux taxes non incluses et aux tips qui peuvent vite faire monter l’addition. Côté boissons, il ne manque rien, le rhum est excellent et la bière fraiche à souhaits…

20181120_102832.jpg 20181120_102748.jpg

20181121_143608.jpg 20181121_181834.jpg
Sécurité : Nous n’avons rencontré aucun problème, mais nous avons, comme toujours, respecté les précautions d’usage, en évitant certains lieux à certaines heures ou en évitant de faire étalage de nos, petites, richesses, bijoux ou autres appareils numériques qui pourraient susciter la convoitise. Les forces de l’ordre sont assez présentes, y compris dans les coins les plus reculés, et les contrôles nombreux, gardez toujours votre passeport (où au moins une copie plastifiée) sur vous.

P1210219.JPG
Canal de Panama : L’entrée du site des écluses de Miraflores coûte 20 $/pax. Elle permet d’observer le passage des navires et d’accéder au musée du canal. Si, comme nous, vous souhaitez également effectuer une traversée totale ou partielle du canal, pensez à vous y prendre à l’avance pour la réservation. Comptez 250 $/pax pour une traversée partielle de Gamboa à Panama Ciudad. https://www.pmatours.net/pacific-queen/panama-canal-tour-schedules.html

 

P1210792.JPG P1220697.JPG
Le trip :

 Jour 1 : Départ dimanche 18 novembre à 10 heures 20 de l’aéroport de Nice Côte d’Azur. Vol Air France 7701 à destination de Roissy Charles De Gaulle. Deux heures de transit plus tard, nous repartons, à 13 heures 45, toujours avec Air France, vol 7404, pour le Panama. Arrivée prévue à Tocumen airport à 19 heures locales. Il y a 6 heures de décalage horaire avec la France. Un vol de jour de onze heures en option sièges duo, 30 euros / pax, sans problème particulier sinon quelques turbulences. Signalons la qualité du service effectué par le personnel navigant d’Air France qui a su allier efficacité, disponibilité et sourire. Tocumen, après le passage des services de l’immigration et des douanes, nous rejoindrons le taxi qui doit nous conduire à l’hôtel Panama Eurostars et que nous avons réservé en ligne auprès de l’établissement, 35 $, environ 30 minutes de trajet. Le prix d’un taxi entre l’aéroport varie entre 35 et 40 $. Enregistrement rapide à la réception de l’hôtel Eurostars. Notre chambre au seizième étage est superbe avec une vue imprenable sur la Skye line de Panama. Fatigue plus jet lag, nous sombrons rapidement dans le sommeil.
P1210209.JPG

 

P1210102.JPG P1210231.JPG

 Jour 2 : réveillés à 6 heures, merci le jet lag, nous nous préparons et rejoignons le 26 ème étage, où se trouve le restaurant de l’hôtel, afin de prendre le petit déjeuner. Nous en profiterons pour faire un saut au 27 ème où se trouve la piscine. La vue depuis la terrasse est à couper le souffle et à 360 degrés. On clique quelques photos et nous quittons l’hôtel pour nous rendre au Cerro Anco, une colline recouverte de jungle aux portes de Panama. Nous avions prévu de prendre un taxi, mais le tarif de 20 dollars annoncé par ceux attendant le client devant l’hôtel nous en dissuade, d’autant plus que nous savons que le prix normal est de 8 à 10 dollars maxi. Tant pis, ni une ni deux et nous voilà partis à pied pour rejoindre le Casco Viejo. Un choix gagnant qui nous fera découvrir la très belle promenade mixte, cyclistes-piétons, et le Casco Viejo en un peu plus d’une heure de marche, arrêts photos compris. Une très belle balade, à faire absolument, qui offre de superbes points de vue sur la ville. Le tout dans un environnement très propre et sécurisé. Les forces de l’ordre sont très présentes. Arrivés aux portes du Casco Viejo, nous prendrons un taxi qui pour 5 dollars nous conduira à l’entrée du sentier, en fait une petite route goudronnée interdite aux véhicules, le parcours qui monte tout au long au travers d’une jungle magnifique, offre de superbe miradors sur la ville et l’océan. Mais alors que nous sommes à mi-chemin, la pluie s’invite aux réjouissance. Malgré nos imperméables nous serons rapidement trempés. Pas de quoi nous empêcher d’aller jusqu’au bout et d’atteindre, sous une pluie battante, le sommet. Retour par le même chemin et recherche d’un taxi pour rejoindre le Casco Viejo. Nous en trouverons un qui après quelques « errances » nous y conduira pour 4 dollars. Déjeuner au Red, un petit resto très sympa où nous déjeunerons pour 21 dollars à deux. Nous passerons le reste de l’après-midi à visiter le vieux quartier qui est magnifique et où se trouvent plusieurs églises, très belles, que nous visiterons, et la cathédrale, malheureusement fermée pour travaux. Signalons les extraordinaires crèches de Noël présentées par certaines des églises. 18 heures, nous rentrons à l’hôtel en taxi pour 10$ et finirons la soirée au restaurant « Le Beyrout » situé à quelques centaines de mètres de L’hôtel. Un restaurant bien noté sur Tripadvisor, avec de très bons commentaires, qui s’avisera être un très mauvais plan, à oublier et à ne pas conseiller. Nuit à l’Eurostars.

P1210388.JPG P1210419.JPG

P1210448.JPG P1210455.JPG

 

Jour 3 : Levés à 5 heures 30, car nous devons rejoindre la gare de Corazelo où nous allons prendre le train du Canal pour Colon. Taxi depuis l’hôtel, 15 $ et nous arrivons à la gare où le mythique train rouge et jaune nous attend. Le train est là, mais les locaux sont encore fermés, la gare n’ouvrant qu’à 7 heures 30. Une dizaine de touristes et routards vont faire le trajet avec nous dans le wagon panoramique, tous les autres wagons sont vides. Le prix du billet est de 25 dollars l’aller simple par personne. Cela comprend en plus de la place en wagon panoramique, un petit déjeuner, très léger, avec café. Le départ est à 7h15 pour une arrivée à Colon à 8h10. Le retour au départ de Colon est à 17h30. Un voyage magique dont on rêvait et qui a tenu toutes ses promesses. Mais bien trop court à notre goût tant le train est confortable et le spectacle jungle - Canal passionnant. 8h15, nous sortons de la gare de Colon, qui n’est autre qu’un terminus sans bâtiment de gare, ni guichet, et sommes immédiatement assaillis par les taxis jaunes qui nous tournent autour comme un essaim de guêpes. Nous refusons d’abord toutes les propositions, car nous avons prévu de prendre un bus pour rejoindre Portobello pour la journée. Mais la pluie qui sévit depuis le matin, notre méconnaissance de l’endroit pour rejoindre la gare des bus et la zone pas vraiment engageante où nous nous trouvons après avoir quitté la gare, nous pousserons à écouter quelques propositions de chauffeurs. Refusant les plus exagérées, nous finirons par négocier avec un chauffeur pour une prise en charge à la journée, 70$. C’est donc sous la pluie qui redouble que nous visiterons le fort San Lorenzo et Portobello dont l’église et le petit musée des douanes, entrée 5$. Nous essaierons ensuite d’aller déjeuner au Capitaine Jack, trouvé sur le petit futé et conseillé par de nombreux sites. Mais tous sont mal renseignés ou pas à jour, car le restaurant ayant changé de propriétaires depuis plus d’un an s’appelle maintenant le Moon light. Un endroit qui ressemble plus à une auberge de jeunesse qu’à un repère de pirates… Nous y prendrons une bière avant de reprendre la route. Nous nous arrêterons pour déjeuner à la sortie de Portobello au restaurant …. Un excellent repas dans un superbe cadre au bord de l’eau et un personnel charmant, 44 $ pour deux. Notre chauffeur nous déposera à la gare des bus à 15 heures où nous prendrons un bus pour le terminal d’Albrook pour 4$ / pax. Ce sera ensuite un taxi pour nous ramener à notre hôtel pour 15$. Nous arriverons à destination seulement à 18 heures à cause des embouteillages qui bloquent la capitale du Panama. Dîner au en ville et nuit à l’Eurostars Panama.

P1210651.JPG P1210716.JPG

P1220172.JPG

  Jour 4 : Réveil à 8 heures, petit déjeuner dans une pâtisserie au pied de l’hôtel et départ à 9h00 pour le Parque Natural Metroplitano à dix minutes de la ville. Trajet en taxi, 13$, le retour se fera également en taxi mais pour 10$... Un superbe parc aux portes de la ville, entrée 4$ / pax. Il y a aussi une jolie serre à papillons à visiter à l’entrée du parc, 5$/pax. Plusieurs randonnées possibles, accessibles à pratiquement tout le monde et à toutes les conditions physiques. Nous choisirons de faire le parcours complet en trois heures de marche avec le mirador comme point d’orgue. Un mirador du haut duquel vous aurez une vue magnifique sur la ville de Panama. Il fait beau, très chaud (prévoir de l’eau !). Nous verrons quelques bestioles, des rongeurs, des insectes et autres papillons. Pour voir des animaux dont les paresseux et certains oiseaux, il faut venir très tôt le matin. Lors de notre passage, il y avait très peu de monde, seulement 6 randonneurs enregistrés à 9 heures. Une belle rando donc, qui fera l’objet d’un carnet à part sur le Blog. Retour à l’hôtel à midi et déjeuner dans un petit restaurant colombien à proximité pour 20 $. Nous consacrerons l’après-midi à nous balader en ville, avec visite de l’église del Carmen et d’une autre dont j’ai oublié le nom, d’un peu de shopping et marche jusqu’à la tour F & F pour photographier son architecture particulière.  Nous finirons la soirée au Hard Rock café avant de rentrer en taxi à l’hôtel.

P1210333.JPG P1210353.JPG P1210371.JPG
P1220115.JPG P1220305.JPG
Jour 5 : Petit déjeuner pris comme la veille à la pâtisserie en bas de l’hôtel. Nous faisons nos bagages et libérons la chambre à 8h30. Devant le prix prohibitif des taxis de l’hôtel, 100$ pour nous rendre à Paraiso (25 km) nous prenons un taxi jaune pour rejoindre la gare des bus d’Albrook. Le chauffeur, très sympa, nous informe que le seul bus pour Paraiso part dans l’après-midi, mais qu’il peut nous y conduire pour 20$. Nous acceptons, il est très sympa et prenons ses coordonnées pour le rappeler en cas de besoin. 9h30, nous voilà à l’hôtel Radisson Summit à Paraiso. Un superbe hôtel isolé au milieu de la jungle, pas très loin des écluses de Miraflores. Chambre en petit déjeuner à 40 euros la nuit sur Booking et en offre spéciales... Très bien. On prend nos aises et on se prépare à rejoindre les écluses par la navette gratuite. Midi, après une petite balade dans le parc du Radisson, nous partons pour les écluses de Miraflores. Retour prévu à 15 heures 30, ce qui nous laisse plus de trois heures pour profiter du site, et quel site ! Prix d’entrée : 20 $ / pax. Ce qui donne droit à un film historique, l’accès au musée du canal et surtout l’accès aux terrasses d’observation des navires qui empruntent le canal. Du lourd de chez lourd, même pour les plus blasés. Voir ces monstres des mers franchir les écluses est un spectacle grandiose et impressionnant. Un carnet spécial sera dédié au canal par la suite. 16 heures, retour à l’hôtel pour une courte pause d’une heure, car nous avons rendez-vous pour une rando motorisée en voiturette de golf qui permet de voir les animaux avant la tombée de la nuit. Nous verrons surtout des oiseaux, des rongeurs et une sorte de fourmilier. Nous verrons également caïmans et tortues dans l’étang du golf. Retour à l’hôtel et dîner au restaurant, le seul, de l’établissement. Nous nous contenterons d’une pizza pour accompagner nos bières, le restaurant restant le point faible de l’hôtel.

P1210760.JPG P1210984.JPG
P1220464.JPG



Jour 6 : Petit déjeuner à l’hôtel et départ à 8h00, avec la navette du Radisson, pour le Gamboa Rainforest Resort. La navette est payante et a été réservée la veille. Nous avons prévu une journée jungle avec tout d’abord le téléphérique de la canopée qui est géré et appartient à l’hôtel Rainforest. Quatre départs par jour, à 9h00, 10h30, 13h00 et 15h30. Tarifs : 40 $ par personne, c’est cher, c’est vrai, mais nous pensons que si vous en avez les moyens cela vaut vraiment le coup et le coup d’œil. Le téléphérique mesure 1200 mètres et avance à 1mètre seconde, silencieusement, au sommet de la canopée. La vue est à couper le souffle, c’est vraiment intéressant. Nous verrons différentes sortes d’oiseaux dont un toucan. Un guide accompagne chaque nacelle. Il / elle, distribue ses commentaires sur la jungle et le canal. Une fois au sommet (600 mètres), nous suivons le guide jusqu’à une tour d’une trentaine de mètres de haut (la canopy tour) d’où la vue à 360 degrés sur la jungle, le canal de Panama et le rio Chagres est saisissante. Pour terminer, nous redescendrons en téléphérique jusqu’à la base de départ. Le tour complet aura duré une heure trente environ. Il fait beau et chaud et nous décidons de retourner au Rainforest, à pieds, pour se balader un peu et profiter de la jungle qui est partout. De nombreux sentiers de randonnées traversent le parc de la Sobreania où se trouve le Rainforest Resort. Nous visiterons, au passage, un terrarium à ciel ouvert de grenouilles dendrobates, une serre à papillons et le centre de protection des paresseux, adorables mammifères qui semblent éternellement dormir… Nous rencontrerons également un iguane et de nombreux oiseaux. Nous déjeunerons (21 $ pour deux) sur la magnifique terrasse du Rainforest avec vue sur le rio Chagres. Nous partirons ensuite randonner sur les sentiers du parc où nous aurons la chance d’apercevoir, juste au-dessus de nous une famille de singes hurleurs, ainsi que des lézards et des grenouilles. 16 heures, nous rentrons au Rainforest pour manger une glace, bien méritée, en attendant la navette du Radisson qui doit nous récupérer à 17 heures. Nous y serons à 18 heures et profiterons de la piscine pour clore cette magnifique journée. Dîner au restaurant du Radisson, 38 $. Rien n’a changé depuis la veille mais nous n’avons pas le choix.

P1220121.JPG P1220412.JPG
P1220109.JPG P1220327.JPG

 Jour 7 : traversée partielle du canal de Panama en bateau depuis Gamboa pour rejoindre le Pacifique et Panama city. Départ avec la navette à 10 heures pour la marina de Flamenco. Il nous faudra une heure pour rejoindre la marina à cause des bouchons. Arrivés à 11 heures, nous récupérons nos places, réservées à l’avance sur Viator, et embarquons à bord du bus qui va nous conduire jusqu’à la marina de Gamboa où nous devons embarquer à bord du Pacific Queen pour la traversée du canal. Une centaine de personnes font le trajet avec nous. Midi, nous voilà arrivés mais pas encore autorisés à accéder à la marina. Tout le monde descend des bus et patiente n’importe où car nous si nous sommes bien à Gamboa, nous sommes au milieu de nulle part… Il fait très chaud, chacun prend l’attente avec le sourire et à 13 heures nous embarquons à bord du Pacific Queen pour un transit partiel du canal de Panama de Gamboa, côté caraïbes, à Panama city côté Pacifique. Un trajet de presque six heures qui nous fera passer par les écluses de Pedro Miguel et Miraflores. Accompagnés tout au long par d’énormes navires qui transitent depuis l’Atlantique. Une expérience inoubliable que nous recommandons. Repas à bord, boissons non alcoolisées à volonté, goûter et musiciens, rien ne manquait à cette journée. Nous arriverons à la marina de Flamenco, terme du voyage, à 18 heures. Le chauffeur de la navette de l’hôtel nous attend pour rentrer, de nouveau dans les embouteillages, jusqu’au Radisson. Dîner au restaurant de l’hôtel (20 $) et une bonne nuit de repos car la navigation et le soleil brûlant… ça fatigue ! La traversée du canal fera l’objet d’un carnet spécifique avec de nombreuses photos.

P1220662.JPGJour 8 : journée avec les indiens Emberas. Réservation effectuée deux jours plus tôt au bureau d’excursion de l’hôtel auprès de l’agence Arians tours. 230 $ pour deux, transport et repas de midi compris. Le départ se fait à 7h45, retour vers 15h30. À l’heure prévue, Juan Antonio, notre guide chauffeur, viens nous chercher directement à l’hôtel avec un pickup et nous prenons la route vers le parc Chagres. Juan est un bon vivant drôle et agréable que tout fait rire. Nous ferons un arrêt au marché pour acheter des fruits pour les Emberas puis nous roulerons dans une zone assez pauvre vers l’entrée du parc. Une entrée certainement difficile à trouver si vous ne connaissez pas. Nous ferons une nouvelle halte à l’entrée du parc pour nous enregistrer et visiter un petit musée dédié au parc Chagres. Puis nous reprenons la route jusqu’à son terme, en bordure du rio Chagres où nous attendent les indiens Emberas avec une pirogue. Nous embarquons et l’aventure commence. Les eaux du rio sont très hautes, la faute aux fortes pluies qui sévissent sur la région depuis quelques temps. La pirogue trace sa route en direction du village Emberas. Un spectacle grandiose que de remonter le rio Chagres dont les berges sont recouvertes d’une jungle épaisse qui descend jusque dans l’eau. Nous ne ferons, pour l’instant, que passer devant le village car Juan a décidé de nous faire profiter des chutes d’eau tant que celles-ci sont encore désertes. Quel spectacle et quel bonheur de se baigner au pied des chutes, dans une eau agréable, comme si nous étions seuls au monde. D’autant plus que pour y accéder il faut suivre un bras du rio Chagres qui serpente au milieu d’une jungle magnifique. La baignade terminée, nous reprendrons la pirogue pour rejoindre le village Emberas où nous sommes accueillis au son de la musique et des danses Emberas. Nous visiterons le village avant de d’assister à un spectacle de danses proposé par la communauté. Nous participerons même aux danses, rigolade assurée. Nous irons ensuite déjeuner alors qu’un orage éclate. Le repas est simple, bananes plantains frites et poisson, également frit, mais délicieux. On en profitera pour se faire tatouer par les indiens, comme eux, avec une sorte d’encre bleue qui selon Juan doit tenir dix jours avant de s’effacer. Et c’est déjà l’heure de rentrer. Nous quittons les Emberas et embarquons à bord de la pirogue pour un retour au pickup. Sur le chemin du retour, Juan fera un détour pour nous montrer le barrage du rio Chagres. Arrivés à l’hôtel, nous repartirons en randonnée sur le trail Summit dans le parc du Radisson. Une rando technique et difficile qui nous prendra trois heures… Retour à la chambre pour un moment de repos et soirée au restaurant de l’hôtel.

P1220768.JPG P1220784.JPG
P1220838.JPG

 Jour 9 : On traine un peu au lit avant d’aller prendre le petit déjeuner. Nous avons réservé la navette pour rejoindre Panama à 10 heures. Mais le temps passe vite, à peine revenu du breakfast qu’il faut déjà fermer les sacs. 10 heures, notre chauffeur est là, il va d’abord nous conduire à l’hôtel Eurostar où nous devons récupérer des affaires oubliées lors de notre précédent passage, puis il nous déposera à l’Océan View Amador où nous allons passer deux nuits. Hôtel réservé sur Booking à 45 euros la nuit en petit déjeuner. Situé sur le Causeway il se trouve à quelques centaines de mètres de l’ile Flamenco où se trouve l’embarcadère du ferry pour Saboga Island que nous devons rejoindre dans deux jours. Un petit hôtel sans prétention dont la qualité principale est d’avoir vue sur le canal de Panama et les bateaux qui s’y engagent. 13 heures, nous louons des vélos à proximité de l’hôtel, 5 $/ heure, et partons déjeuner à Isla Flamenco. Nous choisirons un restaurant sur le port face à la Skye line de Panama City. Une salade de fruits de mer, très fraîche, et deux bières, 21 $, et nous repartons pour l’écomusée que nous souhaitons visiter. Situé à l’autre bout du Causeway, à hauteur du pont des Amériques, il nous obligera à pédaler contre le vent, en plein chaleur, sous un soleil brûlant. Pas de bol, le musée est fermé le lundi… Qu’à cela ne tienne, nous repartons en direction du pont des Amériques pour tirer quelques photos. Puis retour sur l’Océan View pour rendre les vélos. Nous arrivons épuisés par la chaleur, mais coup de bol, il en faut pour réussir un bon trip, un glacier se trouve juste à côté. N’écoutant que notre instinct de survie (où notre gourmandise), nous nous y installerons pour déguster de très bonnes glaces italiennes. Deux heures de repos dans la fraîcheur de la chambre à regarder passer les bateaux et nous repartons dîner au Ranchita, un restaurant sur le port. Nous rentrons tôt car demain c’est la journée San Blas et nous devons nous lever à 4 heures…

P1230038.JPG
P1230100.JPG P1230123.JPG
P1230115.JPG P1230108.JPG
P1230119.JPG 

Jour 10 : îles San Blas. Départ de l’hôtel en 4X4 à 6 heures 45. Nous récupérons deux autres couples dans des hôtels du centre de Panama et prenons la route pour les San Blas. Notre chauffeur fait un arrêt devant un supermarché pour que nous puissions acheter de quoi boire et manger. Et c’est parti pour une route directe jusqu’à l’embarcadère géré par les indiens Guna Yala. Et quelle route ! Sinueuse et défoncée par endroits, elle serpente à travers la jungle. Une route magnifique pour moi, une route infernale pour ceux qui sont malades en voiture, et le trajet dure presque trois heures. Après plusieurs contrôles dont ceux des passeports, nous arriverons enfin à l’embarcadère et embarquons sur une barque à moteur pour visiter une première île. Un stop de trois heures trente qui nous permettra de faire du snorkeling et de profiter de l’ile magnifique. Belle plage de sable blanc, beau coraux et eau transparente, que du bonheur. 13 heures 30, nous repartons pour une deuxième ile où nous allons déjeuner. Nous ferons un stop en route, sur un haut fond de sable où nous pourrons nous baigner. La seconde ile est à l’image de la première, magnifique. Le déjeuner très bon également. Nous resterons deux heures et profiterons de nouveau de la baignade. 15 heures 30, retour à l’embarcadère (45 min de bateau) et nous serons raccompagnés à notre hôtel où nous arriverons à 19 heures 30, à cause des embouteillages. Une superbe journée, que nous conseillons fortement, réservée en ligne auprès de www.sanblastrip.com pour 220$ pour deux, tout compris. Dîner, comme la veille au Ranchita pour 25$.

P1230145.JPG P1230151.JPG
P1230157.JPG P1230179.JPG 

Jour 11 : Départ à 6 heures 30 de l’hôtel pour la marina Flamenco où nous récupérons nos billets de ferry pour l’île de Saboga, réservés pour nous par Josie la propriétaire du BnB « La Casita Azul » où nous allons passer trois jours pour 270$. Tarif du ferry : 180 $ / pour deux en AR. Une heure et demie de traversée et nous débarquons à Saboga où Josie nous attend avec une amie et … un quad avec benne pour le transport des bagages. La première impression est bonne, l’île est bien verte, les plages superbes et apparemment très peu fréquentées… Notre logement entier est très beau, face à l’île de Contadora. Après un café avec Josie, nous partons à pied au village faire quelques courses pour déjeuner. Un peu de farniente en début d’après-midi et nous partons à la découverte de l’île. Il fait très beau et très chaud. Nous irons jusqu’à une plage à laquelle on accède en suivant un sentier qui serpente à travers la jungle ; une plage immense recouverte de coquillages face à de petites iles et entourée par la jungle. Nous sommes seuls, c’est très beau. Nous décidons ensuite de rejoindre le Beach Club, un club de plage qui fait restaurant que l’on nous conseillé. Une marche de plus de trente minute sur une route vallonnée, tracée à travers la jungle jusqu’au club. Entre les passages boueux, nous sommes en tongs…, et la chaleur étouffante, la marche devient vite assez éprouvante. Nous finissons par arriver mais le club de plage est fermé, dévasté par les récentes pluies. Tant pis, l’endroit est superbe, on en profite pour prendre quelques photos. La nuit tombe et nous pressons le pas pour rentrer à la Casita Azul. Le Beach club fermé, il ne reste plus qu’un seul restaurant d’ouvert sur l’ile, tout petit, trois tables à peine et un seul plat proposé. Nous faisons donc des courses dans une épicerie du village et dînerons au BNB.

P1230219.JPG P1230224.JPG P1230474.JPG
P1230235.JPG

Jour 12 : Petit déjeuner au restaurant du village pour 7$ et nous partons pour la playa Bianca. Comme la veille, nous suivons un sentier à travers la jungle pendant une trentaine de minutes et arrivons la plage blanche, merveilleux endroit que nous classons parmi les plus belles plages que nous avons eu l’occasion de voir depuis que nous voyageons. Nous sommes seuls, la plage, la jungle, le monde nous appartiennent, un rêve, un régal… Nous y resterons jusqu’à 13 heures partageant notre temps entre baignades et balades sur le sable. Retour ensuite à la Casita Azul pour déjeuner. Un peu de farniente en début d’après-midi et nouvelle rando découverte… Pour moi, car Coco est crevée et préfère rester « at home » pour lire. Me voilà donc parti pour une balade de deux heures sur la plage del pueblo et jusqu’à l’embarcadère du ferry. La marée est encore basse, je suis seul, coco et coquillages… Que du bonheur. Dîner à la Casita Azul.

P1230260.JPG P1230443.JPG
P1230408.JPG P1230295.JPG
Jour 13 : Petit déjeuner au village et départ pour la playa Larga qui se trouve à 45 minutes de marche à travers la jungle. Il fait très chaud et c’est avec un immense plaisir que nous arrivons sur la plage. Une plage immense, une carte postale où sable blond, bleu de la mer et blanc de l’écume des vagues se mélangent sous un soleil de feu. Nous sommes seuls, aucune trace de pas sur la plage, d’énormes troncs très photogéniques sont échoués ça et là, rajoutant à la sensation d’aventure. Nous nous baignons, il y a de belles vagues et nous nous amusons comme des fous… Nous reprenons ensuite la route, ou plutôt le sentier, qui part à l’autre bout de l’île et revenons sur le village par le bord de mer en escaladant les rochers découverts par la marée basse. Nous en profitons pour découvrir la plage du village, la playa Grande. Retour à la Casita Azul pour la dernière soirée.

P1230374.JPG P1230481.JPG
P1230472.JPG P1230387.JPG 

Jour 14 : Petit déjeuner maison et départ tôt pour une dernière baignade et visite à la playa Bianca jusqu’à midi. Notre ferry pour Panama city est à 15 heures, nous avons le temps… Déjeuner à la Casita Azul et petite sieste bien méritée. 15 heures Josie, notre hôte, transporte nos sacs avec son quad jusqu’à l’embarcadère que nous rejoignons à pied. 16 heures, départ en ferry pour Panama city, juste après un dernier contrôle de la police militaire qui nous fera ouvrir nos sacs sur le quai. À ce sujet, pas mal de contrôles, donc gardez vos passeports à portée de mains et évitez de ramener des coquillages ou, pire, d’autres substances interdites. Vous êtes prévenus. Bye Bye Las Perlas et bonsoir Panama City où nous arrivons à 17 heures 30. Taxi jusqu’au vieux Panama, 10 $, et nous descendons pour une nuit à l’hôtel Casa Panama, très bien placé à l’entrée de la vielle ville. Réservé sur Booking, 68 $. Un bel hôtel sympa, pour s’amuser, surtout un samedi soir… Nous irons dîner dans un restaurant argentin, situé derrière la cathédrale et dont j’ai oublié le nom. Un superbe resto, à la déco géniale, qui sert de très bonne viandes. Nous avons testé le rhum panaméen, une fois, deux fois, trois fois… Oups, c’est moi où le chemin du retour à l’hôtel a été plus long qu’à l’aller ?

P1230534.JPG P1230560.JPG
P1230548.JPG P1230572.JPG

Jour 15 : Journée de voyage. Nous partons, après le petit déjeuner, en taxi (10$) pour le terminal des bus d’Albrook où nous allons prendre un bus pour Horacinto à 30 bornes de David et de là rejoindre Boca Chica pour prendre une lancha et rejoindre l’éco-hôtel Boca Brava dans le parc national marin du Chiriqui. Départ à 9h00 et arrivée à 16h00, 7 heures de route sur la Transaméricaine, 21 $ pour deux dans un bus très confortable. Arrivée à Horacinto, un croisement de route où il n’y a rien, nous aurons la chance de tomber sur un taxi qui nous conduira à Boca Chica (23 km) pour 12$. La lancha jusqu’à l’hôtel coûte elle 3 $ / pax. 17 heures 30, nous sommes installés, c’est magnifique, il n’y a personne, la vue sur le Pacifique est très belle et les cris des singes hurleurs se font entendre tout autour de nous. Soirée et resto au bistro de l’éco-lodge et son incroyable terrasse. De toute façon nous n’avons pas le choix, il n’y a rien d’autre…

P1230614.JPG P1230615.JPG
P1230618.JPG P1230626.JPG

Jour 16 : Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Corinne. Nous commençons la journée par un bon petit déjeuner sur la terrasse du restaurant. Nous avions prévu de louer des kayaks pour 10 heures mais on nous propose un tour à la journée, en bateau, pour aller sur trois îles du parc marin, au tarif de 30 $ / pax, nous acceptons. Le bateau passe nous prendre sur la jetée de l’éco-lodge à 10 heures, un couple et deux jeunes filles sont déjà à bord. Nous filons sur une première île où nous ferons du snorkeling et de la baignade sur une superbe plage de sable blanc durant deux heures. Nous constatons que les fonds de coraux sont dévastés et certainement voués à disparaître, mais nous apercevons plusieurs tortues marines et beaucoup de poissons, surtout des adultes de très belle taille. Nous continuerons ensuite par une seconde puis une troisième île tout aussi belles. Nous rentrerons pour 16 heures au lodge, très satisfaits de cette journée. Soirée terrasse que nous commençons pour le coucher du soleil et dîner de langoustes pour fêter l’anniversaire de Coco, la vie est belle au Panama…

P1230658.JPG P1230661.JPG
P1230783.JPG P1230712.JPG
P1230784.JPG

 Jour 17 : Matinée Kayaks que nous louons sur place à l’éco lodge Boca Brava pour 10$ / heure. Une belle balade aquatique dans le parc marin où nous aurons une nouvelle fois la chance d’observer des tortues marines. Baignade dans les eaux vertes, découverte de petites plages isolées où nous sommes une nouvelle fois seuls au monde. Retour à midi au lodge où nous changeons de chambre. Nous quittons le petit bungalow où nous logions pour une suite (excusez du peu…) avec balcon et vue sur l’océan et les îles. Magnifique, et ça tombe bien car nous comptons passer l’après-midi à nous reposer pour la première fois depuis le début du trip. Dîner et nuit à l’’éco lodge.

P1230709.JPG P1230836.JPG
P1230843.JPG P1230867.JPG 

Jour 18 : Nouvelle matinée Kayaks que nous louons sur place à l’éco lodge Boca Brava pour 10$ / heure. Une belle balade aquatique dans le parc marin où nous effectuerons également un petit trail pour rejoindre une nouvelle plage immense et déserte. Baignade dans les eaux vertes, découverte de plages isolées, nous sommes une nouvelle fois seuls au monde. Retour à midi au lodge pour déjeuner et quelques heures de farniente. Balade sur l’île en fin d’après-midi pour admirer le coucher de soleil sur les îles. Dîner et nuit à l’’éco lodge.

P1230878.JPG P1230881.JPG
P1230895.JPG P1230908.JPG

  Jour 19 : Départ pour Boquète où nous allons passer 6 jours. Lancha jusqu’à Boca Chica, 3$ / pax, puis taxi et bus jusqu’à David où nous prendrons un bus pour rejoindre Boquète, du moins c’est ce que nous avions prévu. Mais une fois à Boca chica le taxi nous propose de nous conduire directement à Boquète pour 50 $, nous acceptons la proposition qui nous évite de perdre du temps en attendant les bus. Midi, nous arrivons à Boquète où le taxi nous dépose devant la Casa Azul, un BnB que nous avons réservé sur Booking pour 70 $ / nuit en petit déjeuner. Très beau, une maison de style du siècle dernier, toute en bois… Nous déjeunons dans un resto péruvien proche pour 20 $. Vers 14 heures, l’agence Iwana passera nous récupérer au BnB car nous avons réservé le Coffee Trip. Une excursion de trois heures dans une plantation de café où avec deux autres couples, nous apprendrons tout sur la culture du café et sa dégustation. Une sortie intéressante pour 30 $ / pax. Retour à la Casa Azul vers 18 heures et balade dans la ville de Boquète. Une balade qui nous décevra un peu car nous attendions beaucoup de cette ville qui finalement ne correspond pas vraiment à ce que nous nous étions imaginé en lisant les commentaires élogieux la concernant. Tant pis, après tout nous ne sommes pas venus pour la ville mais pour la nature qui l’entoure… Dîner dans le même resto péruvien qu’à midi, nuit à la Casa Azul.

P1230937.JPG P1230943.JPG
P1230986.JPG P1230999.JPG

 Jour 20 : Petit déjeuner au BnB et nous partons à la recherche d’un taxi pour nous conduire à l’entrée du Pipeline Trail. Nous en trouvons un qui va nous y emmener pour 12 $. Le droit d’entrée à régler sur place et de 3$ / pax. Une belle randonnée à travers la jungle le long du pipeline qui alimente Boquète en eau. Des paysages superbes, une flore exubérante et quelques bestioles, dont un serpent noir de plus d’un mètre que nous croiserons à l’entrée et qui effraiera Corinne. Nous ne rencontrerons qu’une dizaine de randonneurs tout au long du trajet en aller / retour. Un trajet de trois heures trente qui conduit à une superbe cascade. Nous regagnerons ensuite Boquète avec le mini bus, 2 $ / pax, qui passe devant l’entrée du trail plusieurs fois par jour.  De retour en ville pour 13 heures 30, nous irons déjeuner à la Posada de Boquète, un immense et très beau resto argentin situé à la sortie de la ville. Un peu de shopping et nous rentrons un moment à la Casa Azul, non sans avoir réservé pour le lendemain une descente en rafting à l’agence Boquète Outdoor, 60 $/pax.

P1240033.JPG P1240085.JPG
P1240094.JPG P1240240.JPG
P1240120.JPG

 Jour 21 : Départ à 8h00, en van, de l’agence Boquète Outdoor pour la rivière Viejo Chiriqui à la frontière du Costa Rica. Une rivière réputée pour être l’une des préférées des amateurs de rafting à travers le monde. Nous sommes 6 plus deux guides. Il nous faudra une heure et demie de route pour arriver au point de départ du rafting depuis Boquète. Une très belle expérience, un rafting sur plus de 15 kilomètres au milieu de la jungle. Un parcours en deux parties séparées par une pause déjeuner et agrémenté de baignades. Le niveau de l’eau est assez bas et les rapides ne nous poserons aucun souci particulier. Du moins en première partie et grâce à la dextérité de notre guide. La deuxième partie sera, elle, différente. Et pour cause, le niveau de l’eau a soudainement monté et ce n’est plus un fleuve tranquille que nous affrontons, mais une rivière où se succèdent les rapides. Ce qui nous vaudra quelques frayeurs, notamment pour Coco qui, par deux fois, sera éjectée de l’embarcation… 14 heures, frontière du Costa Rica, nous finissons notre trip aquatique et reprenons la route pour Boquète où nous arriverons à 15 heures 30. Le temps de prendre une douche et nous repartons à la découverte de la ville, très animée en ce samedi après-midi. Nous irons dîner au restaurant le Butcher où nous ferons la connaissance du maitre des lieux, Davide Care, un grand chef italien installé au Panama. Une très belle rencontre. Nuit à la Casa Azul.

rafting-dic-8-2018-1_44428760920_o.jpg rafting-dic-8-2018-11_31306749787_o.jpg rafting-dic-8-2018-26_45521779804_o.jpg
rafting-dic-8-2018-40_45521696244_o.jpg rafting-dic-8-2018-56_46245583771_o.jpg
Jours 22 : Départ à 9 heures 30, en taxi, 10$, pour le parc du volcan Baru où nous allons randonner sur le sentier du quetzal. Le chauffeur, qui se prend pour Sébastien Loeb, nous dépose devant l’entrée principale où se trouve la maison du gardien. Un vieux monsieur très agréable qui nous fera remplir le cahier d’admission à la randonnée et nous expliquera les difficultés, le temps, enfin tout ce qu’il faut savoir pour réussir la balade. L’entrée du parc est de 5 $ que vous réglez à votre retour de rando. 12 km en aller – retour jusqu’au Mirador, en six heures. C’est ce que nous a dit le gardien. Il fait beau, nous sommes confiants, les paysages et la flore sont magnifiques… Et puis, ça commence à monter. Des marches, des escaliers en terre, en bois, en pierre… Il nous faudra trois heures trente pour rejoindre le mirador et sa vue sur la jungle et le parc du volcan. Il nous en faudra trois autres pour revenir à notre point de départ où un van faisant la navette avec Boquète, nous attend. Pas seulement lui, tous les passagers attendent notre arrivée, personne ne râle, les gens patientent, ils sont comme ça les Panaméens, cool et sympas. En ce qui concerne la rando, elle est magnifique. Une superbe balade dans la jungle, mais elle est difficile, il faut le savoir. Ne pas se lancer sur le sentier sans un minimum de condition physique. Il y a beaucoup de montées, d’escaliers, et forcément de descentes. Les genoux sont mis à contribution, d’où l’intérêt de ne pas avoir de soucis de ce côté-là. Retour à la Casa Azul à 17 heures et repos jusqu’au dîner que nous prendrons au Milano, resto italien où nous étions déjà allés deux jours plus tôt. Ce soir Boquète est en fête pour la féria « Fleurs et café » qui commence demain.

20181211_102317.jpg 20181211_103606.jpg
20181211_115536.jpg 20181211_113148.jpg
20181211_104950.jpg

 Jour 23 : Départ à 9 heures, en taxi, pour les Waterfalls Lost, une randonnée pas très loin du sentier du Quetzal. Il pleut ce matin sur la montagne, jamais la forêt de pluie n’a si bien porté son nom. La randonnée, qui permet d’accéder à trois chutes superbes est magnifiques est de de toute beauté mais difficile et dangereuse par endroit. Sentier accidenté, boueux, dénivelés importants… Bref, il faut, là aussi être un peu équipé et posséder un minimum de condition physique pour aller jusqu’au bout et revenir… Une très belle randonnée que nous classons 4 étoiles, à la différence du Petit Futé qui ne lui en donne qu’une, mais peut-être ne sont-ils pas allés jusqu’au bout ? L’entrée est à 7$ par personne. Le trajet en aller-retour dure approximativement trois heures. Nous la conseillons fortement. Vous pouvez vous y rendre en taxi (8$) ou en mini bus, toute les 20 minutes environ pour 5$. Au retour commencez à redescendre la route vers Boquète à pieds et faites signe au premier van que vous croiserez, il s’arrêtera. Cet rando, comme les précédentes, fera l’objet d’un article à part. Retour à Boquète à 13 heures 30, et déjeuner dans un petit resto local pour 17$. Un peu de repos et nous repartons finir la journée en ville avec pour commencer la dégustation d’un café Geisha.

20181211_105147.jpg 20181211_110838.jpg
20181211_104707.jpg 20181211_104745.jpg
20181211_113045.jpg 20181211_120101.jpg
Jour 24 : Nous partons après le petit déjeuner pour l’entrée du trail « Il Pianisto », une randonnée que nous déconseillent les locaux car elle est selon eux dangereuse et non balisée. Contrairement aux affirmations du Petit Futé qui la classe dans la catégorie « aucune difficultés particulières ». Nous aurons une nouvelle fois la preuve du manque de sérieux du guide de voyage, pas à jour et bien souvent à côté de la plaque. De plus, en 2015, deux jeunes allemandes ont disparu sur le sentier et n’ont jamais été retrouvées (un pied mis à part) et personnes ne sait ce qu’elles sont devenues. Depuis la méfiance règne à l’égard de cette rando par laquelle vous pouvez rejoindre la côte Caraïbes en 4/5 jours de marche dans la jungle. Nous choisissons de n’effectuer que le trajet jusqu’au mirador (environ 5 heures aller-retour). Si le début de la rando traverse des pâturages au milieu desquels paissent paisiblement de grosses vaches noires et blanches, la suite s’avèrera rapidement plus proche du crapahutage que du plaisir de randonner. Sentier non balisé, nullement aménagé, très glissant où vous pouvez glisser et tomber, voire vous blesser, à tout moment. Mais surtout un sentier très pentu dans les deux sens, montée et descente, et selon nous dangereux. N’écoutant que notre courage, nous nous enfonçons dans la forêt, suant, soufflant pendant plus de deux heures jusqu’à ce qu’une chute, pour moi, plus spectaculaire que grave nous fasse prendre la décision de faire demi-tour sans avoir atteint le mirador. Même calvaire au retour pour un total de 4 heures 30 de marche. Nous récupérerons un taxi devant l’entrée (mais il y a aussi une navette) pour revenir sur Boquète. Bref, une randonnée que nous déconseillons de faire sans guide. De plus nous l’avons trouvée moins intéressante que les précédentes, donc inutile de prendre autant de risques. À Boquète, nous déjeunerons au restaurant Saborana, une cantina où viennent les locaux, très bon pour pas cher, 11$ pour deux avec boissons. Petite pause à la Casa Azul, pour récupérer et préparer les sacs pour le lendemain. Dîner au restaurant Il Resto gusto du chef italien Davide Care.

20181209_134623.jpg 20181210_131532.jpg 20181211_120802.jpg
20181210_154536.jpg

 Jour 25 : Départ pour Bocas del Toro à 8 heures 30, en shuttle, 30$ / pax, bateau pour Bocas Del Toro compris. Quatre heures de routes à travers la cordillère centrale de Boquète jusqu’à Bocas del Toro, avec une nouvelle fois un chauffeur qui se prend pour Alonzo au volant. Arrivés à 12 heures 30 à Almirante, nous embarquons à bord d’une lancha pour Bocas del Toro où nous embarquons à nouveau sur une petite embarcation pour Bastimentos où se trouve notre hôtel « L’eclypse del mar ». Un très bel éco-hôtel constitué de bungalows sur pilotis et hors de prix, et de deux chambres standards, dont la nôtre, qui permettent de profiter des lieux autant que les résidents des bungalows. Repas sur place où transport en lancha pour Bastimentos ou Bocas del Toro. Nous choisissons de faire du snorkeling et de récupérer un peu au soleil… Les fonds ne sont pas particulièrement intéressants et l’eau est assez trouble. J’opterai pour ma pour une balade dans le parc, magnifique, du lodge pour observer caïmans et paresseux, pendant que Coco se repose. Dîner et nuit au lodge.

20181211_112652.jpg 20181211_121645.jpg
P1240342.JPG

 Jour 26 : Petit déjeuner face à la baie de Bastimentos et départ 9 heures, en lancha pour la plage Red Frog, une plage qui se trouve dans un parc privé auquel on accède en s’acquittant d’un droit d’entrée de 5$ par personne. Le transport depuis le lodge est au même prix. Notre capitane est un Garifuna qui ne jure apparemment que par la vitesse et qui se prend pour un pilote de formule 1 sur la mer… Nous l’avouons ici, on a adoré, comme on a toujours adoré ce genre de personnage… La plage est superbe, magnifique et sauvage. Attention cependant, elle peut s’avérer dangereuse à cause des courants et des grosses vagues. D’ailleurs le drapeau rouge est sorti aujourd’hui. Elle est immense et quasiment déserte sur sa plus grande partie, seuls au monde encore une fois. La partie restante est occupée par un éco lodge, le Red Frog, où se retrouve une jeunesse qui l’espace de quelques jours se la joue babas cools… Bungalows, restos de plages, surfeurs de salons, sorties, excursions, soirées salsa et jeux de plages, tout y est. Le yoga tient une part importante dans les activités du lodge puisque de nombreux cours sont donnés. Nous déjeunerons sur place pour 30$ et retournerons à l’embarcadère pour 15 heures, non sans avoir vu un paresseux au passage. Notre « captain » Garifuna est à l’heure et de nouveau, nous fonçons sur les flots. Sitôt débarqués, nous partons explorer le parc de l’hôtel où nous aurons la chance de d’apercevoir deux paresseux, plusieurs caïmans dont deux très gros, un oiseau bleu magnifique et surtout : les fameuses grenouilles rouges (dendrobates). Vous pouvez voir tous ces animaux dans les montages photos Panama. Coucher de soleil et apéro, dîner au lodge et dodo. Demain nous partons à la journée pour l’île de Zapatillas Key (35 $ / pax).

P1240358.JPG

P1230954.JPG P1230961.JPG
P1240165.JPG P1220146.JPG

 Jour 27 : Départ pour Zapatillas Key à 10 heures 15, en lancha, pour une sortie à la journée (35$). Trois jeunes filles nous accompagnent, un bon bateau et un super pilote aussi costaud qu’un boxeur mais très sympa. Il nous emmènera d’abord dans la baie des dauphins où, si nous apercevrons bien les mammifères marins, nous serons surtout désolés de les voir poursuivis par une dizaine de lanchas remplies de touristes appareils photos en main. Nous n’avons pas aimé cette visite aux dauphins qui ne fait que les perturber. Départ ensuite pour Zapatillas Key où nous arriverons une demie heure plus tard. Et là, le choc. Une île de rêve, magnifique et sauvage. Peu de monde (tous du même côté, face au visitor center où accostent les lanchas). Si vous voulez vraiment vous sentir « into the wild », nous ne pouvons que vous conseiller de faire le tour de l’île à pied en suivant les plages, c’est tout simplement magnifique et vous serez seuls car très peu de touristes s’aventurent aussi loin. Il nous faudra une heure trente pour faire le tour. Si vous vous baignez ou faites du snorkeling, faites attention car les courant sont très puissants tout autour de l’île. 14 heures, nous quittons ce petit paradis pour rejoindre un petit restaurant sur pilotis au bord de la mangrove pour le déjeuner. Notre pilote nous emmènera ensuite plonger sur un haut fond où foisonnent coraux mous et éponges, gorgones… Petit arrêt, avant de rentrer, en pleine mangrove où se trouve l’île aux paresseux. Nous n’en verrons pas, le petit animal ayant décidé de ne pas se montrer. 16 heures 15, retour à l’Eclypse de mare pour un repos bien mérité. Nous conseillons fortement cette sortie tant nous avons été enchantés par l’île et la magnifique mangrove à traverser pour y accéder. Dîner et soirée au lodge.

P1240447.JPG P1240462.JPG
P1240471.JPG P1240481.JPG
P1240521.JPG

  Jour 28 : Départ à 9 heures 45 pour Bocas Del Toro, en lancha pour 6 $. Dès notre arrivée à Bocas, nous nous rendons au bureau de vente de la société « Taxis 25 » pour réserver nos billets de bus pour Panama pour le 17 décembre soit dans deux jours. 27 $ / pax, pour environ 12 heures de bus au départ d’Almirante. Nous réservons également le bateau de Bocas à Almirante pour le même jour à 6 heures 30 du matin, 12 $ pour deux. Reste à venir jusqu’à Bocas depuis le lodge… Nous poursuivons par une balade dans Bocas Del Toro, ville sans charme particulier mais pas désagréable, semblable à toutes les villes qui accueillent beaucoup de voyageurs, en particulier ceux en sacs à dos. Bars, restos, hôtels, pensions, magasins et boutiques de souvenirs (made in China pour la plupart), côtoient agences de voyages et tours opérators locaux qui proposent des tours et excursions à la journée, ou plus, dans l’archipel. 11 heures 30, nous prenons un bus (départ toutes les heures du parc central) pour Boca Del Drago où nous comptons nous rendre à la playa de Estrella. 30 minutes de bus pour 2,50 $ / pax. Nous déjeunons dès notre arrivée à la Boca Del Drago dans un restaurant de plage puis nous prenons le sentier qui conduit jusqu’à la plage des étoiles de mer. Un joli sentier qui longe la mer et débouche sur la fameuse plage des stars Fish. Une plage festive où se trouvent plusieurs restos. L’endroit est bondé de panaméens venus faire la fête en famille pour le weekend. Un endroit qu’il fallait voir, surtout pour les locaux qui font la fiesta, mais où vous ne verrez que peu, voire pas du tout, d’étoiles de mer (2 pour nous). Retour sur Bocas Del Toro par le bus de 16 heures, nouvelle balade en ville et départ en lancha pour l’Eclypse de mar. Dîner et nuit au lodge.

P1240537.JPG P1240549.JPG
P1240565.JPG P1240662.JPG
P1240628.JPG

 Jour 29 : Petit déjeuner et balade dans le parc de l’hôtel. Superbe jardin dans la jungle où nous verrons caïmans, oiseaux divers, paresseux et une multitude de grenouilles dont les rouges. Une rando qui nous conduira jusqu’à midi, heure à laquelle nous rejoignons Bastimentos en lancha. Belle surprise que cette ville de Bastimentos, pourtant assez décriée. Propre, les gens y sont agréables et sympas. Nous déjeunerons au restaurant chez Alvin pour 15$, d’un excellent poulet frit. 14 heures, nous voulons nous rendre à Wizard Beach, donnée pour être l’une des plus belles plages du pays. Mais, il y a toujours un mais, pour la rejoindre il faut suivre pendant une bonne demie heure un sentier dans la jungle, boueux et accidenté. Un de plus me direz-vous, mais nous sommes motivés et après quelques glissades, nous arrivons sur la fameuse plage. On ne nous avait pas menti. Elle est d’une beauté à couper le souffle, mais une beauté dangereuse à cause des courants et des vagues. Spectacle incroyable que de voir des vagues qui arrivent de plusieurs directions en même temps… Peu importe, nous sommes arrivés jusque-là et nous allons en profiter, deux heures de baignades au paradis… Il n’y a qu’une dizaine de personnes sur la plage qui ne doit pas être loin des 1000 mètres de longueur, entourée de jungle et sécurisée, merci à eux, par deux policiers suite à des signalements de vols ou d’agressions. 16 heures, nous prenons le chemin du retour et rentrons à l’Eclypse de Mar en Lancha. Apéro et dîner, puis nous préparons nos bagages car une grosse journée de route nous attend demain,12 heures de bus pour rejoindre Panama City depuis Almirante que nous aurons rejoint en lancha au petit matin…

P1240666.JPG P1240678.JPG
P1240713.JPG P1240660.JPG
P1240758.JPG P1240763.JPG 

 Jour 30 :  Le taxi boat, plus à l’heure qu’un T.E.R de la SNCF, nous récupère à l’Eclypse de Mar à 6 heures 15 précises. Direction Bocas del Toro où nous embarquons pour Almirante à 6 heures 30 et où nous prenons le bus de 8 heures pour Panama. Un long trajet dans un bus glacé, clim à fond. Nous arriverons à Albrook à 19 heures et rejoindrons notre hôtel, le Bahia Suites, en taxi. Dîner sur la terrasse panoramique de l’hôtel et dernière nuit au Panama…

P1240681.JPG P1240686.JPG
P1240688.JPG P1240867.JPG
P1240820.JPG

 Jour 31 : Dernière journée à Panama et nouvelle visite du Casco Viejo, la vieille ville, que nous adorons. Retour à l’hôtel en fin d’après-midi et départ pour l’aéroport à 18 heures, notre vol retour étant prévu à 21 heures.

P1250034.JPG

P1240983.JPG P1250006.JPG
P1240936.JPG P1250047.JPG 

Jour 32 : arrivé à Nice à 17 heures, après un long voyage…

 P1240875.JPG P1240876.JPG P1240891.JPG
P1240890.JPG P1240870.JPG
P1250157.JPG

P1250158.JPG

P1250308.JPG P1250315.JPG
P1250542.JPG P1250547.JPG
P1250581.JPG P1250583.JPG P1250584.JPG
P1250586.JPG

 

 

Un voyage, deux regards...

photo_820221_12119451_2019010223576511.jpg

 Le mien : A mes yeux, l'un de nos plus beaux voyages. Une très belle destination. Une grande ville moderne et agréable, un vieux quartier chargé d'histoire, deux océans en moins de 80 kilomètres, une très belle jungle, faune, flore, et au milieu de tout ça Le Canal... J'ai adoré et je dois bien l'avouer, ce trip m'a fait rêver. Un voyage comme je les aime,avec un parfum d'aventure qui pimente le tout. J'ai apprécié la propreté du pays et la gentillesse des panaméens toujours disposés à rendre service avec le sourire, merci à eux.

 Celui de Corinne :

 Le voyage aura été facile à préparer et encore plus facile à vivre ! Aucun contretemps, aucun problème, pour dire la seule déception au niveau commercial aura été le restaurant " Beyrouth"  à Panama City, vraiment un détail !

Je continue avec les éléments qui m'ont le moins plu : les fonds marins, bien moins beaux qu'aux Philippines, mais j'ai remarqué de nouvelles boutures signe d'espoir pour le corail ! Et c'est vrai  comme Eric l'a dit beaucoup de gros poissons, de belles tortues qui viennent brouter les prairies sous marines et des coraux roses que je n'avais vu nulle part auparavant.

La visite de "La baie des dauphins" une pratique à ne vraiment pas encourager, j'étais navrée de me retrouver dans cette excursion à traquer les dauphins dans leur milieu naturel...

A part cela, tout ce qu'on a vu et fait était au top ! A noter que le service quel qu'il soit correspond au prix annoncé, même auprès des taxis, ce qui est très très rare ! Les professionnels du tourisme, les guides dans les réserves, sont très professionnels et sont heureux de vous faire partager leur savoir, et font leur possible pour vous satisfaire, ce qui est vraiment agréable lorsqu'on est en vacances !

A aucun moment, je ne me suis sentie en insécurité, bien que la police s'apparente plus à des militaires, même si la population s'en défend et vous répond que c'est la police touristique, quand vous voyez l'armement dont la police dispose et les uniformes, ça ne fait pas rire !

Les femmes participent activement à la vie économique dans le pays et ceci à tous les niveaux: femmes motards dans la police, taxis, pilotes de bateaux... Nous avions déjà remarqué lors de nos précédents voyages que l'Amérique centrale faisait la part belle aux femmes, et qu'elles savaient se faire respecter ! Ce qui me fait toujours plaisir ! Voilà donc un pays moderne et, cela saute aux yeux : un pays riche !

Ne vous énervez pas si vous semblez attendre parfois trop longtemps pour un service, on ne dirait pas, mais les Panaméens sont très ponctuels, c'est juste le temps qui s'écoule ici différemment...

La ville moderne est belle, avec des building de folie, j'étais hypnotisée par la beauté architecturale de la tour F&F, torsade de verre qui s'élance vers le ciel: magnifique !

De belles églises, du shopping: toutes les enseignes de luxe sont présentes, un paradis fiscal: pas de taxes, pas d'impôts, pas de gilets jaunes... ( Je plaisante, mais nous suivions les manifestations qui se déroulaient à Paris vues par la télé étrangère... non, je ne fais pas de politique !)  Pas d'aide sociale, non plus ! Ce que vous achetez est à vous ! Et les expatriés que nous avons rencontré le vivaient plutôt bien. Cela sous-entend d'avoir un petit pécule de côté pour investir et payer les factures.

La vieille ville, le Casco Viejo, est superbe, même sous la pluie équatoriale ! Très photogénique, comme tout le pays ! C'est une ville vivante, pas seulement une façade touristique, elle est restée authentique et va devenir encore plus belle, puisque de nombreuses demeures sont en cours de restauration. De quoi passer de belles soirées ... Bars en terrasse, musique en live, restaurants chics et folkloriques...il y en a pour tous les goûts et tous les budgets.

Ce qui est génial, c'est que la nature est aux portes de la grande ville, mangrove, jungle, lacs... De Panama City tout s'organise facilement, et vous pouvez sans problème réserver des excursions dans des îles paradisiaques ou dans la jungle, les hôtels vous proposent de nombreux services, ou vous mettent en relation avec des agences spécialisées... 

Nous n'avons pas été tentés de visiter le port franc de la ville de Colon, une ville dans la ville où tout est détaxé, car nous n'avions rien de particulier à acheter... Mais cela fait partie des sorties proposées aux touristes venus faire de bonnes affaires.

J'ai eu un coup de coeur pour Gamboa et la visite du village Embera... Rencontre entre deux mondes: tradition et modernité où chacun y trouve son compte. Le fait d'accueillir les touristes procure aux familles amérindiennes une rentrée d'argent qui leur permet de conserver leur mode de vie traditionnel dans la dignité, tout en ayant accès à la vie moderne ( panneaux solaires, éducation...). 

La traversée du Canal, et la visite des écluses m'ont confirmé qu'on peut très bien être passionné et émerveillé par quelque chose qu'on ne comprend pas... Eric y a pourtant mis de la bonne volonté, mais pour moi c'est moins de la physique que de la magie ! 

Voilà , le canal c'est le coffre fort du Panama et je trouve que les portes des écluses ressemblent réellement à des portes blindées. Le canal fonctionne 24h/24h et est sans aucun doute un des plus gros pollueur au monde !  Mais c'est génial !

Pour équilibrer ce désastre écologique que représente la mondialisation et les cargos, paquebots, pétroliers qui défilent d'un océan à l'autre pour des sommes astronomiques, le Panama a créé de nombreuses réserves naturelles , maritimes et terrestres où la nature est protégée. Il y a vraiment beaucoup de parcs nationaux, sur de belles étendues et le pays est très propre. Très peu de déchets en agglomération et dans les parcs qui sont entretenus et surveillés par la police qui n'est jamais très loin. 

L'expérience d'une descente en Rafting depuis la frontière avec le Costa Rica aura été périlleuse, j'ai bien dû boire deux litres d'eau en passant par dessus bord dans les rapides ! J'ai adoré ! Eric n'a toujours pas réussi à se débarasser de moi...

Les îles San Blas ! A faire si vous n'êtes pas malade en voiture, car la route est longue et sinueuse avant d'arriver au port pour prendre le bateau ! Mais cela vaut le coup, les îlots sont superbes ! Et l'accueil sympathique, contredit tout ce  que nous avions lu au sujet des indiens autochtones. A faire, même pour une journée !

Autre coup de coeur pour l'Isla Saboga: une île sauvage pas du tout touristique où il faut partir en randonnée pour arriver sur des plages désertes... nous étions seuls au paradis !

Belle surprise à Boca Brava où nous avons poursuivi notre séjour dans le golfe de Chirriqui, Brad le patron de l'Eco Lodge était charmant et la cuisine délicieuse. On se trouve dans l'Océan pacifique, mais la végétation est tellement dense et à fleur d'eau qu'on se croirait au bord d'un fleuve... Balade en kayak, au bout du monde, sans croiser personne...

Et puis Boquette, la forêt, partout, du vert éclatant... Des arbres immenses, j'ai adoré ! On a beaucoup marché, et j'ai pris des tonnes de photos...

Pour finir en beauté, l'île de Bastimentos, un Eco lodge sur l'eau et la découverte de l'île Zapatillas une pure merveille !

Vous l'avez compris, c'est un de mes voyages préféré ! Un petit pays, mais beaucoup de choses à faire, et tellement variées ... 

Que vous dire de plus, que le taux d'humidité est impressionnant : nettoyage de peau assuré ! C'est un pays où l'on transpire vraiment à grosses gouttes ! 

Et que pour ce voyage, sans être sportif, il faut être en forme, car les transports et les accès aux sites ne sont pas toujours des plus faciles, mais c'est le prix à payer lorsqu'on s'éloigne du tourisme de masse et j'avoue que parfois même si cela demande des efforts, le jeu en vaut la chandelle. 

J'avais encore emporté trop d'affaires dans ma valise, il faut que je me résonne pour le prochain voyage !

A bientôt !

                 Corinne .

20181130_110339.jpg

 

Merci de m'avoir lu et à bientôt pour un autre carnet de voyage.  

 

Eric 

Ci-dessous, un petit bonus photos.

 

P1220851.JPG P1210052.JPG
P1250336.JPG P1250212.JPG
P1210330.JPG

P1220611.JPG

P1250604.JPG

20181211_145731.jpg

P1200987.JPG

20181121_095635.jpg

20181122_173853.jpg

20181123_082244.jpg

20181125_122017.jpg

20181125_132252.jpg

20181126_125422.jpg

20181127_115200.jpg

20181128_135026.jpg

20181201_111529.jpg

20181205_101251.jpg

20181207_111102.jpg

20181212_140826.jpg

20181213_171903.jpg

20181213_183434.jpg

20181215_130335.jpg

20181217_094635.jpg

20181127_151531.jpg

 

 

 

 


11/01/2019
2 Poster un commentaire

Vallée du Nil, de Louxor à Assouan.

Egypte, la vallée du Nil de Louxor à Assouan et Abou Simbel…

P1200033.JPG

Second volet de notre trip égyptien qui débute par une arrivée au petit matin (5h30) en gare de Louxor. S’ensuivra une descente du Nil en croisière, sur le bateau Radamis II pendant quatre jours. Un très beau voyage, agrémenté de visites, avec des paysages reposants et magnifiques, le tout sous une chaleur accablante. Mais le taux d’occupation du Radamis étant très bas, seulement 27 personnes, nous aurons tout loisir de nous rafraîchir et de profiter de la piscine pendant les périodes de navigation. Regarder, observer, depuis la piscine où la baie vitrée de la cabine, les paysages du Nil défiler, restera un des grands plaisirs de ce voyage et un merveilleux souvenir.

20180612_151617.jpgVols-préparation du voyage : Se reporter au volet 1, Le Caire – Alexandrie dans carnets de route / Basse Egypte.

 

20180611_063726.jpg 20180611_070756.jpg
P1190097.JPG
P1190106.JPG P1190141.JPG


Programme : Jours 1,2,3, 9 & 10 : Le Caire – Alexandrie. Ce second volet débute à notre arrivée, jour 4, en gare de Louxor et se termine jour 9 à notre retour en gare de Gizeh.

20180611_085635.jpg

P1190206.JPG P1190209.JPG

20180611_084940.jpg 20180611_085416.jpg
20180611_084300.jpg

 

Jour 4 : Louxor. Nous avions mal compris, l’arrivée à Louxor n’est pas à 9h00 mais à 5h20… Réveil par le responsable du wagon couchettes qui nous apporte café et petit déjeuner. Gare de Louxor, Karam notre guide pour quatre jours nous attend sur le quai. Présentations et départ pour…, non pas le bateau comme prévu, mais le temple de Karnak. La raison de ce changement : la température de 51 degrés prévus l’après-midi sur la région qui rend difficiles les visites dans ce créneau horaire. Donc on inverse, visites dans la foulée du train et bateau/repos l’après-midi. Je signale que certains sites ouvrent à 5h00 du matin en été.

20180611_121822.jpg 20180612_172155.jpg
20180611_182725.jpg

20180612_162845.jpg 20180612_181759.jpg
20180611_140345.jpg 20180613_061533.jpg

 

Karnak..., c’est magnifique et pour nous encore plus impressionnant que les pyramides. Il fait déjà chaud mais c’est supportable et, surtout, nous sommes seuls sur le site. Un régal au petit matin, qui fait oublier la fatigue. 9h00, quelques touristes, accompagnés de guides, sont présents, une cinquantaine guère plus… Il est temps pour nous de rejoindre le temple de Louxor. 120 L.E/pax. Différent de Karnak, Louxor ou Luxor, est également magnifique, colonnes et statues à couper le souffle. La chaleur a encore augmenté mais le temple est plus petit et se visite en une heure. Là aussi, nous étions seuls à part un groupe d’une dizaine de personnes. Midi, nous rentrons cette fois sur le bateau où nous allons passer quatre nuits : le Radamis II. Le bateau est superbe, la chambre parfaite. Nous passerons l’après-midi sur le pont terrasse écrasé de chaleur, alternant, farniente, lecture et bains dans la petite piscine du pont supérieur. Dîner au restaurant du Radamis et on se couche tôt car le levé sera tout aussi tôt : 2h30. La raison est que nous avons réservé un vol en montgolfière 85 euros/pax, au lever du jour…

20180613_172623.jpg

P1190510.JPG P1190522.JPG
   P1190562.JPG
P1190578.JPG20180613_175432.jpg
20180612_163502.jpg

 Jour 5 : Louxor. Le réveil sonne à 2h30, c’est très tôt c’est vrai, mais c’est la seule possibilité pour faire un tour de montgolfière au lever du jour sur la rive ouest de Louxor. Environ 1 heure pour 85 euros/pax. Assez cher, mais si votre budget vous le permet, c’est à faire absolument. C’est tout simplement sublime, magique. Sept montgolfières décollent à peu près en même temps. Spectacle grandiose avec le soleil levant sur la ville, le Nil et les temples Karnak et Louxor ainsi que sur la vallée des rois. Un tour très bien organisé, on vous récupère à l’hôtel, on vous conduit au bord du Nil pour la traversée sur un petit bateau en buvant le café. Un temps mis à profit par le pilote de la montgolfière pour donner les consignes de sécurité. Et à la fin du vol, on se pose en douceur au milieu d’un champ où l’on vient nous récupérer, retraversée du Nil et finish au point de meeting où chacun repart de son côté ou avec sa propre agence. Il est maintenant 7h30 et nous repartons avec Karam venus nous récupérer pour les visites de la journée.

P1190479.JPG P1190450.JPG
P1190439.JPG

P1190448.JPG P1190468.JPG


Au programme : les colosses de Memnon, et les temples de la vallée des rois. Comme la veille il fait très chaud et les 40 degrés sont approchés dès 10h00. Pas beaucoup de monde sur les sites, si ce n’est des groupes de Chinois, malpolis, irrespectueux de tout, même dans les tombes, bruyants et désagréables, bref vous l’aurez compris : nous ne les aimons pas, mais nous ne sommes pas les seuls, même les Egyptiens s’en plaignent ! Tous les sites sont sécurisés et le harcèlement réduit à son minimum, du moins cela ne nous pas vraiment gênés. 13h00 nous retrouvons notre chambre sur le Radamis II qui lève l’ancre aussitôt pour 4 jours de croisière en direction d’Assouan. Après-midi relax, piscine et détente. Passage de l’écluse Esna à 17h00, comme un goût d’aventure... Arrêt pour la nuit à Edfou. Dîner le soir sur le Sun desk (pont supérieur).

P1190431.JPG P1190456.JPG


Jour 6 : Edfou. Départ à 6h30, en calèche, pour le temple d’Edfou dédié à Horus à 10 minutes de là. Un superbe temple, entrée 120 L.E/pax. Peu de monde, parfait pour faire de magnifiques photos. Retour à 8h30 au Radamis II qui lève l’ancre pour Kom Ombo, où nous arriverons à 13h00. Une croisière calme et apaisante le long de paysages somptueux. Déjeuner à bord et départ à 14h30, à pied, pour le temple Kom Ombo, 100 L.E/pax, qui a la particularité d’être dédié à deux divinités, Sobek et Haroëris, dieux à tête de crocodile et de faucon (Horus). Retour à bord à 16h00, juste avant que le Radamis II ne lève l’ancre pour Assouan. Une ville sympa qui nous a agréablement surpris. Dîner à bord et visite des souks d’Assouan à pied depuis le bateau. Achat d’épices et de souvenirs. Très sympa, même à 23h00. Beaucoup de femmes, voilées ou pas, dans les rues, seules ou en groupe, ces dernières ayant, selon Karam, l’autorisation de minuit.

P1190259.JPG

 P1190254.JPG P1190225.JPG
20180612_044616.jpg

20180612_043454.jpg 20180612_051550.jpg
P1190312.JPG

 Jour 7 : Assouan. Petit déjeuner sur le Radamis II et départ à 7h30 pour la visite du barrage d’Assouan qui dompte le Nil et crée le lac Nasser long de près de 500 kilomètres. Un endroit stratégique pour l’Egypte dont certains disent que si le barrage venait à lâcher, l’Egypte disparaîtrait… En tout cas les lieux sont bien gardés. Visite également du monument de l’amitié entre l’Egypte et l’URSS construit à la fin des travaux du barrage qui, à l’époque, ont été financés par l’ex-URSS. Nous partons ensuite pour le temple de Philae qui se trouve sur une île au milieu du Nil. Un temple démonté et remonté pierre par pierre pour lui éviter de disparaître sous les eaux du lac Nasser. Une visite sympa, on rejoint l’ile en canot à moteur, ce qui est vraiment agréable avec la chaleur ambiante. Le temple est tout simplement superbe, un de nos préférés. Retour à terre et visite d’une parfumerie locale où après vous avoir massé et offert le thé, on vous présente les parfums fabriqués sur place. L’occasion de se délester encore de quelques Livres… Retour au Radamis pour midi, piscine et repas à bord à 13h00. Petite pause de deux heures à la piscine du Radamis avant de repartir avec Karam pour la visite d’un village nubien, où l’on prendra le thé dans une maison dont les habitants détiennent et exhibent des petits crocodiles du Nil (même un gros), puis balade à dos de dromadaire et baignade dans le Nil… Un régal que de se baigner dans les eaux fraîches du Nil au bord du désert.

P1190331.JPG

P1190333.JPG P1190337.JPG
P1190339.JPG P1190355.JPG
20180612_095327.jpg

20180612_063601.jpg

 Jour 8 : Départ, tôt le matin, 6h30, en van pour Abou Simbel à 3h30 de route d’Assouan. Un trajet dans une chaleur de four (même la clim du van, à fond, peine à rafraîchir l’atmosphère) qui nous fera passer sur les barrages d’Assouan, l’ancien et le plus récent), longer un peu le lac Nasser, avant de tracer la route à travers le désert jusqu’à Abou Simbel.  Le tout dans un décor minéral fait de sable et de pierres, sans apercevoir personne à part les militaires impassibles, assommés de chaleur, des postes de contrôles qui doivent cuire comme des homards à bord de leurs blindés… 10h00, arrivée à Abou Simbel, 160 L.E/pax, très peu de fréquentation à part des chinois qui se déplacent en groupe pour éviter d’avoir à donner un malheureux bakchich à un gardien de tombe et pouvoir prendre des photos en douce sans payer la taxe demandée de 300 L.E ; bref, vous l’aurez compris, s’il y a une chose que je n’ai pas aimée en Egypte, ce sont les chinois ! La chaleur sur le site en bordure du lac Nasser est à la limite du supportable, doit approcher les 45° Celsius, et ce malgré le vent assez fort qui souffle sur le secteur. Le temple d’Abou Simbel est impressionnant de grandeur et de beauté. L’intérieur est magnifique et l’on ne peut que rester bouche bée devant tant de merveilles surtout lorsque l’on sait que comme le temple de Phileas, Abou Simbel a été déplacé et reconstruit en 1960 pour éviter la montée des eaux du nouveau lac Nasser. Un des derniers temples à avoir été sauver des eaux…de justesse, puisque notre guide nous explique que les travaux ont débuté alors que les parties basses du temple étaient déjà noyées. La visite durera deux heures puis il sera temps de rentrer sur Assouan. 4h00 de trajet au retour, il est plus de 16h00 lorsque nous arrivons au Radamis II où malgré le fait que nous ayons rendu les chambres le matin, on nous autorisera à prendre une douche avant de partir pour la gare d’Assouan où allons prendre le train de nuit pour Gizeh à 20h00. Dîner et nuit à bord, en cabine couchettes, double, avec point d’eau, arrivée prévue à Gizeh le lendemain à 9h00.

20180613_185319.jpg

20180613_185614.jpg

P1190636.JPG 20180614_081115.jpg
         20180613_183214.jpg 20180614_081852.jpg
Fin de ce second volet Egyptien, merci de m’avoir lu et à bientôt pour un nouveau carnet de route. N’oubliez pas d’aller visiter le premier volet consacré au Caire et à Alexandrie.P1190762.JPG

20180614_085749.jpg 20180614_093143.jpg
P1190674.JPG P1190777.JPG
P1190758.JPG

P1190788.JPG

 

 Vallée du Nil : Regard féminin, le voyage vu par Corinne : à venir.

 

20180614_155232.jpg

20180614_160303.jpg 20180614_164511.jpg
20180614_174335.jpg

P1190850.JPG P1190902.JPG
P1190868.JPG P1190978.JPG
P1190919.JPG

Village nubien à Assouan

20180614_180250.jpg 20180614_180247.jpg
20180614_175813.jpg P1190928.JPG

P1190929.JPG P1190960.JPG

Abou Simbel

20180615_093035.jpg 20180615_084512.jpg
20180615_114257.jpg

20180615_105844.jpg 20180615_103420.jpg
P1200023.JPG P1200024.JPG

Ci-dessous, un bonus photos : comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir. Vous pouvez également consulter l’ensemble des montages photos de ce trip en cliquant sur l’onglet Moyen-Orient dans albums photos.

 

Eric

20180612_043807.jpg

20180612_153307.jpg

20180613_073305.jpg

20180613_095218.jpg

20180613_112109.jpg

20180613_143502.jpg

20180614_115658.jpg

20180614_164831.jpg

P1190215.JPG

P1190242.JPG

P1190275.JPG

P1190517.JPG

P1190770.JPG

P1190845.JPG

P1190491.JPG

P1190977.JPG

P1200001.JPG

P1200043.JPG

 

 

 


13/07/2018
0 Poster un commentaire

Du Caire à Alexandrie

Égypte, du Caire à Alexandrie.

 

20180612_163535.jpg

 

P1180921.JPGCe premier volet sur l’Egypte fait partie d’un trip de dix jours que j’ai préféré présenter en deux volets distincts, l’un consacré aux villes du Caire et d’Alexandrie et l’autre à la vallée du Nil, de Louxor jusqu’à Abou Simbel.

P1200411.JPG P1180551.JPG
20180608_185736_001.jpg P1180532.JPG
Les vols : Nice-Vienne-Le Caire et retour. Effectués par Austrian Airlines et achetés sur le site de la compagnie, 635 euros A/R pour deux. Mais tout autant que le prix, ce sont les horaires qui nous ont décidés à partir avec Austrian. Un départ à 7h30 avec une arrivée au Caire en milieu d’après-midi et un retour à Nice en fin de soirée, des horaires bien plus agréables que ceux proposés par d’autres compagnies.

20180610_124737.jpg

 

P1180850.JPGPréparation du voyage : Nous sommes partis avec l’agence locale Merveilleuse Egypte (Marvelous Travel). La préparation a eu lieu par mails, WhatsApp, en français, avec Céline, qui vit en Egypte, qui est très réactive et à l’écoute. Paiement sécurisé en ligne, aucun souci. Vous pourrez modifier les programmes proposés selon vos envies et votre budget. https://www.merveilleuseegypte.com/fr/

20180609_093313.jpg P1180555.JPG P1180561.JPG
P1180571.JPG P1180557.JPG P1180563.JPG

P1180599.JPG

P1180614.JPG



P1180579.JPG P1180582.JPG

Visa : à l’arrivée, 21 euros. Vous achetez le visa sous forme de timbre, le collez sur votre passeport et présentez le tout à l’immigration ; comme on l’achète dans une banque, on en a profité pour changer nos premiers euros avec un taux sensiblement identique à celui que nous verrons ailleurs.


20180609_102431.jpg P1180622.JPG
P1180613.JPG
 Nourriture : peut-être pas ce que nous avons mangé de meilleur depuis que nous voyageons, mais bonne dans l’ensemble. Boissons : alcool possible dans les hôtels et sur les bateaux de croisières.

P1180620.JPG P1180591.JPG
P1180630.JPG P1180618.JPG

P1180623.JPG

 Santé : Même en ayant l’habitude de voyager, en ayant une trousse à pharmacie équipée et en prenant toutes les précautions (brossage des dents à l’eau minérale par exemple), nous n’avons pu échapper à la tourista, moi en début et Corinne en fin de voyage… Faites donc très attention à tout ce qui est fruits, glaçons… N’oubliez pas d’emporter des médicaments anti-nauséeux et anti-diarrhéique avec vous (Immodium, Ercefuryl entre autres) à prendre dés les premiers symptômes.

20180609_092936.jpg 20180609_102843.jpg
20180609_105451.jpg P1180573.JPG
P1180697.JPG

 Climat : Deuxième semaine de juin, la température pouvait atteindre jusqu’à 50 degrés d’où l’obligation d’effectuer les visites le matin, les sites ouvrant leurs portes dés 5h30.

P1180640.JPG P1180651.JPG
P1180658.JPG P1180667.JPG
P1180676.JPG P1180677.JPG
Fréquentation : peu de monde sur les sites à part des groupes de chinois qui se comportent de façon très désagréable et inappropriée. Sur le bateau, seulement 27 personnes pendant la croisière.

20180609_113510.jpg

P1180686.JPG P1180688.JPG
P1180691.JPG P1180696.JPG
20180609_130456.jpg

 Sécurité / harcèlement : Tous les sites sont sécurisés par la police touristique, très présente. Très peu de harcèlement. En tout cas cela ne nous a pas vraiment gênés. Pas plus que d’en d’autres pays.

20180609_145506.jpg 20180609_143933.jpg
20180609_132139.jpg

 Le programme : Le Caire- Alexandrie- Le Caire- train de nuit- croisière sur le Nil de Louxor à Assouan- Abou Simbel-train de nuit- Le Caire- Le Caire et départ.

P1180684.JPG P1180718.JPG

P1180722.JPG P1180715.JPG

P1180723.JPG

Jour 1 : départ à 7H15 de Nice pour Vienne avec Austrian Airlines. Un vol sans histoire, arrivée à Vienne à 8h50 et départ pour le Caire, toujours avec Austrian, à 11h00 ; du moins, c’est ce qui était prévu. Mais après un embarquement on time, les choses vont se corser à bord de l’appareil entre passagers et membres d’équipage, je vous fais grâce des détails de cette rocambolesque empoignade, et c’est avec une heure quinze de retard que nous finirons par décoller. Arrivée au Caire à 16h00, pas de décalage horaire avec la France, mais à cause de longs contrôle de sécurité, ce n’est qu’à 17h00 que nous prendrons enfin contact avec le représentant, Ibrahim, de Marvelous Egypte et de Mona notre guide pour deux jours. Et c’est à tombeaux ouverts, « notre chauffeur ne conduit pas mais évite les accidents », que nous rejoignons notre gîte pour les deux nuits à venir, le Méridien Pyramid Gizeh. Un bel hôtel, réservé sur Booking.com, 90 euros la nuit hors taxes. Piscine, pour nous remettre du voyage, et dîner, sur place, 836 livres égyptienne, cher mais c’est le premier et on s’est fait plaisir. Couchés tôt pour un lever à 4h30, car demain nous allons à Alexandrie avec départ à 6h30…

P1180727.JPG P1180728.JPG
P1180763.JPG P1180780.JPG
20180609_142404.jpg

 Jour 2 : Alexandrie. Petit déjeuner au Méridien avant de rejoindre Mona qui nous attend, devant l’hôtel, avec son chauffeur. 6h30, départ pour Alexandrie, environ 3h00 de route avec une pause de quelques minutes. Notre guide n’est pas avare de paroles et nous raconte l’Egypte d’aujourd’hui et les problèmes qui risquent d’apparaître demain… Une discussion intéressante qui fera passer les 3 heures de route comme une lettre à la Poste mais qui n’est pas l’objet de ce carnet, donc je n’argumenterais pas là-dessus. Mais revenons à nos moutons. 9h15, Alexandrie, traversée de la ville pour rejoindre le site de catacombes, Kom El Shuqafa Monuments, 60 L.E (livres égyptiennes) /pax. Une visite sous la terre et au frais, il fait déjà 35 dehors… Départ ensuite pour le site Amud El-Sawari où se trouve la colonne de pompée. 60 L.E / pax. Un superbe site sous un soleil…brûlant.

P1180738.JPG P1180740.JPG
  P1180756.JPG P1180754.JPG
P1180776.JPG

Nous enchaînons par la visite du site Kom El-Dekka. 80 L.E /pax. Midi, on poursuit avec la visite de la bibliothèque d’Alexandrie, une merveille. Repas dans un restaurant de poissons sur le port. Mona nous accompagne, c’est atypique et très bon, 200 L.E / pax ; s’ensuivra la visite de la citadelle of Qair –Bay construite sur les lieux où se trouvait le Phare d’Alexandrie… 40/pax. Magnifique, il n’y a pas d’autres mots. Nous terminerons par la visite du parc du palais présidentiel d’été, 25 L.E / pax. Très joli, le palais ne se visite pas, mais Sarkozy y a dormi, demandez-lui des infos... Retour sur le Caire où nous arriverons à 19h00 au terme d’une journée bien remplie. Dîner au Méridien 425 L.E, puis dodo bien mérité, demain les pyramides nous attendent…

20180609_180413.jpg P1180701.JPG
P1180806.JPG

20180609_163024.jpg 20180609_153334.jpg
Jour 3 : Le Caire. Départ à 7h30 pour la pyramide à degrés de Saqqarah, la plus ancienne. Peu de monde sur les lieux, deux ou trois groupes et c’est tout. Très peu de vendeurs à la sauvette, police partout, le site est très sécurisé. Ce qui n’empêchera pas Corinne de se faire alpaguer dès les premières minutes de notre arrivée et de se retrouver assise sur un âne pour une balade sur le site, je me retrouverai derrière elle par la force des choses, le tout pour vingt euros que je finirai par lâcher, vaincu par le soleil brûlant et les palabres des propriétaires de la bête… Pas de vendeurs mais les gardiens des tombes demandent des euros pour faire visiter, là aussi les sommes demandées sont élevées et nous refuserons, lorsque cela nous semble exagéré. Tant pis !

20180610_081911.jpg P1180822.JPG
P1180813.JPG P1180837.JPG
P1180839.JPG
Nous quittons Saqqarah pour aller visiter le muséum du papyrus à Gizeh, qui n’est autre qu’une superbe boutique où l’on vous donnera toutes les explications pour la création des papyrus avant de vous proposer d’acheter ceux exposés. Libre à vous d’acheter ou pas. Départ, ensuite, pour les pyramides de Gizeh. Visite du plateau à pied puis balade d’une trentaine de minutes, à dos de chameau. 15 euros/pax. Une balade souvent décriée sur les forums, mais, à notre avis, vraiment à faire, tant c’est sublime. Photos magnifiques assurées. Les pyramides sont bien plus belles et intéressantes vues depuis le désert, et la balade à dos de chameau est parfaite pour ça. Petit détail, il faisait 41 degrés lors de notre arrivée.

20180610_083503.jpg 20180610_090934.jpg
 20180610_091353.jpg 20180610_085529.jpg
20180610_094849.jpg

Nous poursuivons par le Sphinx, splendide, écrasé de soleil et de chaleur. Aucun harcèlement à signaler à Gizeh. Police très présente et site sécurisé. Nous irons déjeuner dans un restaurant de Gizeh, dont j’ai oublié le nom, en face de pyramides, 420 L.E pour deux. Notre guide Mona nous emmènera, pour terminer, prendre le café dans la vieille-ville, une belle expérience. Nous finirons la journée par trois heures d’attente à la gare de Gizeh, notre train de nuit pour Louxor arrivant à 20h00. On passe le temps au bar de la gare. Le train arrive enfin et là, belle surprise. Cabine double avec point d’eau, dîner et petit déjeuner, le tout très bon, très propre.

P1180889.JPG P1180902.JPG
P1180960.JPG

20180610_122433.jpg

 Nous passerons les jours 4-5-6-7-8 dans la vallée du Nil entre Louxor, Assouan et Abou Simbel. Un programme que vous pouvez découvrir dans le second volet de ce trip en Egypte.

20180610_120558(0).jpg 20180610_121108.jpg
20180610_113202.jpg 20180610_124610.jpg
P1180966.JPG
Jour 9 : Gizeh. Mona, notre guide des premiers jours, doit nous récupérer à la gare pour une nouvelle visite du Caire, dont le musée, le souk et les cimetières (allez savoir pourquoi…) où vivent des millions de personnes qui n’ont d’autres solutions pour se loger. Une soirée spectacle de danse soufis devrait clôturer la journée puis dernière nuit au Caire à bord d’un hôtel flottant le Nil View Zamālek, réservé sur Booking.com 79 euros hors taxes. Nous arrivons en gare de Gizeh avec 30 minutes de retard. Mona et son chauffeur nous attendent sur le quai. Passées les retrouvailles nous partons pour la citadelle Salah El Din avec en son enceinte la mosquée Mohamed Ali. L’ensemble est très beau, il y a beaucoup de monde, surtout des Egyptiens, jeunes et curieux. Une belle visite que l’on conseille.

P1190009.JPG
Corinne est malade, victime de la tourista. Nous décidons donc de rentrer à l’hôtel pour qu’elle puisse se reposer et récupérer un peu avant la soirée danse soufis à 18h00. Déjeuner sur le pont supérieur du Nil View où est installé un écran géant qui diffuse les matchs de la coupe du monde. Et coup de bol pour moi, c’est pile-poil l’heure où la France va jouer… 17 heures, Mona à laquelle s’est joint Ibrahim, vient nous récupérer devant l’hôtel. Puis nous partons direction la vieille ville, mais manque de chance, le spectacle n’a pas lieu ce soir. Pour compenser, Mona et Ibrahim nous emmènent visiter la vieille ville en soirée, prendre un verre dans un superbe bar fréquenté uniquement par les locaux, un vrai plaisir. Puis visite de la mosquée, qui est fermée, mais qu’une poignée de billets suffit pour faire ouvrir les portes comme par magie. Nous sommes seuls, avec Mona. Nous visiterons ensuite une deuxième mosquée avant de nous perdre dans les ruelles noires de monde, car c’est la fête ce soir, c’est la fin du ramadan. Nous finirons la soirée dans un restaurant local et typique, très bon. Retour ensuite à l’hôtel où j’en profiterai pour regarder un nouveau match.

P1190019.JPG 20180610_161023.jpg
20180610_194801.jpg 20180610_182010.jpg
20180610_201053.jpg 20180615_190517.jpg
Jour 10 : petit déjeuner à l’hôtel avant de partir, à 8h00, pour la visite du Musée du Caire que nous n’avons pu faire la veille. Une visite passionnante qui nous prendra trois heures mais qui comme tous les musées aurait mérité bien plus. C’est l’endroit où nous croiserons le plus de touristes. Nous rejoindrons l’aéroport, 30 minutes de route, à l’issue de la visite à 13h00, car notre vol retour est prévu à 15h30.

20180616_103219.jpg 20180616_110520.jpg
20180616_182002.jpg 20180616_185841.jpg
20180616_191948.jpg

Fin de ce premier volet Egyptien, merci de m’avoir lu et à bientôt pour un nouveau carnet de route. N’oubliez pas d’aller visiter le second volet consacré à la vallée du Nil.

20180616_192011.jpg 20180616_184744.jpg
P1200231.JPG P1200224.JPG
Le Caire et Alexandrie : point de vue féminin, le voyage vue par Corinne.

Le Caire vu d'avion s'étend à perte de vue...Les chiffres concernant sa population sont effarants, on parle du plus grand bidon ville du monde, de millions de personnes qui vivent dans les cimetières car il y a une crise du logement incroyable, d'enfants enlevés à leurs parents pour nourrir le trafic d'organes, de la drogue qui empoisonne la jeunesse, de l'eau qui commence à manquer pour cultiver le riz ou le papyrus...On se dit qu'il y a ici un échantillon criant de la catastrophe écologique annoncée dont tout le monde parle, mais que les politiques continuent à ignorer...On se demande comment stopper le processus d'auto-destruction . C'est sur, il y a de quoi se poser des questions existentielles...

Je conseille l'hôtel Méridien avec vue sur les pyramides, c'était très bien ! Je ne pensais pas que la ville s'était autant rapprochée des pyramides, (seules survivantes des 7 merveilles du monde) et du Sphinx, c'est pourquoi il ne faut absolument pas hésiter à faire la balade à dos de chameau pour oublier notre civilisation moderne et profiter pleinement de ces édifices pharaoniques ! 

J'aurais aimé passer plus de temps au musée du Caire, l'Egyptian Museum,  j'espère revenir pour découvrir le nouveau musée dont la construction est loin d'être terminée... Tout y est magnifique ! J'ai bien aimé aussi la visite de la Citadelle...La visite des mosquées...La découverte en soirée du Vieux Caire et ses échoppes envahies par la foule...

J'ai juste regretté de ne pas avoir vu le spectacle des derviches tourneurs de l'At Tannourra Egyptian Heritage Dance Troup, comme c'était prévu au programme.

20180609_102742.jpgJ'ai trouvé l'air bien moins pollué qu'à New Delhi ou à Bangkok ,et ce malgré la chaleur. On a été super bien accueillis partout où nous sommes allés. Aucune agressivité, mais je dois reconnaître que nous étions bien entourés par Ibrahim représentant de l'agence et Mona notre guide Egyptienne, qui avec notre chauffeur connaissaient par coeur le répertoire de la diva Oum Kalsoum !  

 J'avais oublié que la ville d'Alexandrie devait son nom au grec Alexandre Legrand, qui fit de la cité la 3ème du monde méditerranéen après Athènes et Rome. Il mourut en 323 av.J-C. et son tombeau est aujourd'hui enterré sous les fondations de la ville moderne. A sa mort, Ptolémée un des généraux macédoniens d'Alexandre fit de la ville sa capitale et fonda une dynastie qui allait durer 3 siècles. Le phare, l'une des 7 merveilles du monde s'écroula suite aux tremblements de terre et la bibliothèque partit en fumée, remplacée aujourd'hui par une médiathèque monumentale, tandis qu'à l'emplacement du phare se dresse le fort de Qaytbay qui a été magnifiquement restauré et qui vaut vraiment le détour. Au coeur de la cité antique se dresse l'incroyable colonne de Pompée, le seul vestige de l'acropole de Ptolémée. Les catacombes de Kom As Shuqafah constituent la plus vaste nécropole égyptienne de période romaine (IIème siècle aaprès J.C), j'ai trouvé le site magnifique et le mélange de style mi -greco-romain mi-egyptien unique ! 

J'avais imaginé une ville plus exotique, j'ai été un peu déçue en arrivant après avoir traversé des paysages désertiques. La ville en elle-même n'est pas belle et ses abords ressemblent à un champs de ruine, mais il aurait été dommage de ne pas venir car les sites à visiter sont très intéressants.

P1200145.JPG P1200147.JPG
P1200149.JPG P1200164.JPG
20180617_082755.jpg
Ci-dessous, un bonus photos :  comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir. Vous pouvez également consulter l’ensemble des montages photos de ce trip en cliquant sur l’onglet Moyen-Orient dans albums photos.

 

Eric

P1200251.JPG

 

P1200311.JPG P1200312.JPG P1200316.JPG
P1200327.JPG P1200328.JPG P1200361.JPG

P1200370.JPG

P1200326.JPG
P1180539.JPG

P1200404.JPG

P1200396.JPG

P1200360.JPG

P1180685.JPG

P1180854.JPGP1180844.JPG
20180609_155535.jpg

P1180572.JPG

20180610_085020.jpg

P1180859.JPG
P1180896.JPG

P1180972.JPG

P1180941.JPG
P1190005.JPG

P1180992.JPG

P1190015.JPG

P1200158.JPG

P1200175.JPG
P1200241.JPG

20180616_104719.jpg

20180616_182002.jpg

P1200409.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


06/07/2018
1 Poster un commentaire

Weekend sur la côte Ligure

 

Weekend sur la côte ligure

P1180187.JPG

Sanremo est une ville de la province d'Imperia, dans la région italienne de Ligurie.

 P1180202.JPG P1180183.JPG

 

 P1180194.JPG P1180181.JPG

 

P1180180.JPG

Sanremo compte environ 56 000 habitants. En nombre d'habitants, elle est la quatrième commune ligurienne, après Gênes, La Spezia et Savone.

C'est une ville touristique, connue notamment pour la culture des fleurs (chaque année a lieu un corso fleuri, Sanremo en fleurs, d'où le surnom de Cité des fleurs), pour son festival de la chanson italienne, son rallye automobile et son rôle de point d'arrivée de la course cycliste Milan-Sanremo.

Sanremo a la particularité d'être une des quatre villes italiennes à avoir un casino.

La position géographique privilégiée de la ville, dans une crique protégée par la montagne, contribue à son climat doux qui fait de Sanremo une destination propice aux cures en toutes saisons.

P1180189.JPG P1180188.JPG

P1180191.JPG P1180197.JPG

P1180186.JPG

 

Hébergement: hôtel Petit Royal à Ospedaletti, réservé sur  le site Booking.com, 49 euros la nuit, petit déjeuner 7 euros par personne. Un prix hors saison, très intéressant pour cet hôtel début du siècle, entouré d'arbres,  idéalement situé face à la mer à moins de dix minutes de voiture du centre de Sanremo. La piste cyclable débute à deux cents mètres de l'hôtel et vous pouvez, si le cœur vous en dit et si vous en avez les jambes, rejoindre Sanremo en vélo ou à pieds. La piste cyclable étant doublée sur toute sa longueur d'une piste piétonnière.

 

 20180127_153833.jpg 20180127_153922.jpg

P1180172.JPG P1180174.JPG

P1180168.JPG

 

20180127_153928.jpg

 

P1180222.JPG

 

Restauration: La ville regorge de restaurants, bars et autres endroits agréables pour manger ou prendre un verre, la plupart à des prix très abordables. Nous citerons "La maison di Nat" à Sanremo où nous avons dîné. Très bonnes pizzas à partir de 8 euros, on recommande. Citons également la Pizzéria "Sole Luna" à S. Stefano al Mare où nous avons déjeuné le dimanche midi au retour de notre balade à vélo. Prix abordables, moins de 30 euros à deux, bières comprises, au soleil et au bord de mer.

20180128_103651.jpg P1180308.JPG

 Pista Ciclabile in Ligurie

 

piste cyclable.jpg

 

P1180182.JPG

 

20180128_111532.jpg 20180128_110551_001.jpg

P1180230.JPG P1180231.JPG


20180128_144525.jpg

 

  P1180320.JPG P1180319.JPG

 La piste cyclable Pista Ciclabile entre San Lorenzo al Mare et Ospedaletti est avec une distance d'environ 26 km l'une des plus longues de la Méditerranée.

La piste est accessible uniquement aux piétons et aux cyclistes. Elle a été construite sur l'ancienne voie ferrée qui a été rénovée et ouverte par la société publique Area24. Le trajet entre San Remo et Ospedaletti a été ouvert en avril 2014 et une nouvelle extension de la ligne jusqu'à Imperia est prévue.

 

20180128_114853.jpg

 

 

20180128_120904.jpg 20180128_120915.jpg

P1180237.JPG P1180296.JPG

Cherchez le chat...

P1180251.JPG

 

Profitez de la balade et la natation!

 Le parcours est plat et traverse de nombreux villages pittoresques le long de la côte méditerranéenne de la Riviera di Ponente. Pendant la tournée à vélo vous découvrirez la charmante campagne ligurienne de près. Faites des tours à vélo en bordure de mer en évitant le trafic sur la Via Aurélia parallèle. Sur la route il y a de nombreux centres de location de bicyclettes, aires de repos, des bancs, des distributeurs d'eau et des terrains de jeux.

Les plages de San Lorenzo al Mare et San Remo par exemple sont facilement accessibles depuis la Pista Ciclabile. Le parcours est également adapté pour les familles et les cyclistes débutants. En outre, vous pouvez louer des vélos au centre de location "Nolo-Bici", ainsi que des tandems, tricycles, pousse- pousse, planches à roulettes et divers accessoires. En pédalant confortablement, vous pouvez aller de San Lorenzo à San Remo en une heure et demie.

 

  20180128_124111.jpg 20180128_132141.jpg

20180128_114618.jpg 20180128_144436.jpg

P1180280.JPG

 

P1180268.JPG

 

Voulez-vous louer un vélo?

Le long de la Pista Ciclabile il y a plusieurs centres de locations de vélo "Nolo-Bici". Le bureau de location propose des tarifs différents: à l'heure, pour 2 heures ou plus, par jour ou par demi-journée. Votre vélo peut être loué sur place ou réservé en ligne à l'avance. 

 

 http://www.blumenriviera.fr/site-touristique-ligurie/piste-cyclable

 

 P1180321.JPG P1180318.JPG

P1180307.JPG P1180199.JPG

P1180311.JPG P1180309.JPG

Notre avis:

Située à une heure de route et à moins de 80 kilomètres de Nice, la jolie ville de Sanremo vous offre le dépaysement et la sensation d’un voyage, même pour un séjour de courte durée. Avec des prix attractifs, hors saison,  il est tout à fait possible de passer un très agréable weekend pour moins de 200 euros tout compris (logement, repas, autoroute, location de vélos et même... l’apéro).

 

 Le printemps en hiver, c’est un peu l’impression que nous a laissé ce weekend sur la côte ligure. Nous avons beaucoup apprécié et nous conseillons la destination. Attention toutefois à la haute saison où les prix et les inconvénients liés à une forte fréquentation, sont les mêmes que sur la Côte d’Azur.

 

Seul bémol, il en faut bien un, nous avons trouvé désagréable cette quasi-obligation de devoir payer certaines choses ou services en cash (y compris les parkings publics gérés par la municipalité et certains restos). Il y a apparemment deux économies en Italie, celle du cash et l’autre, peut-être plus officielle, où vous pouvez payer en CB… Prévoyez donc un peu de liquide, cela vous évitera de perdre du temps à courir à la recherche d’un distributeur de billets.

 

 Regard de femme, le séjour vu par Corinne:

Depuis quelques années nous allons régulièrement à San Remo, et nous ne sommes jamais déçus. 

Pour ceux qui aiment les marchés forains celui de San Remo a lieu le samedi matin. C'est un grand marché qui attire vraiment beaucoup de monde, alors si cela vous tente prévoyez de venir tôt dans la matinée pour ne pas être bloqués dans les bouchons en sortant de l'autoroute, et pour trouver une place de parking. Si vous ne venez que pour le marché le mieux est encore de venir en train...

 San Remo est une très jolie ville avec de belles zones piétonnes, de nombreuses boutiques ( à conseiller pour les soldes !) où il fait bon se balader. Il y a cette ambiance de dolce vita un brin nostalgique de la Belle Epoque et j'aime beaucoup ce style qui raconte une histoire, celle de la riviera italienne du temps de sa splendeur.

Sans compter que quelle que soit la saison, en terrasse, à l'heure de l'apéro un spritz n'arrive jamais seul, mais accompagné de quelques gourmandises dont les italiens ont le secret et dont les français feraient bien de s'inspirer ! 

Il y a quelques années j'étais venue en train  avec des copines, nous avions embarqués nos propres vélos pour une journée de détente et de découverte sur cette piste cyclable du bord de mer qui sent bon les vacances... Cette fois nous l'avons fait à deux lors de ce week-end en amoureux, la St valentin avant l'heure... Nous n'étions pas seuls au monde, loin de là, car il faisait un soleil magnifique et nombreux étaient ceux qui profitaient de cette promenade très bien aménagée, et sécurisée qui vous emmène tranquillement jusqu'à San Lorenzo.

Faites comme nous, arrêtez vous dans une des petites villes traversées pour déjeuner et reprendre des forces pour le retour... Car même si vous pédalez sans forcer, vous pédalez quand même ! Et si je ne me trompe pas cela fait 34 km aller/retour depuis Sanremo...

J'aimerais vivre en italie ...

A bientôt ! Corinne.

 

 

Merci de m'avoir lu et à bientôt pour un autre carnet de route.

 

ERIC

 

Ci-dessous un bonus photos de ce super weekend. Comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez les agrandir en cliquant dessus.

 

20180128_122858.jpg

 

20180127_154757.jpg

 

20180128_155509.jpg

 

P1180179.JPG

 

P1180306.JPG

 

P1180304.JPG

 

P1180295.JPG

 

P1180299.JPG

 

P1180294.JPG

 

P1180288.JPG

 

P1180275.JPG

 

P1180286.JPG

 

P1180274.JPG

 

P1180272.JPG

 

P1180259.JPG

 

P1180312.JPG

 

P1180263.JPG

 

Cherchez le chat...

P1180264.JPG

 

P1180262.JPG

 

P1180184.JPG

 

P1180201.JPG

 

P1180204.JPG

 

P1180325.JPG

 

P1180225.JPG

 

P1180279.JPG

P1180175.JPG

 

P1180177.JPG

 

P1180232.JPG

 

P1180193.JPG

 


 


07/02/2018
1 Poster un commentaire

Road trip en Ecosse

 Trente-deux jours de road trip sur les routes d’Ecosse en novembre -décembre.

 

20171204_132215.JPG

 

L’Ecosse… C’est Corinne qui a choisi cette destination  chère aux fans d’Outlander. Quant à moi, je dois bien l’avouer, j’étais assez sceptique sur le côté dépaysement de ce voyage, d’autant plus que la période choisie, novembre-décembre, devait, d’après les commentaires lus sur les différents forums de voyage, nous faire vivre, au mieux un mois de pluie, au pire un enfer glacé… Trente-deux jours et 5200 km plus tard, je ne vois plus l’Ecosse du même œil, et avant que vous commenciez la lecture de ce carnet de route, je voudrais soumettre au test « vrai/faux », d’après notre expérience,  les affirmations courantes que l’on peut lire, ici et là, sur ce pays.

 

20171201_083914.jpg 20171130_111911.JPG

20171112_120135.jpg

 

En Ecosse :

 

-           Il pleut tous les jours : faux, 2 jours de pluie sur 32, une dizaine de jours d’un temps mitigé qui alterne bruine, neige et soleil, et du ciel bleu pour les autres jours et nous étions en novembre/ décembre...

-          Il y a des mecs bourrés partout et pas seulement dans les pubs : faux, nous n’en avons vu aucun, pubs compris, mais surtout ça ne rigole pas avec l’ivresse dans le pays.

-          Il n’y a que des rousses : encore faux, il y a beaucoup de brunes, mais surtout des blondes.

-          La vie est chère, y passer un mois est hors de prix : vrai et faux, il suffit de bien préparer son voyage et de bien  le gérer pour ne pas exploser le budget.

-          Il y fait très froid : pas plus qu’à Paris en hiver.

-          Les fantômes, c’est du pipeau : peut-être, mais une fois sur place, on voit les choses différemment...

   20171112_172026.jpg 20171126_205541.jpg 20171126_171243.jpg

 

 20171116_152935.jpg 20171116_153820.jpg 20171112_151947.jpg

 

-          Les écossais sont froids et renfermés : faux, ils sont sympas.

-          La conduite à gauche c’est galère : faux, ce n’est pas tant la conduite à gauche qui nous a gênés que la sophistication de la voiture de location. De plus les écossais sont très cools et tolérants sur la route.

-          On y mange mal : mieux en tout cas que dans certains pays, nous n’en avons pas souffert, et puis leur saumon est l’un des meilleurs du monde.

 

20171112_135539.jpg 20171112_135548.jpg 20171121_193750.jpg

 

 20171116_085253.jpg 20171113_214321.jpg 20171121_193754.jpg

 

-          Il n’y a pas de dépaysement, c’est comme chez nous : faux, c’est différent et la route 500 est l’une des dix plus belles du monde, ça ressemble plus à l’Amérique du nord qu’à l’Europe.

-          Dix jours suffisent pour tout voir dans ce petit pays : faux, 32 n’ont pas suffi…

 

20171127_144001.jpg 20171127_150422.jpg

20171124_112123.jpg 20171117_130552.jpg

 

 Préparation du trip :

 

Vols : réservés sur le site Air-France KLM.

Voiture de location : réservée en ligne sur le site Rentalcar, loueur Thrifty.

Hébergements : hôtels et B&B, réservés sur les sites Booking.com et Expédia.fr

Change : au 01/01/18, 1 livre = 1.12 euro. 1 euro = 0.88 £

 

20171112_102235.jpg  20171113_104015.jpg

20171112_103304.jpg  20171112_120129_001.jpg

Jour 1 : Nice Edimbourg via Amsterdam avec KLM. Départ de Nice à 12h20 arrivée à Edimbourg à 16h20 locale (1h00 de moins que la France). Récupération rapide des bagages, l’aéroport d’Edimbourg est de taille humaine et très bien organisé. Peu de monde, nous sortons de l’aérogare pour rejoindre l’emplacement des taxis situé au rez-de-chaussée du parking en face du terminal. Nous sommes seuls, d’autres passagers attendent le passage du bus Air Link. Nous avons choisi le taxi, malgré son prix, 25 £ pour rejoindre le centre-ville, car nous avions hâte d’arriver mais surtout pas envie de trimballer nos sacs dans des bus, pour une fois que nous voyageons en Europe. Il fait frais, 6°, et la nuit tombe, il fera nuit à 17h00. Le taxi nous dépose à la guesthouse que nous avons réservé sur le site Expédia, 143 £ pour 4 nuits, en petit déjeuner. Le Braveheart, 26 Gilmore street. Assez rustique, mais très bien placé à une  quinzaine de minutes à pied du centre historique et bien desservi par les bus. 18h00, chambre récupérée, nous sortons pour notre première soirée écossaise. Premier arrêt au pub  « Bennett », l’un des pubs les plus réputé d’Edimbourg, qui se trouve à une centaine de mètres du Braveheart. Le pub est plein car l’équipe d’Ecosse de rugby joue ce soir à Murray Field contre les iles Samoa, et la rencontre est retransmise à la télé. Nous prendrons quand même le temps de boire notre première bière du voyage dans ce magnifique endroit, ambiance chaleureuse. Petit tour dans le quartier, il commence à faire froid et nous décidons d’aller dîner, il est 19h00 et tous les restos sont déjà pleins. Nous choisirons un restaurant bar charcuterie, pas très loin du Bennett. Repas de tapas pour 35£ à deux avec nos deux premiers whisky écossais. Retour à la guesthouse et repos bien mérité.

 

   P1130938.jpg  P1130944.jpg  P1130950.jpg

P1140036.jpg  P1130955.jpg  P1140251.jpg

P1140169.jpg   P1140190.jpg

Jour 2 : Levés à 8 heures et départ, à pied, après le petit déjeuner, pour le château d’Edimbourg. Il fait beau, pas un nuage ne viendra gâcher notre journée, mais nous nous sommes bien couverts car le vent est froid. Visite du château, entrée 17£, une belle visite de deux heures avec en prime, à notre arrivée, un défilé militaire pour les commémorations de la première guerre mondiale, kilts et cornemuses, nous sommes bien en Écosse. Un peu de shopping sur Royal mile suivra la fin de la visite avant une pause déjeuner au World’s End, 4High Street, www.worldsend-edinburgh.co.uk , un beau pub où nous gouterons à nos premiers Haggis et Fish and chips. 33£ pour deux, Corinne en profitera pour m’acheter le tee-shirt du pub. Visite ensuite de la cathédrale Saint Gilles sur Royal Mile, très bel édifice, qui me fera penser au roman «Les piliers de la terre ». 15h00, tour de la ville en bus panoramique de la société City Hop, bus rouges à impériale, billets réservés en ligne sur le site Viator, 12£/pax, valables 24 heures à partir de la première utilisation. Belle balade qui permet d’avoir un aperçu de la ville sans se fatiguer, plusieurs arrêts possibles pour visiter les différents monuments. Retour sur Royal Mile vers 17h00 et visite du Musée de l’illusion, entrée 15£. Drôle et intéressant, nous conseillons ce musée qui se trouve à une centaine de mètres de l’esplanade du château. Retour ensuite vers le secteur de Gilmore avec en route une pause whisky dans un pub où des irlandais venus soutenir leur équipe nationale de foot qui joue un match capital contre la Suisse, mettent l’ambiance. Nous finirons la soirée au TUK TUK, un restaurant indien situé à l’angle de Gilmore street et de Levens street. 20£. Nous nous apercevons que les Ecossais dînent tôt, souvent dès 17 heures 30 et qu’il est ensuite difficile de trouver une place dans un pub ou un restaurant. Retour au Braveheart pour une nuit de repos bien méritée.

 

P1140120.jpg  P1140125.jpg  P1140201.jpg

P1140400.jpg  P1140403.jpg

P1140418.jpg  P1140414.jpg  P1140183.jpg

 

Jour 3 : Départ après le petit déjeuner pour la Vieille ville où nous prendrons un bus City Hop pour Holyroodhouse, résidence d’été de la reine d’Angleterre lorsqu’elle vient en Ecosse. Entrée : 12,5 £. Un bel endroit qui se visite comme un château. 13 heures, nous reprenons un bus City Hop pour rejoindre le musée National Galery, entrée gratuite, un régal. Magnifiques tableaux dont ceux de Monnet, Gauguin et bien d’autres. 15 heures, nous rejoignons, à pied, le Musée National d’Ecosse. Entrée gratuite, un magnifique musée qui ravira parents et enfants. N’ayant pas eu le temps de déjeuner, nous prendrons une collation au premier étage du musée. Un petit snack qui sert de très bonnes pâtisseries et de merveilleux chocolats chauds. 11 £ pur deux. Nous retournerons ensuite sur Royal Mile où Corinne a réservé un tour « City of dead » dont le départ a lieu le long de la cathédrale St Gilles à 19h00. Nous ferons passer le temps en faisant les pubs dont le Brodie celui-là même ou Stevenson a écrit … Départ du tour à l’heure en compagnie d’une quinzaine de personnes et d’un guide déjanté. Balade qui nous conduira dans les sous-sols d’Edimbourg pour finir dans la crypte d’un cimetière. Pas mal, mais exclusivement en anglais, 14£ / pax, réservé sur Viator. Nous irons ensuite dîner au restaurant du Brodie, 35£ pour deux. Retour à la guesthouse pour une nuit de repos bien méritée…

P1140237.jpg P1140238.jpg P1140239.jpg P1140233.jpg

P1140272.jpg  P1140071.jpg 

Jour 4 : on traine un peu après le petit déjeuner, le contrecoup du froid et des efforts de la veille, puis départ pour Océan Terminal où se trouve le Britania, dernier yacht de la reine d’Angleterre, maintenant transformé en musée flottant. Transport en bus, N°11, depuis Gilmore place. 1,60 £ / pax, prévoir l’appoint car le chauffeur ne rend pas la monnaie. Vingt minutes de trajet et nous voilà arrivés. Un endroit assez triste pour un bateau de cette classe, mais impressionnant pat la taille des navires à quai dans le port. Une visite intéressante, entrée 15,50 £, possibilité de restauration sur place ou au centre commercial Océan Terminal. Deux heures de visite en tout puis nous retournons, en bus, sur Gilmore place pour permettre à Corinne de prendre deux heures de repos car la soirée va être longue. Mais avant, arrêt déjeuner au Bennett, où nous mangerons de délicieux hamburgers / bière, 29£ pour deux. 18 heures départ en bus pour la nouvelle ville où nous descendons à Prince street avec au programme shopping et pub en attendant 22h00, l’heure à laquelle nous avons réservés nos places pour le spectacle, Spirit of Ecosse, réservées sur Viator pour 30 £ / personne. Nous avions réservé pour 22 heures, mais étant en ville, nous sommes passés à 18h30 repérer les lieux et là on nous propose d’assister au spectacle de 20h00, on accepte, et on fera bien car on s’apercevra en sortant qu’il n’y a pas de spectacle à 22h00, léger, léger Viator…

 

20171115_143748.jpg  20171115_144145.jpg

P1140556.jpg                     P1140554.jpg  

 

P1140669.jpg

 Jour 5 : On quitte le Braveheart à 10h00, pour rejoindre, en taxi -7.5 £ - Haymarket Terrace où se trouve l’agence de location Thrifty où nous devons récupérer notre voiture de location. Nous avions réservé un Ford Fiesta et on se retrouve avec une VW Golf TDI 2.0 flambante neuve avec 65 KM au compteur. Nous craignions la conduite à gauche et le volant à droite, mais tout ira bien, je prendrai rapidement en mains cette superbe voiture et à part quelques soucis de synchronisation des vitesses, aucun problème ne viendra perturber notre premier jour de road trip. Nous prenons la route pour Rosslin où se trouve la Rosslin Chapelle, un bel édifice plein de mystère à une quinzaine de kilomètres d’Edimbourg. Entrée 9£. Petite restauration possible sur place. Départ ensuite pour Forth Bridge et son fameux pont rouge que les Ecossais nomment leur Golden Gate…, faut dire qu’il a la même couleur. Deux autres ponts dont un superbe ouvrage à haubans, enjambent également le bras de mer  à cet endroit. Pause photos, balade, nous reprenons ensuite la route pour Stirling, célèbre pour les faits de guerre qui s’y sont déroulés, en empruntant la route touristique ouest  qui passe par Cullos où nous ferons une petite pause. La nuit tombe déjà, il est 16 heures, et il est temps de se mettre en route pour Stirling et le « Broomhall Castle » où nous allons passer nos trois prochaines nuits. Réservé sur Booking.com, 267 euros en petit déjeuner. Nous arrivons à 18 heures, soirée bar et dîner au restaurant du château et chambre fantôme…

 

  P1140589.jpg  P1140568.jpg  P1140588.jpg


   P1150023.jpg  P1140999.jpg

Jour 6 : Petit déjeuner typiquement écossais et nous prenons la route pour le mémorial de Wallace, le héros du film Braveheart joué par Mel Gibson, il fait beau, le ciel est d’un bleu limpide et aucun nuage ne vient gâcher notre plaisir. Nous délaissons la navette gratuite pour monter au sommet de la colline où se trouve la tour érigée à la mémoire du héros highlander. Entrée 9 £ mais 5 aujourd’hui, nous n’avons pas vraiment compris pourquoi. Petite balade à pieds sur un sentier qui grimpe à travers la forêt jusqu’au monument. Magnifique, est le seul mot qui me vient à l’esprit en voyant la tour qui pointe vers le ciel. Il faut absolument monter tout en haut de l’édifice où une vue à couper le souffle s’offre à vous. Pensez à bien vous couvrir, le vent est violent et froid au sommet. Départ ensuite pour le château de Stirling, porte d’entrée des Highlands. Parking au pied du château, 4 £ la journée, et entrée du château 15 £. Un très beau château que j’ai préféré à celui d’Edimbourg, très bien entretenu. Il  y a peu de monde, on se régale. Nous passerons près de deux heures et demie à arpenter le monument. Le ciel est toujours aussi bleu, mais le vent s’est renforcé, il est … glacial. Nous quittons le château pour aller déjeuner dans la vielle ville de Stirling au Darnley Coffee house, 18 Bow street, où nous nous déjeunerons pour moins de 20 £ à deux, de sandwichs, gâteau et chocolat chaud. Pour la petite histoire  cette maison fut la résidence de lord Damley, époux de Marie Stuart. 16 heures, nous regagnons la voiture en passant par le cimetière, où sous le soleil couchant nous avons bien cru apercevoir des fantômes… Nous rentrons ensuite au Broomhall Castle pour récupérer un peu de la fatigue du froid et profiter de notre chambre. Dîner sur place.

P1140579.jpg  P1140686.jpg

P1140732.jpg  P1140751.jpg  P1140813.jpg

P1140818.jpg  P1140819.jpg

 

Jour 7 : Route pour Linlithgow où se trouve le palais du même nom. Un château bien conservé qui appartenait aux Stuart et où séjourna la reine Marie Stuart. Situé à environ 36 kilomètres de Stirling au bord d’un loch. Entrée 15 £, parking gratuit. Une belle visite qui vous donnera un aperçu de la vie à l’époque de Marie Stuart. Nous nous sommes régalés et avons doublé la visite avec l’église paroissiale qui se trouve face au château et qui est donnée pour être une des plus exceptionnelles d’Ecosse. Nous ferons également une balade à pieds dans le parc du château au bord du loch ce qui nous permettra d’apprécier les couleurs de l’automne. Nous décidons de rejoindre ensuite le Blackness Castel, un beau château au bord de mer face au Forth Bridge et ses deux successeurs. Les lieux ont servi de décor à certain épisodes de la série Outlander, notamment en servant de quartier général à Black Jack Randall, mais aussi où ont été tournées les scènes déchirantes de l’incarcération de Jamie Frazer. Malheureusement pour nous, le château est fermé tous les jeudis et vendredis. Nous devons donc nous contenter de le voir de l’extérieur. Malgré le ciel bleu et le soleil, le vent froid est mordant et nous décidons d’aller visiter un autre château, celui de Doune, à une quinzaine de kilomètres de Stirling. Un château qui a également servi de décor à la série Outlander, et pas des moindres puisqu’il incarne le château fictif de Leoch, là où vivent Colum Mc Kenzie et  son clan. Mais aussi lors d’une scène où Claire et Franck visitent le château en ruines au XX siècle. Bref, un château pour les amateurs de la série. Entrée 6£, parking gratuit sur place. Nous finirons la journée par une visite de la vieille ville de Stirling où nous dînerons, assez tôt car affamés, au N°2 Baker Street, un pub chaleureux au possible. 18 £ livres pour deux menus burgers maisons et bières. Retour au Broomhall Castle pour la nuit.

   20171118_112604.jpg  20171118_120437.jpg  20171118_120638.jpg

P1150167.jpg  P1150111.jpg  P1150028.jpg

P1170045.JPG 

Jour 8 : Nous quittons Broomhall Castel après une dernière nuit, la prochaine nous la passerons à Perth, début de notre trip dans le nord. Mais avant de rejoindre l’ancienne capitale de l’Ecosse nous nous dirigeons sur le Loch Lomond, pour faire une randonnée dans le parc national des Trossachs. La chance est avec nous et le ciel bleu nous accompagne toujours. 35 km entre Stirling et le Loch Lomond où nous remontons la rive orientale jusqu’à la petite ville de Balmaha, point de départ de la randonnée du jour, l’ascension de Conic Hill, qui du haut de ses 362 mètres offre une superbe vue sur le loch et la région environnante. Un peu de monde en ce samedi, les écossais sont en balade. Deux heures vingt plus tard, nous voilà revenus mais  pas suffisamment épuisés pour nous arrêter, nous enchainerons par la seconde balade proposée, Millennium Forest, une agréable marche de moins d’une heure, d’abord en forêt puis au  bord du loch ensuite. Les couleurs automnales dont se sont parés les arbres font penser à celles de l’été indien. Il est temps de rejoindre Perth, à 70 Km de là, où nous avons réservé une chambre pour trois nuits au Skye lodge Perth, une sorte de motel situé parmi les installations de l’aérodrome local… 45£ la nuit en petit déjeuner, réservé sur booking.com. Une belle surprise en définitive, avec une chambre agréable et bien équipée. Le temps de nous retaper un peu et nous voilà repartis pour aller dîner à Perth à 4 km de là. C’est samedi soir, la ville est envahie par une foule immense qui déambule dans les zones piétonnes, mais aussi sur les quais de la rivière où un concert est donné par plusieurs artistes et est retransmis sur écrans géants. Les manèges forains ont envahis les rues et le marché de noël ajoute à la fête. Il y aura même un superbe feu d’artifices tiré depuis la rivière. Mais nous avons faim, nos estomacs au régime sec depuis le petit déjeuner, crient famine et nous nous mettons à la recherche d’un pub où dîner. Notre choix se portera sur « La Taverne », un pub comme nous les aimons, animé et agréable. Dîner pour 28£ pour deux avec entrée et plat principal. Nous quittons La Taverne apaisés, et regagnons le parking pour récupérer notre voiture, non sans faire quelques arrêts devant des concerts donnés à différents endroits de la vieille ville.

P1150353.jpg  P1150354.jpg  P1150362.jpg

20171120_153151.jpg  20171120_151144.jpg  20171120_155027.jpg

P1150425.jpg P1150429.jpg P1150445.jpg 

Jour 9 : Nouveau réveil avec le soleil, nous décidons d’en profiter, d’autant plus que la pluie est annoncée pour le lendemain, et de faire route pour Saint Andrews, en bord de mer, où se trouve West Sand, la plus grande plage d’Ecosse. Située à environ 40 km de Perth, c’est une ville balnéaire, chic et riche, où le golf fût inventé. On y trouve d’ailleurs le musée du golf. Nous arrivons à 10 heures  trente et commençons par une balade sur la plage de West Sand. Sous le soleil et malgré le vent frais, la balade prend des airs de sortie du dimanche. C’est agréable et vivifiant. Nous rejoignons ensuite le sentier piétonnier qui démarre de la plage et rejoint l’ancienne cathédrale en passant par l’aquarium et le château, trois lieux que nous voulons visiter. Nous commençons par la cathédrale, billet jumelé avec celui du château 9£. Une visite impressionnante au milieu des ruines de l’ancienne cathédrale, détruite par les protestants. Ruines qui se trouvent elles-mêmes entourées d’un cimetière, mystère et ambiance… Nous monterons au sommet de la tour pour profiter de la vue panoramique sur la région proche. Une grimpette qui nous laissera sans souffle, tant elle est haute et les escaliers raides… Direction ensuite le Saint Andrews Castle, lui aussi en ruine, mais superbement implanté sur les falaises du bord de mer. La marche et le froid ont creusé nos estomacs qui commencent à crier famine, on se met donc à la recherche d’un pub, notre choix se portera sur le Green King situé sur la rue principale, où nous nous régalerons de Fish and chips. 30£ pour deux, bière et whisky compris. On poursuivra la journée par la visite de l’aquarium, entrée 11£, un petit aquarium public sympa et bien entretenu. 16h00, le jour diminue et le froid se fait plus vif, 3.5 °C, nous reprenons la route pour Perth pour une nouvelle soirée en ville où nous retournons au pub La Taverne qui avait bien plu la veille. Malheureusement, nous arrivons à 19h40 et le pub ferme à 20h00 le dimanche… Nous serons donc obligés de nous rabattre sur un Pizza Hut, 20£ à deux, car tout est fermé, ce n’est plus la ville vivante que  nous avons découvert 24 heures plus tôt… Nous rentrons au Skye Lodge rapidement car il fait très froid et la pluie menace.

20171119_105856.jpg  20171120_114510.jpg

   P1150459.jpg  P1150452.jpg  P1150478.jpg

20171121_160753.jpg 

Jour 10 : La pluie a fini par faire son apparition, en fait une simple bruine, très fine, qui va nous accompagner toute la journée. Nous décidons de commencer par Scone Palace, un château réputé, qui se trouve à moins de trois kilomètres du lodge. Mais la chance n’est pas avec nous, nous trouvons grilles closes pour cause de fermeture de novembre à mars. Peu importe, nous mettons à profit cette mini déception pour prendre la route en direction de Pitlochry, une jolie, très jolie même, bourgade qui se trouve sur la route d’Inverness. Nous comptons y voir une échelle à saumons installée sur le barrage de la rivière d’où s’écoulent les eaux du loch Falkaly. Nous souhaitons également y visiter la distillerie Edradour, la plus petite et une des plus anciennes du pays. Le ciel est bas, les nuages semblent comme posés sur les collines environnantes au sommet desquelles la neige a fait son apparition. Les couleurs de l’automne dans les Highlands qui se rajoutent au décor nous offrent un spectacle de toute beauté. Nous passons Pitlochry sans apercevoir la signalisation indiquant l’échelle à saumons, pourtant indiquée à l’entrée de la ville. Tant pis, nous continuons à rouler jusqu’à un pont qui enjambe une rivière et sur lequel passe une route qui s’enfonce dans la forêt. On la suit, même émerveillement devant les couleurs qui nous nous entourent de toutes parts, et on arrive au Loch Tummel, où nous nous arrêtons au Queen’s view, qui offre un point de vue sur ce très bel endroit. Les nuages bas, le Loch, les couleurs, il ne manque rien… Nous repartirons ensuite pour Pitlochry où nous finirons par trouver la fameuse échelle à saumons que nous rejoignons à pieds après une balade d’une dizaine de minutes où l’on traverse la rivière en empruntant un joli pont suspendu. Nous verrons l’échelle mais pas les saumons qui doivent nager au fond des eaux noires et tourbillonnantes… Midi, il est l’heure de se mettre en quête du Moulin Inn and Brevery, un pub déniché sur le Routard et le Lonely, qui tiendra toutes ses promesses par la qualité de ses bières, brassées sur place et de ses plats, sans parler du décor, conforme à ce que l’on peut attendre d’un pub des Highlands. 42£ pour deux, plats, desserts et bières. La distillerie Edradour ne se trouve qu’à deux kilomètres de là et c’est tout naturellement que nous nous y rendons. Visite du magasin de vente où sont proposés de nombreux whiskys à tous les prix, puis visite de la distillerie, 10£ / personne, avec un charmant monsieur en kilt qui répond au nom d’Edward. La visite débute par la dégustation de divers whiskys, trois, et la projection d’un film, sous-titré en français pour nous ! Charmante visite que nous avons appréciée. La nuit est maintenant tombée et nous regagnons Pitlochry pour une balade pédestre dans la rue principale avant de reprendre la route pour Perth à 35 km de là. Nous finirons la journée par un repas au pub The Bothy, un très bel établissement situé au rez-de-chaussée  d’un immeuble victorien. 28£ pour deux. Retour et nuit au Skye Lodge.

20171122_100845.jpg  20171122_105324.jpg

P1150544.jpg  P1150623.jpg  P1150627.jpg


P1150667.jpg  P1150678.jpg  

Jour 11 : La pluie est toujours présente ce matin, mais elle s’est en plus drapée d’un manteau blanc, une brume qui enveloppe le paysage et qui ne se lèvera pas de la journée, rendant les Highlands encore plus mystérieux. Nous quittons le Skye Lodge pour le château de Glamis qui, comme la veille celui de Scone Palace, est fermé en novembre. Tant pis ou tant mieux, l’occasion est  belle de foncer vers la vallée de Glen Clova, réputée pour ses paysages, à 30 km de là.  Au passage, nous ferons une halte à Kirriemuir, ville natale de l’auteur de Peter Pan, le dessin animé de Walt Disney dont on peut voir une statue de bronze à l’entrée de la ville. La route de la vallée de Glen Clova est une route étroite d’une vingtaine de kilomètres qui finit en cul de sac. Tout le long du trajet qui serpente entre les collines, vous pourrez apercevoir vaches et moutons, mais surtout des dizaines de faisans qui n’hésitent pas à se balader le long de la route. Nous irons jusqu’au bout, endroit d’où démarrent les randonnées, mais le temps ne s’y prête vraiment pas et nous ferons demi-tour non sans nous arrêter au Glen Clova Hôtel, pour nous restaurer. Une superbe  salle de restaurant dans un pub comme on imagine en trouver dans les Highlands. 35£ pour deux. Reprise du trip en direction de Stonehaven pas loin d’Aberdeen où nous avons réservé une chambre pour la nuit à l’hôtel Belvédère, 61£ en petit déjeuner sur booking.com. La pluie et le brouillard se font plus intenses, le ciel semble s’être couché sur la terre… A quelques kilomètres de Stonehaven, se trouve le magnifique et irréel château de Dunnottar bâtit sur éperon rocher au bord de mer. Impressionnant, surtout sous le brouillard et le jour qui commence à baisser. Nous nous y arrêterons pour prendre quelques photos car il est trop tard pour visiter et reviendrons demain. Nous terminerons la soirée par un dîner au restaurant pub The Ship Inn, sur le port, dont nous avons trouvé l’adresse dans le Routard, mais d’un rapport qualité prix nettement supérieur à ce qui est décrit dans le guide. Un très bon resto que nous conseillons. 48£ pour deux, entrée, bière et whisky compris.

20171122_102211.JPG  20171123_140034.jpg  20171123_100912.jpg

P1150833.jpg  P1150848.jpg  P1150887.jpg

P1150911.jpg  P1150926.jpg  P1150931.jpg

Jour 12 : Ciel bas mais pas de pluie ce matin.  Tant mieux puisque nous avons programmé la visite du château de Dunnottar. Il y a peu de monde et l’endroit, sans le brouillard de la veille est impressionnant, un des plus beaux châteaux que nous avons visité en Ecosse. L’ensemble nature et ruines est mystérieux, il y a absolument tout ce qu’il faut pour faire travailler mon imagination d’auteur de romans… Entrée 6£, nous terminerons la visite par une descente jusqu’au bord de mer, découvert à marée basse. La baie est majestueuse, phoques, dauphins et même des baleines peuvent y être aperçus par les plus chanceux. Midi, départ pour Aberdeen à 22km de là. Nous garons la voiture au parking du muséum maritime, premier objectif de notre passage en ville. Un très beau musée, sur le port face aux cargos et autres remorqueurs à quais. Entrée gratuite, petite restauration sur place. Nous  poursuivrons ensuite par une balade à pieds en ville et un passage au marché de noël doublé d’une fête foraine. Visite, également gratuite du musée de l’ancienne prison de la ville, The Tolbooth Museum, un petit musée où il faut grimper des escaliers en colimaçons pour atteindre les anciennes cellules, pas réjouissant mais intéressant. Nous récupérons ensuite la voiture pour rejoindre la cathédrale de Saint Machar, qui n’est autre que la cathédrale en granit, excusez du peu, la plus vieille du monde ! Nous arrivons 3 minutes avant la fermeture. Le bâtiment qui se trouve entouré d’un ancien cimetière où, comme dans la chanson, les croix sont penchées, est intéressant et bien entretenu et nous profiterons du son puissant de l’orgue sur lequel un instrumentaliste fait des répétitions. Il fait sombre lorsque nous quittons la cathédrale et les ombres dansent autour des tombes… Je sais, j’ai beaucoup d’imagination, mais je vais bien finir par apercevoir un fantôme, j’y crois, nous sommes en Ecosse ! Départ pour le Mercure Aberdeen Ardoe Hotel & SPA où nous avons réservé pour 2 nuits. Un très beau complexe dont le bâtiment principal est un ancien château et qui offre tout le confort de la chaine, piscine comprise. 161£ pour deux nuits avec petits déjeuners, réservé sur Booking.com. Soirée sur place : pub, resto, dodo…

P1150889.jpg  P1150871.jpg  P1150936.jpg

P1150945.jpg

P1150967.jpg  P1150991.jpg  P1160038.jpg

P1160027.jpgJour 13 : La neige est tombée pendant la nuit et a recouvert d’un joli tapis blanc les pelouses de l’hôtel. Mais le ciel qui a retrouvé sa couleur bleu fait de nouveau mentir les mauvaises langues qui prétendent que le mauvais temps règne en maitre sur l’Ecosse. Une biche et ses trois petits nous feront le plaisir de passer devant notre fenêtre, paisibles, comme si de rien n’était… Nous prenons la route pour Braemar, à 90 km de là, où nous nous voulons visiter le château. En route, nous ferons un stop à Ballater, une jolie petite bourgade où nous ferons un peu de shopping, soldes du black Friday qui approche oblige, boirons un cappuccino en mangeant des bonbons au whisky et ferons quelques photos. Le tapis de neige est de plus en plus épais à mesure que nous approchons de Braemar. Tout est blanc et c‘est magnifique. Le château apparait enfin. En bord de route, au milieu d’un champ surplombant la rivière. Petit mais très esthétique, il dresse fièrement ses tours vers l’azur du ciel. La neige, tout autour, rend l’endroit magique et nous nous régalons. Nous sommes seuls, le château est fermé en novembre, mais peu importe, ce que l’on voit de l’extérieur nous suffit amplement. Nous regagnons ensuite la ville de Braemar à 500 m de là. Une jolie petite ville qui sent le lieu de villégiature de gens aisés. Comme à Ballater, nous en ferons le tour en balade. Je remarquerai que des bus font le trajet pour Aberdeen pour 3,50£ l’aller simple, aller-retour possible dans la journée, environ 2 heures de trajet.  L’après-midi commence à bien avancer et nous décidons d’aller voir le pont « Linn of Dee », cité dans le Routard, qui se trouve à environ 8 km de Braemar et que l’on rejoint en empruntant une petite route qui démarre à la sortie de la ville et s’enfonce dans la forêt en longeant la rivière, jusqu’à un cul de sac. Beaucoup de neige sur et autour de la route mais nous circulons quand même très bien. Le Pont est joli mais  c’est surtout la rivière qui passe dessous en s’engouffrant dans une gorge étroite qui vaut le détour. Le jour baisse et les températures deviennent négatives, il est temps de retourner vers Aberdeen. Repas au pub du Mercure Aberdeen Ardoe, 51£, et une nuit de repos bien méritée, demain nous continuons à monter vers le nord…

20171121_125146.jpg  20171123_205316.jpg  20171123_205603.jpg

P1160053.jpg  P1160074.jpg  P1160090.jpg

20171124_162232.jpg  20171124_154951.jpg  20171124_164929.jpg

 

P1170300.JPGJour 14 : Le soleil est de nouveau au rendez-vous ce matin, froid mais beau. Nous commençons la journée par un passage au Frazer Castle, situé à une quinzaine de kilomètres de l’hôtel. Le château est fermé en hiver mais on peut en faire le tour à pieds et visiter les jardins et le parc. Un beau château, en très bon état, mais il fait trop froid pour trainer longtemps et nous reprenons la voiture pour rallier la ville de Tomintoul où démarre la « Highland Tourist Route » aussi nommée « Malt Whisky Trail » car de nombreux distilleries se trouvent le long de son tracé. Une route magnifique et  bucolique qui chemine entre vallons et montagnes, longe la Spey, une rivière à eau claire qui alimente les distilleries, forêts et champs agricoles. Le tout recouvert d’un joli manteau de neige sous un ciel d’un bleu éclatant. La route monte jusqu’à la station de sports d’hiver de Moray avant de redescendre vers Glenlivet. Nous décidons de nous arrêter à la distillerie de Glenlivet mais cette dernière est fermée du 10 novembre au 12 mars. Nous nous rabattons alors sur celle de Glenfiddich, à une quinzaine de km de là, et arrivons juste avant la dernière visite à 16h00. Visite d’une heure trente, tarif : 10£ avec dégustation de whisky, sauf pour celui qui conduit à qui on remettra une mignonette à consommer plus tard… Un vrai régal que cette visite, rien que pour nous deux, avec Lucy notre jeune et sympathique guide. Une belle distillerie et une visite que nous conseillons vraiment de faire. D’autres sont également proposées de 2h30 et 4h30 aux tarifs de 50 et 95£. La nuit est maintenant tombée et nous reprenons la route pour Lossiemouth,  en bord de mer, à 30 km de là, où nous avons réservé une chambre pour deux nuits au B&B  Jomarnic, 140£ pour deux nuits en petit déjeuner. Après un accueil des plus charmants de Maureen, nous allons dîner sur le front de mer au 1639, un restaurant de fruits de mer. 51£ pour deux avec boissons. Nuit au Jomarnic.

P1160111.jpg  P1160136.jpg  P1160158.jpg

20171125_134451.jpg  20171127_150422.jpg  20171127_174402.jpg

20171123_145824.jpg  20171129_133056.jpg  P1160472.jpg

P1160461.jpg
Jour 15 : Ciel mitigé ce matin, et c’est peu de le dire ! Bleu, gris, blanc, venteux, ensoleillé, nuageux, pluvieux, neige…, une météo capricieuse qui va nous accompagner toute la journée. Une journée que nous débutons par un passage à Lossiemouth pour voir le petit port de pêche mais surtout l’immense plage de sable qui apparaît à marée basse face à Clifton street et que l’on rejoint par un petit pont en bois. Départ pour Fraserburgh à environ 70 km de là. Nous suivrons en partie la route A 98 et un peu, grâce au GPS qui perd les pédales dans ces contrées, une petite route côtière. Aucune des deux ne nous laissera un souvenir impérissable malgré le soleil et parfois la neige… Les deux traversent des paysages de terres agricoles et des bourgs qui nous ont semblés plus tristes et rudes que ceux de toutes les régions traversées jusqu’à présent. Le temps a tourné et nous arriverons à Fraserburgh à 12 heures 40. Corinne nous a déniché un musée original à visiter, celui des Lighthouses,  les phares maritimes. Un beau musée, entrée 7.90 £, petite restauration possible sur place. Le point fort du musée est la visite du phare, toujours en activité, bâtit dans un ancien château de la famille Frazer, que nous effectuons avec un guide et un autre couple. Plus que le phare, par ailleurs très beau, c’est la violence du vent qui nous épatera ! Un vent glacial, si puissant qu’il vous empêche d’avancer, et les cents mètres à franchir à pieds, qui séparent le musée du phare, prennent des allures d’aventures ! Je ne vous raconte pas la puissance du vent au sommet du phare… Il est d’ailleurs écrit dans l’ancienne chambre des gardiens que les rafales peuvent atteindre 140 miles à l’heure, ou 69 m / seconde, sur le site du phare. Un vent qui souffle pratiquement tous les jours. Face à la mer, les éléments déchainés nous donnerons un aperçu de la difficulté du métier de marin. Nous rentrons, glacés / frigorifiés, au musée et prendrons une petite collation au snack (soupe chaude / sandwich, 15 £ pour deux). On décide de stopper les frais, il fait trop froid maintenant pour continuer à explorer le coin et nous retournons sur Elgin à 70 bornes de là pour visiter la cathédrale, en ruine, de cette ancienne ville médiévale. Il est  16 h 00 lorsque nous arrivons, sous un mélange de pluie et de neige. Il fait déjà nuit et nous ne verrons que l’extérieur de la cathédrale. Le vent nous a lessivé, et nous décidons de rejoindre le B&B à 4 km de là pour récupérer un peu avant de ressortir dîner en ville à Lossiemouth, au Guidi’s sur Clifton street, très agréable, 45 £ pour deux avec desserts, cafés et bien sûr whiskys…

      P1160255.jpg  P1160191.jpg  P1160187.jpg

P1160444.jpg  P1160453.jpg

P1160291.jpg  P1160368.jpg

 Jour 16 : Nous quittons le B&B Jomarnic pour prendre la route d’Inverness, nous ferons au passage une halte à Elgin pour voir la cathédrale que nous n’avions pas pu voir la veille pour cause de pluie et d’obscurité. Nous profitons du grand soleil de ce matin pour faire quelques photos du site. Les ruines de la cathédrale du XIII siècle sont imposantes et l’ensemble prend une connotation particulière sous le soleil. Le temps de faire le plein et nous reprenons la route pour Inverness. Nous nous arrêterons au château de Brodie, normalement fermé en cette saison, mais dans lequel est organisé un marché de noël. Nous en profiterons pour allier visite du marché et du château plus vin chaud et petits gâteaux… Reprise du parcours avec un arrêt à Culloden pour visiter le site de la bataille du même nom qui opposa les soldats anglais aux Jacobites écossais. La visite, entrée 11£, permet de voir le site où la bataille a eu lieu et de visiter le musée qui s’y rapporte. L’accès au site de la bataille, sans le musée, est gratuit. Nous avons apprécié cette visite qui nous a replongés dans les films Braveheart et la série Outlander. Nous reprenons la route pour Inverness où nous arrivons vers 15h30. Visite de la cathédrale St Andrews et balade dans la ville sont au programme. Après un peu de shoping dont un arrêt à la boutique Frazer, nous finirons notre journée dans un pub qui retransmet les matchs de foot dans une belle ambiance. Nous avons apprécié Inverness, une jolie ville, avec des rues piétonnes où la plupart des boutiques sont ouvertes même en ce jour de dimanche.  La nuit est tombée et nous rejoignons Dingwall à 20 km de là où nous avons réservé deux nuits, 90 £ la nuit avec le petit déjeuner, au château Tulloch réputé pour être hanté… Dîner et nuit sur place.

20171127_104431.jpg  20171127_104510.jpg

20171127_115406.jpg  20171127_123848.jpg

P1160267.jpg  P1160278.jpg  P1160410.jpg

Jour 17 : Temps nuageux ce matin pour notre journée « monstre du Loch Ness ». Nous prenons la route pour Drumnadrochit où se trouve le « Loch Ness Exhibition Centre », notre première étape sur les traces de Nessie. Entrée 7.5 £, une exhibition en images qui explique module après module, ce que peut être le monstre si monstre il y a… Sympa et très bien documenté. L’ensemble est jumelé avec des magasins de souvenirs dédiés à Nessie où vous pourrez parfaire votre panoplie de fan ! Nous passons ensuite aux choses sérieuses : le Urquhart Castle, situé à 3 km de Drumnadrochit. Un superbe site en bordure du Loch Ness où se trouvent les ruines, bien restaurées et entretenues du château Urquhart. Entrée 9 £, restauration sur place plus boutiques. Nous avons apprécié le site, peu fréquenté en cette saison. C’est très beau et ni le froid, les quelques gouttes pluies ou le plafond bas des nuages n’ont pu gâcher notre plaisir. Au contraire, l’ensemble donne un aspect encore plus mystérieux à l’endroit… Nous poursuivons par la rive Est jusqu’à Fort Augustus où se trouvent cinq belles écluses (but de notre visite) qui relient le Loch Lochi au Loch Ness par le Caledonian canal. C’est très beau, et le soleil qui commence à pointer de nouveau rajoute au plaisir. Malgré l’heure avancée (15h00…) nous choisissons de rentrer sur Inverness via Pean Bridge  et Aviemore, en contournant le Loch Ness. Un parcours d’environ 90 km qui nous offrira de sublimes points de vue sur les Highlands qui resplendissent sous les derniers rayons du soleil,  et ravira le photographe qui sommeille en Corinne. Au fur et à mesure de notre progression vers Inverness, nous rencontrerons de fortes chutes de neige sur une partie du trajet. Neige, nuit et circulation… Nous avons hâte d’arriver à Inverness, nous y serons deux heures plus tard et finirons la journée au pub Hootananny sur Church Street, 36 £ pour deux. Retour et nuit au Tulloch Castle.

20171130_112824.jpg  20171130_122239.jpg  20171130_123857.jpg

P1160487.jpg  P1160494.jpg  P1160502.jpg

P1160586.jpg  P1160587.jpg

 Jour 18 : Corinne prend le volant ce matin pour rejoindre le Fort Georges à une vingtaine de km d’Inverness que nous rejoignons depuis Dingwall. Le soleil est au rendez-vous, le vent glacé aussi… Peu de monde au Fort Georges, une enceinte militaire de toute beauté donnée pour être l’un des plus beaux forts d’Europe. Parfaitement entretenu, le fort est encore occupé par un régiment des Highlanders qui partagent maintenant les lieux avec des régiments de touristes… Entrée : 9 £, comprend l’accès au très beau musée des Highlanders. Restauration possible sur place. Une visite que nous avons beaucoup aimée et qui durera trois heures. Départ ensuite pour Tain où nous avons réservé une nuit au Mansfield Castle, 65£ avec le petit déjeuner, un magnifique château, tant de l’extérieur que de l’intérieur. Top classe. Arrivés à 15 heures à Tain, nous ferons une balade à pieds dans cette petite ville puis nous rentrerons avant la nuit au château pour récupérer de froid et profiter de notre nouvelle soirée de chatelains… Repas et nuit au Mansfield Castle.

P1160591.jpg  P1160635.jpg  P1160756.jpg

20171201_154258.JPG  P1170039.JPG

P1160782.jpg  P1160793.jpg

 Jour 19 : Road trip. Nous entamons au départ de Tain, notre road trip sur la North Coast 500, décrite comme l’une une des dix plus belles routes du monde. Nous avons prié les dieux du whisky la veille pour avoir encore du beau temps et ils nous ont entendu, plein soleil ce matin. Départ pour Dornoch, via Portmahomack et Lairg, où nous voulons visiter la cathédrale. Mais cette dernière est fermée et nous n’en ferons que le tour pour prendre quelques photos. Golspie ensuite, où nous nous arrêtons pour visiter le château Dunrobin, qui est fermé mais dont les jardins à la française et les terrasses sont ouvertes au public gratuitement. Un château magnifique de conte de fées avec une superbe vue sur la baie. Le château est fermé mais la salle de restauration est ouverte, nous nous y arrêterons le temps de boire un cappuccino devant la cheminée. On reprend la route en direction de Wick, traversant tout au long des petites bourgades, et multipliant les pauses photos pour immortaliser ces paysages qui nous en mettent plein la vue. Nous ferons un arrêt après Helmsdale, pour faire une mini randonnée qui nous conduira jusqu’au village fantôme, du moins ce qu’il en reste, de Brabear. Le vent s’est levé, il fait très froid face à la mer et le sol est recouvert de quelques centimètres de neige. Peu importe, nous irons jusqu’au bout et reviendrons glacés… Nous n’avons pas dû prier assez longtemps hier soir, ou pas bu assez de whisky, ce qui revient au même, car le temps se dégrade et semble avoir perdu les pédales. En l’espace d’une heure, nous aurons droit à du soleil, de la neige, de la pluie, de la grêle, du vent, froid et chaud (enfin presque…).  Nous arriverons à Wick sous une véritable tempête de neige et poursuivrons sans nous y arrêter pour retrouver le ciel bleu… à la sortie de la ville. On continue sur John O’Groats, surnommé ainsi car c’est la fin de la route avant les iles Shetland. Nous y ferons un stop dans un vent puissant et glacial qui nous obligera après quelques photos à  nous rabattre sur un coffee shop pour nous réchauffer. Reprise de la route pour Armadale via Thurso où nous avons réservé pour deux nuits dans un B&B, l’Armadale House. 70 £ la nuit en petit déjeuner. Il n’est que 15 heures mais il fait déjà beaucoup trop sombre pour faire de belles photos et remettons à demain l’exploration de cette portion de la route. Nous ferons donc encore quelques arrêts puis rejoindrons notre B&B, avant d’aller dîner dans un petit bourg  au Strathy Inn à quelques kilomètres de là. 35 £ pour deux. Nuit à l’Armadale House.

P1160766.jpg  P1160819.jpg

P1160789.jpg  P1160843.jpg

20171129_151048.jpg  20171129_151117.jpg

Jour 20 : Poursuite de notre trip sur la North Coast 500, entre Armadale et Tongue. Une route magnifique dont les paysages changent au rythme d’une lumière qui varie de tons et d’intensité toutes les dix minutes… Mis à part le vent, toujours constant en puissance et fraicheur, le temps change tout le temps, nuages, neige et soleil, se battent pour occuper le ciel de l’Ecosse.  Notre balade sur cette portion de route, l’A 836, nous conduira à Farr Point, Torrisdale Bay, à Skerray et sa magnifique baie où se trouve un petit port de pêche, puis enfin à la baie de Tongue et à la ville du même nom, qui offre une superbe vue sur la  baie de Kyle of Tongue et les sommets du mont Ben Hope.  Nous déjeunerons à l’Hotel Tongue, un superbe ancien relais de chasse. 35 £ pour deux. 14 heures 30, le temps se couvre et la neige pointe son nez. Nous décidons de retourner sur Armadale en faisant une boucle par la vallée de la Strhathnaver. Une route en « Single track », c’est-à-dire étroite qui n’autorise pas le croisement de deux véhicules. Il faut donc anticiper et se garer sur les emplacements prévus, passing place, lorsque l’on n’aperçoit un véhicule qui arrive en face. Heureusement pour nous nous n’en croiserons que trois tout au long des 53 km du parcours. Je dis heureusement car la plus grande partie est recouverte d’une petite couche de neige qui s’est accumulée au cours de la journée. Cette route, la B 873 puis B 871, débute à Altnatharra  et finit par rejoindre l’A 836, à hauteur de Bettyhill. Elle chemine entre des basses montagnes enneigées et longe le loch Naver et la rivière du même nom. Le tout dans de somptueux paysages propices à la photographie. Nous apercevrons des cerfs et des biches, paisibles au bord de la route. Retour sur Armadale et, comme la veille, repas au Strathy Inn, 41 £, notre seule possibilité de dîner car tout est fermé dans les environs. Nuit à l’Armadale House.

P1160711.jpg  20171128_101517.jpg

P1160947.JPG  P1160959.JPG  P1160706.jpg

P1160931.JPG  P1160878.jpg  P1170015.JPG

Jour 21 : C’est reparti sur la North Coast 500, en direction de Durness. La route version road trip à l’américaine, de grands espaces, des paysages à couper le souffle, et un ruban d’asphalte qui s’étire à l’infini, alternant double voie et single track. Peu, très peu de circulation, par certains de ses côtés, la 500 nous rappellera ses célèbres consœurs américaines…  Le ciel est égal à lui-même, alternant bruine, brume et plafond bas de gros nuages que percent de temps à autres les rayons du soleil, une ambiance qui donnent du mystère aux landes de bruyères, aux plages, falaises et autres lochs, sur lesquels souffle le vent. Un paysage, le paysage, que l’on souhaitait trouver en Ecosse, sinon nous serions venus en juillet… Tout est dépeuplé, aussi loin que se porte la vue, les seuls « vivants » que nous apercevons sont les moutons. Seuls au monde, la North 500  remplit sa mission. Nous multiplions les pauses photos et ferons un arrêt à Durness, petit hameau aux maisons dispersées, au Cacao Mountain, à un mille du centre en direction du golf, une petite fabrique de chocolat qui fait également bar où vous pourrez boire de merveilleux chocolats chauds et acheter ou manger la production locale. Nous poursuivons la route en direction de Lochinver, où nous avons réservé pour la nuit au B&B Park House, 60 £ la nuit avec petit déjeuner. Nous ferons des passages à Kinlochbervie, où se trouve la plus belle plage de sable du Royaume-Uni, mais que nous ne pourrons pas voir par faute de temps. Nous pensions pouvoir la rejoindre en voiture mais en fait il faut marcher environ 6.5 km et bien qu’il ne soit que 14 heures 30, la luminosité commence à baisser. Nous ferons donc l’impasse et repartons en direction de Scourie puis Kylesku, avant de poursuivre sur Lochinver. La nuit qui tombe rajoute à l’ambiance. Nous arrivons vers 17 heures au B&B. Dîner en ville et nuit au Park House.

P1160818.jpg  P1160979.JPG  P1170009.JPG

P1170018.JPG  P1170050.JPG

P1170303.JPG

 Jour 22 : Reprise du road trip en direction d’Ullapool, sur les rives du loch Broom, à une soixantaine de km de Lochinver. Comme la veille nous explorerons les recoins de la North 500, mais la pluie a fait son apparition aujourd’hui sous forme d’une bruine fine et continue accompagnée d’une brume qui enveloppe le paysage côté mer. Nous décidons donc de filer direct sur Ullapool et de nous rabattre sur une randonnée à l’intérieur des terres. Après une pause-café au Seaforth, un grand pub sur le front de mer face au port de pêche et  au terminal des ferrys pour l’ile de Lewis et Harris, nous reprenons la route jusqu’au Lael forest garden à Inbhir Làthail à quelques kilomètres d’Ullapool en direction d’Inverness. Nous y ferons une randonnée de deux heures trente dans la forêt en suivant un sentier qui démarre au pied d’une cascade et se prolonge en forêt. Nombreuses petites cascades et vert à profusion nous ferons le plus grand bien malgré la pluie, mais nous sommes bien équipés. N’oubliez pas vos bottes en caoutchouc ! Retour en ville pour un peu de shopping dans les boutiques de souvenirs et direction le Morefield Motel où nous avons réservé une chambre pour la nuit, 60 £ avec petit déjeuner. Un motel à l’américaine avec la voiture garée devant la chambre, toute petite mais très propre et équipée. Une soirée rock roll y est prévue mais nous préférons en ce samedi soir retourner au Seaforth pour dîner car on nous a dit que c’était le pub le plus fréquenté de la ville. Soirée au Morefield Motel.

20171202_123135.JPG  20171202_130335.JPG  P1170075.JPG

20171202_121853.JPG  20171202_121947.JPG  20171202_123417.JPG

P1170082.JPG  P1170094.JPG

Jour 23 : Soleil. Journée road trip sur la North 500 au programme dont une portion comprise entre Torridon et Applecross considérée comme la plus belle partie de la Route 500. Et nous n’allons pas être déçus. Une portion de route autant spectaculaire pour les paysages et panoramas qu’elle offre que par le ruban de bitume lui-même. Côté nature, on en prend plein les yeux, c’est superbe, les mots me manquent pour le décrire. Côté route, une single track qui monte et descend façon montagnes russes, qui se rétrécit par endroit au point d’être à peine plus large que la voiture, qui monte vers des sommets enneigés et redescend en deux tours de roues vers la mer. Une route, très peu fréquentée, moins de dix véhicules croisés en 2 heures trente et plus de 120 bornes. Une route qui effraie parfois, surtout le passager, par les ravins sans protections qu’elle oblige à frôler. Des Montagnes et des vallées qui m’ont fait penser à un épisode du Seigneur des anneaux. Des baies abritées où les bateaux de pêche ont trouvé abris. Des maisons blanches où nous ne verrons jamais personne… Des moutons, des cerfs, des biches, des faucons, mais aussi la vache des Highlands que nous voulions voir depuis longtemps. Le temps a passé trop vite et la lumière commence à décliner. Nous aurons droit à un superbe coucher de soleil qui embrase l’horizon. Nous rejoignons Kinlochewe où nous avons réservé une chambre pour la nuit au Kinlochewe Hotel,  80 £ avec petits déjeuners. Dîner sur place, nous n’avons d’ailleurs pas le choix car tout est fermé dans les environs. Un bel hôtel à l’ancienne, avec un beau bar où nous dînerons, seuls, car nous sommes les seuls clients. Un bon repas et surtout du whisky pour fêter l’anniversaire de Corinne.

P1170112.JPG  P1170268.JPG  20171202_192403.JPG

P1170131.JPG  P1170130.JPG  P1170127.JPG

P1170138.JPG

 Jour 24 : départ pour l’ile de Skye et comme il fait beau, nous en profitons pour aller voir le château le plus photographié d’Ecosse à Dornie, pas très loin du pont qui relie l’ile de Skye à la côte ouest de l’Ecosse. Un très beau château, que tout le monde a vu en photo sur les prospectus des agences de voyages ou autres blogs… Le plus photographié, certes, mais avantage du hors saison, nous sommes presque seuls, à nous les photos. Très beau, nous reviendrons dans deux jours visiter l’intérieur car fermé ce jour. Dix minutes et un pont plus tard, nous voilà sur l’ile de Skye roulant en direction de Portree. Nous y arriverons à midi avec l’espoir de pouvoir, enfin, manger des fruits de mer, puisque plusieurs restos sont cités dans les guides. Ben non ! Tout est fermé et les quelques touristes que nous rencontrerons devront se rabattre sur des restos indiens… Pas nous, tant pis, un passage sur le port et ses fameuses maisons de couleur et un autre dans une boulangerie et reprise de la route. Portree : bof, une mini déception il faut le dire. Une ville de cette taille (3200 habitants), sans restauration possible à midi… Tout le reste n’est que boutique à touristes et même le port ne tient pas ses promesses.  Nous reprenons la route direction la région de Trotternich avec un premier arrêt à Old Man of Storr, le fameux rocher que l’on rejoint en 45 mn de randonnée. Mais la brume a envahi les montagnes et la visibilité trop réduite empêche la randonnée. Nous poursuivons donc la route vers les Waterfalls Kilt, à une dizaine de km de là, où se trouve la plus haute chute d’eau du Royaume Uni, c’est le Routard qui l’affirme. Une belle cascade et un panorama sublime sur les falaises Kilt Rocks. Nous poursuivons ensuite en direction de Dunvegan,   où nous avons réservé pour la nuit dans un B&B, en faisant le tour complet de la route nord de Portree. Comme la veille, nous serons enchantés par les paysages sublimes tout au long du parcours. Nous multiplierons les arrêts photos et auront de nouveau droit à un coucher de soleil. 15 heures 30, nous arrivons à Dunvegan et décidons de pousser jusqu’à la seule distillerie de l’ile, la Talisker à Carbost à 25 bornes de là. Nous y arriverons juste à temps pour visiter la boutique mais pas la distillerie, dernière visite à 16 heures. La nuit est tombée et nous regagnons notre B&B, l’Argyll House à Dunvegan, 60 £ la nuit en petit déjeuner. Un peu de repos et départ pour Edinbane à 17 minutes de route (16 km) où se trouve l’Edinbane Inn, l’un des deux seuls restos, de la région, ouverts…, 49 £ pour deux. Nuit à l’Argyll House.

P1170153.JPG  P1170156.JPG  P1170174.JPG

P1170209.JPG  P1170222.JPG  P1170475.JPG

P1170225.JPG

 Jour 25 : Le temps se gâte sur l’ile de Skye. D’après nos hôtes, la pluie devrait faire son apparition vers 14 heures. Nous décidons d’aller voir Neist Point, la pointe la plus à l’ouest de l’ile dans le secteur de Glendale à une dizaine de km de Dunvegan. On y accède par une petite route single track qui se termine sur un minuscule parking après avoir traversé de beaux paysages et quelques bourgs tranquilles. Nous sommes seuls, heureusement, vu la taille du parking et la route, on imagine ce que ça doit être en pleine saison avec voitures et campings cars… Le vent est violent, du genre à refermer la portière à votre place où à vous pousser hors du sentier. Mais il ne fait pas froid, c’est même la journée la plus chaude de notre trip avec 10 °C. Nous empruntons le sentier qui doit nous mener au phare après 30 mn de marche.  Dès le départ, le paysage est somptueux, falaises et océan se disputent la palme. C’est impressionnant de puissance. Le vent se calme lorsque nous arrivons au bout de la première partie, une pente raide qui nous débouche sur un pâturage où les moutons nous regardent passer. Puis ça remonte et le vent reprend de plus belle sitôt le sommet franchi avec le phare qui se trouve à moins de deux cents mètres de là, au bord de l’eau. Nous ne pouvons-nous attarder davantage, ça  castagne trop. Il est temps de remonter… Nous croiserons trois jeunes filles qui, comme nous, se sont lancées à l’assaut de Neist Point, et c’est tout. L’aller-retour plus le trajet en voiture nous aura pris deux heures. Le ciel se charge davantage maintenant et nous reprenons la route pour Sligachan pour admirer Cullin Hill, des sommets qui pointent vers le ciel en partant de la mer. Nous y arrivons vers 13 heures et faisons une pause au Sligachan Hotel, pour nous régaler d’une bonne soupe du jour, aux marrons, au restaurant, le seul ouvert dans le secteur. 10 £ pour deux.  Nous reprenons la route, mais les éléments se déchainent, pluie et vent joignent leurs efforts pour nous rendre la vie difficile, de plus il n’est que 14 heures 30, mais il fait sombre comme en début de soirée. Nous décidons de rentrer à l’Argyll House pour un après-midi détente cosy devant la cheminée. Corinne en profitera pour se reposer et moi pour me remettre à l’écriture qui me démange les doigts… Dîner au Stein Inn, 45 £ pour deux, à 20km de là, le seul ouvert ce soir et nuit à l’Argyll House.

P1170354.JPG

 

P1170311.JPG  P1170288.JPG

P1170376.JPG  P1170385.JPG  P1170380.JPG

Jour 26 : Je viens d’apprendre la disparition, pendant la nuit, de Johnny, c’est un peu comme si une partie de ma vie disparaissait avec lui, tant ses chansons m’ont accompagné dans ma vie et mes voyages. Le blues est là, à moi de repartir… Et comme pour accompagner mon blues, la tempête se déchaine à l’extérieur. Nos hôtes nous apprennent que les liaisons par  ferry sont coupées et que  le pont de l’ile de Skye risque d’être fermé à cause du vent trop violent. Nous avons prévu de rejoindre Fort William aujourd’hui, à plus de 150 km de là et nous nous dépêchons pour ne pas rester bloqués sur Skye. Skye qui restera pour nous une petite déception, nous en attendions beaucoup, trop peut-être, et même si nous sommes hors saison, même si le temps n’est pas des plus cléments, nous n’avons pas ressenti sur l’ile la magie du reste de l’Ecosse et de la route 500 en particulier. C’est donc sans regrets que nous quittons l’ile par l’A87 en direction de Spean Bridge, où nous avons réservé pour 2 nuits au Tirindish House B&B, 70 £ la nuit avec petits déjeuners. Puis de Spean Bridge, nous prenons l’A82 pour rejoindre Fort William. La route depuis Skye est superbe et nous offre de magnifiques vues jusqu’à celle sur le Ben Nevis, couronné de nuages. Fort William, nous arrivons à 13 heures, et faisons une petite balade en ville, le temps de boire un chocolat chaud dans un pub et allons visiter le Highland West Museum, entrée gratuite, au cœur de la ville. Un joli musée qui raconte aussi bien l’histoire locale que la préhistoire… éclectique.  Nous visitons aussi l’église St Andrews qui est superbe avant de nous rendre à la gare des trains car contrairement à ce que nous avons toujours lu depuis que nous préparons ce trip, nous avons appris que le train à vapeur « Le Jacobite », celui de Harry Potter- oui, oui, c’est bien celui-là, circule tous les jours entre Fort William et Mallaig, départ à 10h15, retour 16h00. 35 £ la place en A.R, cher, car 4 trains normaux par jours font le même parcours pour la moitié du prix, mais nous voulons celui-ci et rien d’autre. Nous décidons donc de prendre celui du lendemain et reprenons la route pour Glenfinnan où se trouve le fameux viaduc sur lequel on voit passer le train dans le film. Nous arrivons 5 mn avant le passage du Jacobite. Il pleut mais la magie opère et une petite poignée de fans sont présents pour assister au spectacle. Pour le voir il faut emprunter un petit sentier derrière le Visitor center de Glenfinnan et on y accède en 5 mn de marche. La nuit tombe, nous regagnons le B&B. Dîner dans un village proche, 48 £ pour deux, car tout est fermé ici, et nuit au Tirindish.

P1170399.JPG  P1170400.JPG  P1170401.JPG

P1170423.JPG

P1170427.JPG  P1170387.JPG  P1170410.JPG

Jour 27 : Départ à 9h00 pour la gare de Fort William où nous allons prendre le train à vapeur pour Mallaig. Le train crache déjà toute sa vapeur lors de notre arrivée à la gare 45 mn avant le départ. Parking à proximité, gratuit en cette saison, avec accès direct aux quais. Le billet s’achète directement à bord du train, en cash seulement, 35 £ en seconde et 59 £ en première. Restauration possible à bord. Notre wagon est vide, mais le reste du train est bien rempli. Départ à 10h15 et arrivée à Mallaig à 12h25 avec un stop de 25 mn à la gare de Glenfinnan juste après le viaduc, pour pouvoir visiter le mini musée ou autre. Retour : départ de Mallaig à 14h10 et arrivée à Fort William à 16h. Une pause que nous mettrons à profit pour nous balader un peu en ville et aller déjeuner au Steam Inn, 32 £ pour deux. Il y a d’autres restos ouverts en ville. La balade en train est sympa et agréable et nous fait découvrir de beaux paysages à travers les vitres embuées du tortillard… Nous redevenons des enfants le temps du trajet, l’ombre d’Harry Potter plane sur le train. De retour à Fort William, nous ferons un peu de shopping en ville avant de rentrer au B&B pour nous préparer pour le dîner. Nuit au Tirindish.

20171203_151958.JPG  20171203_160224.JPG

20171204_134858.JPG

20171204_135029.JPG  P1170448.JPG

 Jour 28 : Manteau blanc sur Spean Bridge ce matin, la neige est tombée cette nuit. C’est prudemment que nous prenons la route pour le Nevis Range où nous espérons pouvoir prendre le téléphérique ouvert toute l’année. Pas de bol. Ce dernier est en maintenant pour une semaine encore. Tant pis nous prenons la route pour Glencoe à 40 km de là où nous voulons faire  une randonnée. Route magnifique avec de beaux paysages enneigés. C’est sous une tempête de neige que nous arrivons au Visitor Center de Glencoe où se trouvent un shop, un café et un petit musée local, entrée 6,5 £. Nous récupérons les infos nécessaires à notre rando et rejoignons le village de Glencoe d’où partent les trois randonnées qui nous intéressent depuis la forêt du Lochan Trails. La chance est de nouveau avec nous, le soleil refait son apparition, neige et soleil… Nous partons pour une randonnée d’une heure trente, paisible et accessible à tous, le tout dans un décor de noël. 13 heures, nous faisons un stop au Glencoe Café dans la rue principale du village pour déjeuner. Très bien, cool et sympa, bon et pas cher surtout. 10 £ pour deux. Nous reprenons la route pour Oban où nous allons passer la nuit au Lochnell Arms Hotel, 65 £ la nuit en petit déjeuner. Mais d’abord, une petite balade dans cette petite ville charmante où se trouve la seul distillerie de la région, mais aussi la seule du pays à se trouver en ville, la distillerie Oban. Entrée 10 £ avec dégustation, visite et verre cadeau. Une visite sympa pour amateur de whisky. Nuit et dîner au Lochnell Arms.

20171204_143620.JPG  20171204_143933.JPG

P1170483.JPG  P1170486.JPG  P1170488.JPG

P1170445.JPG  P1170464.JPG  P1170473.JPG

Jour 29 : Départ pour Balloch à 90 bornes de là. Nous prenons la 85 puis la 82, deux très belles routes qui nous ferons une nouvelle fois traverser de très beaux paysages enneigés jusqu’au loch Lomond, mais un parcours sous un ciel bleu et un soleil magnifique. Nous ferons un arrêt pour visiter la jolie ville de Luss sur les rives du loch Lomond. Une halte plaisante et agréable. Arrivée à Balloch à 13 heures, et là nous apprenons que contrairement à tout ce que nous avons lu pendant la préparation du trip, il est possible de faire une balade en bateau sur le loch. Deux départs par jour en cette saison, 11h30 et 13h30, prix 10,50 £. Une belle balade sous le soleil dans un beau bateau avec moquette, cuir rouge et bien sûr un bar… De retour à 14h30, nous nous rendront au Bird of Frey Centre, à côté de l’aquarium public, où nous pourrons voir toutes sortes d’oiseaux du monde entier. Un petit parc intéressant,  à découvrir. Entrée 8 £. Nuit et repas au Queen of Loch à Balloch où nous avons réservé une chambre pour la nuit, 61 £ en petit déjeuner.

20171205_110422.JPG  20171205_110733.JPG

P1170527.JPG  P1170533.JPG  P1170543.JPG

20171205_112122.JPG  20171205_105844.JPG  20171205_093624.JPG

Jour 30 : Levés tôt, nous prenons la route pour Glasgow où nous allons rendre la voiture et passer les deux derniers jours du voyage avant le retour à la maison. Il fait froid, la route est verglacée et un brouillard épais réduit la visibilité à quelques dizaines de mètres. Seulement une vingtaine de km séparent l’aéroport de Balloch, mais il nous faudra presqu’une heure pour les parcourir dans ces conditions. Nous finissons par arriver et rendons la voiture à notre loueur  Thrifty. Nous avons parcouru pas moins de 4184 km en 26 jours… Nous prenons un taxi, 20 £, pour rejoindre l’hôtel Ibis Budget où nous avons réservé pour deux nuits, 45 £ la nuit  en petit déjeuners. C’est à pieds que nous rejoignons le Glasgow bridge où nous remontons la rivière jusqu’au Riverside muséum, 30 mn de marche, entrée gratuite, un très beau musée. La ville comme la campagne est enveloppée par le brouillard, il fait très froid et après la visite nous prenons un taxi, 12 £, pour regagner le centre-ville, où nous allons déjeuner au Café Gandolfi, 38 £ pour deux avec boissons. Nous finirons la journée par une balade dans le centre-ville envahi par une foule dense. Le matin se déroulait en ville la course des pères Noël à laquelle plusieurs milliers de personnes, toutes vêtues comme le vieux barbu, participaient. Nuit à l’Ibis Budget et dîner à proximité.

P1170596.JPG

20171207_092547.JPG  P1170615.JPG  20171207_092754.JPG

P1170680.JPG  P1170682.JPG  20171207_093526.JPG

Jour 31 : Glasgow. Ciel bleu ce matin sur la ville et la campagne environnante. Mais le froid est là, tout est blanc et givré. Nous partons en taxi, 12£, pour voir The Burrel Collection à l’extérieur de la ville. Sur place nous sommes informés que le site est fermé pour travaux… Et le taxi est parti nous laissant seuls au milieu d’un paysage de campagne, blanc et pétrifié… Tant pis, on se rabat sur la Pollok House, un beau manoir au milieu d’un immense jardin, entrée 6,50 £, c’est très beau, surtout l’extérieur où coule une rivière. Re-taxi, 15 £,  cette fois pour le musée Kelvingrove Art Gallery, mais avant nous allons déjeuner dans un resto sympa sur Argyll Street, le Kelvingrove Café,  29 £ pour deux. Visite du musée, entrée gratuite, mais fermeture exceptionnelle à 15h30 aujourd’hui, il est 14 heures, nous ferons la visite en une heure trente. Départ à pied pour le centre-ville que nous rejoignons après 45 minutes de marche en mode balade. Un centre toujours aussi animé puis nous rentrerons à l’hôtel, en taxi,  après une pause chocolat chaud, pour préparer nos bagages. Dîner dans un restaurant indien du quartier où se trouve l’hôtel Ibis.

P1170719.JPG  P1170696.JPG  20171208_104802.JPG

P1170731.JPG  P1170745.JPG  P1170753.JPG

P1170764.JPG

Jour 32 : Bye-Bye l’Ecosse,  levés tôt car notre vol retour via Amsterdam est prévu à 9h05. Journée de voyage, arrivée à Nice à 16h35.

20171209_130301.JPG  20171209_132713.JPG  20171209_134432.JPG

P1170818.JPG  P1170821.JPG

P1170861.JPG  P1170868.JPG  P1170857.JPG

P1170877.JPG  P1170954.JPG  P1170889.JPG

Regard de femme, notre voyage vu par Corinne:

 

Oui, c'est vrai ce voyage en Ecosse était une idée à moi...Plus qu'une idée, un caprice !

J'aime la musique de Texas, Dire Straits, Rod Stewart...J'aime les films tels que Highlander ou Braveheart...J'ai dévoré la trilogie "Les maîtres d'Ecosse" de Robin Young, j'ai adoré la saga "Le cercle de Pierres" de Diana Gabaldon rebaptisée "Outlander à l'écran...

J'adore les hommes en kilt, je trouve cela super sexy, chacun ses fantasmes...Eric n'a pas fléchi.

Vous voyez j'avais de bonnes raisons de vouloir visiter l'Ecosse !

Je pensais séjourner tranquillement dans la lande et prendre le temps de me reposer, contemplative ...

Ce ne fut pas le cas, nous n'avons pas arrêté de bouger, de visiter, de découvrir une culture celtique qui était il faut bien l'avouer étrangère aux latins que nous sommes l'un et l'autre...

Au cours de ces quatre semaines nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer une seule fois...Nous nous sommes disputés quelques fois au sujet de la voiture, conduite à gauche oblige...

Nous n'avons pas eu froid car j'avais pris soin de nous équiper en conséquence ... Ma valise était même bien trop chargée !

J'ai regretté de ne pas pouvoir manger plus de fruits de mer, les restaurants étant pour la plupart fermés en cette saison...

J'ai râlé en découvrant à quel point la forêt Calédonienne avait été dévastée par l'élevage des moutons...Et pourtant, c'est ce qui lui donne ce caractère unique au monde !

J'ai été déçue de ne rencontrer ni Richard Butler, ni Jamie Fraser... Nessie non plus ! Il faut savoir se faire une raison !

Pour le reste rien à redire, la lumière était vraiment très belle et je me suis régalée à photographier ces paysages de légende...

L'accueil du peuple ecossais lui est tout sauf légendaire, nous n'avons croisé que des gens charmants et très respectueux... Il semblerait qu'il n'y ait pas de délinquance en Ecosse...

Les musées sont superbes, de véritables cavernes d'Ali Baba  et en plus ils sont gratuits ...

Les châteaux ont une âme, qu'on y croit ou pas, il y a du mystère dans ces vieilles pierres !

Les ecossais ne vous snobent pas, ils vous expliquent que pour mieux apprécier un single malt comme le Talisker, le verre d'eau est indispensable...Et ils ont raison !

Derrière les bars dans les pubs, de nombreuses jeunes filles barmaid officient avec un grand professionnalisme.... Et contrairement à notre expérience New-Yorkaise personne ne vous pousse à la consommation ! 

On a bien mangé, j'ai aimé le haddock "fish and chips" incontournable, ainsi que le "Haggis" la panse de brebis farcie et le saumon bien sur tout aussi délicieux...

J'ai aimé l'ambiance tout simplement...Les paysages à couper le souffle, les cerfs en liberté qui vous regardent droit dans les yeux sans ciller...Magnifique !

Non, l'île de Skye n'est pas un résumé à elle seule de l'Ecosse comme je l'ai trop souvent lu dans les guides, car l'Ecosse c'est plus que cela : Eric a préféré le nord et la route 500 avec son côté sauvage, moi j'ai préféré l'intérieur des terres, le Castle trail, ou la route des distilleries, Pitlochkry... Ce voyage était tellement varié que ce serait injuste de vouloir le réduire, le compresser...

Voilà, vous l'aurez compris, je suis enchantée par le pays. Je vous recommande cette destination, même en hiver, c'est une belle aventure et le dépaysement est garanti !

A bientôt. Corinne.

P1170962.JPG  P1170984.JPG  P1180002.JPG

P1180021.JPG    P1180045.JPG  P1180029.JPG

20171210_145155.JPG  20171210_145215.JPG

Merci de m'avoir lu et à bientôt pour un autre carnet de route.

 

Eric.

Ci-dessous un bonus photo (comme pour toutes les photos du blog, vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir)

 

20171113_104252.jpg

 

20171114_143905.jpg

 

20171117_125147.jpg

 

20171118_201506.jpg

 

20171120_122419.jpg

 

20171121_105552.jpg

 

20171123_145704.jpg

 

20171124_154432.jpg

 

20171124_162232.jpg

 

20171127_144121.jpg

 

20171130_090813.jpg

 

20171130_105837.jpg

 

20171130_145242.jpg

 

20171130_151140.jpg

 

20171205_123052.JPG

 

20171206_112440.JPG

 

20171207_094101.JPG

 

20171208_120726.JPG

 

20171210_115627.JPG

 

20171210_144844.JPG

 

20171210_145244.JPG

 

20171210_145358.JPG

 

20171211_143733.JPG

 

P1130941.jpg

 

P1150174.jpg

 

P1160133.jpg

 

P1160409.jpg

 

P1160656.jpg

 

P1160937.JPG

 

P1160993.JPG

 

P1170052.JPG

 

P1170073.JPG

 

P1170125.JPG

 

P1170197.JPG

 

P1170198.JPG

 

P1170275.JPG

 

P1170279.JPG

 

P1170287.JPG

 

P1170304.JPG

 

P1170354.JPG

 

P1170393.JPG

 

P1170551.JPG

 

P1170553.JPG

 

P1170574.JPG

 

P1170790.JPG

 

P1170817.JPG

 

P1180048.JPG

 

P1180152.JPG

 

P1180111.JPG

 


12/01/2018
2 Poster un commentaire