VOYAGES EN EQUILIBRE...

MÉDITATION




Méditation du mois de janvier 2019


arbre-de-vie--810x540.jpg

 

Fermez- les yeux. 

L'attention portée sur la seconde fugace, le moment qui passe juste maintenant est le secret de cette méditation.

 

" Saisir l'infini dans la paume de sa main, 

Et l'Eternité dans l'heure qui passe".

 

William Blake, poète anglais. William_Blake_by_Thomas_Phillips.jpg

 

 

Car,  " Chaque instant est absolu, vivant et doué de signification"

Maître Zen Suzuki.

Lorsque son disciple lui demande: " Où allons-nous ?"

Le sage lui répond: " Nous y sommes".

 

260px-Daisetsu_Teitarō_Suzuki_photographed_by_Shigeru_Tamura.jpg

 

Installez-vous dans une posture immobile, stable, ferme et confortable... 

L'air, le souffle de vie, le prana, entre et sort régulièrement par vos deux narines et vous prenez conscience de ce que vous vivez dans l'instant présent.

Vous observez ce qui se passe en vous et tout autour de vous, vous ressentez un sentiment d'appartenance avec la nature:

 

- " Je suis la vie, par les milliards de cellules de mon corps, je participe à la vie de l'Univers.

Je suis une étincelle de vie, juchée à la pointe exacte du temps, à cet instant du présent.

Je suis là ici et maintenant, je respire, je donne et je prends, comme une feuille parmi les feuilles d'un même arbre immense.

Emerveillez -vous de cette communion avec la vie, avec la nature,  partout où se pose votre regard. 

Vous êtes une des parties infime et infinie de la forme précieuse que prend la vie dans l'Univers.

Laissez votre coeur s'ouvrir, s'élargir, aimer, aimer sans mesure, infiniment...

Laissez un léger sourire se dessiner sur vos lèvres, souriez à la vie ! "

 

 

Notre destination, le voyage, l'aventure, l'éternité, sont enclos tout entiers dans ce pas que nous faisons maintenant.

 

 arbre mandala.jpg

 

Bonne année 2019 ! 

 

A bientôt ,

Corinne


09/01/2019
0 Poster un commentaire

Méditation du mois de décembre 2018

200-031589.jpg

 

J'ai encore des images de mon dernier voyage plein la tête... Difficile de se passer de toutes ces nuances de bleu du jour au lendemain... 

Durant mon séjour au Panama, j'ai lu " L'homme qui regardait la nuit" de Gilbert Sinoué, un de mes auteurs favoris.

 

512XTZA7QsL._SX210_.jpg

Au tout début du roman, l'auteur nous livre une très belle citation, comme une porte qui s'ouvrirait sur des espaces, où le temps et les lieux n'ont plus d'importance, où tout change de destination à l'infini...

 

"Mais que cherchent-elles, nos âmes,

à voyager ainsi

De port en port

sur des coques pourries ?

Déplaçant des pierres éclatées, respirant

La fraîcheur des pins plus péniblement

chaque jour,

Nageant tantôt dans les eaux d'une mer

Et tantôt dans celles d'une autre mer,

Sans contact,

Sans hommes,

Dans un pays qui n'est plus le nôtre

Ni le vôtre non plus.

Nous le savions qu'elles étaient belles,

les îles

Quelque part près du lieu

où nous allons à l'aveuglette,

Un peu plus bas, un peu plus haut,

A une distance infime."

 

 

Georges SEFERIS, Mytthologie,

fragment VIII.

Trad. J. Lacarrière

et Egérie Mavraki.

 

Evadez-vous en douceur, méditez en poésie ! 

Je vous souhaite un Joyeux Noël où que vous soyez à travers le monde ... Profitez de l'instant présent.

A bientôt ! 

                Corinne

 


21/12/2018
0 Poster un commentaire

L'oiseau migrateur... Méditation de novembre 2018

 640_oiseaux.jpg

 

 

  En ce mois de Novembre, où la vie et la mort se côtoient étroitement , je vous propose de voyager avec l'Oiseau migrateur, hamsa, image incontournable de l'Inde ancienne:

"L'âme est pareille à un tel oiseau retenu captif par un fil noué à l'une de ses pattes; souffrant de sa condition captive il attend que le fil soit coupé pour pouvoir s'envoler...

L'âme est semblable à un oiseau migrateur puisqu'elle vole de corps en corps, sans jamais faire son nid, sans jamais s'établir définitivement.

Cette migration indéfinie est appelée samsâra. "

 

L'Oiseau migrateur

Hamsa Upanishad

 

 

Le Sage Gautama,

s'approchant du Seigneur,

lui demanda:

  "Toi qui connais toutes les lois,

toi qui sais toutes les sciences,

dis-moi, Seigneur Shiva,

comment éveiller l'esprit

à la connaissance du brahman ?"

  A quoi Shiva répondit:

"Apprends d'abord les Lois,

assimile à fond l'enseignement

du Seigneur-à-la-Lance;

ensuite seulement, Gautama,

je te dirai la vérité

telle que me la révéla

la Déesse-de-la-Montagne.

  Cette Vérité est secrète,

on ne doit pas la divulguer;

je la réserve à l'adepte parfait

dont le Yoga fait un écrin

digne des joyaux les plus beaux.

  Elle est la connaissance vraie

de l'Oiseau migrateur,

et par elle on obtient

d'être libre à jamais !

 

  Je vais donc te dire

ce qu'est cette doctrine

et ce qu'est l'Oiseau suprême

puisque tu es un novice

maître de soi et voué à l'étude:

  l'enseignement est qu'il faut méditer

encore et encore sur l'Oiseau

en répétant sans cesse

"L'Oiseau ! l'Oiseau !"

  Il entre en tous les êtres,

l'Oiseau migrateur, 

et devient présent en eux

comme le feu dans le bois de friction

comme l'huile dans le sésame;

Savoir cela c'est vaincre la mort.

 

  L'adepte, en premier lieu,

prend la Posture du Lotus

et tient le souffle qu'il inspire;

  pressant ensuite son anus 

avec son talon gauche,

il fait monter le souffle

à partir du Centre de la Base

jusqu'à la porte des Joyaux

non sans avoir conduit le souffle

à tourner par trois fois

autour du Svadhisthana;

  de là le souffle monte

jusqu'à l'Anahata et le dépasse

gagnant la Visuddhi

que flanquent deux balles de chair

pareilles aux testicules;

  tenant toujours le souffle

l'adepte conduit alors l'air inspiré

jusqu'à l'Ajna-Chakra

et le Brahmarandhra;

  méditant, il réalise enfin

qu'il est l'Ame trinitaire,

Etre-Pensée-Béatitude,

au-delà de toute forme !

  Il est l'Oiseau suprême,

resplendissant de la lumière

de dix millions de soleils,

et par qui toutes choses

ont été pénétrées.

 

  Habitant désormais

dans le lotus du coeur

il y trouve huit incitations

correspondant à huit pétales:

  le pétale oriental

incline aux actions pieuses,

  le pétale d'Agni

à sommeiller, à paresser, 

  et celui de Yama

à agir avec cruauté;

  le pétale de Nirrti

incite à mal faire

  chez Varuni, la Déesse,

gît la soif des plaisirs,

  et chez Vayavi

l'envie de voyager;

  le pétale de Soma

incline à la sensualité

  et celui d'Isana

à rechercher les biens matériels.

  Au milieu du Lotus

gît le dégoût qui suit la satiété;

  les étamines

régissent l'état de veille,

  le péricarpe

l'état de sommeil léger

  et l'androcée

le sommeil profond.

  Quant à l'état Quatrième

l'Oiseau l'atteint

lorsqu'il a quitté le lotus;

  il va ensuite au- delà même

de cet état Quatrième

lorsqu'en lui s'éteint

la Résonance qui circulait

dans tout le corps subtil

du Centre de la Base

jusqu'au Brahmarandhra,

pareille au chant d'un pur cristal;

  cette résonance dont on adit

qu'elle est le brahman, l'Ame suprême.

 

   Du mantra de l'oiseau,

le prophète est l'oiseau lui-même,

le mètre, in octosyllabe,

le dédicataire, l'Oiseau suprême,

la semence-verbale, Him,

la puissance, c'est Lui, l'Oiseau,

et la pointe acérée

c'est de se dire:"Je suis Lui !"

  Ce mantra, il faut le répéter,

vingt et un mille six cent fois,

en méditant sur les six centres

de nuit et de jour;

  dédiant cette méditation

au Soleil et à la Lune,

au Seigneur impassible

et au brahman non manifesté;

  on incitera, par ce moyen,

l'élément subtil et sans forme

qui est au fond de nous.

 

On utilise ce mantra

pour les rites d'attouchement,

commençant par le coeur,

on poursuit sur tous les membres,

en répétant l'interjection rituelle:

"Vausat pour Agni et Sauma !"

  A la fin du rite, on médite

sur l'oiseau niché dans le coeur

c'est à dire sur l'Ame.

  De cet oiseau Agni et Soma sont les ailes;

OM est la tête, dont

A,U,M sont les trois yeux;

Rudra et sa parèdre sont les deux pattes:

  telles sont les représentations

qu'on utilise dans le rite double

effectué à partir de la gorge.

  Par ce moyen l'esprit est élevé

et l'on obtient le bénéfice espéré

sans avoir à répéter indéfiniment le mantra,

  car c'est par la libre volonté de l'Oiseau

que l'esprit d l'adepte est incité !

          

  On peut aussi réaliser le Son

en répétant le mantra dix millions de fois;

le Son se manifeste alors

de dix manières, comme suit:

  on entend d'abord"cin",

puis, en second, "cini-cini";

la troisième sonorité est celle d'une cloche;

la quatrième, d'une conque;

la cinquième, d'une corde;

la sixième, d'une cymbale,

la septième, d'une flûte;

la huitième, d'un tambour;

la neuvième, d'une grosse caisse;

la dixième enfin est celle du tonnerre.

  Il faut négliger

les neuf premières sonorités

et concentrer son attention

sur la dixième qui est celle du tonnerre.

  A la première sonorité

le corps de l'adepte sonne Cin-cini

à la seconde, ceci disparaît;

à la troisième le lotus du coeur est percé;

à la quatrième, la tête tremble,

à la cinquième, le palais suinte,

à la sixième, on boit de l'ambroisie,

à la septième on voit le mystère,

à la huitième on entend la parole,

à la neuvième le corps devient invisible

et s'ouvre l'oeil divin, sans souillure,

  il devient le brahman.

 

  Dés lors, et par cela même,

l'esprit étant dissous dans l'esprit,

le couple erreur et décision ayant disparu,

le mérité et le péché ayant été brûlés,

  apparaît l'Eternel Shiva

à la fois Ame et Puissance

présent en tous lieux,

brillant de soi-même

pur, éveillé, perdurable,

sans qualités, à jamais apaisé.

  Cela, l'Ecriture l'atteste.

 

                       Telle est l'Upanishad

 

UPANISHADS DU YOGA traduit du sanskrit, présentées et annotées par Jean Varenne.

Connaissance de l'Orient- Gallimard / Unesco 

 

Voici L'oiseau migrateur vu par l'artiste Joan Miro

 

 after-miro-joan-1893-1983-spai-1-l-oiseau-migrateur-2-le-bel-2472112.jpg

 

  

 A bientôt !

                   Corinne


06/11/2018
0 Poster un commentaire

Méditation d'octobre 2018

images (3).jpg

 

La tortue, toute une histoire...

 

 

"- La tortue incarne généralement la force tranquille et la résistance à toutes les attaques.

"Elle a quelque chose du silence profond des origines de la vie qui, en cas de danger, est capable de se recroqueviller en elle-même."

 

Dans la cosmologie chinoise, on mentionne l'animal de l'ère primitive, Ao, la tortue de mer aux dimensions de l'univers sur le dos de laquelle reposait la terre;

En raison de sa longévité, la tortue symbolisait "la longue vie", et par son invulnérabilité, l'ordre immuable des choses.

 

 index_clip_image008.gif

 

En Inde, la tortue passait pour être le second avatar de Vishnou, la Kurma qui portait l'Inde sur son dos et sa longévité touchait à l'immortalité et lui permettait ainsi d'assurer la pérennité de l'univers.

 

         wm01.jpg   

Dans l'antiquité européenne, elle était un symbole de fécondité et symbolisait par son silence, l'amour vertueux. 

On faisait appel à la fonction protectrice de sa carapace pour certains rites magiques, contre les mauvais sorts ou le mauvais oeil...

La carapace de la tortue servit à Hermès pour construire la première Cithare, et comme la tortue vivante aidait à maintenir le bon ordre du monde en contrecarrant les pratiques de magie et d'envoûtement, 

la tortue morte devint, par la musique qu'on en tirait, le témoin du bon ordre des sphères dont sa carapace pouvait être le symbole."

 

les-instruments-de-musique-5-728.jpg    lyre.jpg

 Texte extrait de l'Encyclopédie des Symboles-Le livre de poche-

 

 

- La posture de la tortue ou  kurmâsana se décline sous différentes formes où le dos s'arrondit comme une carapace...

 

15.png   images (2).jpg 

Posture de yoga pour les adultes et les enfants:

 

  Tortue-activite-avant-dodo.jpg  a922f1176393b2eeaf3a06617f703b37.jpg  maitri-yoga-kurmanasana-tortue-by-pepee.jpg

Ou encore:

 

téléchargement (1).jpg kurmasana.jpg Kurmasana-Consigli-per-principianti.jpg

- Méditation sur la troisième porte du mandala qui ouvre sur l'ouest et sur l'automne...

 

Auspicious-Symbols-Kalachakra.jpg  symboles-chinois.jpg

Visualisez un mandala, diagramme géométrique de la manifestation de l'univers...

Le cercle symbolise l'infini...

A l'intérieur du cercle se trouve un carré, périmètre familier qui représente la terre...

Placez-vous au centre de la terre, observez les quatre portes qui ouvrent sur les 4 directions et les quatre saisons...

Nous sommes en automne, nous choisissons la porte de l'ouest qui s'ouvre sur l'océan...

Visualisez les vagues qui viennent se briser sur les rochers, ressentez la force de la nature sauvage qui vous entoure...

A la surface de l'eau se dessine un chemin de lune argenté qui vous montre la voie à suivre...

Une tortue vous accompagne et vous guide de manière à éviter les écueils et les obstacles qui pourraient se dresser devant vous...

Elle vous apprend à nager comme elle, tranquillement et sans effort ...

Ressentez la fluidité du mouvement en inspirant et en expirant profondément...

Ressentez le calme et la confiance...

 

schilkroete-malaysiaaktion.jpgProfitez de la sagesse et de la connaissance de la tortue

Elle saura vous guider, puisqu'elle porte le monde...

 

A bientôt 

                 Corinne


19/10/2018
0 Poster un commentaire

Méditation du mois de septembre 2018

L'été Indien...

 

eteindien4.jpg

 

 

A L'automne, les feuilles des arbres prennent de riches teintes d'or, de pourpre et de violet;

- le soleil pare les nuages de couleurs plus splendides; - les forêts exhalent une odeur enivrante; 

- et les feuilles qui tombent, et commencent à joncher les sentiers, avertissent que tout va disparaître, que tout va mourir, 

et invitent à contempler, avec plus d'attention et de recueillement, ces splendeurs qui vont s'effacer.

Alors tous les sentiments prennent une teinte de douce mélancolie, l'amour s'empare du coeur avec une puissance jusque-là inconnue.

 

AlphonseKarr, Geneviève, Desessart,1839.

Extrait d'un beau petit livre "L'arbre philosophe" de Luciano Melis, paru aux presses du Châtelet.

Anthologie des plus beaux textes sur les arbres, dont Pierre Rabhi a écrit la préface.

téléchargement (1).jpg

 

L'été indien nous rappelle bien sur une chanson de Joe Dassin...

Cette expression est apparue à la fin du 18e siècle et décrit une particularité du climat continental d'Amérique du Nord.

Il s'agit d'une période de douceur tardive de 3 à 8 jours qui se produit après les premiers gels en octobre ou novembre au canada. (Equinoxe d'automne)

Ce terme ne correspond au climat français, beaucoup plus océanique, bien que le pays soit situé à la même latitude que le sud du Quebec.

Dans la vallée du Saint-Laurent, on parle de l'été des indiens ou de l'été des sauvages ... L'appellation viendrait du fait que les Amérindiens profitaient de ce temps doux et sans précipitations pour préparer leurs habitations avant l'hiver. Ils profitaient des derniers beaux jours pour la cueillette et la chasse;

Les Amérindiens de Nouvelle-Angleterre croyaient que ce doux temps était envoyé par une divinité du sud-ouest nommée Coutantowit.

C'est durant cette période que les indiens nomades quittaient leur campements d'été et remontaient les rivières vers les forêts pour y passer l'hiver.

En France, on parle de l'été de la St-Denis (9 octobre), été de la St-Géraud (13 octobre) ou été de la St-Martin (11 novembre).

Parfois l'été indien ne fait pas que des heureux: Pollution atmosphérique, feux de forêts, sécheresse...Mais ce qui est certain, c'est que ce phénomène est plus qu'une simple légende,

c'est une réalité climatique... Aux doux air romantique.

 

 A bientôt !

                 Corinne


26/09/2018
0 Poster un commentaire